Fandom

Assassin's Creed

Sofia Sartor

4 636pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

ACRicon.pngRVbookicon.pngEfilmicon.png

Sofia Sartor (1476-inconnue) était une femme de la Renaissance, en harmonie avec le courant humaniste et son statut de bibliothécaire. Elle devint l'épouse d'Ezio Auditore da Firenze[1].

Née à Constantinople, elle et sa famille furent contraints de quitter la cité pour Venise en raison de la guerre ottomano-vénitienne. Toutefois, elle ne put oublier la cité qui l'avait vu naître et elle retourna à Constantinople en 1507, où elle ouvrit une bibliothèque à l'emplacement de l'ancien comptoir des Polo. En 1511, elle croisa la route de l'Assassin Ezio Auditore. Ensemble, les deux eurent deux enfants. C'est une ancêtre de Desmond Miles.

Plyglotte, multiculturelle et intelligente, elle était passionnée de littérature, ce qui la poussa à ouvrir une librairie.

Biographie

De parents vénitiens, Sofia Sartor était une Ottomane propriétaire d'une boutique de livres, anciennement comptoir de Niccolò Polo et une adepte de la littérature. Née dans la ville de Constantinople, Sofia avait été contrainte de partir avec sa famille à Venise durant l'an 1498, quand la guerre entre les Vénitiens et les Ottomans éclata[2].


De retour à Constantinople

Sofia retourna dans sa ville natale en 1507, longtemps après les hostilités, pour rouvrir la boutique de livres de son père située dans le quartier de la basilique Sainte Sophie, dont elle ignorait que c'était jadis le vieux comptoir de Polo[2].


Rencontre avec Ezio

Début 1511, elle rencontra l'Assassin Ezio Auditore da Firenze. Ils se lièrent rapidement d'amitié, mais Sofia mit un certain temps avant de prendre conscience qu'Ezio appartenait aux Assassins et que les Templiers faisaient peser une terrible menace sur la ville. Sa curiosité fut attisée lorsqu'Ezio découvrit l'une des clés de la bibliothèque de Masyaf sous sa boutique, puis lui demanda de l'aider à trouver les autres clés cachées aux quatre coins de la ville. Sofia accepta par pure curiosité intellectuelle et s'investit dans cette aventure avec l'enthousiasme d'une archéologue débutante[2].


Les Clés de Masyaf

Sofia maîtrisait plusieurs langues et avait une connaissance détaillée des textes et des cryptogrammes anciens. Elle se révéla l'alliée idéale pour aider Ezio à déchiffrer les inscriptions d'une vieille carte laissée par les frères Polo. Après avoir consacré sa vie à préserver l'héritage de son père, Sofia se laissa séduire par cette chasse au trésor avec un bel et mystérieux Italien qui lui apportait toute l'excitation et la stimulation intellectuelle manquant cruellement à son existence[2].


Au cœur du conflit

Persuadé que Sofia ne cautionnerait jamais la violence de ses actes au sein de la Confrérie, Ezio tenta d'en préserver la jeune femme, mais son secret fut dévoilé lorsque ses ennemis, dont Ahmet à leur tête, la précipitèrent au cœur du conflit ancestral entre Assassins et Templiers. En dépit de ces dangers, Sofia comprit et respecta le rôle d'Ezio et leur amitié se transforma rapidement en amour[2].


Retour en Italie

Ils rentrèrent en Italie peu de temps après les événements de Constantinople. Ils se marièrent à Florence et s'établirent à proximité de la ville et eurent deux enfants, Flavia Auditore et Marcello Auditore. Ils passèrent le reste de leurs vies éperdument amoureux[1].


Caractère

  • Une femme intelligente et cultivée, très mature malgré son âge, Sofia avait une grande passion pour la littérature, ce qui l'avait poussée à rouvrir la boutique de livres de son père, dans l'espoir de partager l'effet de démocratisation.
  • Sofia était une femme réfléchie et travailleuse qui aimait converser avec ceux qu'elle considérait comme ses égaux sur le plan intellectuel. Elle n'avait pas la patience d'échanger des banalités avec ses clients, mais son intelligence et son sens de l'humour compensaient toujours ce que certains pouvaient ressentir comme de la froideur.


Galerie



Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard