Fandom

Assassin's Creed

Templiers italiens

4 641pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Templiers.pngAC2icon.pngACBicon.pngACMicon.pngACIDicon.pngLfilmicon.png

Le groupe des Templiers italiens était la branche italienne de l'Ordre des Templiers.


Histoire

Assassinat de Sforza

Le premier fait d'arme très connu de l'Ordre italien fut l'assassinat de Galeazzo Maria Sforza, qui survint le jour de Noël 1475 à Milan. Le prince et dirigeant de la ville Galeazzo Maria Sforza avait accepté une alliance avec les Medici de Florence, ce qui était contraire aux desseins des Templiers. Ces derniers entreprirent de le tuer pour fragiliser durablement cette alliance, en envoyant quelques uns de leurs membres, soit Giovanni Andrea Lampugnani, Carlo Visconti et Gerolamo Olgiati, tous exécutés par la suite[1].


Conjuration des Pazzi

Puis vint la tentative d'assassinat envers les Medici, tentative qui fut approuvé par le pape Sixte IV. Le 25 avril 1478, les Templiers se réunirent sous l'église Santa Maria Novella et établirent leur plan. Ils décidèrent d'agir le lendemain, quand Lorenzo et Giuliano de' Medici seraient devant la grande église. Une fois le plan convenu, ils prêtèrent serment aux Templiers, ignorant qu'ils avaient été épiés par l'Assassin Ezio Auditore. [2]

ACII Le secret de Novella 3.png

Les conjurés prêtant serment aux Templiers

Le lendemain, alors que tout Florence était réunie devant Santa Maria Novella pour applaudir son souverain, les conjurés passèrent à l'attaque. Bernardo Baroncelli attaqua le premier en poignardant Giuliano. Alerté par le bruit, Lorenzo se retourna pour faire aux assaillants, mais fut poignardé dans le dos par Stefano da Bagnone et Antonio Maffei. De son côté, Francesco de' Pazzi poignarda le pauvre Giuliano à dix-neuf reprises, le vingtième coup de poignard se fichant dans sa propre cuisse. Malgré sa blessure, Francesco put affronter le Magnifique mais dut fuir quand Ezio Auditore vint en aide au souverain florentin

ACII Des loups déguisés en brebis 8.png

Francesco et Baroncelli attaquant Giuliano

Il le conduisit ensuite en sécurité dans son palais, puis apprit que les forces de Francesco prenaient d'assaut le Palais de la Seigneurie. Ezio se rendit au palais et supprima Francesco, avant de pendre son corps aux fenêtres du palais en guise d'exemple. Jacopo de' Pazzi, qui haranguait la foule à se joindre aux Pazzi, dut fuir[2].

La conspiration vénitienne

La soif de pouvoir des Templiers ne s'arrêtait pas là et ils entreprirent aussi de prendre le contrôle de la puissante Venise. Carlo Grimaldi, un membre du gouvernement de la cité, profita de sa place de proche du doge Giovanni Mocenigo pour l'empoisonner. Grimaldi fut assassiné par Ezio Auditore, mais les Templiers réussirent néanmoins à placer l'un des leurs à la tête du gouvernement de la Sérénissime en la personne de Marco Barbarigo. Seulement ce dernier ne resta au pouvoir que jusqu'à l'année suivante. Malgré un niveau de sécurité maximale autour de sa personne, il fut à son tour assassiné par Ezio. L'Assassin finit par nettoyer Venise des derniers conspirateurs Templiers, comme Silvio Barbarigo et Dante Moro[2].


Papauté

Dans les années qui suivirent, Rodrigo Borgia réussit à se faire élire pape pour non seulement avoir une grande autorité en Italie mais aussi pour avoir accès à la crosse papale qui s'avérait être en réalité un bâton d'Eden, un des Fragments d'Éden de la Première Civilisation mais aussi dans le but d'ouvrir le sanctuaire sous la Chapelle Sixtine. En décembre 1499, lors d'une messe, l'Assassin Ezio Auditore vint le confronter pour en finir une bonne fois pour toute mais Rodrigo l'attendait et surtout la Pomme d'Eden de Chypre qu'il avait en sa possession. Alors que le pape avait remporté la première manche de leur combat, il ne parvint pas à ouvrir le sanctuaire, malgré qu'il avait les artefacts en sa possession. Ezio l'engagea dans un combat à mains nues qu'il remporta et entra dans le sanctuaire. Le Grand Maître en profita pour s'enfuir et rejoindre ses fidèles qu'il lui restait encore[2].


Un tyran appelé Cesare Borgia

Alors qu'Ezio, après avoir été témoin de révélations aussi incompréhensibles que fantastiques avait quitté Rome pour regagner Monteriggioni en Toscane, pensant son combat terminé, Rodrigo avait rejoint son fils Cesare Borgia, général en chef des armées papales. Mais ce dernier entreprit de se venger des Assassins et des Auditore, malgré la mise en garde du pape[3].

Galerie

Membres notables

Alliés



Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard