Wikia

Assassin's Creed

Confrérie des Assassins

Commentaire0
1 942pages sur
ce wiki
MondeRéelAssassinsAltair's ChroniclesAC1BloodlinesAC2DiscoveryBrotherhoodRevelationsAC3AC4LiberationProject LegacyUtopiaiconLineageAscendanceEmbersRenaissanceBrotherhood bookRevelations bookSecret CrusadeThe FallThe ChainBande dessinéeBRAbookicon

Confrérie des Assassins
Logo assassini
Infos organisation
FondateurDescendants d'Adam et Ève
DirigeantMentor
Quartier généralMasyaf (Haut Moyen Âge)
Monteriggioni, Rome, Constantinople (Renaissance)
Dubai (Temps modernes)
LocalisationsPratiquement partout dans le monde
RelationsMercenaires
Voleurs
Courtisanes
Famille Medici
Ottomans
ReligionVariable
Infos historiques
Date de formationPréhistoire
Date de réorganisation1191, à Masyaf
1501, à Rome
Dissolution2000 (internationalement)
Grande Purge
Infos additionnelles
Membres notablesMarcus Junius Brutus

Altaïr Ibn-La'Ahad
Ezio Auditore da Firenze
Achilles Davenport
Connor Kenway
Aveline de Grandpré
Nikolaï Orelov
Daniel Cross
William Miles
Clay Kaczmarek

Desmond Miles

Ordre dont l'origine remonte à la nuit des temps, les Assassins sont une organisation secrète mondiale qui veille à protéger le libre arbitre de l’humanité. Leur idéologie repose sur l’idée que seuls le libre arbitre et le développement de chaque individu peuvent faire progresser l’Humanité entière. C’est ainsi qu’elle produit des innovations et des nouvelles idées. L’Ordre est conscient que le libre arbitre a un prix et qu’il peut avoir de dangereuses conséquences, mais il part du principe que ces risques sont mineurs par rapport à la menace de perdre toute liberté de choix.


L'Ordre des Assassins

L’Ordre ne s’attend pas à ce que l’humanité atteigne un état de perfection. Après tout, le progrès n’est envisageable qu’en apprenant des erreurs commises. Cependant, les Assassins espèrent qu’un jour l’Humanité pourra atteindre cet état idéal en s’ouvrant à tous les savoirs et en laissant libre court à l’expression individuelle. C’est cette idéologie qui les a poussés à s’opposer aux Templiers tout au long de leur histoire et à dresser contre eux une puissante organisation miroir pour qui le meilleur moyen d’assurer la survie de l’Humanité est d’exalter le libre arbitre de chacun.

Alors que les Templiers s’infiltrent aux plus hauts niveaux de la société pour occuper des postes clés et fédérer de puissants alliés, les Assassins préfèrent la discrétion et le secret pour recruter de nouveaux membres et rallier à leur cause d’influents partisans. Leonardo da Vinci, Caterina Sforza et Marco Polo, entre autres, ont soutenu leur cause avec ferveur. Plusieurs personnages historiques de premier plan ont aussi compté parmi les membres actifs de l’Ordre des Assassins, comme Marcus Junius Brutus, Gaius Cassius Longinus, Dante Alighieri et Niccolò Machiavelli.

Les Assassins travaillaient dans l’ombre, mais la population des zones où ils opéraient était consciente de leur existence. Cependant, la présence grandissante des Templiers au sein des groupes les plus puissants conduisit lentement les membres de l’Ordre à se réfugier dans la solitude des lieux éloignés. Ils ont été contraint de se tenir à l’écart d’un monde qui oublia peu à peu leur existence.

Même si les Assassins d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes que ceux d’hier, ils travaillent toujours dans l’ombre pour mener à bien leur mission, tout en échappant à la traque incessante des Templiers.

Au fil des époques et des lieux, la Confrérie des Assassins a porté différents noms et différentes formes, des exemples parmi d'autres sont Liberalis Circulum dans l'Antiquité et Narodnaya Volya dans la Russie des XIXe et XXe siècles.


Histoire de la Confrérie

L’histoire de la Confrérie des Assassins traite de rébellion contre la tyrannie et de préservation de la liberté humaine. Les Assassins existent probablement depuis l’aube de l’humanité et mènent une guerre clandestine contre leurs ennemis de l’Ordre des Templiers. Leur capacité d’adaptation et leur discrétion leur ont permis de survivre au fil des siècles, et si leurs méthodes ont évoluées avec le temps, leur idéologie a toujours été consacrée à la préservation du libre arbitre.


Les premiers Assassins

Les racines de la Confrérie remontent très loin dans le temps, et s’étendent de la Méditerranée à la Chine . En 465 avant notre ère, l’Assassin perse Darius tua Xerxès I , roi de la dynastie des Achéménides. Ce dernier fut la première victime connue de l’arme symbolique de la Confrérie : la lame secrète . Un siècle et demi plus tard, Iltani , un agent babylonien, empoisonna Alexandre le Grand . En 210 av. J.-C., Qin Shi Huang, premier empereur de la dynastie Qin fut tué par la lance de l’Assassin chinois Wei Yu.

Il n’existe que très peu d’informations sur les activités des Assassins durant l’Antiquité. Le fait historique le plus connu de la Confrérie au cours de cette période est l’assassinat de Jules César. Marcus Junius Brutus, sûrement membre du Liberalis Circulum, conspirateur et Assassin, laissa des informations sur ses activités jusqu’à l’assassinat. Rassemblées dans les Parchemins de Romulus , ces données révèlent les motivations des Assassins et leur organisation dans la Rome antique.

D’après les parchemins, les tendances impérialistes de César et son mépris affiché pour le Sénat en firent un ennemi de la Confrérie. En 44 av. J.-C., Brutus et trente-neuf autres conjurés encerclèrent César dans l’enceinte du Sénat et le poignardèrent au nom de la liberté de Rome. L’Assassin Leonius, autre membre du Liberalis Circulum, supprima l’empereur Caligula en l’an 41 de notre ère.

Les activités de certains Assassins au IIIe siècle, comme Aquilus et Accipiter, correspondent aux attaques que subit l’Empire Romain d’Occident par les hordes du nord de l’Europe.


Grandeur et décadence de Masyaf

Masyaf by A C

Masyaf

C’est au Moyen Âge que les Assassins apparurent pour la première fois comme une faction organisée et clairement identifiable. Prenant le nom de Nizârites ou Heyssessini, puis plus tard ce nom fut italianisé en Assassini, soit Assassins, leur nom actuel. Lors de la troisième croisade, sous le commandement d’Al Mualim, la Confrérie acquit une grande renommée dans tout l’Orient . Les opérations étaient organisées depuis leur base de Masyaf, une ville fortifiée qui devint la pierre angulaire de la Confrérie : les Assassins y étaient élevés, entraînés et instruits selon les principes fondamentaux de l’Ordre.

À la fin du XIIe siècle, les Assassins disposaient d’un immense réseau d’informateurs dans plusieurs villes d’Orient comme Jérusalem, Acre et Damas. Mais c’est en 1191, durant le second siège de Masyaf, qu’ils dévoilèrent toute leur puissance militaire en repoussant les soldats du Grand Maître des Templiers Robert de Sablé.

Malgré ses ressources, la Confrérie resta politiquement neutre. Elle organisait les assassinats de personnalités qu’elle jugeait dangereuses pour la liberté des peuples, dans le seul but de préserver la paix et sans tenir compte des allégeances politiques. Pour les Assassins, la vie des Sarrasins et des Chrétiens avaient la même valeur.

L’importance politique de Masyaf fut de courte durée. Peu après la victoire de la Confrérie contre l’armée de Robert de Sablé, il fut révélé qu’Al Mualim était un Templier qui avait manipulé les Assassins de Masyaf pour son propre intérêt. La Confrérie élimina son ancien chef, mais se retrouva grandement affaiblie par cette trahison : les Assassins étaient moins nombreux, disposaient de moins de ressources et n’avaient plus personne à leur tête.

Altaïr Ibn-La'Ahad, l’élève le plus estimé d’Al Mualim, reprit finalement le flambeau. Son arrivée annonça une période d’introspection et des réformes pour la Confrérie.


Les réformes d’Altaïr et la menace Mongole

Altairwith AppleofEden

Altaïr tenant la Pomme d'Eden

Peu de temps après la mort d’Al Mualim, l’influence des Assassins s’étendit à l’île de Chypre, où ils éliminèrent le nouveau Grand Maître des Templiers, Armand Bouchart, avant de forcer ses troupes à battre en retraite.

À la fin du XIIe siècle, les Templiers commencèrent à retomber dans l’oubli et la Confrérie connut un sort similaire. Les Assassins furent contraints de s’adapter. Ils désertèrent leur forteresse et abandonnèrent les rituels instaurés par Al Mualim, comme l’interdiction d’utiliser du Poison et l’amputation de l’annulaire gauche.

Durant les dernières années de la vie d’Altaïr, la Confrérie se mobilisa pour lutter contre Gengis Khan, le seigneur de guerre venu de Mongolie. Qulan Gal, un Assassin mongol, lui décocha une flèche fatale depuis son cheval en 1227, mais les Mongols voulurent se venger et, en 1256, Houlagou Khan, le petit-fils de Gengis Khan, partit en guerre contre la Confrérie et détruisit la plupart de ses forteresses d’Orient, puis entama un nouveau siège de Masyaf.

La Renaissance italienne

Firenzelineage

Florence à la Renaissance

Au début du XVe siècle, le centre des activités des Assassins s’était déplacé de l’Orient vers l’Italie, principalement. La Renaissance débutait à Florence et l’agitation de l’époque offrit une toile de fond propice à une recrudescence des conflits entre Assassins et Templiers. Ces derniers, menés par Rodrigo Borgia, Grand Maître des Templiers de l’époque, tentèrent de prendre le contrôle des cités-Etats d’Italie.

Les Assassins s’opposèrent aux Borgia depuis leur forteresse de Monteriggioni, mais en 1500, Cesare Borgia, le fils de Rodrigo, détruisit leur place forte et força les Assassins à se regrouper à Rome.

La Confrérie était en déroute, mais elle ne se déclara pas vaincue. Comme à Masyaf, les Assassins de Rome s’adaptèrent à cette situation inédite et adoptèrent de nouvelles stratégies. Ils établirent leur repère secret sur l’île Tibérine et entreprirent une campagne de reconquête. Leurs méthodes commencèrent à évoluer, ils rallièrent le peuple à leur cause et entreprirent de libérer la ville millénaire quartier par quartier. Les Assassins avaient compris qu’ils devaient puiser leur force de la ville elle-même : ils aidaient les marchands, finançaient les rénovations et recrutaient leurs nouveaux membres dans les rues de Rome.

À la mort de Cesare Borgia en 1507, les Assassins avaient libéré Rome de l’influence des Templiers et regarnirent leurs rangs. Le XVIe siècle marqua la renaissance de la Confrérie, devenue bien plus importante, plus puissante et adepte de nouvelles stratégies.


Le XVIIIe siècle

Piraterie dans les Antilles

Au début du siècle, le pirate et Assassin Edward Kenway écumait les Antilles lors de l'âge d'or de la piraterie.


Conflits en Louisiane française

Les espagnols avaient à cette époque acquis la Louisiane française grâce au traité de Paris en 1764. Mais le changement de gouvernement créa des tensions qui furent sans doutes initiées ou alimentées par les Templiers.


La Guerre d'indépendance

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, dans les treize colonies qui allaient devenir la future nation des États-Unis d'Amérique, les Assassins, dont Connor Kenway, durent encore affronter leurs ennemis mortels aux abords des champs de bataille pour l'Indépendance, entre New York et Boston.


Depuis le XXe siècle

Après la libération de Rome, les Assassins comprirent que seules les réformes sociales conduisaient au changement et vers la fin du XXe siècle, la Confrérie privilégiait davantage les mouvements politiques et sociaux que la force.

Mais la transition fut délicate. En Russie, la Confrérie fut associée à un mouvement appelé Narodnaya Volya ou La Volonté du Peuple, qui émergea à la fin du XIXe siècle. Constitué de terroristes connus pour avoir commis des actes de violence contre la famille impériale, l’organisation avait pour objectif de renverser l'autocratie tsariste. Les Assassins de Narodnaya Volya éliminèrent le tsar Alexandre II de Russie en 1881 et tentèrent d’assassiner son successeur, Alexandre III, en 1888. Un petit groupe dirigé par Nikolaï Orelov tenta par la suite en 1908 de s'emparer du Sceptre des tsars, un des Fragments d'Eden dans un centre de recherche des Templiers dans la Toungouska en Sibérie. Mais à cause de la technologie de Nikola Tesla activée, le sceptre explosa, provoquant une catastrophe connu comme l'évènement de la Toungouska, dont seul Orelov sortit vivant. Puis en 1917 Orelov et sa famille immigrèrent aux États-Unis en abandonnant la Confrérie. Mais les Assassins se lancèrent à leur trousses pour récupérer des informations qu'Orelov détenait, séparant leur famille en 1919 dans les évènements des Descentes Palmer.

La Confrérie fut aussi impliquée dans les bouleversements sociaux qui agitèrent l'Europe au XXe siècle, elle participa à la Révolution russe de 1917 et assassina Adolf Hitler à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Au lendemain du second conflit mondial, les Assassins entamèrent une transition progressive afin d’inspirer le changement en montrant l’exemple. Le paysage politique mondial passa de l’impérialisme à la globalisation et la Confrérie dut s’adapter une fois de plus. La guerre entre Assassins et Templiers, dévoilée au grand jour, se jouait maintenant dans les urnes et les médias.

L’adhésion des Assassins à un changement social sans violence ne les préserva pas des représailles des Templiers. En novembre 2000, Daniel Cross, un espion des Templiers, infiltra le quartier général des Assassins à Dubaï et tua le Mentor de la Confrérie. Cross dévoila également aux Templiers les emplacements des camps d’entraînement des Assassins partout dans le monde.

Le mois de novembre 2000 marqua le début de la fin pour la Confrérie. Durant les années qui suivirent, les Templiers traquèrent inlassablement les Assassins aux quatre coins du monde. Le futur de la Confrérie demeure incertain, les effectifs et les ressources des Assassins ne cessent de diminuer, mais ils restent fermement opposés à l’Ordre des Templiers.
À partir de 2000, l'Ordre est dirigé par William Miles.


Notes


Galerie


Wikis de Wikia à la une

Wiki au hasard