Fandom

Assassin's Creed

Templiers français

4 651pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Templiers.pngACLicon.pngACRicon.pngACUicon.pngNewinitiatesicon.pngUbookicon.png

Les Templiers français constituent la branche de l'Ordre des Templiers basée en France. C'est un Ordre puissant qui enclencha notamment la Révolution française dans le but de réaffirmer le contrôle sur le peuple et donc sur le pouvoir gouvernemental du pays, tout cela après un coup d'état interne à l'organisation[1].


Histoire

Le Rite français fut, à l'instar d'autres branches anciennes de l'Ordre des Templiers, créé sur les cendres de l'Ordre des Templiers originel, peu après l'exécution de Jacques de Molay, dernier Grand Maître officiel[1]. C'était l'un des Rites les plus puissants, un de ceux qui envoya créer de nouvelles branches de l'Ordre dans le Nouveau Monde, comme celle implantée en Louisiane française et dirigée par Madeleine de l'Isle, Rite qui prit la succession spirituelle des Templiers caribéens. L'influence du Rite français se ressentait dans toutes les colonies françaises, comme au Canada français avec des hommes influents dans l'administration (Charles Gabriel Sivert)[2] ou plus tard à Saint-Domingue pendant la Révolution haïtienne (Jean-Louis Villatte)[3].


Affaires dans les Colonies

Au XVIIIème siècle, le Rite français participa activement aux recherches de Fragments d'Éden de la Première Civilisation, initiées au début du siècle par le Grand Maître Laureano de Torres y Ayala[4] et reprises par l'Ordre du Rite Britannique en tête de file avec à leur tête le Grand Maître Reginald Birch[2]. C'est surtout au Mexique que se tourna les efforts du Rite français, notamment en invitant mademoiselle Madeleine de l'Isle de la Nouvelle-Orléans à rejoindre l'Ordre et à fonder un Rite dans sa colonie natale dont elle deviendra Grand Maître, afin de pouvoir poursuivre des recherches fructueuses sur un site maya appelé Chichén Itzá[5].


Lancement de la Révolution

Pendant les troubles importants de la Révolution française, le gros des forces du Rite français se concentra en métropole, alors qu'un complot avait largement éclaté avec l'assassinat du Grand Maître François de la Serre à Versailles en 1789, commandité par un membre exclu, François-Thomas Germain, qui prit le contrôle de l'Ordre et le mena dans une direction nouvelle plus radicale. Germain avait découvert des décennies plus tôt ll'héritage de Jacques de Molay et voyant que l'Ordre des Templiers stagnait et s'enlisait dans une forme de décadence fit en sorte de ramener dans la direction originelle l'organisation pour retrouver sa puissance d'antan, notamment avec le complot contre de la Serre comme coup d'envoi[6]. En effet, l'orfèvre et ses partisans provoquèrent la Révolution, dans le but caché était de dissoudre la monarchie et d'instaurer une République, c'est-à-dire "donner le pouvoir au peuple français", alors qu'en réalité l'Ordre contrôlait le peuple et tirait les ficelles en coulisses. Jusqu'à la fin de la Terreur, en 1794, les membres éminents de l'Ordre furent éliminés, en passant par Maximilien de Robespierre, avec qui prit fin le spectre de cette période, puis Germain lui-même, achevé par l'Assassin Arno Dorian après avoir tué la prétendante au titre de Grand Maître Élise de la Serre[1].

Mais comme l'avait prédit Germain, sa mort ne signifierait pas la fin du Rite français, car d'autres poursuivrait son œuvre. Ainsi quelques années après, des Templiers français profitèrent des désordres de la rébellion des esclaves en Haïti pour tenter de s'emparer du contrôle de la colonie, à l'instar de Jean-Louis Villatte, un agent du Rite et militaire français de la République française qui fut néanmoins refoulé par les Assassins haïtiens en 1801[3].


Membres notables

ConservateursExtrémisteurs

Alliés

Autres


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard