Fandom

Assassin's Creed

Maxime d'Aquila (Fanfiction)

4 651pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Assassins.png
Ce personnage n'est pas canon dans l'univers de la série Assassin's Creed. Il s'agit du protagiste principal principal de la fanfiction de Soda1459.

Maxime d'Aquila (1771-1852) était un Assassin ayant opéré durant les troubles de la Révolution française. Après le brutal assassinat de son père, de sa mère et sa sœur par Le Masque, il se jura de traquer et tuer les Templiers responsables de l'exécution. C'était un ancêtre de Matt Frei.

Biographie

Jeunesse

Né au sein d'une famille relativement prospère et aimante, Maxime eut une enfance relativement calme. Pierre d'Aquila, quoique sévère, était un père aimant et attentionné. C'était aussi secrètement un membre de l'Ordre des Assassins. Dans le secret, il entrepris de former Maxime pour devenir un Assassin.

Le soir du 14 mai 1786, alors que Maxime était revenu en retard de l'école, il reçut la visite d'un mystérieux homme, qui lui posa plusieurs questions, sur les Assassins, les Templiers et sur Ezio Auditore. Ignorant tout, Maxime ne répondit pas. En réponse, l'homme lui entailla la lèvre.

En se débattant, Maxime avait fait du bruit, ce qui alerta son père. L'homme s'enfuit par une fenêtre et Maxime avertit son père, qui lui demanda de le rejoindre dans son bureau. Malheureusement, Maxime n'eut pas le temps d'y parvenir ; l'homme revint à la charge et le poignarda, mais pas mortellement.

Après quelques instants, Maxime reprit conscience grâce au domestique familial, Julien et il descendit dans la cour du palais. Là, il découvrit l'horreur. Les corps de son père, sa mère et sa soeur gisaient au sol, assassinés et son petit frère, Gabriel était enfermé dans le bureau de son père.

Maxime trouva refuge chez son grand frère Frédéric, qui fut rapidement informé de la situation. Il aida Maxime à soigner ses blessures et entreprit de le former.

Intronisation dans l'Ordre des Assassins

Après un dur entraînement, aussi physique que mental, Maxime finit par être intronisé parmi les Assassins. Il reçut ses armes et une liste de noms. Le 8 septembre 1786, Maxime se rendit à la cathédrale pour tuer la première de ses cibles, le prêtre Francis Bow.

Avant de pénétrer dans la cathédrale, il eut une brève discussion avec Le Masque. Lors de la messe, Maxime profita de sa tenue d'Assassin pour se glisser parmi les fidèles encapuchonnés et assassiner Francis au moment du sang du Christ.

Alors qu'on combat allait s'engager entre Maxime et quelques gardes, ceux-ci furent tués par Le Masque qui s'enfuit dans le même temps. Surpris, Maxime regagna néanmoins la demeure de son frère, attendant sa prochaine mission.

Six mois plus tard, il parvint à localiser le contrebandier espagnol Juan Pablo de Cabron, dans une taverne de la campagne champenoise. Lorsque le Templier localisa Maxime, il s'enfuit à bord d'une carriole, mais Maxime parvint à le rattraper et à le tuer. Sur son corps, il retrouva une missive rédigée par Le Masque informant les Templiers qu'une réunion aurait lieu le surlendemain, à l'aube, à Paris.

A Paris

Arrivé dans la capitale après un trajet cahoteux, Maxime s'installa dans une auberge, où il découvrit un avis de recherche concernant un assassin. Le lendemain matin, aux premières lueurs du jour, il se rendit sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris pour espionner les Templiers.

Il y apprit qu'ils recherchaient quelque chose en Italie ainsi qu'une Pommes d'Eden. Après la réunion, il retourna à l'auberge, où deux gardes l'interrogèrent au sujet de l'avis de recherche. Il en tua un et l'autre prit la fuite. Alors qu'il le poursuivait, le garde fut tué par une flèche, tirée par l'Assassin Connor Kenway, qui l'amena au Q.G de Assassins.

Là, il fit la connaissance du mentor local, Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau qui vit en Maxime un fort potentiel. Il lui confia sa première mission peu après, en lui demandant d'aller récupérer une Épée d'Eden au Château de Versailles.

Arrivé dans la ville royale, il coopéra avec Simone, un Assassin italien, qui l'aida à planifier son infiltration. Il se faufila dans les jardins du palais et entra grâce à une fenêtre puis pénétra dans la chambre du roi et vola l'épée. Il trouva également une lettre établissant un lien entre le roi et les Templiers.

Il parvint à s'enfuir grâce à la puissance de l'artefact et regagna Paris. Quelque temps plus tard, Honoré lui confia une autre mission ; récupérer une carte indiquant l'emplacement de temple de la Première Civilisation à un noble du nom de Guillaume Tessier.

Ce dernier avait organisé une fête dans son palais. Maxime infiltra la fête et se déguisa en garde pour pouvoir s'approcher de Guillaume. Après un sanglant combat entre Maxime et les gardes de Guillaume, il récupéra la carte et épargna Guillaume.

Le même jour, Honoré lui demanda d'aller aux quais. Les Templiers étaient parvenus à acheter une pomme d'Eden à un marin. Arrivé sur les quai de l'île de la Cité, il assista à la vente et connut, grâce à une étourderie du marin, à connaître le nom du Masque, Marcus. Alors que ce dernier quitta les quais avec la Pomme, il fut assommé par deux personnes et ramené sur les quais, devant Jacques Plaisantier, un autre Templier.

Un combat éclata entre Maxime et les gardes de Jacques, dont Maxime sortit vainqueur avant de tuer le Templier. Il apprit que ceux-ci cherchaient un moyen d'ouvrir un temple en Italie, et qu'ils cherchaient tout les Fragments d'Eden, afin d'être sûrs de trouver la clé. Il regagna le Q.G et fit le récit de sa mission à Honoré, qui, bien que déçu de ne pas avoir la Pomme, fut satisfait de la mort de Jacques.

Le jour de Noël 1787, il prit Marcus et Charles de Lysne, qui se dirigèrent vers un entrepôt. Après avoir volé la clé à un marin, Maxime y pénétra et surprit une discussion entre les deux Templiers et un autre homme, dont le visage était caché, mais qui portait l'insigne des Assassins.

Maxime les interrompit et un duel s'engagea entre lui et Charles dont Maxime sortit une nouvelle fois vainqueur. Tracassé par le traître, Maxime passa les mois suivants à le chercher, sans succès. Un jour, en 1788, Simone, revenu à Paris, l'informa qu'il avait lui aussi eu affaire au traître et l'avait combattu. Il avait réussit à lui arracher un collier et un morceau de sa tenue. Ils se rendirent compte qu'ils appartenaient à Connor et que ce dernier était parti il y a peu à son domaine. Il devint donc leur suspect numéro un.

Durant un an, lui et Simone s'activèrent pour retrouver le traître, sans succès. Le 12 juillet 1789, à l'heure où les tensions entre le peuple et les autorités étaient au plus fort, Maxime dut se re-concentrer sur les Templiers. Il se rendit dans les catacombes de la ville pour assassiner son ancien ami, Nicolas Plaisantier. Il surprit une discussion entre Nicolas et le traître, et, Connor étant dans les Colonies, ce ne pouvait être lui. Il tua son ancien ami difficilement. Sur son cadavre, il découvrit une lettre, détaillant les projets belliqueux des Templiers.

Avec Simone, ils attendirent que la foule, haranguée par le Templier Camille Desmoulins, sortent du café du Foy. Ils suivirent la foule, tout en remarquant que Camille s'était défilé. La foule fut stoppé aux Tuileries et le Régiment du Royal-Allemand lui tira dessus. Maxime et Simone intervinrent et massacrèrent les gardes, avant de regagner le Q.G.

La Prise de la Bastille

Deux jours plus tard, Maxime et Simone se rendirent aux Invalides afin d'aider les révolutionnaires à récupérer des mousquets. Ils se rendirent compte que les Invalides ne contenaient pas de poudre, et la foule se dirigea vers la Bastille. Maxime et Simone décidèrent d'y entrer pour capturer le marquis de Launay pour que la Bastille se rende par intimidation.

Tout en libérant les prisonniers, ils surprirent une conversation entre le marquis de Launay et Le Masque, le dernier menaçant le premier de le tuer. Lorsque le gouverneur se décida à livrer la prison, Le Masque s'en alla et Maxime conduisit le gouverneur à l'extérieur de la Bastille. Il ordonna à ses soldats de cesser le feu. Peu après la prise de la forteresse, de Launay fut brutalement tué par les révolutionnaires.

Le traître

Deux ans plus tard, les Assassins mirent au jour une correspondance secrète entre Honoré et le roi, dans laquelle le mentor des Assassins révélaient des informations comprométantes roi, qui était lui-même un Templier. Ils en vinrent à conclure qu'Honoré était le traître que les Assassins avaient recherchés durant toutes ces années.

Le 2 avril 1791, Maxime se rendit chez Honoré et élimina ses hommes avant de tuer le traître. Honoré expliqua sa trahison en disant que les Templiers étaient les seuls à l'avoir accepté comme il était et il rappela que Maxime doutait du Credo. Assailli de doutes, Maxime regagna le Q.G. Le jour même, les Assassins élurent le nouveau mentor en la personne de Frédéric d'Aquila, le frère de Maxime.

L'arrestation du roi

A la fin du mois de juin, les Assassins apprirent que le roi, se sentant en dange, avait l'intention de fuir vers l'Autriche. Maxime se lança alors à ses trousses. Il parvint àle rattraper à Varennes, le trouvant dans une auberge.

Le roi s'enfuit à bord d'une carriole, mais il fut vite rattrapé. L roi implora alors Maxime de le tuer, mais l'Assassin en décida autrement. C'était au peuple de décider du sort de l'ancien monarque.

L'embuscade

Par la suite, Maxime intervint lors de la fusillade du Champs de Mars, où il menaça Lafayette de le tuer si ce genre d'événements venaient à se reproduire. Puis, quelques temps plus tard, il se rendit à Notre-Dame, plus précisément dans les catacombes où il récupéa un étrange artefact qui se révéla être l'une des clé d'un temple de la première Civilisation, à Milan. A partir de là, les Assassins mirent sur pied un plan consistant à attaquer le repaire des Templiers, près de la Seine.

Au début, tout se déroula comme prévu, jusqu'à ce que Le Masque ne fasse irruption. Il tua Frédéric et pointa un pistolet sur Maxime. Dans un dernier élan de courage, Frédéric parvint à tirer une balle dans l'épaule du Masque, qui s'enfuit, avant d'étourdir Maxime, qui se retrouvait désormais sans faille.

Robespierre

Un an plus tard, Maxime se retrouva confronté à un autre problème, Robespierre, qui était en possession de la Pomme d'Éden et s'en était servi pour prendre le pouvoir et exécuter ceux qui n'étaient pas de son avis, y compris ses confrères Templiers Danton et Desmoulins. Avec l'aide du gendarme Merda, Maxime parvint à faire arrêter Robespierre, puis à récupérer la Pomme. Il assista à l'exécution de Robespierre puis passa les cinq années suivantes à traquer le Masque.

Le bout du chemin

En 1799, alors qu'il étudiait la Pomme, celle-ci lui révéla que son pire ennemi avait trouvé refuge à Reims et qu'il assistait aux messes. Accompagné de Simone, devenu Mentor, Maxime se rendit dans sa ville natale, assistant à son tour aux messes, sans succès.

Alors que Maxime perdait espoir, il finit par retrouver son pire ennemi. Un combat s'engagea entre les deux hommes, dont Maxime sortit vainqueur. Dans ses derniers mots, le Masque déclara avoir eu toute la peine du monde pour tuer le père de Maxime.

Quelques semaines plus tard, Maxime plaça la Pomme en sécurité dans le temple de milan. Il eut alors une apparition de la déesse Junon, mais comprit qu'elle ne lui était pas destinée. Alors qu'il allait rentrer en France, Simone lui légua le titre de Mentor. La menace des Templiers étant écartée, Maxime dirigea les Assassins durant une période calme.

Fin de vie

Il finit par s'installer à Reims, où il mourut de vieillesse en 1852.

Personnalité

" Les Assassins prétendent apporter la paix, tout comme les Templiers. Néanmoins, les deux parties ne cessent de s’entretuer depuis plusieurs siècles. En quoi tout cela apporte-il la paix ? Se débarrasser de quelqu’un fait-il de nous un pacifique ? Sûrement pas. Alors, pourquoi prôner la paix, alors que nous passons notre temps à tuer ?"
– Maxime, dans son journal


Maxime était une personne d'humeur joviale, quoique colérique. Après la mort de ses parents, Maxime devint plus renfermé. Lorsqu'il intégra la Confrérie, il n'eut de cesse de douter du Credo, se demandant si ce qu'il faisait était réellement bon. Il ne supportait pas qu'on le trahisse.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard