Fandom

Assassin's Creed

Russie

4 636pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

MondeRéel.pngACBicon.pngACPLicon.pngACCRicon.pngTFbulleicon.pnglink:Category:Assassin's Creed: The Chain

La Russie, (Россия) est le plus vaste État de la planète. Le pays est à cheval sur l’Asie du Nord (74,7 %) et sur l’Europe (25,3 % de sa superficie). Sa capitale est Moscou[1].


Histoire

XVe siècle

Pendant son séjour à Rome, Ezio Auditore da Firenze envoya une équipe d'apprentis à Moscou pour garder un œil sur Ivan Vasilevich III. Ils commencèrent par enquêter sur la disparition de Pietro Antonio Solari, un Assassin qui avait disparu alors qu'il travaillait en tant qu'architecte au Kremlin. Ils découvrirent une voûte avec des documents qui révélèrent que Solari avait été assassiné par un autre italien, connu seulement comme "Aristote".

Ils décidèrent que leur meilleure option était d'essayer de trouver Aristote et ont commencé leurs recherches au Kremlin. Après avoir interrogé plusieurs personnes, ils se dirigèrent vers une église, où ils trouvèrent finalement l'homme qu'ils cherchaient, Ridolfo Fioravant. Ridolfo leur révéla qu'Ivan était proche de découvrir la présence de l'Ordre des Assassins, et qu'il avait été obligé de le tromper.

Les Assassins décidèrent alors d'inventer l'histoire d'une secte fictive, la secte Strigolniki, pour tromper Ivan. Ils créèrent des documents de toute pièce et les répandirent parmi la population, causant la paranoïa chez les citoyens de Moscou. Pour cette raison, Ivan abandonna rapidement son enquête sur la Confrérie commença à étudier la secte Strigolniki à la place[2].


XIXe et XXe siècles

Le règne des tsars

(Voir l'article "Russie impériale et révolutionnaire")

Le nouvel Empire était gouverné par la famille Romanov et ses souverains se firent appeler "tsars", un terme slave dérivé du romain "César". Sous l'autorité de ces nouveaux suzerains, les régions limitrophes furent annexées et la Russie devint le deuxième plus grand Empire contigu de l'histoire. Malgré les efforts de monarques tels que Pierre le Grand et Catherine II pour réformer et améliorer les infrastructures du pays, l'industrialisation de la Russie creusa le fossé entre les minorités riches et la masse de paysans pauvres. Ces derniers étaient pour la plupart d'anciens serfs au service de propriétaires terriens aristocrates, qui furent émancipés au XIXe siècle avant d'être étouffés par les taxes et l'absence quasi-totale de mobilité sociale. Les ouvriers de l'Empire souffraient aussi de mauvaises conditions de travail et du peu de protection que leur offrait le gouvernement impérial. La lutte entre nobles et ouvriers s'aggrava progressivement jusqu'à menacer le pouvoir des tsars, et au lendemain de la Première Guerre mondiale, alors que l'économie russe était en berne, l'Empire était au bord d'une guerre civile qui allait mettre un point final à l'autocratie des Romanov[3].


La chute

La fin des années 1800 marqua la fin du règne du tsar Alexandre II, un allié des Templiers, et l'ascension au pouvoir de son fils Alexandre III. Le groupe révolutionnaire responsable de la mort d'Alexandre II était une guilde d'Assassins russes appelée Narodnaya Volya ("la Volonté du Peuple"), dont l'un des principaux objectifs était d'affaiblir le pouvoir des Templiers. Quand l'accession au trône d'Alexandre II renforça la mainmise de l'Ordre des Templiers sur le pays, les Assassins envoyèrent Nikolaï Orelov tuer le tsar. Le 29 octobre 1888, Orelov monta à bord du train rapide qui conduisait le tsar de Crimée jusqu'à Saint-Pétersbourg. Ayant été informé que le monarque voyagerait seul, Orelov fut pris au dépourvu lorsqu'il se trouva face à la famille impériale. Le tsar en profita pour attaquer l'Assassin par surprise et parvint à le maîtriser aisément. Orelov ne lui infligea qu'une seule blessure, à l'abdomen, avec sa lame secrète, avant que le train ne déraille. Alexandre prit de nouveau le dessus sur l'Assassin au milieu des décombres de l'accident avant de lui révéler triomphalement que le Bâton impérial était bien plus qu'un simple symbole d'autorité. Il s'agissait d'un Fragment d'Eden. Le tsar mit Orelov au défi de l'affronter avec la relique, puis le terrassa une fois de plus. Mais il refusa de tuer l'Assassin sous les yeux de ses enfants[4].


L'explosion de la Toungouska

À la mort d'Alexandre III, en 1894, son fils Nicolas II monta sur le trône. Pendant ce temps, les Assassins continuaient de rassembler des informations sur le Bâton impérial.
En 1908, Nikolaï Orelov finit par découvrir où se trouvait la relique en interrogeant un prisonnier Templier du nom de Dolinsky.

Accompagné d'autres Assassins, il se rendit dans un complexe industriel situé à Toungouska afin de détruire le Bâton d'Eden. Ils prirent le contrôle du bâtiment, mais furent happés par l'explosion que leur allié Nikola Tesla avait déclenchée depuis l'Amérique. Ce dernier réussit à détruire le Bâton grâce à sa téléforce, mais Orelov fut le seul survivant de la détonation[4].


La Révolution

StPet Revol.png

La révolution des Bolchéviques à Saint-Pétersbourg

Neuf ans plus tard, le leader révolutionnaire Vladimir Lénine entra en contact avec Orelov pour qu'il assassine Nicolas II et mettre fin au régime impérial. Orelov épargna le tsar déchu qui n'avait pas la même hargne que son père et qui promettait de s'enfuir avec sa famille chez son cousin en Angleterre. L'Assassin découvrit ainsi que le Bâton impérial de Nicolas II n'était qu'une réplique du Fragment d'Eden et en déduisit, par les dires de Nicolas II, que Raspoutine avait conservé un morceau de l'original détruit neuf ans plus tôt.

Peu de temps après, Nikolaï retrouva ce morceau, un minuscule éclat enterré dans la tombe de Grigori Raspoutine. Orelov émigra ensuite en Amérique avec sa femme et sa fille[4].


En 2002

En 2002, l'agent des Templiers Daniel Cross se rendit au Théâtre Bolchoï à Moscou et s'introduisit dans la Bibliothèque cachée d'Ivan le Terrible pour y récupérer des informations sur le Prophète et son codex[5].


Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard