Fandom

Assassin's Creed

Majd Addin

4 645pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Templiers.pngAC1icon.pngACMicon.pngCSbookicon.png
"Bien sûr que non ! Je les tue parce que j'en ai le pouvoir, parce que j'aime ça ! Sais-tu ce que l'on ressent lorsque l'on tient la vie d'un homme entre ses mains ? As-tu vu comment la foule m'acclame ? As-tu vu comme elle me craint ? Pour eux, je suis... un Dieu ! Tu aurais fait la même chose à ma place. Une telle puissance !"
Majd Addin, 1191.


Majd Addin (inconnu – 1191) était un sarrasin, régent de Jérusalem, et un membre secret de l'Ordre des Templiers. Il s'agissait de la sixième cible éliminée par l'Assassin Altaïr Ibn-La'Ahad, sous l'ordre d'Al Mualim. Majd Addin opérait principalement dans le quartier Pauvre de Jérusalem.

Biographie

Montée au pouvoir

"Après le départ de Salah Al-din, le pouvoir était vacant. Majd Addin s'est autoproclamé maître de la cité. Il règne par la peur et l'intimidation. Sa position est illégitime."
– Malik Al-Sayf décrivant le pouvoir de Majd Addin, 1191.


Jadis, Majd Addin n'était qu'un simple scribe. Puis, à un certain moment de sa vie, non seulement il devint membre de l'Ordre des Templiers, mais il découvrit également l'existence de la Pomme d'Éden. Addin et neuf autres hommes décidèrent alors d'en garder le secret, et comptaient faire usage de ses pouvoirs manipulateurs pour fonder un Nouveau Monde selon leur idéologie.

Grâce à sa place au sein des Templiers et à l'absence du sultan Salah ad-Din, Majd Addin put prendre le contrôle de Jérusalem. Il croyait que le monde devait se plier à sa manière de le percevoir, et fit exécuter tout opposant à cette philosophie. La peur et l'intimidation étaient ses armes les plus redoutables face aux habitants de Jérusalem, sans compter les nombreux édits concernant la manière dont les gens devaient se comporter. Ainsi, Majd Addin avait inversé la politique de tolérance raciale et religieuse de Salah ad-Din en sa faveur.

Des faux procès furent tenus à l'encontre de ceux qu'il croyait ennemis de la cité. Majd Addin faisait toujours en sorte d'exagérer les chefs d'accusation afin que la foule demande elle-même l'exécution. Grâce à ces exécutions publiques, Addin supprimait quiconque s'opposait à lui, réduisant radicalement la probabilité d'une révolte.

Sur un ton autoritaire, il affirmait toujours savoir comment faire de Jérusalem une ville meilleure. Toutefois, la population était bien au courant du tempérament cruel du régent, et n'osa pas s'interposer.

Mort

"Pas des innocents. Le peuple n'est pas sourd aux voix de ses opposants. Il menace l'ordre. Pour cela, je suis d'accord avec la Fraternité."
Majd Addin, à propos des hommes qu'il tentait d'exécuter, 1191.


Altaïr se rendit au quartier pauvre de Jérusalem, où il mena son enquête sur Majd Addin. Il apprit qu'une nouvelle exécution prendrait bientôt place, et que deux hommes s'étaient mis en tête de s'élever contre Majd Addin, qui avait fait prisonnier le fils de l'un d'entre eux.

Sur l'échafaud allaient être jugés une prostituée, un voleur, un joueur et un hérétique. Cet hérétique était en fait un Assassin, et Malik Al-Sayf demanda à Altaïr de se débarrasser de Majd Addin avant qu'il n'exécute leur Frère. Les deux opposants au régent tentèrent d'empêcher l'exécution, mais ils furent abattus par les archers et les gardes.

Majd s'adressa d'abord à la prostituée, en criant à la foule qu'elle avait vendu son corps à plusieurs hommes. En sa défense, elle révéla avoir refusé les avances de Majd Addin, qui la mena directement sur l'échafaud. Le régent l'exécuta d'un coup de poignard porté à l'abdomen, en disant que même proche de la mort, elle avait continué à vivre dans le mensonge.

Le second accusé était le joueur, qui révéla n'avoir pris part qu'une seule fois au jeu du hasard. Majd comprit alors que ce n'était pas le péché, mais le jeu qui détruisait la ville. Majd l'exécuta de la même manière que la précédente condamnée.

La troisième victime était accusée de vol. Afin de s'attirer les faveurs de la foule, Majd lança que chacun d'entre eux avait indirectement subi les actes du voleur. L'homme voulut se défendre, et n'avoua avoir ramassé qu'un dinar tombé par terre. Néanmoins, Majd Addin répondit que c'était l'accumulation de ces crimes bénins qui touchait davantage la population. C'est pourquoi le voleur mourut comme les autres accusés.

Majd Assassinat 4.png

Altaïr assassinant Majd Addin

Alors que Majd Addin allait enfin se tourner vers l'Assassin, Altaïr monta sur l'échafaud et assassina le régent avec sa lame secrète, avant que les hommes de Malik ne viennent libérer leur confrère.

Avant de mourir, Addin justifia ses mauvaises actions. Il avait en effet rejoint les Templiers pour les aider à s'emparer de Jérusalem, mais avait toujours été attiré par l'influence et le pouvoir qu'offrait son actuel poste de régent. Altaïr trempa alors sa plume dans le sang de Majd Addin, avant de rentrer au bureau des Assassins.

Les funérailles de Majd Addin eurent lieu à Jérusalem, à proximité de la citadelle de David, auxquelles assistèrent Croisés et Sarrasins, mais également Altaïr, qui avait appris que sa dernière cible, Robert de Sablé, y serait présent. Cependant, la cérémonie prit la tournure d'une embuscade, car les Croisés avait eut vent de la présence de l'Assassin, et avaient remplacé de Sablé par un leurre.

Dernières paroles

Majd Assassinat 5.png

Les dernières paroles de Majd Addin

  • Altaïr: Ton règne va s'achever.
  • Majd: Non ! Non ! Il vient juste de commencer !
  • Altaïr: Dis-moi, quel est ton rôle, au juste ? Est-ce que tu vas te défendre comme les autres l'ont fait, en expliquant que tu voulais faire le bien ?
  • Majd: La Fraternité voulait cette cité. Je voulais le pouvoir. J'ai vu... une opportunité.
  • Altaïr: Une opportunité de tuer des innocents.
  • Majd: Pas des innocents. Le peuple n'est pas sourd aux voix de ses opposants. Il menace l'ordre. Pour cela, je suis d'accord avec la Fraternité.
  • Altaïr: Tu tues les gens parce qu'ils n'ont pas les mêmes croyances que toi.
  • Majd: Bien sûr que non ! Je les tue parce que j'en ai le pouvoir, parce que j'aime ça ! Sais-tu ce que l'on ressent lorsque l'on tient la vie d'un homme entre ses mains ? As-tu vu comment la foule m'acclame ? As-tu vu comme elle me craint ? Pour eux, je suis... un Dieu ! Tu aurais fait la même chose à ma place. Une telle puissance !
  • Altaïr: Avant, peut-être. Mais j'ai vu ce qui arrive à ceux qui essaient de s'élever au-dessus des autres.
  • Majd: Que leur arrive-t-il ?
  • Altaïr: Et bien, je vais te le montrer.

Altaïr acheva Majd Addin avec sa lame secrète.

Personnalité

Majd Assassinat 3.png

Majd Addin s'adressant à la foule

Majd Addin était ivre de pouvoir, assoiffé de sang et qui se servait de la peur qu'il inspirait pour soumettre la population. C'est cette soif de pouvoir qui lui permit de rejoindre les Templiers, qui lui apportèrent le pouvoir dont il rêvait.

Majd Addin ordonnait souvent des exécutions, prenant plaisir à tuer et à maintenir le sort de quelqu'un entre ses mains. Il était par ailleurs très doué pour amadouer la population, à travers ses discours, qui leur faisait croire que les exécutions qu'il ordonnait l'étaient pour le bien de Jérusalem. Bien sûr, la plupart des condamnés étaient des innocents.

Sur le point de mourir, Addin ne se défendit pas en disant que ce qu'il avait fait été juste, disant simplement qu'il avait agi pour lui-même, car il prenait plaisir à tuer et que cela lui donna accès au pouvoir et à la gloire.

Notes

Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard