Fandom

Assassin's Creed

Rodrigo Borgia

4 639pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion10 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Templiers.pngAC2icon.pngACBicon.pngRNbookicon.pngBHbookicon.pngLfilmicon.png
"Son nom est Rodrigo Borgia. C'est l'un des hommes les plus puissants d'Europe, et c'est aussi le chef de l'Ordre des Templiers."
– Mario Auditore à son neveu Ezio, 1478.[src]

Rodrigo Borgia (1431 – 1503) était un aristocrate espagnol qui devint Grand Maître de l’Ordre des Templiers du Rite Italien et joua un rôle de premier plan dans l’Église catholique, au point qu’il devint pape sous le nom d’Alexandre VI de 1492 à 1503.

Il est l’une des figures les plus controversées de l’Histoire de l’Église et restera toujours connu pour sa débauche et sa corruption. Malgré sa réputation, Rodrigo demeura un fin politicien qui sut prospérer au cours des terribles luttes pour le pouvoir qui agitèrent l’Italie de la Renaissance italienne[1].

Originaire d'Espagne, la famille Borgia s'installa en Italie alors qu'il était encore jeune. Il y fit ses études et il devint clerc. Usant de sa position, Rodrigo fut le cerveau d'un grand nombre de complots qui agitèrent cette époque, faisant assassiner ses rivaux politiques afin d'obtenir plus d'influence, agissant toujours dans l'intérêt des Templiers. Étant l'un des hommes les plus puissants d'Europe, son autorité s'étendait bien au delà du continent.

En 1488, il organisa une expédition à Chypre dans l'optique de récupérer une Pomme d'Éden et de la rapporter à Venise. Il fut néanmoins stoppé par Ezio Auditore da Firenze et les Assassins italiens. Quatre ans plus tard, Rodrigo fut élu pape, après avoir probablement acheté plusieurs voix.

À la tête de sa puissante famille, il chercha avant tout à étendre le pouvoir de son ordre en Europe, reniant les vrais objectifs des Templiers.


Biographie

Grand Maître des Templiers

Né sous le nom de Llançoll, Rodrigo ne changea son patronyme qu’en 1455, lorsque son oncle, Alonso de Borja, fut élevé au rang de pape sous le nom de Calixte III. Appréciant le geste, le pape lui attribua plusieurs postes de choix dans l’Église et, moins de trois ans plus tard, Rodrigo avait atteint le rang de cardinal. Il entreprit alors d’accumuler fortune et influence, mais resta un homme de l’ombre durant plusieurs décennies[1].

En 1476, Rodrigo était devenu le Grand Maître des Templiers et mettait au point un plan pour unir toute l’Italie sous leur bannière. Milan fut sa première cible, où il tenta de faire assassiner le duc Galeazzo Maria Sforza. Malgré l’intervention de Giovanni Auditore, membre de la Confrérie des Assassins, le plan des Templiers fut un succès[2]. Rodrigo consacra son attention à Florence. Il s'allia avec la Famille Pazzi et chercha à faire éliminer Lorenzo de' Medici, le dirigeant de la ville, pour le remplacer par un pion des Templiers. Lorsque Giovanni tenta à nouveau de s'interposer, Rodrigo conçut un plan visant à faire arrêter l’Assassin et sa famille et à les faire exécuter pour trahison.

Mais l’un des fils de Giovanni, Ezio Auditore, parvint à s’enfuir et jura de restaurer l’honneur de sa famille. Poussé par sa soif de vengeance, Ezio mit fin à la tentative de coup d’état des Templiers. En représailles, Rodrigo exécuta personnellement l’un des meneurs de la conjuration, Jacopo de' Pazzi, puis se rendit à Venise afin de superviser son ultime stratagème : remplacer le Doge Giovanni Mocenigo par un autre Templier, Marco Barbarigo. Ezio intervint à nouveau et contrecarra ses plans.

Rodrigo sut s’adapter, il avait d’autres projets en tête. Depuis des années, il cherchait la Pomme d'Eden, une ancienne relique dont il finit par découvrir l’emplacement durant les années 1480. Il envoya un navire pour la rapporter à Venise, espérant accomplir une ancienne prophétie du Codex d'Altaïr. La Pomme fut ramenée en ville en 1488, mais à peine Rodrigo posait la main sur l’artéfact qu’il fut défié par Ezio, puis par le reste des Assassins. Ne pouvant lutter contre tant d’hommes, Rodrigo s’enfuit à Rome et perdit la Pomme[3].

En 1491, Rodrigo parvint à convaincre Tomás de Torquemada, alors à la tête de l’Inquisition espagnole, de traquer les Assassins dans son pays. Il chercha également à empêcher Cristoforo Colombo de naviguer vers l'ouest, persuadé que son voyage le mènerait à la découverte des Amériques et de tous ses trésors, que Rodrigo espérait secrètement s'approprier. Mais Ezio déjoua une nouvelle fois ses plans et les deux projets tombèrent à l’eau[4].


Accès à la papauté

Rodrigo ne se laissait jamais abattre par ses échecs. Il poursuivit ses manœuvres politiques avec adresse, renforça sa position en arrangeant plusieurs mariages pour sa fille Lucrezia et sollicita les plus importantes factions d'Europe en échange de quelques privilèges. Sa stratégie atteignit son apogée en 1492, lorsqu’il fut élu pape sous le nom d’Alexandre VI au cours d’une des élections les plus ouvertement truquées de l’Histoire de la papauté. Il éleva son fils aîné, Juan Borgia le Jeune, au rang de capitaine général de l’armée du pape, afin de pouvoir conquérir l’Italie par la force. Mais en 1497, son autre fils Cesare, jaloux de la préférence de son père et désireux de prendre la place du favori, fit assassiner Juan. Accablé de douleur, Rodrigo déclara que la réforme de l’Église serait désormais son unique objectif, mais sa promesse fut de courte durée et, en 1498, Cesare reçut le titre de son frère. Rodrigo put alors utiliser les ressources financières de la papauté, alimentées par les spoliations des cardinaux et des opposants politiques qu’il avait fait empoisonner, pour envoyer Cesare à la conquête de toute l’Italie[1].

Le titre de Rodrigo ne lui conférait pas seulement un immense pouvoir, il lui permettait d’accéder au Bâton papal (en réalité un fragment d’Eden) ainsi qu’à la Chapelle Sixtine, où était dissimulé un sanctuaire secret renfermant un grand pouvoir. Mais Rodrigo avait besoin de la Pomme pour y pénétrer. Il essaya de la reprendre aux Assassins, à Forlì, puis à Girolamo Savonarola à Florence, mais ses expéditions se soldèrent toutes par des échecs. En 1499, Ezio lui apporta l’artéfact sur un plateau en voulant mettre fin aux ambitions de Rodrigo une fois pour toutes. Rodrigo tenta alors d’utiliser le pouvoir du Bâton, mais l’Assassin se défendit avec la Pomme et les deux hommes s’affrontèrent en duel. Rodrigo prit provisoirement le dessus, blessa Ezio et s’empara de la Pomme, mais il ne parvint pas à ouvrir le sanctuaire. Ezio et Rodrigo s’affrontèrent à nouveau, mais à mains nues, et l’Assassin l’emporta. Désabusé de ne pouvoir accéder au sanctuaire, Rodrigo lui demanda de l’achever, mais Ezio préféra l’épargner[3].


De 1500 à 1503

Incapable de s’accaparer le pouvoir du sanctuaire, Rodrigo se résigna à maintenir sa position et décida de ne plus jamais se mesurer aux Assassins. Pourtant, malgré son âge avancé, son comportement continuait de scandaliser Rome.

Cesare, le fils de Rodrigo, qui avait hérité des anciennes pulsions de son père, se servit de l’armée du pape pour assouvir ses ambitions sans le soutien de la papauté. Il démolit la forteresse des Assassins à Monteriggioni, tua leur chef Mario Auditore, récupéra la Pomme d’Eden et soumit une grande partie de la Romagne à son autorité. Son comportement autocratique le coupa du reste de l’Italie et bientôt les Assassins et les seigneurs dissidents se soulevèrent pour ébranler l’emprise des Borgia sur Rome.

En 1503, l’empire de Rodrigo s’effondrait. Il avait épuisé toutes ses ressources financières, ses alliés français avaient quitté le pays et l’étau des Assassins se refermait. Menacé et relégué à l’arrière-plan par les ambitions de son fils, Rodrigo décida d’appliquer sa méthode préférée au cas de Cesare : le poison, cette fois dissimulé dans une pomme. Mais Lucrezia dévoila ses plans à Cesare au moment où celui-ci croquait dans le fruit empoisonné. Bien qu’affaiblit par la petite dose de poison ingérée, Cesare survécut et, fou de rage, il enfonça le reste de la pomme dans la gorge de son père. Rodrigo, alors âgé de 72 ans, mourut quelques instants plus tard.

Il reçut la dernière bénédiction par Ezio Auditore, qui espionnait la scène, après que Cesare s’en soit allé[5].

Personnalité

Lorsqu'il était dans la fleur de l'âge, Rodrigo, tout comme son Cesare quelques années plus tard, avait pour ambition d'unir toute l'Italie sous la bannière des Templiers d'éradiquer les Assassins. Après son accession à la papauté, Rodrigo se convainquit qu'il était le Prophète et devint obsédé par la Pomme. C'est ainsi qu'il envoya plusieurs bataillons de soldats à Florence, sous le régime de Savonarole, pour récupérer l'artefact en la possession du moine.

Après son combat contre Ezio dans le sanctuaire et la désillusion qu'il subit, découvrant qu'il n'était pas le prophète, Rodrigo se désintéressa de la cause des Templiers, se concentrant essentiellement à maintenir l'Italie dans le giron des Borgia.

Notes

  • Rodrigo était appelé l'Espagnol par les Assassins, du fait de ses origines espagnoles.
  • Historiquement, Rodrigo ordonna l'exécution de Savonarole.
  • Dans la carte multijoueur Castel Gandolfo, des portraits de Rodrigo peuvent être aperçus sur les murs.
  • Dans Assassin's Creed: Revelations, lorsqu'Ezio est déguisé en Ménestrels, il chante une chanson sur Rodrigo.
  • Il est possible de tuer Rodrigo dans la Chapelle Sixtine, en l'empoisonnant. Ezio peut ensuite manipuler la Pomme sans utiliser ses pouvoir.
  • Dans la vidéo sur Rodrigo dans la base de données d'Assassin's Creed II, une image montre Rodrigo en habit papal en train de parler aux autres Templiers, ce qui est impossible car il accéda à la papauté en 1492 et la plupart des Templiers avaient été tué.
  • Dans la vidéo sur les frères Orsi dont la mort eut lieu en 1488, on peut voir Rodrigo dans ses habits de pape. Ceci est historiquement impossible, car il accéda à la papauté quatre années plus tard.
  • Rodrigo est mort à 72 ans, un chiffre important dans la série Assassin's Creed, surtout dans Assassin's Creed: Brotherhood, le jeu où il meurt.

Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard