Fandom

Assassin's Creed

Un accueil chaleureux (Revelations)

4 647pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

ACRicon.png
Vous êtes sur la page de la mémoire d'Assassin's Creed: Revelations, peut-être cherchez-vous la mémoire d'Assassin's Creed II.

Un accueil chaleureux est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique d'Ezio Auditore da Firenze, revécue en 2012 par Desmond Miles à travers l'Animus.

Description

En arrivant à Constantinople, Ezio est chaleureusement accueilli par le chef de la confrérie locale, Yusuf Tazim. Sur le chemin menant au Quartier général des Assassins de Galata, ils furent attaqués par des Templiers Byzantins. Ils parvinrent toutefois à atteindre le quartier général sains et saufs.

Dialogue

ACR Un accueil chaleureux 2.png

Ezio et Suleiman à bord du bateau

Arrivant à bord d'un navire, Ezio discuta avec un inconnu, le Prince Suleiman.

  • Ezio: Quelle vue magnifique.
  • Suleiman: Et ce n'est pas terminé.
  • Ezio: Il n'y a en Europe aucune ville aussi majestueuse.
  • Suleiman: Eh bien, pour être précis, voici l'Europe... et voilà l'Asie.
  • Ezio: Ah... certaines frontières résistent encore aux Ottomans.
  • Suleiman: Très peu. Je devine que vous êtes italien, mais pas par votre tenue. Voyagez-vous depuis longtemps ?
  • Ezio: Sì, da molto tempo (Oui, depuis longtemps). J'ai quitté Rome il y a douze mois, en quête... d'inspiration. Et c'est cela qui m'a conduit ici. Quand j'étais jeune, mon père me racontait des histoires sur la chute de Constantinople.
  • Suleiman: Vous voulez parler de la conquête de Constantinople ? La morale d'une histoire reflète le caractère de l'homme qui la raconte.
  • Ezio: Ça, je vous l'accorde.
  • Suleiman: Tant mieux. Constantinople est une ville ouverte à tous. Aux étudiants comme moi ou... aux voyageurs comme vous.

Le navire accosta.

  • Suleiman: J'ai tellement de travail ici, mais c'est bon de rentrer chez soi.
  • Ezio: Du travail ? Quand j'avais votre âge, ce qui m'intéressait... [Voyant Sofia Sartor] était plutôt... Salve (Bonjour).
  • Suleiman: Incroyable. Je m'étonne que vous ayez réussi grand-chose.
  • Ezio: Tout comme ma mère.
  • Suleiman: Ce fut un plaisir de parler avec vous, Monsieur. J'espère que vous trouverez ce que vous cherchez, ici.
  • Ezio: J'en suis persuadé.

Sofia fit tomber un paquet, que Suleiman s'empressa de ramasser.

  • Suleiman: Faites-moi cet honneur, madame ?
  • Sofia: Grazie (Merci), mon garçon.
  • Ezio: Un érudit et un gentilhomme. Vous recelez bien des surprises.
  • Suleiman: Si peu, mon ami. Que Dieu vous bénisse !

Alors que Suleiman s'en allait, Ezio fut accosté par un homme portant la tenue des Assassins.

ACR Un accueil chaleureux 3.png

Yusuf accueillant Ezio

  • Yusuf: Hoshgledin kardeshim ! (Bienvenue, mon frère !) Si la légende dit vrai, c'est un honneur de croiser ton chemin. Le célèbre maître et mentor : Ezio Auditore de bla la la !
  • Ezio: Prego ? (Pardon ?)
  • Yusuf: Pardonne-moi. Tout ce charabia italien est difficile à comprendre.
  • Ezio: Da Firenze. La ville où j'ai vu le jour.
  • Yusuf: Ah, ah ! Alors selon vos coutumes, je me nommerais... Yusuf Tazim da Istanbul ! Ça me plaît !
  • Ezio: Istanbul ? Encore un autre nom pour cette ville ?
  • Yusuf: Oui, le préféré du peuple. Viens, mentor da Firenze. Je vais te faire visiter.

Avant de poursuivre son chemin dans la ville, Ezio s'approcha de deux gardes ottomans qui discutaient.

  • Garde 1: Pourquoi ces maudits Byzantins résistent-ils encore ? Ils ont eu leur chance et ils ont presque détruit cette ville.
  • Garde 2: Quand la ville est tombée, elle n'abritait que 40 000 miséreux.
  • Garde 1: Exactement. Et aujourd'hui ils sont plus de 300 000 hommes et femmes, et c'est grâce à nous.
  • Garde 2: Nous avons réveillé cette ville, nous l'avons rebâtie !
  • Garde 1: Pas selon les Byzantins. Ils sautent sur la moindre occasion pour créer des problèmes. [À Ezio] Méfiez-vous des mercenaires vêtus de rouge: ce sont des Byzantins. Et ils bafouent nos lois.

Ezio partit et s'adressa à un commerçant et son épouse.

  • Homme: Mon père ne supporte plus cette violence. Il devra fermer boutique si les choses empirent.
  • Femme: Cela finira par passer. Peut-être quand le sultan reviendra.
  • Homme: Tiens ! Ce sultan est faible. Il laisse agir ces ambitieux de Byzantins et regarde ce qui arrive !
  • Femme: Tu ne devrais pas dire de telles choses...
  • Homme: Pourquoi ? Ce n'est que la vérité ! Mon père est un honnête homme et on le vole en toute impunité. [À Ezio] Pardonnez-moi, monseigneur. Si vous logez en ville, passez à la boutique de mon père. C'est un homme bon, mais ces satanés voleurs le poussent à la ruine.

Ezio commença ensuite à marcher en compagnie de Yusuf.

  • Yusuf: Bienvenue dans le quartier de Galata. Il accueille les orphelins d'Europe et d'Asie depuis des siècles. Il n'existe pas d'endroit plus cosmopolite en ville. C'est pour cela que les Assassins s'y sont établis.
  • Ezio: Conduis-moi auprès d'eux.
  • Yusuf: Kesinlikle. (Absolument.) La Confrérie se réjouit de rencontrer l'homme qui a anéanti les Borgia.
  • Ezio: Oh. Tout Istanbul est déjà au courant de mon arrivée ?
  • Yusuf: Eh bien, ton petit séjour en Terre Sainte n'est pas passé inaperçu.
  • Ezio: J'ai entrepris ce voyage sans intention de me battre. Je cherchais la sagesse. Les trésors de la Bibliothèque d'Altaïr.
ACR Un accueil chaleureux 4.png

Un Byzantin visant Ezio et Yusuf

  • Yusuf: Sans te douter qu'elle était condamnée depuis trois siècles ?
  • Ezio: Ça, je m'y attendais. Mais je ne pensais pas qu'elle serait gardée par des Templiers.
  • Yusuf: C'est étrange, non ? Il y a cinq ans, les Templiers étaient à peine implantés ici. Juste une petite faction rêvant de restaurer l'Empire byzantin. Mais ils sont chaque jour plus nombreux. Et le départ du sultan Bayezid pourrait les pousser à tenter un coup de force.
  • Ezio: N'y a-t-il pas d'héritier au trône ottoman ?
  • Yusuf: Pas un, deux ! Des frères ennemis. C'est une tradition dans la famille royale. Il suffit que le sultan tousse - ahem ! - et les princes dégainent.
  • Ezio: Entre les Templiers et les Ottomans, tu ne dois pas chômer
  • Yusuf: Ezio, j'ai à peine le temps d'aiguiser ma lame !

Alors qu'ils étaient dans une allée, un byzantin armé d'une arquebuse tira sur eux. Fort heureusement, la balle se logea dans un mur derrière eux. Yusuf élimina l'arquebusier avec un couteau mais ils furent vite assaillis par d'autres gardes.

  • Yusuf: Tu m'en laisses un peu ?
    Il faut que j'essaie ça !
    Inanilmaz.
    (Incroyable.) Quelle maîtrise !
    Ezio, regarde ! En voilà d'autres.
ACR Un accueil chaleureux 5.png

Les Byzantins surpris par des gardes ottomans

Alors qu'Ezio dégainait sa dague, Yusuf l'arrêta.

  • Yusuf: Non, non. Regarde.

Un groupe de gardes ottomans poursuivit les Byzantins.

  • Ottoman: Byzance est morte et tu vas la rejoindre !
  • Yusuf: Toute la ville s'éveille pour t'accueillir, Ezio ! D'abord, les régents et maintenant la vermine ! Les soldats ottomans détestent vraiment ces renégats byzantins. Ça nous laisse un peu le champ libre.
  • Ezio: Pour faire quoi ?
  • Yusuf: Euh, pas grand-chose. Ils te tueront quand même si tu les nargues, mais après, ils s'en voudront.
  • Ezio: C'est touchant.
  • Yusuf: Tout ne va pas si mal. Pour la première fois depuis des décennies, les Assassins sont en nombre, ici. Ça n'a pas toujours été ainsi. Sous l'empereur byzantin, les Assassins étaient persécutés et massacrés.
    On y est presque.
    Suis-moi.

Conséquences

Ezio se fit un nouvel ami et rejoignit le Quartier général des Assassins de Constantinople.

Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard