Fandom

Assassin's Creed

Un ennemi commun

4 643pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

AC4icon.png

Un ennemi commun est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique d'Adewalé, revécue en 2013 par un chercheur d'Abstergo Entertainment à travers l'Animus.

Description

Adewalé, échoué sur la côte de Saint-Domingue, se lança à la recherche du destinataire du paquet de l'amiral Templier.

Dialogue

Adewalé se réveilla sur une plage, et remarqua une esclave poursuivie par un contremaître.

  • Contremaître: Sale truie.
  • Femme: Non !
  • Contremaître: Ça te coûtera une oreille !
  • Adewalé: Sale brute. Le Templier attendra. Cette femme ne mérite pas ça.

Adewalé se lança à sa poursuite après avoir ramassé une machette sur la plage.

  • Contremaître: Arrête de courir, chienne ! Ou je te tranche les DEUX oreilles !

Adewalé tua le contremaître et sauva la fuyarde. 

  • Femme: Merci, mon Dieu. Désolée. Je n'ai rien à t'offir si ce n'est ma gratitude.
  • Adewalé: Je n'attends rien d'autre. Enfant, j'ai dû fuir le même sort.
  • Femme: Pourquoi as-tu risqué d'être repris ?
  • Adewalé: Les hommes de principes savent que le seul vrai danger est de fermer les yeux. Je cherche Bastienne Josèphe. Tu la connais ?
  • Femme: Si je la connais ? Bien sûr que non ! Mais n'importe quel "gentilhomme" peut te conduire à elle. Pour lui, c'est trop tard. Tu en trouveras un autre en ville.
  • Adewalé: À mon tour de te remercier. Tu as un endroit où aller ?
  • Femme: Ma famille m'attend dans les montagnes. Derrière les montagnes, il y a d'autres montagnes.
  • Adewalé: Que Dieu soit avec toi.

Adewalé s'en alla chercher un gentilhomme qui le ménerait à Bastienne.

  • Louis: Les filles de Madame Josèphe valent presque celles de Paris. Mais retiens bien mes paroles : Guzan m'est exclusivement réservée. Je lui rends justement visite pour lui offrir un présent !
  • Homme: Je vous souhaite bien du plaisir, monsieur. Et soyez rassuré, ce n'est pas moi qui vous ferai concurrence. J'ai le coeur trop faible !

Adewalé suivit l'homme jusqu'à un bordel, dans lequel il surprit une conversation entre Bastienne et le Gouveneur de Fayet.

  • FC Un ennemi commun 6.png

    Adewalé espionnant Bastienne et le gouverneur de Fayet

    Bastienne: Vous me demandez de trahir ?
  • Pierre: Pour le bien des esclaves. 
  • Bastienne: Monsieur le gouverneur, se révolteraient-ils s'ils se sentaient en sécurité à la plantation ?
  • Pierre: Bien sûr. C'est dans leur nature bestiale. La violence est la seule chose qui les motive. Comme l'argent pour vous. Si vous tenez à protéger vos amis africains, faites passer le mot. Et faites en sorte qu'ils se calment. Sinon...
  • Bastienne: Inutile d'en dire davangate. Je sais de quoi vous êtes capable.
  • Pierre: Je ne ferais pas de mal à une mouche. Mais leurs contremaîtres ont le droit de les châtier comme bon leur semble.
  • Bastienne: Cela ne sera pas nécessaire. Je transmettrai votre message. Mais cela coûtera cher.
  • Pierre: Nous en profiterons tous les deux.
  • Bastienne: Puis-je vous offrir un autre de mes services, gouverneur ?
  • Pierre: Un vieillard comme moi ? Je dois dire que Guzan m'a déjà épuisé. 
  • Bastienne: Alors je ne vous retiens pas.

Adewalé approcha à Bastienne.

  • Un ennemi commun 4.png

    Adewalé rapportant le paquet à Bastienne Josèphe

    Adewalé: Madame Josèphe. Vous attendez un paquet ?
  • Bastienne: Oui, mais pas venant de ta part. Où est l'amiral ? Je vois. Et est-ce que tu penses me faire subir le même sort ? Jette un coup d'oeil. À la moindre menace, ces hommes te tueront.
  • Adewalé: Je ne suis pas venu te menacer. Explique-moi pourquoi les Templiers te laissent agir à ta guise.
  • Bastienne: Je ne suis qu'une messagère. Mais avant de me juger, rappelle-toi que leur argent, comme tout autre, permet d'acheter la liberté de tes frères. Je connais cette marque.
  • Adewalé: Tu ne connais rien.
  • Bastienne: Tu as la marque d'un esclave, l'éloquence d'un lettré... les mains... d'un marin... et la capuche d'un Assassin. Et tu as peu d'armes. Tu as fait naufrage à cause de l'orage, non ? De quoi as-tu besoin ? D'un abri ? D'un navire ? La vente de ce paquet pourrait t'offrir toutes ces choses.
  • Adewalé: Je n'ai besoin de personne pour les obtenir. Mais si tu peux prouver ce que tu avances, nous pourrons sûrement réussir à nous entendre, tous les deux.
  • Bastienne: Tu veux jouer à ce jeu ? Fort bien. Dans ce cas, tu vas me rendre un service. Augustin Dieufort est un homme très secret. Tu devras trouver son contact à la plantation et lui transmettre ce message du gouverneur. Augustin te fournira toutes les preuves dont tu as besoin. Répète ce mot de passe : Si li pas dodo crab' la va manger (Si tu ne dors pas, le crabe va te manger.)
  • Adewalé: (Si tu ne dors pas, le crabe va ta manger.)
  • Bastienne: Pas mal. Tu es convaincant, comme baryton. Maintenant, tu ferais mieux de partir avant que mes admirateurs se fassent des idées.


Conséquences

Adewalé sut désormais où commencer son enquête.

Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard