Fandom

Assassin's Creed

Jean-Jacques Dessalines

4 647pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

MondeRéel.pngMarronicon.pngNewinitiatesicon.png

Jean-Jacques Dessalines était un général haïtien sous le commandement de Napoléon Bonaparte puis dirigeant d'Haïti[1].


Biographie

Du fusil à l’épée, Jean-Jacques Dessalines fut probablement un des plus puissants guerriers Marrons ayant jamais mis les pieds sur l'île de Saint-Domingue : Jean-Jacques Dessalines est né le 20 septembre 1758 à Grande-Rivière-du-Nord et assassiné le 17 octobre 1806 à Pont-Rouge. Il fut un dirigeant de la Révolution haïtienne et le premier Empereur d'Haïti (1804-1806) sous le nom de Jacques 1er. Son épouse fut Marie-Claire heureuse Félicité, avec qui il se maria en 1801.

Après la déportation de Toussaint Louverture qui décida de se rendre suite au débarquement de 20 000 soldats français de l'armée napoléonienne à Saint-Domingue, Dessalines se soumit à la France. S'étant insurgé peu après (comme prévu par Toussaint), il se retira au nord de l'île ; il réussit à repousser Donatien-Marie-Joseph de Rochambeau dans le sanglant combat de la Crête-à-Pierrot, de Petite-Rivière de l'Artibonite. Il réussit le 18 novembre 1803 à vaincre les Français à la bataille de Vertières, et le 1er janvier 1804 il proclama l'indépendance d'Haïti. Il se fit d'abord gouverneur général à vie, puis empereur (pour ne pas être devancé par son rival, Bonaparte) sous le nom de Jacques Ier (1804).

Le 8 octobre 1804, il fut couronné par l'archevêque Jean-Baptiste-Joseph Brelle.

Il fit massacrer les Français « qui espéraient le retour de l'ordre ancien en Haïti » et poursuivit une politique de « caporalisme agraire » (comme le désigne Michel-Rolph Trouillot) destinée à maintenir les profits de l'industrie sucrière par la force, sans esclavage proprement dit.

Son gouvernement ayant décidé d'entreprendre une réforme agraire au profit des anciens esclaves sans terre, il fut assassiné le 17 octobre 1806 à Pont-Rouge, au nord de Port-au-Prince, trahit par ses collaborateurs, Alexandre Pétion, Jean-Pierre Boyer, André Rigaud et Bruno Blanchet qui servait d'intermédiaire entre tous sans oublier Henri Christophe qui se trouvait dans le nord.



Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard