Fandom

Assassin's Creed

Les massacres de Septembre

4 636pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

ACUicon.png
Cette page concerne la mémoire. Vous recherchez peut-être l'événement.

Les massacres de Septembre est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique d'Arno Dorian, revécue par un Initié à travers le Navigateur Helix.

Description

Arno retrouva Napoléon Bonaparte dans l'espoir d'en apprendre davantage au sujet de Frédéric Rouille.

Dialogue

Arno entra dans le cabinet de Napoléon.

  • Napoléon: Ce matin, j'ai été abordé par trois hommes trimbalant une tête au bout d'une pique. Ils ont dû prendre mon uniforme pour une marque de noblesse, car ils ont exigé que je crie : "Vive la République" afin de prouver mon allégeance.
  • Arno: La distribution de cocardes tricolores doit être passée de mode. Qu'avez-vous fait ?
  • Napoléon: J'ai crié : "Vive la République".
  • Arno: En homme de principes.
  • Napoléon: Ma dignité m'est bien moins utile que ma vie. Voilà ce qui se passe lorsque l'on confie le pouvoir à des fous affamés, et le commandement de l'armée à des sauvages trop avides de sang.
  • Arno: Rouille.
  • Napoléon: J'ai voulu le faire affecter à une garnison éloignée, mais manifestement, il ne semble pas manquer d'amis très haut placés. Il est... intouchable.
  • Arno: Mais vous savez où je peux le trouver.
  • Napoléon: Il se dit dans les casernes qu'il comptait marcher sur le Grand Châtelet avec un détachement de ses sbires, cet après-midi. S'il devait avoir un accident, rares seraient les Français à en souffrir. Et ma carrière ne s'en porterait que mieux.
  • Arno: Alors... aiguisez vos talents d'orateur.

Arno arriva au Grand Châtelet, et étudia les lieux. Les hommes de Rouille venaient de priver la garde de ses armes.

  • Mercenaire 1: Prenez leurs armes ! Que personne ne bouge !

Arno vit les hommes de Rouille jeter un garde par une fenêtre de la prison. Rouille, lui, avait planté la tête du frère du gardien-chef sur une pique.

  • Rouille: Allez, les gars ! Trouvez-moi le gardien-chef !

Arno infiltra la prison.

  • Prisonnier: Non ! Non, remettez-moi en cellule !

On jeta le prisonnier par la fenêtre.

  • Mercenaire 2: Tu entends ça ? Ils font un si joli bruit en redescendant sur terre.
  • Prisonnier 2: Bande de monstres !
  • Mercenaire 3: Je me demande quel bruit fait la tête d'un rupin quand elle se brise comme un œuf...

Dans la cour, les hommes de Rouilles retenaient la garde en otage.

  • Garde 1: Enfants de putains !
    Sales chiens !
    Monstres !
    C'est inhumain !
    Vous finirez sur la guillotine !
    Dieu vous le fera payer !
  • Mercenaire 4: Silence !
    Ne nous obligez pas à vous le faire payer.
    Personne ne bouge !
    Montrez-moi vos mains !
    N'y pensez même pas !
    Surveillez-les de près.
    Gardez un œil sur eux.
    Tenez-vous tranquilles !
    Pas un geste !
    S'ils tentent quoi que ce soit, abattez-les !

Arno élimina les hommes de Rouille et libéra les gardes retenus prisonniers.

  • Garde 1: Je ne sais pas quelle est ton unité, mais merci.
  • Arno: Tu peux me remercier en reprenant ton poste et en arrêtant ce massacre.
  • Garde 1: Oui, Monsieur.

Arno poursuivit sa route.

  • Mercenaire 5: Nom de Dieu. Quelle boucherie.
  • Mercenaire 6: Qu'est-ce qu'on va faire des corps ?
  • Mercenaire 7: Bah, laissons-les.
  • Mercenaire 8: Qu'est-ce qu'on attend ? Ce sont pas les traîtres qui manquent.
  • Mercenaire 9: Regarde-moi ces richards. Je parie qu'ils sont pas au pain et à l'eau, eux.
  • Mercenaire 10: Fais-leur les poches - je parie qu'ils ont plein de trucs.

Les gardes qu'Arno avait libérés affrontèrent les hommes de Rouille.

  • Garde 1: Courage, soldats !
  • Garde 2: Mettez-les en pièces !
  • Garde 3: Protégez les prisonniers !
  • Mercenaire 11: Mort aux traîtres !
  • Garde 4: Repoussez-les !
  • Mercenaire 12: Vive la Révolution !
  • Garde 3: Tenez bon !
  • Garde 2: Dans la brèche !
  • Garde 4: Restez en ligne !
  • Garde 3: Tuez-les tous !
  • Mercenaire 13: Où est le gardien-chef ?
  • Prisonnier 3: Va brûler en enfer !

Le prisonnier fut jeté par la fenêtre.

  • Mercenaire 13: Un autre amateur ?
  • Prisonnier 4: Il... il est sur le toit.
  • Mercenaire 13: C'est bien. Allez, les gars ! Tous en haut !

Les derniers prisonniers furent mis à mort. Arno arriva sur le toit, où Rouille provoquait le gardien-chef en plantant la tête de son frère au bout d'une pique.

  • Rouille: Eh, gardien ! Ton frère est venu te rendre visite ! Ne me dis pas que tu ne veux pas le voir ?
    Oh, allons ! J'aimerais entendre ta voix ! "Vive la Révolution !"
    Qu'est-ce qu'il y a ? Tu n'aimes pas la liberté ? La liberté te dérange ?
    Ah, regarde, tu lui manques !
    Eh eh... gardien ! Ton frère trouve que tu manques de manières !
    Je te préviens, il a perdu du poids depuis sa dernière visite !
    Oh, ne me dis pas que tu boudes, gardien ?
    Je suis terriblement désolé, gardien ! Mais... nous n'avons pas trouvé le reste de sa personne !
    Ma foi, si tu n'en veux pas, eh bien... je crois qu'elle fera un joli souvenir !
    Allons enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé !
    Allez ! Chante ! CHANTE !

Arno escalada la tour occupée par les hommes de Rouille. Il l'incendia alors en mettant le feu à drapeau, tuant ainsi ses occupants, puis assassina Rouille. À travers les souvenirs de sa cible, il le vit non loin de Mirabeau lors du serment du Jeu de paume.

  • Mirabeau: Si l'on nous a donné l'ordre de nous faire sortir d'ici, vous devez aussi avoir l'autorité d'employer la force ; car nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonettes !

Rouille et l'assemblée applaudirent. Après le serment, Mirabeau croisa ce dernier.

  • Mirabeau: Ah, mais administrer, c'est gouverner ; gouverner, c'est régner. Tout se réduit à cela et c'est bien le problème.
  • Rouille: Monsieur Mirabeau ?

Rouille voulut lui serrer la main, mais Mirabeau l'ignora. Germain apparut alors.

  • Germain: Pathétique, n'est-ce pas ? La France ne mérite-t-elle pas mieux ?

Germain lui remit une épingle de Templier. La vision montra ensuite Rouille alors qu'il interrogeait son prisonnier au club des Jacobins.

  • Rouille: Plaît-il ?
  • Prisonnier: Palais du Luxembourg.
  • La Touche: Rouille ? Nettoyez-moi tout ça. C'est l'heure.
  • Rouille: Je vous avais bien dit qu'il parlerait.

Le prisonnier passa par la fenêtre, et la vision montra la réunion des Templiers.

  • Germain: Vous avez fait vos preuves, capitaine. Marie ?
  • Lévesque: Le prix du grain est plus élevé que jamais, Grand Maître. Nos agents sont prêts à détourner les cargaisons vers nos quais. Ils n'attendent que votre ordre.
  • Germain: Bien... Affamez-les. La famine et la colère leur révéleront la vraie nature de leurs maîtres... Mais procédez graduellement.
  • Lévesque: Ce que vous demandez prendra au moins un an, Grand Maître. Sinon deux.

La vision s'estompa et Arno prit la fuite.

Conséquences

Arno assassina Rouille. À travers ses souvenirs, il apprit que les Templiers comptaient affamer la France et inciter le peuple à la révolte, avec l'aide d'une femme du nom de Marie.

Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard