Fandom

Assassin's Creed

Une main amie

4 645pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

ACCRicon.png


Une main amie est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique de Nikolaï Orelov, revécue par un chercheur d'Abstergo Entertainment à travers Helix.

Description

Orelov doit rejoindre Kazan afin de contacter Léon Trotski.

Dialogue

  • Orelov: Attends ici. Il faut que je trouve mon ami Léon. Il nous aidera à rejoindre la Confrérie, à Moscou.
  • Anastasia: C'est un Assassin, comme vous ?
  • Orelov: Non, il n'est ni Assassin, ni Templier. Reste cachée, bien au chaud. Garde ça à l'abri.
  • Anastasia: Pourquoi ? Vous n'allez pas revenir ?
  • Orelov: Ne t'ai-je pas donné ma parole ?
  • Anastasia: Si...
  • Orelov: Reste cachée et attends mon retour. Do svidaniya, Anya.

Orelov arriva à un poste de garde.

  • Orelov: Quelque chose ne va pas. On ne voit que des soldats dans les rues.
  • Soldat 1: Tu as du feu ?
  • Soldat 2: Non, et rien à fumer non plus.
  • Soldat 1: Bon sang ! Rien à boire, rien à fumer... Rien pour me faire oublier à quel point je m'ennuie...
  • Officier 1: Personne ne doit violer le couvre-feu ! Tout individu doit être considéré comme un espion des Blancs et abattu à vue !
  • Soldat 3: Pourquoi ne pas attaquer tout de suite ? Trotski est là !
  • Officier 1: La cinquième armée sera là à l'aube. À son arrivée, nous reprendrons la ville. Pour l'instant, la Légion tchèque est trop forte.
  • Orelov: À l'aube ? Bon sang, Léon, je ne m'attendais pas à te trouver au beau milieu d'une bataille...

Orelov prit l'officier du NKVD en filature.

  • Orelov: Je dois éviter les projecteurs. Il y a des tireurs embusqués des Templiers un peu partout. Peut-être que l'appareil de Tesla aurait raison de cet éclairage.

Orelov découvrit le lieu où se terrait Trotski.

  • Orelov: Des ordres de tovarichtch Trotski... Bodarenko ? C'est loin d'ici.

Orelov rejoignit un dépôt ferroviaire sous bonne garde.

  • Orelov: Mmh, ce générateur a l'air d'alimenter l'éclairage.

Après avoir éteint l'éclairage à l'aide du treuil mécanique, Orelov poursuivit son chemin mais se heurta à d'autres projecteurs.

  • Orelov: Je vais devoir traverser ces éclairages au bon moment.

À proximité d'un pont, Orelov fut repéré par des soldats.

  • Soldat 4: Un espion ! Abattez l'espion ! Fouillez le secteur, il y en a peut-être d'autres !
  • Orelov: Ne traînons pas ! Une chute, et ce sera l'eau glacée de la Volga.

Après avoir échappé de justesse à ses poursuivants, Orelov surprit une conversation entre Janis Judins et un officier.

  • Officier 2: Tovarichtch ! La cinquième armée est là ! Qu'on avertisse Trotski. L'heure est venue de reprendre la ville.
  • Judins: Compris.
  • Orelov: Une minute ! Je ne peux pas te laisser commencer cette guerre, pas encore.

Orelov empêcha Judins d'appeler Trotski puis rejoignit le canal.

  • Orelov: Te voilà, Léon. Bien protégé... peut-être un peu trop... Ce bateau me permettrait de traverser le canal.

Orelov franchit le canal en évitant les projecteurs et infiltra un entrepôt tout proche.

  • Orelov: Si je peux atteindre le boitier électrique situé de l'autre côté du bâtiment, je pourrai faire descendre l'ascenseur.

Arrivé sur les toits, Orelov pénétra dans les appartements de Trotski en se servant d'un câble comme d'une tyrolienne.

  • Orelov: J'imagine qu'il est à l'intérieur.

Orelov trouva Trotski.

  • Orelov: Tovarichtch Trotski...
  • Trotski: Kolya ! Tu m'as fait une de ces peurs !
  • Orelov: Je suis content de te voir, mon ami.
  • Trotski: C'est vrai ? L'une des filles du tsar est avec toi ?
  • Orelov: Oui. Je l'amène à Moscou.
  • Trotski: Tu ne l'as pas amenée ?
  • Orelov: Tu peux nous trouver un moyen de transport ?
  • Trotski: Amène la fille... Je ne peux rien faire si vous n'êtes pas ensemble.
  • Orelov: Elle est sous ma protection.
  • Trotski: Désolé, Kolya. J'aurais aimé que tu amènes cette fille.
  • Orelov: Non ! Tu fais une erreur, Léon !
  • Trotski: Je me moque de votre guerre avec les Templiers. La seule chose qui compte à mes yeux, c'est la révolution ouvrière. Et cette fille est un symbole. Elle doit mourir.

Conséquences

Orelov fut trahi et fait prisonnier par son ami Léon Trotski.

Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard