FANDOM


Templiers.pngACSicon.pngUWbookicon.png
"Vous êtes si désespérément bornés. Vous accaparez les pouvoirs sans oser vous en servir, alors que nous améliorons le sort des hommes."
Lucy Thorne à Evie, 1868[src]

Lucy Thorne (1837 – 1868) était une membre du Rite britannique de l'Ordre des Templiers et le bras droit du Grand Maître Crawford Starrick, ayant opéré à Londres du XIXème siècle.

Recrutée pour sa passion pour l'occultisme et les objets prétendument magiques, elle devint la spécialiste de l'Ordre en matière de Fragments d'Éden. Lucy passait son temps à les étudier et les localiser, espérant exploiter leur pouvoir pour faire triompher les objectifs de l'Ordre.

En 1868, Lucy entama ses recherches pour localiser le Suaire d'Éden supposément caché à Londres. Dans sa quête pour le trouver, elle entra souvent en conflit avec l'Assassin Evie Frye, qui espérait elle aussi localiser l'artefact pour l'empêcher de tomber entre les mains des Templiers. Après plusieurs escarmouches entre les deux femmes, dont Lucy sortit indemne, elle trouva la mort des mains d'Evie, assassinée alors qu'elle menait des recherches à la Tour de Londres.

Biographie

Jeunesse

Lucy Thorne est une enfant de la classe moyenne londonienne. Son père était un marchand de thé aisé mais très guindé. Sa mère, issue de la petite noblesse, avait reçue une bonne éducation mais aimait le luxe et les belles choses, et les dettes finirent par devenir un problème[1].

Lucy révéla très tôt sa vivacité et son intelligence. Sa mère lui enseigna toutes les qualités propres à lui assurer un bon mariage, mais Lucy préféra se plonger dans les livres. Elle se passionna pour les aspects obscurs des religions, la magie et les pratiques occultes. Toutes choses indispensables à un mariage heureux. A l’adolescence de Lucy, l’affaire de son père peinait à répondre aux besoins de la famille et à éponger les dettes. L’argent manquant, ses parents poussèrent Lucy à se trouver un mari. Elle préféra travailler comme vendeuse dans l’entreprise de son père, où son influence alla croissant[1].

Son temps libre fut de plus en plus consacré à l’occultisme et aux objets prétendument magiques tels que le Suaire de Turin. Elle collectionna les manuscrits rares, dépensant plus qu’elle ne possédait à des ventes aux enchères. Un jour, elle remporta une enchère face à Crawford Starrick ; celui-ci retrouva sa trace et tenta de lui racheter les documents en question[1].

Lucy refusa de les vendre, mais son enthousiasme pour ce domaine séduisit Starrick, qui la fit rapidement admettre dans l’Ordre des Templiers où elle devint son bras droit[1]. En 1862, Lucy accompagna Starrick sur le chantier du Métropolitain, où le Grand Maître venait vérifier l'avancée des recherches du contremaître, Cavanagh, pour localiser l'artefact qui avait motivé ce considérable chantier[2].

Les Fragments d'Éden

La Pomme de Brewster

"Je serai de retour demain. Si vous n'avez pas percé les secrets de cet objet, nous verrons comment un caniche... survit face à une meute de loups. Adieu."
– Lucy menaçant Brewster, 1868[src]
ACS Un plan simple 7.png

Thorne offrant un dernier ultimatum à Brewster

Au service de l'Ordre, Lucy prouva rapidement son utilité jusqu'à devenir le bras droit de Starrick, ainsi que la spécialiste de l'Ordre en matière de fragments d'Éden. En 1868, elle voyagea jusqu'à Croydon pour parler avec David Brewster, qui conduisait des expériences sur une Pomme d'Éden dans l'espoir de l'activer[1].

Soulignant que ses enlèvements d'ouvriers finiraient tôt ou tard par alerter les autorités, Lucy le menaça d'obtenir des résultats promptement ou d'en assumer les conséquences, après quoi elle quitta les lieux. L'artefact fut détruit dans l'explosion du laboratoire peu de temps après, conséquence de la surcharge d'électricité que Brewster avait appliqué sur la Pomme ; cependant, Lucy avait déjà tourné son attention sur un autre fragment d'Éden[1].

Le Suaire

"Evie: Vous le voulez pour asseoir votre pouvoir... mais saurez-vous le contrôler ?
Lucy: Et pourquoi vouloir le Suaire ? Simplement pour en priver les Templiers. C'est typique des Assassins : détenir le pouvoir de la vie éternelle et avoir peur de s'en servir.
"
– Lucy et Evie lors de leur première confrontation, 1868[src]
ACS Coffre l'avenir 8.png

Lucy parlant à un subordonné

De retour à Londres, Lucy focalisa ses efforts sur le Suaire d'Éden, un artefact supposément caché en ville. Afin d'en connaître l'emplacement, elle fit acheminer une collection de documents d'Assassins qui furent amenés à elle par bateau. Lucy se déplaça jusqu'aux quais de la City pour en assurer personnellement l'acheminement. Cependant, quand Lucy quitta brièvement la carriole transportant les documents, les laissant sans surveillance, pour s'occuper de quelque problème administratif, les Assassins Jacob et Evie Frye détournèrent le chariot et s'enfuirent avec[1].

Les hommes de Lucy poursuivirent les Frye sans relâche, pour au final contraindre les Assassins à abandonner le chariot et s'enfuir. Si la plupart des documents étaient intacts, un carnet avait été dérobé, à la plus grande consternation de Lucy. Elle retourna ensuite à son bureau au Manoir Kenway, qu'elle utilisait comme base d'opérations[1].

À l'insu de Lucy, les indices contenus dans le carnet avaient menés Evie et Henry Green sur la piste du Manoir Kenway également. Ils infiltrèrent le manoir et découvrirent un passage secret sous la salle du piano ; cependant, le mécanisme pour l'ouvrir nécessitait de jouer de l'instrument, ce qui alerta les Templiers. Lucy apprit ainsi la présence des Assassins dans le bâtiment mais arriva trop tard pour les empêcher de bloquer le passage. Alors qu'elle tentait rageusement de rouvrir le passage, les deux Assassins prirent la fuite[1].

Pas découragée pour autant par ce revers, Lucy continua ses recherches sur le Suaire et rejoignit plus tard Starrick alors qu'il était en réunion avec Philip Twopenny et le comte de Cardigan. Le banquier et le politicien exprimèrent leur frustration suite à l'assassinat du Dr John Elliotson, mais Starrick rejeta leurs craintes. Lucy leur assura que ses recherches touchaient bientôt à leur fin et qu'elle était proche du but, avant de pérorer que Jacob et Evie seraient tués dans un futur proche[1].

Plus tard, Lucy prit la direction du sommet de la Cathédrale Saint-Paul , mais découvrit à ses dépends qu'Evie l'avait pris de vitesse et possédait désormais un collier sur lequel se trouvait la clé de la crypte du Suaire. Après avoir réprimandé l'Assassin pour le refus de sa Confrérie d'utiliser le pouvoir des Fragments d'Éden, Lucy dégaina une dague et attaqua Evie. Cependant, ses attaques furent rapidement parées par Evie, qui parvint à repousser Lucy[1].

ACS Chambre avec vue 14.png

Thorne traversant le vitrail

Jetant une Bombe fumigène à son ennemie pour la désorienter, Thorne reprit son assaut, blessant légèrement Evie, mais fut désarmée par son ennemie. Dans une tentative désespérée, elle chargea sur l'Assassin, qui esquiva l'attaque. De fait, Lucy traversa le vitrail de front mais parvint à s'accrocher au collier Précurseur d'Evie, parvenant à éviter ce qui aurait été un plongeon fatal[1].

S'accrochant au bijou, Lucy essaya de faire vaciller son assaillante avec elle, mais Evie trancha la chaîne pour s'empêcher un empalement sur le verre brisé. Par conséquent, Lucy dégringola jusqu'au balcon en contrebas et, tandis que Evie constatait sa défaite, s'enfuit avec le collier[1].

Quand la Templière Pearl Attaway fut tuée, Lucy se lamenta auprès de Starrick et lui promit qu'elle se vengerait des jumeaux Frye pour sa mort. Le Grand Maître compatit, mais ajouta qu'elle ne pouvait faire cela ouvertement, et lui demanda ensuite d'accroître la présence des Templiers en ville[1].

Mort

"Donc vous aurez fini par triompher. Mais qu'y avez-vous gagné ? Le Suaire n'est pas ici."
– Lucy durant ses derniers instants, 1868[src]

Trouvant un indice qui l'amena à penser que le Suaire pouvait se trouver dans un coffret à la Tour de Londres, Lucy amena une force d'intervention Templière pour y enquêter, malgré le fait qu'un tel acte serait considéré comme une traîtrise et donc punissable de mort. Prenant d'assaut la Tour, les hommes de Lucy emprisonnèrent le garde en charge de la garnison et prirent l'apparence de véritables Gardes Royaux pour éviter que les autres ne suspectent quoi que ce soit. Ces précautions prises, Thorne et ses hommes explorèrent la Tour en quête de l'artefact, mais ils ne trouvèrent rien. Alors qu'elle cherchait dans la Chapelle St. John, Lucy fut informée qu'Evie avait été capturée par l'un des gardes[1].

ACS Ne pas laisser Lucy faire 5.jpg

Les derniers moments de Lucy

Accueillant son ennemie dans la chapelle, Lucy interrogea Evie sur l'emplacement du Suaire, mais ne reçut aucune réponse, avant de tourner le dos à l'Assassin pour focaliser son attention sur les livres étalés sur l'autel. À ce moment-là, Evie, qui prétendait jusqu'alors avoir été capturée, se libéra et brandit sa canne-épée. Lucy saisit un chandelier et le jeta sur l'Assassin dans une vaine tentative de se défendre, mais Evie esquiva l'attaque et plongea son épée dans l'épaule de la Templière, lui transperçant le poumon, lui causant une blessure fatale[1].

Dans ses derniers instants, Lucy se moqua d'Evie pour son ignorance, arguant que les Templiers utiliseraient le Suaire pour "améliorer le sort des hommes". Evie la pressa pour en apprendre davantage sur le Suaire, mais Lucy refusa, emporta tout son savoir dans la tombe. Starrick fut plus tard informé de sa mort ; ironiquement, il faisait écrire une lettre lui annonçant la fin de leur collaboration après la découverte du Suaire, la trahissant bel et bien[1].

Personnalité et caractéristiques

"Lucy: Pearl se moquerait de la justice. Pearl voudrait qu'on la venge.
Starrick: Votre passion est la bienvenue, miss Thorne.
"
– Lucy déclarant son intention de se venger des Frye après l'assassinat de Pearl, 1868[src]

Malgré l'éducation qu'elle avait reçu sur les conditions nécessaires pour être une vraie dame, Lucy, à bien des égards, défiait les attentes de la société. Déterminée à suivre ses intérêts et à les faire triompher, elle refusa de se marier, préférant dévouer son temps et son argent à des fins intellectuelles. Une fois au sein de l'Ordre, Lucy étendit son champ de connaissances plus loin encore par l'étude des Fragments d'Éden, qu'elle croyait fermement capables d'aider les Templiers à améliorer la société selon leurs idéaux[1].

Son sang-froid habituel démentait sa nature passionnée mais également impitoyable, pouvant faire preuve d'une grande sévérité quand il s'agissait de traiter avec des Templiers de rang inférieur, a fortiori quand des Fragments d'Éden étaient impliqués ; À une occasion, elle dit à l'un de ses sous-fifres que l'artefact valait plus que sa vie et celle de toute sa famille. Elle était également sévère lorsqu'elle traita avec Brewster, qui possédait malgré tout un rang relativement élevé dans l'Ordre, n'ayant que peu de patience à accorder à ses excuses[1].

Lucy était également encline à se gargariser de la mort cruelle qu'elle réservait aux Frye, prétendant qu'elle aurait pendue Evie avant d'écorcher Jacob quand il viendrait la sauver. Particulièrement à la mort de Pearl, Lucy prôna pour que des représailles terribles envers les Assassins, indiquant qu'elle se souciait grandement de sa camarade Templière[1].

Équipement et capacités

"Nous nous sommes battues. J'ai cru avoir triomphé d'elle, mais elle n'est pas femme à baisser les bras. J'ai mal jugé sa force."
– Evie réfléchissant à son combat contre Lucy, 1868[src]
ACS Chambre avec vue 12.png

Thorne attaquant Evie

Si le type d'entraînement qu'elle reçut reste inconnu, Lucy semblait posséder un certain talent pour le combat, possédant une dague ornée comme arme favorite. Dans sa confrontation contre Evie, elle attaqua rapidement son ennemie dans l'espoir de faire pencher le combat en sa faveur. Lucy possédait également des bombes fumigènes, au cas où elle serait dépassée et aurait besoin de faire pencher la balance de son côté[1].

Pour s'adapter à ses activités, Lucy portait des vêtements pratiques qui lui accordaient de la mobilité mais comprenaient des éléments ostentatoires comme un petit chapeau et un col à plumes. Son costume était également orné de plusieurs Croix des Templiers, la plus importante étant un brassard autour de son bras gauche. Sur sa hanche, Lucy portait une châtelaine d'où pendait plusieurs objets, comme des clés et un miroir[1].

Notes

  • Le nom Lucy est la forme féminine du nom "Lucius", qui dérive du latin "lux" qui veut dire "lumière". Thorne est un nom aux origines anglaises qui se référait à l'origine à un buisson épineux.
  • Lucy possède une petite cicatrice sur sa lèvre supérieure, similaire à celle d'Aveline de Grandpré.
  • Dans Assassin's Creed: Underworld Lucy est décrite portant "une crinoline et une robe bustée" ce qui, bien que plus historiquement correct, ne possède que peu de ressemblance avec la tenue qu'elle porte dans le jeu[2].
  • De tous les assassinats uniques pouvant être effectués par Jacob et Evie, Lucy est la seule à ne pas être tuée avec la Lame secrète ; à la place, elle est tuée avec la canne-épée d'Evie.

Galerie


Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard