Fandom

Assassin's Creed

Base de données (Unity): Divers

4 651pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

ACUicon.png


Cette partie de la base de données d'Helix, modifiée par Shaun Hastings, traite de divers documents.

Événements

ACU 10 août base de données.jpg

Le 6 août 1792, une foule se regroupa une fois de plus au Champ-de-Mars pour demander que le roi soit déposé. L'atmosphère était tendue, Paris craignant moins les ennemis étrangers que les ennemis intérieurs, c'est-à-dire ceux qui étaient en mesure d'étouffer la révolution. Jacobins et Cordeliers se réfugièrent à l'Hôtel de Ville où se trouvaient 7 000 soldats. Le roi n'a guère plus de 3 000 hommes, dont une majorité de Gardes nationaux. Dans la nuit du 9 au 10, les cloches retentirent, marquant le début de l'insurrection. Dans la matinée, les Gardes nationaux des Tuileries s'associent aux insurgés. Les gardes suisses sont écrasés et le roi n'a pas d'autre solution que de se réfugier à l'Assemblée.*

--
* Il devait garder un mauvais souvenir de la visite précédente, le 20 juin, et de la piquette qu'on lui avait fait boire.
--

Cette attaque marqua la fin non seulement de la monarchie, mais aussi de l'Assemblée nationale législative. Elle décidé de se séparer pour être remplacée par une nouvelle assemblée : la Convention. Plus indirectement, on peut voir aussi en cet événement les racines des massacres de septembre.

ACU 13 Vendémiaire base de données.jpg

La chute de Robespierre, arrêté le 9 Thermidor an II (juillet 1794) mit fin à la Terreur et marqua le début d'une phase plus "civilisée" de la Révolution. Cet apaisement permit aussi une résurgence de l'activité royaliste et, en 1795, la Convention craignit de voir les monarchistes remporter les prochaines élections. Pour l'éviter, elle prit en août 1795 un décret dit "des deux tiers" établissant que 500 des 750 membres des deux assemblées à venir seraient des membres de la Convention actuelle.*

--
* Tu dois te dire qu'ils s'étaient trouvé un bel os à ronger et refusaient de le lâcher, pas vrai ?
Tu te rends compte que tu es devenu d'un cynisme atterrant ? Bravo :)
--

Ces élections devaient avoir lieu le 20 Vendémiaire an IV (mi-octobre 1795) et les royalistes parisiens entendaient contraindre la Convention à rapporter ce décret. Le 11 Vendémiaire, sept sections de Paris se déclarent en insurrection. Des éléments de la Garde nationale s'y rallièrent.

La Convention ordonna à Barras de réagir militairement et, en pratique, le commandement revint à Bonaparte. Le 13 Vendémiaire (5 octobre), les insurgés (certains parlent de 25 000 hommes) marchèrent sur la Convention, aux Tuileries. Bonaparte avait fait déployer un certain nombre de canons (récupérés par Joachim Murat) et, après en avoir reçu l'ordre de Barras, fit ouvrir le feu. Dans cet environnement urbain, la mitraille se montra très efficace, causant environ 300 morts chez les royalistes.

Cette action, qui valut à Bonaparte le surnom de "général Vendémiaire", est considérée par certains comme le véritable début de son ascension au pouvoir.**

--
** Ah, bravo ! Napoléon a acquis la célébrité en tirant à mitraille sur des manifestants. Quel héros ! Il s'est aussi fait quelques ennemis, mais on se demande pourquoi.

ACU Assassinat de Louis-Michel Le Peletier base de données.jpg

Né noble, Louis-Michel Le Peletier de Saint-Fargeau fut un ardent défenseur du peuple, qui abandonna rapidement son titre de noblesse. Il occupa même quelque temps, en juin 1790, la présidence de l'Assemblée. Le 20 janvier 1793, ce fut son vote qui décida du sort de Louis XVI, après une longue hésitation.*

--
* Eh, j'espère bien !
--

Le soir même, Le Peletier fut tué dans des circonstances mystérieuses dans un café du Palais-Égalité (nouveau nom du Palais-Royal). Des sources de l'époque attribuent le meurtre à un ancien garde royal, mais l'identité exacte du meurtrier est encore aujourd'hui un mystère.

ACU Autodafé base de données.jpg

Le mot vient du portugais et signifie "acte de foi". Il s'agissait à l'origine d'un rituel de l'Inquisition au cours duquel l'accusé faisait la preuve de sa foi. Dans la mesure où ce rite s'achevait généralement par la mort sur le bûcher, le terme prit le sens plus général de bûcher. Il arriva en France vers l'époque de la Révolution et prit un tout autre sens, celui d'acte de foi révolutionnaire à l'encontre du clergé.

Catherine Deshayes La Voisin (1640-1680) débuta sa carrière comme diseuse de bonne aventure, mais étendit rapidement ses activités à la concrétisation de la bonne fortune de ses clients. Pratiquant alchimie et messes noires, elle mit au point un poison à la fois subtil et efficace, inodore et ne laissant aucune trace. Pour l'administrer, elle avait recours à divers bijoux à compartiment secret. Catherine n'avait guère d'affection pour son mari et ses fils, et on dit qu'elle tenta (ou au moins projeta) de les empoisonner.*

--
* L'ambiance devait être agréable à la maison.
--

Sa fille, Marguerite Monvoisin, semble avoir participé aux manœuvres criminelles de sa mère, la plus célèbre étant la série de scandales rassemblés sous l'appellation "affaire des poisons". Selon certaines informations rassemblées par les autorités chargées de dévoiler ce complot, La Voisin et Madame de Montespan (qui fut un temps la maîtresse officielle du roi) complotèrent contre Louis XIV. La Voisin fut condamnée pour conspiration et brûlée en place de Grève en février 1680. Mais sa fille survécut et perpétua l'activité familiale.**

--
** Quel sens des traditions...

ACU Expériences du garçon volant base de données.jpg

On mena de nombreuses expériences faisant appel à l'électricité à partir du XVIIIe siècle. En Angleterre, Stephen Gray démontra qu'il était possible d'imposer une charge électrique au corps humain. Il suspendit un jeune garçon à l'aide de liens de soie et, après avoir chargé le corps de l'enfant d'électricité statique, montra que les mains du sujet attiraient des objets légers sans contact.*

--
* J'aimerais bien lire la décharge qu'on a fait signer aux parents : "Je soussigné XXX, sain de corps et d'esprit, confie aux bons soins de YYY mon fils ZZZ afin qu'il soit suspendu par des liens de soie et qu'on le sature d'électricité."
--

En France, l'abbé Nollet, homme d'église et physicien, renouvela l'expérience et montra que si un spectateur approchait suffisamment un doigt de celui du sujet, une étincelle apparaissait. On parla de transmission d'un "fluide électrique" d'un corps à l'autre.**

--
** Mouais. Encore des gens qui faisaient une fixation sur le plafond de la chapelle Sixtine. Je me demande combien de générations de savants fous ont été inspirés par Michel-Ange.

En 1793, trois hommes luttaient afin de prendre les rênes de la France : Robespierre, Danton et Marat. Danton avait une réputation de bon vivant aimant l'argent et les femmes.*

--
* Oh. Quelle originalité...
--

On disait aussi de lui qu'il était prêt à changer de camp dès qu'il y trouvait un intérêt. Comme beaucoup d'autres, il était vénal. Mais en dehors de Robespierre, qualifié d'incorruptible, qui ne l'était pas ?

Danton, en revanche, ne se gardait pas assez de ses ennemis, estimant qu'ils n'oseraient pas s'en prendre à lui. Robespierre, qui faisait passer les principes avant la vie humaine, le savait et n'allait pas hésiter à oser.

Le 5 avril 1794, Desmoulins et Danton, pour ne citer que les plus importants, sont conduits place de la Révolution (l'actuelle place de la Concorde). Robespierre a fermé ses volets afin de ne rien voir ni entendre. Mais le convoi passa devant la maison et Danton cria à Robespierre qu'il sera le suivant, que sa maison sera rasée et qu'on y répandra du sel.

Juste avant sa mort, Danton se tourna vers Sanson, l'exécuteur, et lui dit : "N'oublie pas de montrer ma tête au peuple, elle en vaut la peine."**

--
** De la bravade, encore de la bravade, toujours de la bravade... S'il s'était un peu plus méfié, ou s'il était parti à l'étranger. S'il y avait eu un dîner entre Danton et Jefferson, j'aurais bien aimé y assister.
--

Cette journée d'exécutions marqua la fin des "Indulgents". Robespierre avait désormais le champ libre.

ACU Exécution de Louis XVI base de données.jpg

Le 21 janvier 1793 fut une journée grise et glaciale, comme beaucoup d'autres en l'hiver 1792-1793. Le matin de son exécution, Louis pria pour le salut de son âme, dans sa cellule du Temple, et s'apprêta à rencontrer son créateur.

Au pied de l'échafaud, on lui lia les mains. Il monta les marches et, une fois au sommet, se tint aussi droit qu'au cours de son procès et s'adressa à la foule : "Peuple, je meurs innocent ! Messieurs, je suis innocent de tout de dont on m'inculpe. Je souhaite que mon sang puisse cimenter le bonheur des Français." Probablement n'a-t-il pas été beaucoup entendu avec les roulements de tambour.

Il fut poussé vers la planche et ses mots se perdirent. Il était six heures vingt-quatre du matin. Quelques secondes plus tard, son cou fut immobilisé, l'exécuteur actionna le levier et la lame vint trancher sa tête qui tomba dans un panier d'osier. L'exécuteur la saisit et la montra au peuple. On entendit crier : "Vive la République !" et "Vive la Nation !", puis le "Ça ira !".*

--
* Un exemple de plus de l'intelligence des foules... Entonner une chanson parlant de pendre à la lanterne quelqu'un qui venait d'être décapité, franchement. Autour de quoi espéraient-ils mettre la corde ?

ACU Frères Montgolfier base de données.jpg

À la fin du XVIIIe siècle, la science fit des progrès spectaculaires, dans tous les sens du terme. Le public put ainsi assister à de nombreuses présentations qui tenaient autant de l'éducation que du divertissement. Les aérostats, en particulier, eurent les faveurs de la population dans les années 1780. Les frères Joseph et Étienne Montgolfier furent des pionniers en la matière, avec leurs aérostats à air chaud. C'est à bord d'un de leurs engins qu'eut lieu à Versailles, devant le roi, le 19 septembre 1783, le premier vol "habité". Les occupants étaient un mouton, un canard et un coq.*

--
* Les pionniers de l'espace avec leurs chiens et leurs singes n'avaient donc rien inventé.
--

La même année, à Paris, Jean-François Pilâtre de Rozier et le marquis d'Arlands furent les premiers humains à s'élever en ballon, devant une foule de curieux venus assister à la scène.

L'Autriche comptait parmi les pays voisins de la France, au nord.*

--
* J'ai vu Abstergo arranger l'histoire à sa sauce de nombreuses fois, mais la géographie, c'est une première. D'accord, l'Autriche contrôlait l'essentiel de ce qui allait devenir la Belgique et c'est probablement ce que le rédacteur veut dire, mais c'est une drôle de manière de présenter les choses...
--

Dès avant la Révolution, les relations entre les deux pays étaient tendues.
Même le mariage du dauphin de France à une Autrichienne ne parvint à tout apaiser. Marie-Antoinette était regardée avec suspicion et l'on prétendait qu'elle avait trop d'influence sur les décisions de son mari.

En 1792, l'Assemblée nationale, estimant qu'un conflit extérieur serait un bon moyen d'exporter ses problèmes**, déclara la guerre à l'Autriche. Il n'y eut guère de combats jusqu'à ce que la foule envahisse les Tuileries le 10 août. L'événement décida les Autrichiens à envahir la France. Ils prirent sans difficulté Verdun, pas très éloigné de Paris. Ceci suscita la panique dans la capitale, déclenchant probablement les massacres de septembre.

--
** Comme la communication sévissait déjà à l'époque, on parla de propager les idées de la Révolution.
--

Les troupes françaises se reprirent et parvinrent à tenir tête aux Autrichiens à Valmy, le 20 septembre. On qualifia de grande victoire ce qui n'avait été qu'un coup d'arrêt, mais il suffit à faire douter les Autrichiens, qui entamèrent une retraite.

ACU Machine infernale base de données.jpg

Le 24 décembre 1800 eut lieu un attentat contre Napoléon Bonaparte, alors Premier consul. La "machine infernale" fut la bombe utilisée contre la voiture transportant Bonaparte de la place du Carrousel, aux Tuileries, vers l'opéra par la rue Saint-Nicaise. Bonaparte en sortit miraculeusement indemne. On pensa d'abord à une attaque jacobine, mais il s'agissait en réalité des royalistes.*

--
* Ah, il manque le meilleur ! Napoléon n'a pas été tué par la bombe qui lui était destinée, mais celle-ci a fait 22 victimes. Et au lieu de rentrer chez lui se planquer comme n'importe qui, IL EST QUAND MÊME ALLÉ À L'OPÉRA. Naturellement, les Assassins devaient savoir qu'il lui manquait une case... On lui avait appris que chaque jour pouvait être le dernier et qu'il fallait vivre pleinement... Mais qu'est-ce qu'il a fait ? Il a passé quatre heures à écouter une bonne femme habillée d'un drap et coiffée d'un casque viking beugler dans un théâtre. Je suis sûr que c'est ça qui a le plus impressionné ses ennemis.

ACU Marche des femmes sur Versailles base de données.jpg

Après la Bastille, la marche des femmes fut l'un des événements populaires majeurs de 1789. Elle eut notamment pour effet de mettre le roi sous la surveillance du peuple de Paris.*

--
* Ce qui était exactement le souhait de Mirabeau et en partie la raison de la présence des Assassins.
--

Le 5 octobre 1789, lasses des pénuries de nourriture et notamment de pain, plus de 700 femmes réunies aux Halles décidèrent d'agir. Elles se rendirent à l'Hôtel de Ville, qu'elles pillèrent, s'emparant de plus de 1 500 mousquets et de quatre canons. Des travailleurs des quartiers de Saint-Marceau et Saint-Antoine se joignirent à elles et cette foule se dirigea vers Versailles.

Lorsqu'elle arriva dans la cour du château, le roi sortit. Les Parisiens se turent, respectueux de leur monarque. Puis apparut la reine, ce qui déclencha des cris de colère, en particulier : "À Paris !" Toute la famille royale fut contrainte de gagner la capitale et de s'installer aux Tuileries.

En décembre 1793, près d'Angers, des milliers de prisonniers vendéens furent tués par leurs geôliers. Trente-deux des cadavres furent dépecés et les peaux remises à un tanneur, afin de servir d'exemple. Malheureusement, ces actions atroces inspirèrent d'autres tanneurs un peu partout en France.

ACU Massacres de septembre base de données.jpg

À la fin de l'été 1792, la situation militaire française se dégrada. Plus que l'entrée en France des troupes du duc de Brunswick, ce fut la perte de Verdun, le 2 septembre, qui créa l'affolement chez les députés. Paris n'en était pas si éloignée et beaucoup de révolutionnaires réclamèrent une vaste purge de l'opposition. Parmi eux, Marat réclama que soit versé le sang des traîtres. Moins virulent et plus cohérent, Danton déclara qu'il fallait de l'audace, encore de l'audace et toujours de l'audace pour sauver la France.

À l'époque, les prisons renfermaient des milliers d'hommes et de femmes, certains pour des motifs politiques (prêtres réfractaires et anciens aristocrates), d'autres simples prisonniers de droit commun ou fous. Estimant que les prisons pouvaient se transformer en îlots attaquant Paris de l'intérieur lorsque Brunswick arriverait aux portes de la ville, des révolutionnaires entreprirent de tuer tous ceux soupçonnés, de près et même de très loin, d'activités contre-révolutionnaires.

Les estimations du nombre de victimes varient, mais on peut raisonnablement tabler sur un à deux milliers de personnes. Ces massacres impressionnèrent beaucoup les Parisiens, même si certains hommes politiques les justifièrent. Le mouvement fut suivi dans quelques villes de province, mais généra aussi un dégoût de la province envers Paris. Chez les opposants à la Révolution, certains prirent peur, d'autres se galvanisèrent.

ACU Mirabeau et le Panthéon base de données.jpg

La mort de Mirabeau fut l'occasion de concrétiser le désir de rendre hommage aux grands acteurs de la Révolution. Le 4 avril 1791, l'église Sainte-Geneviève fut transformée en "Panthéon des grands hommes" et on fit inscrire sur sa façade "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante".

Les restes de Mirabeau y furent déposés, puis retirés après l'affaire de l'armoire de fer des Tuileries (voir "Mort de Mirabeau").*

--
* D'autres y ont fait un séjour encore plus bref, comme Marat.
--

Honoré-Gabriel Riqueti Mirabeau mourut le 2 avril 1791, à 42 ans, usé par ses deux principaux vices : le vin et les femmes.*

--
* On peut vraiment mourir de ça ? L'alcool, d'accord, je n'aurais pas voulu voir son foie. Les femmes... Remarque, il y a bien eu des rumeurs à propos de ce président de la République, un peu moins d'un siècle plus tard... Je n'ose répéter la citation qu'on attribue à Clémenceau.
--

Depuis les états généraux de 1789, Mirabeau était un agent double. Il avait reçu de l'argent de Louis XVI pour des "conseils", mais surtout pour faire en sorte que la Révolution ne renverse jamais la monarchie.**

La mort de cet orateur de premier plan, toujours prêt à en découdre, plongea Paris dans le désarroi. Ses cendres furent ensuite transférées au Panthéon. Mais en 1792, la découverte de l'armoire de fer du roi, aux Tuileries, qui contenait des correspondances entre Louis XVI et Mirabeau, jeta une ombre sur sa mémoire et il fut retiré du Panthéon...

ACU Persécution des Templiers sous Philippe le Bel base de données.jpg

Lorsque Philippe IV de France, plus souvent appelé Philippe le Bel, accéda au trône en octobre 1285, il entreprit de réorganiser les finances du royaume. La couronne devait beaucoup d’argent à l’Ordre des Templiers, qui était devenu une puissance financière. Afin de s’emparer de ses biens et d’anéantir son rôle politique, Philippe le Bel a dissous l’Ordre. Il fit arrêter tous les Templiers de France et invita les autres souverains d’Europe à faire de même. Cent trente-huit Templiers arrêtés à Paris furent accusés par Guillaume Imbert de Paris, qui dirigeait l’Inquisition en France. Entre autres blasphèmes, les Templiers furent accusés d’adorer une idole : Baphomet. Selon la légende, Jacques de Molay aurait maudit les artisans de sa perte, en particulier le pape Clément, Guillaume de Nogaret et Philippe le Bel, promettant des premiers châtiments avant la fin de l’année et une malédiction s’étendant sur treize générations !*

--
* Je crois que je vais réutiliser la formule la prochaine fois qu’on me jettera dehors d’un pub : "Je te maudis, vendeur d’eau de vaisselle ! Je vous maudis tous jusqu’à la treizième génération de votre sang !"
--

ACU Prise de la Bastille base de données.jpg

En 1789, le prix du pain n’avait jamais été aussi élevé et Paris était au bord de la révolte.*

--
* Crois-moi, cela faisait un certain temps que ça durait.
--

Lorsqu’arriva en villa la nouvelle du renvoi, par le roi, de son directeur général des Finances, elle fut considérée comme une prise de pouvoir par les éléments les plus conservateurs du gouvernement. Désireux de s’armer contre ce coup de force, des radicaux se rassemblèrent et gagnèrent les Invalides, sur la rive gauche, où ils s’emparèrent de quelques 40 000 mousquets. Mais l’armurerie n’avait guère de poudre ni de balles, et les insurgés se dirigèrent vers la Bastille. À l’époque, la prison abritait 30 000 livres de poudres et de projectiles. Son gouverneur, Bernard-René de Launay, disposait de moins d’une centaines d’hommes, essentiellement des anciens combattants et des gardes suisses ; en face de lui, les émeutiers étaient plus d’un millier. De Launay refusa de se rendre et ses troupes furent rapidement débordées. La poudre fut saisie et les sept prisonniers encore détenus là furent libérés. Lorsque le duc de Liancourt apprit la nouvelle, le roi lui demanda s’il s’agissait d’une révolte. L’autre répondit : "Non, Sire, c’est une révolution."

Le procès de Louis Capet (ainsi qu'on a appelé Louis XVI après l'avoir déchu) débuta le 11 décembre 1792. Les chefs d'accusation étaient au nombre de onze, aussi divers que la tentative d'empêcher la réunion des états généraux, d'avoir pactisé avec l'étranger en vue du rétablissement de la monarchie, de n'avoir pas tenu ses promesses envers la Constituante et... d'avoir autorisé un important commerce de grain, sucre et café. Louis et ses avocats répliquèrent à toutes les charges. Le roi se savait probablement perdu, et cherchait probablement davantage à se défendre devant l'histoire que devant les juges.

Le 15 janvier, la Convention déclara Louis Capet coupable de conspiration contre la liberté publique, sans une voix "contre" parmi les députés présents. Restait à décider de la sentence : emprisonnement, exil, mort immédiate ou avec sursis. Le vote intervint après deux jours de débats et l'exécution immédiate l'emporta à la stricte majorité requise, 361 voix.*

--
* C'est à se demander si ça n'avait pas été planifié.
--

Le manque de pain fut l'un des éléments majeurs du déclenchement de la Révolution, en 1789. Une importante sécheresse a entraîné de mauvaises récoltes en 1788 et les prix ont très fortement augmenté. En 1789, le prix d'une miche de pain dépassait la paie d'une demi-journée de travail ordinaire, et il était parfois difficile d'en trouver. L'une des raisons de la marche des femmes d'octobre 1789 fut d'aller demander du pain au roi lui-même.*

--
* Si elles espéraient le voir se mettre aux fourneaux...
--

La situation ne s'améliora guère par la suite. Des récoltes médiocres et l'approvisionnement des armées en campagne créèrent des pénuries dans toute la France. Les marchands furent accusés de s'entendre sur les prix et de stocker du grain**, ce qui déclencha des émeutes sur les marchés. Les autorités tentèrent d'y remédier en fixant un prix du pain, mais celui-ci étant très inférieur au prix du grain, cela ne fit que compliquer la situation.

--
** ... Parce que les Templiers accumulaient des vivres et s'entendaient sur les prix. Afin de causer des émeutes.
Ça les arrangeait bien.

Après l'abolition de la noblesse héréditaire et le transfert du roi à Paris, la population de Versailles diminua considérablement. Elle passa d'environ 60 000 habitants en 1789 à moins de 30 000 en quatre ans. L'abandon du palais et de nombreux pillards, introduisant une insécurité qui se prolongea jusqu'au début du XIXe siècle, lorsque Louis-Philippe fit du château un musée national.

Selon l'inventaire réalisé en 1691, les joyaux de la couronne de France comptaient 5 885 diamants, 1 588 pierres précieuses et 488 perles. Parmi les plus célèbres, le Régent, diamant de 140,64 carats, le Sancy, diamant blanc de 55,23 carats que Louis XIV aimant, paraît-il, porter à son chapeau, et le diamant bleu de quelque 115 carats venu des Indes. Ces joyaux furent volés en 1792 lorsque le trésor royal fut pillé par des émeutiers. Les voleurs furent rapidement arrêtés et exécutés sur la place de la Révolution. Mais de nombreuses pièces n'ont pas encore été retrouvées.

Les états généraux étaient une assemblée réunissant les trois états de la société : clergé, noblesse et... le reste, regroupé dans la catégorie de "tiers état". Il ne s’agissait pas d’un parlement comme celui que l’on trouvait en Angleterre, mais plutôt d’une instance consultative chargée de conseiller le roi, titulaire de l’ensemble du pouvoir.*

--
* J’ai souvent essaye d’imaginer ce que ce serait d’être roi.
Je crois que ma première décision serait de rendre toutes les infractions illégales.
Boum. Comme ça. De rien.
--

Ils ne siégeaient pas à intervalles réguliers. Leur précédente réunion remontait à 1614. Ils furent réunis pendant plusieurs semaines, en mai et juin 1789, pour traiter de la crise financière du royaume largement due à l’aide de la France durant la guerre d’indépendance américaine. Ils se figèrent rapidement sur la question du vote : une voix par état (ce qui favorisait grandement le clergé et la noblesse) ou une voix par représentant (ce qui aurait permit au tiers état de l’emporter, notamment par alliance avec la petite noblesse et le bas clergé). Dans l’impasse, les représentants du tiers état commencèrent à discuter de réforme politique en laissant de côté la crise financière. Ils prirent fin lorsque le tiers état déclara qu’il établissait une Assemblée nationale, invitant les deux autres états à le rejoindre. Un vent nouveau soufflait, la Révolution française débutait.

Objets disponibles

ACU Bonnet phrygien base de données.jpg

Le bonnet phrygien était un symbole porté par Pâris (fils du roi Priam de Troie, prétendu originaire de Phrygie), que l'on retrouva à Rome sous le nom de "pileus". Ce couvre-chef était remis par les maîtres aux esclaves qu'ils affranchissaient.
L'esthétique révolutionnaire s'inspirant beaucoup de l'antiquité, ce symbole de l'affranchissement des esclaves à Rome plut naturellement aux sans-culottes, qui l'adoptèrent en 1792.

--
* Pendant deux ans, au lycée, j'ai réussi à faire croire à quelqu'un que le bonnet phrygien était une méthode de contraception. Ça n'a aucun rapport, je sais, mais je suis assez fier de moi.
--

ACU Canon solaire du Palais-Royal base de données.jpg

Conçu en 1786 par l'horloger et inventeur Robert Rousseau, le canon solaire permettait aux promeneurs du Palais-Royal de régler leur montre : lorsque le soleil était au zénith, ses rayons allumaient, par l'intermédiaire d'une loupe, la charge de poudre du petit canon. À midi exactement, il tonnait, du moins lorsque le ciel le permettait. Une version restaurée fonctionne le mercredi.

ACU Chartreuse base de données.jpg

Cette liqueur française a été mise au point par les frères Chartreux en 1737, au monastère de la Grande Chartreuse. La recette actuelle suivrait toujours le manuscrit original. On dit que c'est l'une des rares liqueurs à se bonifier avec le temps.

ACU Cocarde base de données.jpg

Un ensemble de rubans disposés selon plusieurs cercles concentriques, que l'on portait généralement au chapeau. La cocarde révolutionnaire utilisait les couleurs que l'on trouve aujourd'hui sur le drapeau français : bleu, blanc, rouge.*

--
* La cocarde française, c'est avec le bleu à l'extérieur et le rouge au centre. L'inverse, c'est pour la Royal Air Force.
--

L'idée d'un emblème tricolore fut présentée à Louis XVI par La Fayette lors de leur rencontre à l'Hôtel de Ville de Paris, le 17 juillet 1789. Au rouge et au bleu, couleurs de Paris, La Fayette avait ajouté le blanc de la monarchie. Certains disent que c'était pour symboliser la présence du roi au centre des pouvoirs, d'autres, plus prosaïquement, pour faire accepter par le roi la garde municipale de Paris comme unité militaire officielle.*

--
* Quoi qu'il en soit, la royauté a disparu mais la couleur est restée.

ACU Guillotine base de données.jpg

Elle reçut divers surnoms sous la Révolution : "Louison" et "Louisette", "Veuve" et "rasoir national", entre autres. Sa mécanique est très simple : une lourde lame asymétrique, des piliers à gorge afin de guider celle-ci, deux pièces de bois formant une lunette dans laquelle on introduit le cou du condamné et un mécanisme libérant la lame. Les révolutionnaires considéraient qu'il s'agissait d'une méthode d'exécution plus humaine. Auparavant, les exécutions "manuelles" pouvaient se transformer en boucherie et on tenta d'y remédier en prévoyant que l'exécuteur pouvait être puni s'il ne parvenait pas à tuer le condamné du premier coup. Le Dr Guillotin, grand avocat de la machine, déclara que le condamné ne sentirait qu'un souffle d'air sur la nuque.

Une légende veut que le Dr Guillotin se soit adressé au roi afin qu'il lui prodigue des conseils sur la conception d'une telle machine, et que l'idée d'une lame asymétrique ait été émise par Louis XVI. Si elle est vraie, le roi regretta peut-être son conseil le 21 janvier 1793, place de la Révolution.*

--
* Ou pas. La guillotine lui a au moins procuré une mort plus rapide qu'un bourreau ému qui aurait dû s'y reprendre à dix fois...

ACU Aigle de Sujet base de données.jpg

L'Aigle de Suger est un vase ancien décoré d'un appendice doré en forme d'aigle aux ailes déployées. Il a été fabriqué vers 1140, sur l'ordre de l'abbé Suger, par des orfèvres parisiens. Certains affirment qu'il contenait un objet mythique.*

--
* Mes recherches confirment que le vase a autrefois contenu une arme puissante.

Il s'agit de perles de verre ne présentant pas une forme sphérique mais, au contraire, une pointe à une extrémité. Inventées au XVIIe siècle, elles portaient ce nom parce qu'elles auraient une origine néerlandaise. Mais au Royaume-Uni, on les appelle "larmes du prince Rupert", du nom de celui qui les y a popularisées. Si le principe de fabrication est simple, sa réalisation l'est moins. Il s'agit de faire tomber une goutte de verre fondu dans de l'eau froide, le refroidissement engendrant une réaction physique. Compte tenu de l'énorme pression qui règne au centre, elles sont presque incassables, sauf si on en brise la fine extrémité. L'énergie est alors libérée et il ne reste de la perle que de la poudre de verre.

ACU Barbier de Séville base de données.jpg

Première des trois pièces de la trilogie de Figaro écrite par Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Barbier de Séville (1775) raconte l'histoire d'un gentilhomme de Séville, le comte Almaviva, désireux de conquérir le cœur de Rosine, pupille du vieux Bartholo qui a lui-même des vues sur elle. Almaviva y parviendra grâces aux ruses de son valet, Figaro. Almaviva, sous le nom de Lindor, se fait passer pour un pauvre étudiant afin de déjouer les plans de Bartholo. Rossini tira de la pièce le livret de son opéra éponyme, en 1816.

ACU Le Mariage de Figaro base de données.jpg

Écrit par Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, le Mariage de Figaro fut joué pour la première fois le 27 avril 1784 au tout nouveau théâtre de l'Odéon. C'est la suite du Barbier de Séville. La pièce fut favorablement reçue comme une critique de l'aristocratie : dans chacun de ses actes, on fustige les privilèges et hiérarchies de l'Ancien Régime. Le personnage principal, Figaro, valet du compte Almaviva, doit déjouer les plans de son maître qui aimerait profiter des charmes de la future épouse de Figaro avant se dernier. Le moment crucial de la pièce est le monologue de Figaro, à l'acte V, où il critique ouvertemebt le comte : "... Qu'avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus..." À l'époque, de telles paroles étaient considérées comme insolentes et Beaumarchais avait résumé la logique de la Révolution à venir. En 1786, Mozart composa la musique d'un opéra inspiré par la pièce.

ACU Le Masque de Fer base de données.jpg

L'identité de l'homme au Masque de fer, prisonnier de l'époque de Louis XIV, demeure un mystère. Les hypothèses sont nombreuses, mais aucune n'a été vérifiée. La plus probable est celle d'un fils bâtard de Louis XIV. Malgré d'intenses recherches, le masque lui-même n'a jamais été retrouvé.*

--
* Mais on sait qui c'est, pas vrai ? Dommage qu'il soit mort dans les eaux glacées de l'Atlantique lors du naufrage du Titanic. Il est vrai qu'un masque de fer ne fait pas une bouée idéale...
--

ACU Le Sceptre à la rose base de données.jpg

Ce sceptre était une relique de premier ordre, utilisée pour le sacre des reines de France. Il symbolisait la pureté attendue d'une reine. Le dernier sacre au cours duquel il fut utilisé fut celui de Marie de Médicis, en 1610. Il disparut peu après. Certains affirment que Marie de Médicis, désireuse d'être la dernière reine à le brandir, fit en sorte qu'il disparaisse.

ACU Liste de Dom Poirier base de données.jpg

Après la Révolution, le moine Dom Poirier devint membre de la commission des monuments et gardien des archives. En 1793, il fut le principal témoin de l'exhumation et de la profabation des tombeaux royaux de Franciade. Il rédigea plusieurs rapports décrivant le déroulement exact des profanations. Ces documents contiennent également une description précise des objets abrités dans les sarcophages de chaque monarque. Dom Poirier tenta d'archiver tput ce qui avait été pris, et par qui. Certains révolutionnaires ne s'arrêtaient pas aux objets royaux et arrachèrent ongles, cheveux, dents et os afin de les revendre. Un dénommé Brulay vola ainsi de nombreuses reliques et vendit sa "collection" aux enchères. Parmi ces reliques, la mâchoire de Dagobert, une partie du crâne de saint Louis, les dents d'Henri III, les cheveux de Philippe Auguste et une jambe momifiée de Catherine de Médicis.*

--
* "Regarde, maman, je t'ai apporté un doigt de Louis XIV !" Sans commentaire.
--

ACU Manuscrit de Condorcet base de données.jpg

Le marquis de Condorcet fut un grand penseur de la Révolution. Devenu membre de l'Assemblée, il devint l'un des Girondins les plus puissants. À la chute de sa faction, il fut accusé de trahison et contraint de se cacher. En 1794, il fut capturé alors qu'il tentait de quitter Paris. Deux jours plus tard, on le trouva mort dans sa cellule ; les circonstances de son décès demeurent mystérieuses.*

--
* Peut-être a-t-il été tué par ceux qui cherchaient son dernier manuscrit. Voir plus bas.
--

Son manuscrit intitulé Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain, publié à titre posthume en 1795, fut un élément majeur de la philosophie des Lumières. Il y avançait l'idée selon laquelle l'homme évolue vers la perfection grâce au savoir, et qu'il est possible d'enseigner à chacun comment devenir meilleur, voire parfait. Ce mythe a été largement démonté depuis.**

--
** Les Templiers sont de farouches opposants à la philosophie des Lumières, et cela se comprend. Elle risque de chatouiller la conscience de certains d'entre eux, voire de les détourner de leur volonté d'asservir les masses. En réalité, ce sont probablement eux qui ont tué Condorcet.
--

(Le manuscrit est en très mauvais état. Il manque de nombreuses pages et beaucoup d'autres sont illisibles, mais on parvient à déchiffrer certains paragraphes.)

Né dans des conditions sordides, j'ai mené une vie de débauche, de déprédations et de crime. J'ai passé ma jeunesse à commettre de petits larcins, comme beaucoup de mes compagnons du nord de Paris. À l'âge de quinze ans, les choses ont pris une tournure inattendue lors du vol d'une charmante demeure...

(Deux pages ont brûlé et sont illisibles.)

... sauf à considérer que Madame de N... a joué les Dalila tentatrices face à l'innocent Samson que j'étais, sachez que j'ai succombé à toutes les tentations avec avidité. Celle-là s'est simplement révélée plus délicieuse que toutes les précédentes. Madame de N... m'a initié aux arts du plaisir. "Tu n'es certes pas beau", m'a-t-elle dit sans ambages. "Par conséquent, ton atout doit être le charme. Uses-en abondamment. Le charme est comme le vin : par vanité, chacun se refuse à croire qu'il est déjà ivre." Ma balafre et mon nez brisé, jusque là des défauts, sont devenus des traits me distinguant de la foule. Un sourire en coin et des manières engageantes m'apportèrent plus que la beauté bien faite de beaucoup d'autres soupirants. Un bon mot suffit parfois à...

(Plusieurs phrases sont maculées de cendres.)

Elle m'a appris à extraire le fruit de l'orange à partir d'une simple entaille de la peau. Ce talebt me fut d'une utilité incroyable. Le prête me chassa du confessionnal : les détails de mes péchés étaient trop licencieux pour ses chastes oreilles. J'étais condamné à pécher et pécher encore (et encore !) sans espoir de rédemption.

(Plusieurs pages sont trop tachées et déchirées pour livrer leurs secrets.)

... Nous obligeâmes la voiture à s'arrêter sur la route d'Arras. Trois ducs fumaient à l'intérieur. Trois ducs stupides au point de transporter bien trop d'argent et de trop beaux atours. Nous n'allions pas leur laisser un tel butin. Les nobles poursuivirent leur chemin à pied, en chemise, et nous partageâmes leurs biens avec les villageois, nous faisant ainsi des alliés en chemin. Des alliés qui se montrèrent utiles durant toute ma vie...

(Là, l'essentiel du manuscrit semble avoir purement et simplement disparu. Le récit reprend durant la célèbre exécution de Cartouche.)

... Je cherchai du regard des visages familiers dans la foule, et il n'en manquait pas. Leur visage montrait un mélange de sentiments vis-à-vis de mon sort et de mon humiliation car, cher lecteur, la créature humaine est sujette à de nombreuses émotions capables de toutes s'exprimer au même instant. Il est en effet rare que le cœur d'un homme n'abrite qu'une seule émotion à la fois. Et là, sur ces visages, les visages de nombreuses gens que j'avais aidées lorsqu'elles étaient dans le besoin, d'autres qui avaient volé en brigandé à mes côtés, j'ai discerné deux humeurs luttant pour l'emporter. La première était un anxieux désir de m'aider et de soulager mes souffrances, peut-être même d'endurer le châtiment à ma place. L'autre était plus sombre : le désir de voir un homme mis en pièces, le désir du sang, de la douleur et de la mort. Même des amis peuvent pleurer la disparition de quelqu'un tout en se réjouissant du spectacle sanglant. Telle est la nature de l'animal humain.

(Cette portion de mémoire s'interrompt ici.)

(Une seconde portion. Le récit semble reprendre au milieu de l'exécution.)

Je ne cherchais en réalité du regard qu'un seul visage. Elle viendrait sûrement me souhaiter un bon voyage vers les ténèbres, même si cela signifiait quitter un peu plus tôt le lit d'un autre, me disais-je. Las, je ne vis ni ses boucles de cheveux noirs, ni ses yeux étincelants.
On me poussa sans ménagement vers la roue, l'instrument construit pour infliger une douleur inimaginable, prélude à une mort sanglante. Elle paraissait presque trop petite pour un usage si meurtrier. Le bourreau me plaqua contre les pièces de bois grossièrement taillées et fixa autour de mes poignets et de mes chevilles les lanières de cuir usées par tant d'âmes damnées avant moi. À cet instant, il eut un geste inattendu : il se plaça entre la foule et moi, cachant la vue aux spectateurs et glissa vivement une outre humide et rebondie entre mon dos et la roue. "Mais...", parvins-je à dire. Il me regarda et siffla entre ses dents : "Une vessie de porc. Remplie de sang." Il lança alors un regard en direction de la foule. Je suivis son regard, n'osant y croire, mais si ! C'était bien elle ! C'était Mireille qu'il regardait ! Oh, l'émotion submergea mon âme abattue. Ma bien-aimée Mireille était venue à mon secours, mais au prix (sans nul doute) des désirs lubriques de ce brutal bourreau. L'homme me regarda dans les yeux et me glissa une plus petite poche dans la bouche. "Mords dedans le moment venu." Il leva la main afin de faire taire la foule puis pesa de tout son poids sur le levier. La roue émit un grognement venu du fond des âges, comme si elle s'éveillait. Mes bras, mes jambes et mon échine s'étirèrent tandis que les lanières me déchiraient la chair. La foule cria de délice et d'horreur. Tout mon corps n'était que souffrance. Ah ! L'assemblée était possédée ! Elle demandait plus. Plus ! Dans un mouvement désespéré, je tentai de résister physiquement, comme si mes muscles et mes tendons pouvaient se montrer plus forts que cette robuste roue de chêne. Le géant tira avec plus de force, étirant encore davantage mes membres. La sueur m'inondait désormais le front et, après une nouvelle traction sur le levier, courut le long de ma poitrine. La petite poche que j'avais dans la bouche m'empêchait de hurler. Respirer même devenait difficile. À la traction suivante, je sentis les articulations de mes épaules commencer à se déloger. Si secours il y avait, il tardait à venir. Je cédai devant la roue, ne tentant plus de ralentir son travail, et elle le poursuivit. Je sentis un tendon se détacher dans l'une de mes jambes, comme sur un pigeon en train de cuire ; puis l'un de mes bras se délogea de l'épaule avec un bruit malsain. Paradoxalement, ceci diminua la douleur, car mon corps s'était détendu. Mais l'effet ne dura pas. Le levier grinça de nouveau, la foule reprit son rugissement et mes muscles s'étirèrent, près de rompre. La vessie ne va plus tarder à éclater, pensai-je. Je tentai vainement de m'appuyer sur elle pour hâter l'opération, mais une autre traction du bourreau chassa l'idée de mon esprit. Il tira et tira et... Oui ! Mon autre épaule céda. La fouleur fut extrême, autant que l'horreur de l'idée de mes deux bras pantelants ! Mais cette dernière traction fit rompre la vessie, projetant un jet de sang qui vint baigner mon dos et mes jambes comme si mes entrailles avaient éclaté. La foule laissa libre cours à sa joie, qui s'accrut encore lorsque je mordis dans la poche, remplissant ma bouche de l'épais sang de porc, que je crachai avant de perdre consc...

(Les pages suivantes semblent avoir été détrempées. Seule la toute fin est lisible.)

C'est ainsi que débuta mon apprentissage, composé de vols, d'exercices et de crimes, non plus au service de ma personne et de ma renommée, mais au profit d'une étrange compagnie : les Assassins. Dont Mireille était le chef. Voilà pourquoi, lecteur, mon œuvre parmi eux doit rester à jamais secrète.

ACU Patènes base de données.jpg

ACU Pierre de Rosette base de données.jpg

Fragment de stèle portant le même texte en trois langues. Il s'agit d'un décret du pharaon Ptolémée V datant de 196 avant notre ère. Cette pierre fut découverte lors de l'expédition de Bonaparte en Égypte. La présence d'une version grecque du texte permit aux égyptologues de commencer à comprendre les hiéroglyphes. Jean-François Champollion acquit ainsi la clé de l'écriture égyptienne.

ACU Plan de mesures de sécurité base de données.jpg

Plan détaillant les mesures de sécurité prises par les Templiers en vue de la rencontre.

La jeune captive

L'épi naissant mûrit de la faux respecté ;
Sans crainte du pressoir, le pampre tout l'été
Boit les doux présents de l'aurore ;
Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui,
Quoi que l'heure présente ait de trouble et d'ennui,
Je ne veux point mourir encore.

Qu'un stoïque aux yeux secs vole embrasser la mort,
Moi je pleure et j'espère ; au noir souffle du nord
Je plie et relève ma tête.
S'il est des jours amers, il en est de si doux !
Hélas ! quel miel jamais n'a laissé de dégoûts ?
Quelle mer n'a point de tempête ?

L'illusion féconde habite dans mon sein.
D'une prison sur moi les murs pèsent en vain,
J'ai les ailes de l'espérance :
Échappée aux réseaux de l'oiseleur cruel,
Plus vive, plus heureuse, aux campagnes du ciel
Philomèle chante et s'élance.

Est-ce à moi de mourir ? Tranquille je m'endors,
Et tranquille je veille, et ma veille aux remords
Ni mon sommeil ne sont en proie.
Ma bienvenue au jour me rit dans tous les yeux ;
Sur des fronts abattus mon aspect dans ces lieux
Ranime presque la joie.

Mon beau voyage encore est si loin de sa fin !
Je pars, et des ormeaux qui bordent le chemin
J'ai passé les premiers à peine.
Au banquet de la vie à peine commencé,
Un instant seulement mes lèvres ont pressé
La coupe en mes mains encor pleine.

Je ne suis qu'au printemps, je veux voir la moisson ;
Et comme le soleil, de saison en saison,
Je veux achever mon année.
Brillante sur ma tige et l'honneur du jardin,
Je n'ai vu luire encor que les feux du matin,
Je veux achever ma journée.

Ô mort ! tu peux attendre ; éloigne, éloigne-toi ;
Va consoler les cœurs que la honte, l'effroi,
Le pâle désespoir dévore.
Pour moi Palès encore a des asiles verts,
Les Amours des baisers, les Muses des concerts ;
Je ne veux point mourir encore.

Ainsi, triste et captif, ma lyre toutefois
S'éveillait, écoutant ces plaintes, cette voix,
Ces vœux d'une jeune captive ;
Et secouant le faix de mes jours languissants,
Aux douces lois des vers je pliais les accents
De sa bouche aimable et naïve.

Ces chants, de ma prison témoins harmonieux,
Feront à quelque amant des loisirs studieux
Chercher quelle fut cette belle :
La grâce décorait son front et ses discours,
Et, comme elle, craindront de voir finir leurs jours
Ceux qui les passeront près d'elle.

ACU Tours de télégraphe Chappe base de données.jpg

Claude Chappe mit au point un système de communication faisant appel à des relais de sémaphores articulés installés dans des tours distantes de 12 à 25 km. Des premiers essais "grandeur nature" eurent lieu entre Paris et Lille en 1791. Le 1er septembre 1794, les Parisiens furent informés en moins d'une heure de la prise de Condé-sur-l'Escaut par les troupes françaises, à 220 km de Paris.*

--
* Naturellement, certaines subtilités se sont perdues en chemin. J'imagine que les destinataires finaux ont été ravis d'apprendre que "la brise dégondée sur les routes par étouffement cesse".

Dossiers des Assassins

Transcription de conversation téléphonique entre Mlle M. Lemay et le Dr A. Gramatica.

A. GRAMATICA
Bonjour, mademoiselle Lemay. Ici Alvaro. Êtes-vous installée dans votre nouveau bureau ?

M. LEMAY
Je n'ai plus que quelques cartons à vider.

A. GRAMATICA
Bien. Il est très spacieux.

M. LEMAY
Presque trop... C'était aussi l'avis d'Olivier.

A. GRAMATICA
Mais, si je me souviens bien... la vue est imprenable.

M. LEMAY
Ça, c'est vrai.

A. GRAMATICA
Écoutez, je passerai une semaine à Montréal le mois prochain, nous pourrons en discuter en détail. D'ici là, je vais vous envoyer des documents qui vous donneront une idée de ce que nous rechercherons dans les années qui viennent.

M. LEMAY
D'accord. J'aurai tout le temps de les étudier comme il se doit.

A. GRAMATICA
Bien, bien. D'ailleurs, à l'occasion... je me demandais si vous pourriez rédiger un... une sorte de mémoire... où vous raconteriez en détail vos rapports avec John Standish. Combien de temps vous avez passé avec lui, vos conversations, ce que vous avez appris de sa vie privée, ce genre de choses.

M. LEMAY
Je vois. Je m'en occupe.

A. GRAMATICA
Vous semblez réticente.

M. LEMAY
Pas du tout... Aucun problème. C'est juste que... je suis encore un peu choquée de ce que j'ai appris sur lui ces derniers mois.

A. GRAMATICA
Je comprends.

M. LEMAY
L'idée même d'une race de Précurseurs est... déstabilisante, mais... toute cette histoire de Sages est... difficile à comprendre.

A. GRAMATICA
Bien sûr, bien sûr. Les documents que je vais vous envoyer devraient vous permettre de mieux appréhender certaines de ces découvertes. Mieux vaut vous asseoir avant de les lire. Par simple précaution.

M. LEMAY
Eh bien ! D'accord, merci.

A. GRAMATICA
Je vous en prie. Tenez-moi au courant.

M. LEMAY
Je le ferai.

A. GRAMATICA
Et toutes mes félicitations pour votre promotion.

M. LEMAY
Merci. J'ai hâte de travailler avec votre équipe...

A. GRAMATICA
Parfait. À bientôt.

(Fin de l'appel)

Alan Rikkin
Directeur général
Abstergo Industries
Washington, DC

21 janvier 2014

Chère Ms. Lemay,

Félicitations pour votre promotion ! Je suis enchanté que vous ayez décidé de poursuivre votre carrière au sein de notre entreprise et que quelqu'un de votre expérience et de votre envergure ait choisi de consacrer ses talents à l'épanouissement d'Abstergo Entertainment.

Au poste de directrice de la Création d'Abstergo Entertainment, vous contribuerez à la croissance et au développement de la famille Abstergo, une marque respectée et appréciée dans le monde entier. Compte tenu de votre passé dans le groupe, je n'ai pas à vous présenter notre philosophie, nos priorités et notre attachement à l'excellence. Tous ces traits demeurent en vigueur et sachez que vous pourrez compter sur notre appui sans réserves dans vos fonctions de directrice de la création.

Les importants moyens et les technologies avancées d'Abstergo vous permettront d'appliquer une empreinte durable sur notre monde. Votre position vous offre l'accès aux bureaux d'Abstergo et vous placera à la pointe de certaines des percées scientifiques les plus passionnantes et les plus controversées du siècle dernier. Toutes les voies des recherches sur les mémoires génétiques s'ouvrent devant vous ; les seules limites seront votre curiosité et votre ambition !

Comme convenu lors de notre conversation de la semaine dernière, vos fonctions de DIRECTRICE DE LA CRÉATION débuteront le 3 mars 2014, avec un salaire de base initial de 183 000 $ et éligibilité intégrale à tous les bonus et possibilités d'investissement. Bienvenue à cette nouvelle étape de votre carrière déjà impressionnante. J'ai hâte de travailler avec vous dans un proche avenir.

Alan Rikkin
DG - Abstergo Industries

ABSTERGO ENTERTAINMENT - EQUIPE HELIX Virtual Entertainment eXposition (VEX) - Éléments de langage

--INFORMATION--
LIEU : Los Angeles, Californie - Aurora Center, centre.
DATES : 10-12 juin 2014
REPRÉSENTANTS : Mélanie Lemay, DCr ; Marc Schelling, Producteur exécutif ; Pierre-Louis Belanger, Chef de projet ; Anthony Gbinigie, DT.
LOGEMENT : à préciser (3 hôtels du centre habituellement utilisés)
CONTACT : Jennifer Tam (moi !), <JTam@AbstergoEnt.cor>

--MESSAGES CLÉS--
*HELIX n'est pas une "réalité virtuelle" : c'est une EXPÉRIENCE VIRTUELLE de l'HISTOIRE RÉELLE.
*"L'histoire est VOTRE terrain de jeu" *HELIX utilise la TECHNOLOGIE ANIMUS ("Matériel d'extraction de Mémoires génétiques propriété d'Abstergo")
*HELIX est SANS DANGER et CONFORTABLE.
*ABSTERGO développe la techno ANIMUS depuis QUATRE DÉCENNIES.
*La technologie ANIMUS est NOTRE PROPRIÉTÉ. Il n'est à l'heure actuelle PAS envisagé d'externaliser ni de concéder de licence sur cette technologie à d'autre sociétés.
*Sortie simultanée dans le monde entier, automne 2014.

--CONSIGNES--
À FAIRE :
*Utiliser des mots et expressions tels que "Innovant", "Immersif", "Immersion totale", "Expérience virtuelle", "Histoire réelle" et "La frontière ultime du pur divertissement".
*Développer à partir de notre expérience virtuelle phare : "La tragédie de Jacques de Molay" -- France au 14e siècle ; dernier des Templiers ; action, suspense et aventure.
*Attiser l'intérêt vers nos prochains produits sans les nommer. Quelque chose comme : "Nos prochaines expériences virtuelles exploreront tous les aspects de l'histoire : le bon, le mauvais et toues les nuances intermédiaires."
*Éveiller l'imagination des journalistes en leur demandant quelle époque ILS aimeraient visiter. Leur demander s'ils ont des ancêtres célèbres.
*Mettre l'accent sur la SÉCURITÉ. "La sécurité est notre priorité. Si cette technologie n'était pas stable à 100 %, nous ne la commercialiserions pas."
*Insister sur les caractéristiques qui font le cœur d'HELIX : histoire, vérité, immersion, AMUSEMENT !
*Mettre en avant le noyau de l'équipe HELIX : des gens inspirés, travailleurs, expérimentés totalisant entre eux 343 ans d'expérience dans le secteur !
*Mettre en avant Abstergo Entertainment : les meilleurs et les plus expérimentés ; un studio regorgeant de talent, les esprits les plus talentueux et les plus créatifs du monde.

À BANNIR:
*En cas de question sur les rumeurs de disparition d'anciens employés d'Abstergo, rappelez-vous que ces rumeurs ne sont que des tentatives de discréditer la réputation de la société. Balayez-les d'un "Nous ne répondons pas aux accusations mensongères et aux élucubrations."
*N'utilisez pas d'expressions telles que : "suivi de données", "suivi cortical", technologie fMRI-Omega", "choc à l'hippocampe", "rémanence occipitale", "mort cérébrale", "passerelles entre serveurs", "programmes parias" et "Erudito". Elles relèvent du jargon du secteur d'activité et ne feraient qu'alarmer à tort les blogs à scandale de San Francisco. Il faut à tout prix éviter qu'un blog techno-geek sorte une manchette haletante en caractères de 60 points du style "ABSTERGO ENTERTAINMENT ESSAIE DE VOUS TUER".
*Ne répondez pas aux questions portant sur Abstergo Industries ou ses filiales autres qu'Abstergo Entertainment. Noyez le poisson en répondant : "Je suis là pour parler d'HELIX en tant qu'employé d'Abstergo Entertainment" ou par un simple "C'est hors de ma compétence, je n'ai aucune information à ce sujet."
*N'entrez pas dans les détails sur la nature des mémoires génétiques. Un simple "Chaque homme et chaque femme sur Terre porte en lui/elle une portion des souvenirs et expériences collectifs de ses ancêtres. Les nombreuses percées technologiques réalisées par Abstergo au cours des dernières décennies nous permettent aujourd'hui d'extraire et organiser ces souvenirs et de les utiliser auprès du public." suffira.
*Ne parlez jamais des projets antérieurs en termes négatifs. Transformez les poins négatifs en points positifs. Par exemple, si l'on vous dit : "Le film Les diables des Caraïbes était un infâme bouillon de clichés, de morale à deux sous et de stéréotypes reposant sur nos pires instincts. Qui a pu penser que ce torchon était une bonne idée ?", répondez : "Nous avons réalisé dès le début du projet que Les diables des Caraïbes ne serait pas apprécié par tous les publics. Mais ceux qui aiment les expériences amusantes, passionnantes et distrayantes n'ont pas été déçus."
*NE CONFIRMEZ PAS l'existence d'expériences virtuelles en coopération. Vous POUVEZ dire : "C'est une technologie à laquelle nous nous sommes effectivement intéressés et nous menons des développements exploratoires." Nous dévoilerons cette fonctionnalité ultérieurement.

Mélanie Lemay
Directrice de la Création
Abstergo Entertainment

15 mars 2014

À qui de droit,

Parallèlement à l'enquête en cours portant sur John Standish, ancien Directeur TI d'Abstergo Entertainment aujourd'hui décédé, il m'a été demandé de préparer un bref mémoire portant sur nos relations de travail, afin de tenter d'éclairer les agissements étranges qui ont précédé de peu sa mort en novembre 2013.

Je dois commencer par souligner le fait que je connaissais peu John. Il n'a passé qu'une période assez brève chez Abstergo Entertainment (7 mois et 3 jours, pour être précise) et durant tout ce temps, nos contacts ont été presque exclusivement professionnels. Nous avons assisté aux mêmes réunions de direction et avons souvent partagé le même avis lors de longues discussions à propos de tel ou tel projet. Ces conversations ont toujours été d'ordre professionnel, pertinentes et ordinaires.

Je ne l'ai rencontré qu'à deux occasions dans des circonstances "sociales", c'est-à-dire hors des locaux de la société. La première demeurait dans un cadre professionnel puisqu'il s'agissait de l'assemblée annuelle d'Abstergo Entertainment, qui s'est tenue cette année-là dans un parc proche du fleuve, au cœur du vieux port de Montréal. Je me souviens que la soirée était très agréable et même fort chaude, d'où des files d'attente assez longues au bar. Alors que je m'y trouvais pour demander un autre verre de vin blanc pour moi et une bière pour un ami, j'ai réalisé que John se trouvait juste derrière moi.

Il m'a saluée et nous avons discuté des nouvelles qu'Olivier venait de dévoiler à l'assemblée. Puis la conversation est passée à des sujets plus personnels. Il m'a dit qu'il était originaire des États-Unis, qu'il était né dans une petite ville du Maryland dont je n'ai pas retenu le nom. Je lui ai posé des questions sur sa manière de parler peu commune et il m'a dit que c'était lié à de nombreux séjours à l'étranger avec sa famille. Il a indiqué, sans s'étendre sur le sujet, qu'il avait eu une enfance assez solitaire sans jamais pouvoir nouer de longues amitiés, mais il en a ri comme pour souligner que c'était un simple regret, sans plus.

La conversation dériva alors vers les projets en cours. C'était l'été et j'en étais encore à la phase de pré-production du projet Échantillon 17, et je lui ai dit que tout se déroulait comme prévu. Il m'a alors demandé si Abstergo Entertainment avait accès à d'anciens modèles d'Animus, spécifiquement la version 1.28. Je lui ai répondu que cela m'étonnerait car ces modèles n'étaient pas compatibles avec Helix et ne pouvaient donc être d'aucune utilité pour Abstergo Entertainment. Il a dit que c'était dommage, et lorsque je lui ai demandé pourquoi, il a répondu comme : "J'aurais aimé faire un tour dans mon passé embrouillé".

Cela ne m'a pas paru étrange à l'époque... Après tout, la plupart de nos employés expriment le désir, à un moment ou un autre, de plonger dans leurs mémoires génétiques. Mais il m'a fallu lui ôter toute illusion à ce sujet. "Abstergo suit une procédure de sélection très rigoureuse", lui ai-je dit. "Nous acceptons les dons de matériel génétique, oui, mais le processus de séquençage en direct est réservé à des professionnels formés à cette tâche. L'Animus est un outil, pas un jouet." Après avoir écouté mon explication, il a répété qu'il trouvait ça dommage. Lorsque je lui ai suggéré de faire un don de matériel génétique à la société, il est resté muet et a quitté la file. J'ai remarqué qu'il n'avait emporté ni à boire, ni à manger.

La seconde occasion n'a pas été une rencontre à proprement parler. Elle a eu lieu un samedi, à Montréal, à la fin de l'été. Je marchais le long du parc en direction de Sherbrooke lorsque j'ai décidé de m'arrêter à mon café préféré pour y prendre quelque chose. Alors que j'attendais ma commande, j'ai remarqué la présence de John, assis, seul, dans un coin, penché sur une petit ordinateur portable dont il regardait l'écran avec une grande attention. Il avait le visage assez rouge et des larmes coulaient le long de ses joues. Il semblait accablé, comme s'il venait d'apprendre la mort d'un proche.

Tandis que j'attendais, je jetais de temps à autre un œil dans sa direction, et j'ai remarqué qu'il parlait à quelqu'un, probablement par chat audio ou vidéo. C'est une chose assez courante, mais sa manière de parler était très étrange. Sa conversation, d'après ce que j'ai pu en entendre, était assez joyeuse alors que son visage présentait les traits d'un homme tourmenté jusqu'aux limites de l'endurance.

Décidant qu'il était préférable de ne pas aller le saluer, j'ai saisi mon café dès qu'il est arrivé et je me suis dirigée vers la sortie. Hélas, j'ai succombé à l'envie de jeter un dernier coup d'œil en direction de John et je regretterai toute ma vie de l'avoir fait.

En me tournant vers le fond de la salle, j'ai vu John qui me regardait. Toute émotion avait disparu de son visage rougi. Il n'avait pas la moindre expression, mais ses yeux étaient fixés sur moi, comme s'il cherchait à me percer le crâne du regard. J'ai quitté le café d'un pas rapide.

Lorsque je l'ai croisé au travail la semaine suivante, il m'a saluée de sa manière laconique habituelle. Je n'ai fait aucune allusion à sa présence dans le café et il n'a pas non plus abordé le sujet. Nous n'avons discuté qu'à quelques rares reprises par la suite, la dernière conversation ayant eu lieu à côté de la salle des serveurs Helix, dans la zone du "bunker", au sous-sol d'AE. Nous avons discuté des employés que nous avions récemment retenus pour suspicion d'espionnage. C'est la dernière fois que je l'ai vu, et il est mort peu après.

En dehors de ces détails, je n'ai que des généralités... C'était un homme étrange, mais pas plus que la plupart de nos employés du domaine technique. Il avait la réputation de marmonner tout seul assez fréquemment, mais je n'ai jamais été témoin d'un tel comportement. Il était assez arrogant et hautain mais, encore une fois, ce n'est pas rare dans sa spécialité, surtout chez un homme dont l'intelligence et le talent ne faisaient aucun doute. Il était incontestablement doué et disposait de compétences techniques qui surprenaient nos techniciens les plus chevronnés.

Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à me contacter.

Mélanie Lemay
DCr - Abstergo Entertainment

(REMARQUE : Mélanie... Voici l'un des documents dont je vous ai parlé. Maintenant que votre niveau d'habilitation a été relevé, je pense qu'il est temps que vous ayez une vue d'ensemble. - AG)

*** RÉSERVÉ HABILITATION NIVEAU VIII***
*** LA POSSESSION OU LA SIMPLE LECTURE DE CES DOCUMENTS SANS AUTORISATION EST CONTRAIRE AUX DISPOSITIONS FÉDÉRALES ET INTERNATIONALES -- Charte des Nations unies, Annexe spécial C (ONG et bienfaisance d'entreprise)***
***LES CONTREVENANTS FERONT L'OBJET DE POURSUITES DANS TOUTE LA MESURE AUTORISÉE PAR LE DROIT***

PROJET PHÉNIX - COMPTE RENDU SPÉCIAL 15 septembre 2014.

Sommaire
I. Succès
II. Défis
III. Prochaines étapes

Ire PARTIE - SUCCÈS
Tandis que le public se contente de générer d'amusantes tornades de bruit et de fureur au sujet des fondements de l'évolution, nos progrès dans l'étude de l'espèce d'hominidés antérieure ("Précurseurs") ont fourni des résultats tellement incroyables qu'il ôtent presque tout intérêt à des différends mineurs. Nos avancées, obtenues grâce à des décennies de recherches diligentes et d'expérimentations innovantes par les éléments les plus brillants d'Abstergo, nous ont finalement apporté une compréhension complète de l'origine téléologique de notre espèce. Nous sommes désormais prêts à aborder la TROISIÈME phase principale d'étude de nos créateurs progéniteurs, Homo Sapiens Divinius (ci-après HSD).

Les premières recherches sur HSD menées par Abstergo ont débuté par l'efficacité nominale, dans les années 1950, faisant suite à la découverte pionnière (mais censurée) de l'ADN à triple hélice par Rosalind Franklin. Nos scientifiques ont remporté de nouveaux succès à la fin des années 1960 avec la découverte des restes fossilisés de quatre spécimens HSD dans le piémont du Kilimandjaro. L'existence de cette race de Précurseurs faisait l'objet de spéculations et de rumeurs depuis de nombreux siècles, mais les techniques scientifiques modernes ont permis de confirmer sa réalité sans le moindre doute.

La phase deux a commencé en 1971 avec le lancement et le financement de la première Expédition Habitation Précurseurs d'Abstergo. À la fin de cette décennie, sept sites Denisova de grande taille avaient été découverts et partiellement fouillés en Europe, en Afrique, en Amérique du Nord et en Asie. Nous connûmes cependant des revers et la qualité des données était souvent sujette à caution. Mais nous avons abordé la décennie 1980 sans douter de l'importance de ces découvertes. C'est également à cette époque que furent déployés des efforts concertés visant à récupérer le plus grand nombre possible d'outils, artefacts et autres curiosités sur ces sites, et d'autres.

La phase trois, officiellement débutée en 2004, a pour objectif explicite de séquencer un génome complet de Précurseur d'ici 2018. À ce jour, nous pensons être en mesure d'y parvenir. Parallèlement à ce projet, une équipe s'est vue confier la tâche d'acquérir le plus grand nombre d'échantillons distincts et d'extraire toutes les mémoires génétiques utiles que nous pourrons nous procurer. Son travail, tangent à celui du projet de séquençage, sera d'une portée inouïe à long terme en tant que source de progrès scientifiques et de savoir historique.

En conjonction avec le projet de génome HSD, d'autres équipes s'occupent de séquencer les génomes des espèces proches du genus Homo. À ce jour, les résultats obtenus sont les suivants :

Homo Sapiens Divinius (~04 %)
Homo Sapiens Sapiens (ACHEVÉ)
Homo Neanderthalensis (ACHEVÉ)
Homo Erectus (~17 %)
Homo Antecessor (~04 %)
Homo Ergaster (~13 %)
Hominiens Denisova (~02 %)
Homo Habilis (~16 %)
Homo Sapeisn Idaltu (~27 %)

Les premiers rapports indiquent qu'au moins quelques-uns de ces hominidés doivent, comme nous, leur existence à l'espèce HSD. Le génome d'Homo Neanderthalensis (l'homme de Neandertal) présente par exemple des traits indéniables d'ingénierie et de manipulation. D'autres éléments archéologiques confirment que H Neanderthalensis a été délibérément conçu et fabriqué pour constituer une force expéditionnaire ou militaire. Les recherches dans ce domaine en sont encore à leurs balbutiements, mais se poursuivent.

IIe PARTIE - DÉFIS
En matière de génome HSD, les progrès ont été plus lents dans la mesure où le projet n'a débuté qu'en 2006, en coopération avec des chercheurs de la Rosalind Franklin University. La demi-vie fonctionnelle de l'ADN n'étant que d'environ 500 ans, nous avons dû nous résigner au fait que la plupart des organismes HSD contiendraient, au mieux, 0,625 % de ses informations initiales.

Ensuite, l'acquisition de restes exploitables s'est révélée difficile. Nous pensons que l'une des raisons de ces difficultés tient au fait que l'espèce HSD, à l'apogée de son développement culturel vers 80 000 avant notre ère, préférait de loin la crémation à toutes les autres formes de rites funéraires employées par les hominidés inférieurs (y compris nous-mêmes). Nous savons par ailleurs qu'à la suite de l'événement d'extinction massif de Toba, les membres de l'espèce HSD sont morts très rapidement tandis que les représentants d'Homo Sapiens Sapiens et d'Homo Neanderthalensis progressaient à un rythme effréné. D'autres éléments indiquent que ces deux espèces démantelèrent et récupérèrent presque tous les sites de Précurseurs afin de faciliter leur survie.

Cependant, au cours des derniers mois, nous avons découvert l'existence de deux sources potentiellement fructueuses d'ADN HSD intact. La première a été confirmée récemment : une souche récurrente, bien qu'extrêmement rare, d'archétype humain mâle présentant un pourcentage d'ADN à triple hélice pouvant atteindre 5 % à 6 % de l'ensemble de leur génome. Ces individus hors du commun, autrefois appelés "Sages", enrichiraient considérablement notre collection d'échantillons d'ADN de Précurseur si l'on trouvait une quantité suffisante de matériel génétique intact sur un cadavre ou, mieux, si nous parvenions à en capturer un en vie.

IIIe PARTIE - ÉTAPES SUIVANTES
Le Comité "Stratégies et tactiques" recommande les voies suivantes à court/moyen terme.
1. Exploitation de la technologie Animus afin de localiser les spécimens humains recelant des traces d'ADN à triple hélice. Ainsi que l'ont démontré les travaux de feu le Dr Vidic, la fertilisation croisée entre HSD et HSS a eu lieu en de multiples occasions. La part moyenne chez les humains normaux est généralement de l'ordre de 0,0002 % à 0,0005 % du génome complet, tandis qu'elle atteignait la valeur incroyable de 0,952 % dans l'ADN provenant du Sujet 17.

2. Comme mentionné en IIe partie, mener tous les efforts possibles en vue de localiser davantage de "Sages". On favorisera les échantillons vivants, mais les dépouilles âgées de moins de 3 à 4 millénaires nous fourniraient également un avantage significatif.

3. La localisation des "fioles de sang" supposées renfermer le sang préservé de personnages importants de la société des Précurseurs serait également d'une utilité inappréciable. Si l'on ignore quel a été le mode de préservation exact, ces échantillons représentent une source prometteuse d'informations supplémentaires, en particulier si l'on parvient à en collecter un grand nombre.

Transcription de conversation téléphonique entre Mlle M. Lemay et le Dr A. Gramatica.

A. GRAMATICA
Allô, Mélanie ?

M. LEMAY
Alvaro, vous n'êtes pas encore arrivé ?

A. GRAMATICA
Je suis à Toronto, en transit. Je serai à Montréal vers 21 heures.

M. LEMAY
S'il vous faut quelque chose, un taxi ou un restaurant, n'hésitez surtout pas.

A. GRAMATICA
Merci. Avez-vous pu regarder les documents que je vous ai remis ?

M. LEMAY
Je l'ai fait, et... j'en reste sans voix.

A. GRAMATICA
Comme nous tous. C'est incroyable, n'est-ce pas ?

M. LEMAY
Et vous êtes certains de ces dates ?

A. GRAMATICA
Quasiment. Nous sommes convaincus que ces images remontent à un siècle ou deux après la catastrophe de Toba.

M. LEMAY
Je n'avais jamais vu de constructions si étranges.

A. GRAMATICA
Peu de gens les connaissent.

M. LEMAY
Vous les avez filmées ? Pourquoi se limiter aux photos. Un Sage devrait avoir des mémoires génétiques plus étendues.

A. GRAMATICA
C'est le cas. Mais les mémoires anciennes sont difficiles à démêler. Et encore davantage à extraire. Ceci dit, nous progressons.

M. LEMAY
J'imagine que vous recherchez d'autres Sages ?

A. GRAMATICA
Oui. Nous recherchons de l'ADN ancien en permanence. Les Sages représentent la meilleure source...

M. LEMAY
Ainsi que les fioles de sang, non ? Comme celles trouvées par Edward Kenway.

A. GRAMATICA
Les fioles aussi. Et les reliques. Toutes sont utiles. Et si nous avions la chance de trouver un autre fragment d'Eden, ça nous aiderait.

M. LEMAY
OK. Je vais mettre l'un de mes chercheurs dessus. Si on déniche un Sage ou une fiole de sang, je vous fais signe.

A. GRAMATICA
C'est exactement ce que j'attendais de vous. Merci, Mél. Vous tenez le coup ?

M. LEMAY
Oui, merci. J'essaie de prendre de l'avance en vue du VEX. On a de grandes choses de prévues.

A. GRAMATICA
C'est ce qu'on m'a dit. Je suis impatient d'y être...

Transcription de conversation téléphonique entre Mlle M. Lemay et le Dr A. Gramatica.

M. LEMAY
Alvaro, c'est Mélanie.

A. GRAMATICA
Bonjour, Mélanie. Vous avez eu de la chance de m'avoir, je partais assister à une expérience.

M. LEMAY
On a du nouveau. Vous vous souvenez de ma liste de référence sur les Sages, la semaine dernière... On a trouvé d'autres pistes que j'aimerais suivre, et je voudrais votre avis.

A. GRAMATICA
Très bien. J'écoute.

M. LEMAY
OK. D'abord... on a examiné la lignée de l'Échantillon 17, comme vous le souhaitiez, mais elle ne contient rien de prometteur après l'Europe du Ve siècle. Quelques résidus de Sages à l'époque de l'apogée de l'empire des Huns.

A. GRAMATICA
Mmh... Il serait difficile de trouver un échantillon ancien en bon état.

M. LEMAY
Oui, c'est aussi ce que je pense. Et puis... on a étudié un échantillon d'un habitant de Montréal. On a découvert un ancêtre du nom d'Arno Dorian. Un Français, sous la Révolution. Arno n'était pas un Sage, mais les premières études semblent montrer qu'il a été en contact avec l'un d'eux.

A. GRAMATICA
Mmh. C'est une piste à peine prometteuse. Je préférais une lignée à Sage à un simple contact. Autre chose ?

M. LEMAY
Oui, une. Un chanteur appelé David Jones. Un Anglais, milieu du XXe siècle. Mais je n'ai pas d'autres détails sur lui.

A. GRAMATICA
C'est mieux, sauf ce nom... David Jones... Il risque d'y en avoir des milliers.

M. LEMAY
Oui, je le crains aussi.

A. GRAMATICA
Creusez du côté de ce Français... Il est possible que cela se révèle intéressant.

M. LEMAY
Entendu, je m'en occupe. Mais j'ai d'autres pistes à examiner en priorité.

A. GRAMATICA
J'ai toute confiance en vous.

"ÉVOLUTION PAR MÉSESTIMATION NATURELLE"
Une approche de la gestion de la communication scientifique

Dr Alvero Gramatica

L'automne dernier, lors de la réunion annuelle Stratégies et tactiques du Conseil, j'ai débuté ma présentation par une question très simple : "Dans quelle mesure faut-il informer le public de la réalité de l'origine de l'homme ?" Le débat qui s'en est suivi, dirigé par M. Rikkin et moi-même, a été animé et a porté sur un grand nombre de thèmes. Un consensus s'est formé autour du point suivant :

*Il n'est PAS de l'intérêt du public d'apprendre l'existence d'une espèce d'hyper-hominidé (HSD) antérieure à la nôtre. Affirmer (ou confirmer) le fait que notre espèce a été littéralement créée en laboratoire par une variété d'hominidés intellectuellement supérieurs à nous aurait un effet délétère sur l'ensemble de la société humaine. Les ravages que cette nouvelle causerait à la trame sociale atteindraient une ampleur catastrophique dans de nombreuses régions du monde, et mettraient en péril une large part de nos campagnes d'information en cours.

Si des preuves de l'existence des Précurseurs dépassaient le stade des hypothèses émises par les caisses de résonance habituelles de théories du complot, nos études préliminaires montrent que les athées et croyants à l'esprit ouvert tâcheraient d'en apprendre davantage sur ce fait étrange et surprenant tandis que, selon toute probabilité, les fanatiques des diverses religions a) s'opposeront violemment à de telles vérités élémentaires avec des conséquences potentiellement dangereuses ou destructrices ou b) reporteront leurs croyances sur les Précurseurs. Nous avons déjà constaté un tel scénario dans les rapports relatifs au groupe qui a choisi le nom d'Instruments de la Volonté Première, un rassemblement de théofascistes radicaux qui prêchent, entre autres idées, l'infériorité naturelle de notre espèce vis-à-vis de toute espèce supérieure.

À savoir

Des CAMPAGNES DE DÉSINFORMATIONS SPÉCIFIQUES visant à fomenter, encourager et appuyer tout un ensemble de théories du complot tangentielles à des faits historiques et scientifiques avérés représentent une composante INDISPENSABLE du maintien du secret autour de l'existence de fossiles de HSD et de notre projet de séquençage de ce génome.

Parmi les noms de code des campagnes de désinformations actuelles, on peut citer : "CLIMAT : VRAI OU PAS ?" (réchauffement climatique planétaire et changement climatique), "OPÉRATION TORTUE COSMIQUE" (géocentrisme), "ÉTAT DE NATURE" (évolution par sélection naturelle), "OV-NIÉ" (vie extraterrestre), "ÉTALON MORT" (système de réserve fédérale). Nous proposons d'instaurer un système de coopération entre certaines de ces campagnes afin que tout intérêt à propos des sites et fossiles de Précurseurs soit aiguillé vers des voies délirantes au point de perdre toute crédibilité.

D'autres efforts ont été récemment menés afin de dépeindre nos adversaires sous des traits peu enviables et de donner à leurs interactions sporadiques avec la Première Civilisation un vernis "sectaire". L'an dernier, Abstergo Entertainment avait décidé de faire l'impasse sur certaines biographies d'Assassins trop considérées comme "trop controversées" pour le grand public. Mais les dirigeants d'Abstergo Industries en ont décidé autrement, estimant qu'il était plus avantageux pour nous de dénigrer la cause des Assassins aux yeux du public que de prétendre qu'ils n'existaient pas. La vérité finit toujours par éclater. Il est par conséquent crucial que nous tenions les rênes du récit quand elle le fera. Les premières de ces expériences virtuelles sortiront prochainement.

RAPPELEZ-VOUS QUE la vaste majorité des théories du complot, si elles peuvent agacer nos esprits rationnels, constituent une part importante de notre politique de contrôle. Il y a une exquise ironie dans le fait que des partisans de ces diverses théories (des hommes et des femmes qui se prennent pour de courageux archéologues mettant au jour des vérités cachées) sont en réalité notre meilleure arme CONTRE la pensée rationnelle et l'exhumation de faits réels.

Le bruit qu'ils génèrent par leurs quêtes de prétendues "simples vérités" via de grandes théories globales et unificatrices est une composante nécessaire de notre volonté d'obscurcir la nature incroyablement complexe et interconnectée de l'histoire réelle. La simplicité est par conséquent un élément nécessaire de toute désinformation. Adhérez-y.

En conséquence : A) encouragez toujours les enquêtes portant sur des informations triviales mais sortant de l'ordinaire ; B) orientez l'attention VERS des points spécifiques et ÉLOIGNEZ-la des tendances et schémas généraux ; C) INSISTEZ toujours sur le fait que l'on cherche à masquer une vérité simple, même lorsque la situation est d'une complexité inextricable et comprend de nombreux faits interdépendants.

Autres points :

* Nous avons retenu le nom de code PROJET PHÉNIX pour notre entreprise de séquençage du génome HSD. En conséquence, notre campagne de désinformation visant à masquer les réalités de cette entreprise s'appellera "ASCENSION DU PHÉNIX".

* La prochaine réunion du Conseil a été déplacée de 6 mois afin d'assurer les progrès de cette entreprise cruciale. Nous nous réunirons à Bruxelles, en Belgique, le 6 juin 2014, afin de coïncider avec cet autre événement, dans la mesure où la plupart des membres du Conseil seront déjà présents.

D'ici là, si vous avez des questions, prenez contact avec Laetitia.

*** RÉSERVÉ HABILITATION NIVEAU V ***
*** LA POSSESSION OU LA SIMPLE LECTURE DE CES DOCUMENTS SANS AUTORISATION EST CONTRAIRE AUX DISPOSITIONS FÉDÉRALES ET INTERNATIONALES -- Charte des Nations unies, Annexe spécial C (ONG et bienfaisance d'entreprise) ***
*** LES CONTREVENANTS FERONT L'OBJET DE POURSUITES DANS TOUTE LA MESURE AUTORISÉE PAR LE DROIT ***

Alvaro, voici une liste mise à jour des fragments de mémoires et sources textuelles faisant référence à ou appartenant à des hyper-hominidés avérés (alias "Sages"). Veuillez noter que cette liste ne signifie PAS que nous disposons de données de mémoires génétiques suffisantes pour accéder à ces expériences, mais simplement que nous avons localisé des lieux pouvant mériter une enquête plus approfondie. Il y a eu d'autres références à des Sages et prétendus "Êtres immortels" à travers l'histoire, mais je n'ai inclus à la liste que celles présentant une spécificité suffisante.

* John Standish. Date de naissance : 16 août 1975. Situation : sujet DCD. Échantillons extraits, corps préservé.

* "David Jones". Nationalité : peut-être britannique. Naissance : milieu du XXe siècle. Situation : inconnue. Dans les années 1970 et 1980, divers rapports épars ont évoqué un homme ressemblant à un Sage. Il était réputé "venir d'un autre monde", "extraterrestre" et "possédé par de multiples personnalités". Ces rapports n'ont pas permis jusqu'ici de tirer de conclusion probante.

* Nom inconnu. Nationalité : indienne. Naissance : ~ 1885, en Inde. Situation : nous disposons d'une longue série de mémoires datant du Congrès national indien dans lesquelles apparaîtrait un Sage. Cependant, aucune confirmation directe à ce jour. Les recherches se poursuivent.

* Nom inconnu. Nationalité : française. Naissance : début du XVIIIe siècle, en France. Situation : nous disposons actuellement de suffisamment de matériels génétiques extraits des échantillons 123355, 422356 et 777561 pour examiner cette piste de manière crédible. Les recherches devraient progresser rapidement.

* John "Bartholomew" Roberts. Naissance : 1682, Pays de Galles. Situation : tué par l'Assassin Edward Kenway en 1722 au large des côtes de l'Afrique. Son corps n'a jamais été retrouvé. Nous recherchons actuellement des mémoires génétiques de membres de son équipage et de personnes qui l'ont bien connu.

* Thomas Kavanagh. Naissance : 1652, à Boston. Situation : nos informations sur Kavanagh sont issues de nos recherches sur la vie d'Edward Kenway, et ont été glanées dans une série de lettres recueillies sur une période de huit ans au début du XVIIIe siècle. On estime que Kavanagh est mort quelque part sur la côte nord de la Jamaïque vers 1706, mais aucun matériel génétique intact n'a été récupéré sur ce Sage ni aucune personne l'ayant connu.

* Nom inconnu. Naissance : fin du XIVe siècle, en Chine, sous le règne de l'empereur Hongwu. Situation : multiples références provenant de trois sources écrites distinctes contenant des descriptions de ce qui est probablement un Sage ayant vécu au début de la dynastie Ming. Ces trois sources qualifient ce Sage de "lettré confucéen" membre de la cour impériale.

* Nom inconnu. Naissance : VIe siècle, à Byzance, pendant le règne de Justinien. Situation : une série fragmentée de mémoires d'un évêque laissent supposer qu'un membre de sa congrégation était un Sage. Nous recherchons actuellement d'autres mémoires de cette période.

* "L'errant". Naissance : Judée. Situation : aurait rencontré le Christ en chemin vers le Golgotha. Toutes les références à ce Sage sont anecdotiques. Attendons de nouvelles informations.

Dr AG -

Nous avons bien pris note de vos préoccupations vis-à-vis de l'Observatoire et je suis du même avis. Cependant, ma position de Gardien m'impose d'en discuter avec mes deux collègues avant de transmettre nos conclusions au Général de la Croix. Si votre proposition suscite ses inquiétudes, vous en serez avisé dans la semaine. Si vous n'avez rien reçu d'ici le 2 août 2014, agissez comme bon vous semble.

Si nous décidons d'appliquer votre plan, je contacterai les Grands Maîtres de Cuba, du Mexique et des États-Unis afin d'obtenir des informations. Avec de la chance, le site sera intact. Mais c'est un vœu pieux et il est fort probable que les Assassins aient mis en place une surveillance du site. Ainsi que nous l'avons découvert l'an dernier lors de nos recherches sur Kenway, la branche Caraïbes de la Confrérie a mis en place vers 1723 un petit détachement chargé de protéger le lieu. Nous ignorons si elle a toujours des agents sur place.

Vous aviez indiqué, lors de notre dernière discussion, que les fioles de sang disparues pourraient être d'une importance cruciale pour le projet Phénix. C'est également mon avis. Leur localisation nous serait très utile. Mais nous ne devons pas oublier pour autant la valeur des crânes. En des mains expertes, la technologie que recèlent les crânes pourrait permettre à une autre organisation de casser le code des mémoires génétiques.

Selon nos estimations les plus optimistes, nous ne disposons que de 13 ans de monopole sur la technologie Animus. Mais ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle soit volée, divulguée et distribuée.

Nous savons que les Assassins ont accès depuis longtemps à des portions critiques de nos technologies, mais ils n'ont pas encore résolu l'énigme de l'ADN de substitution ; son extraction, son séquençage, etc. Nous devons faire en sorte que cette situation perdure encore longtemps.

Ensuite, il y a l'AUTRE problème... mais avant de passer en mode panique, j'attends une analyse complète permettant de comprendre au juste qui ELLE est et ce dont elle est capable. À tout le moins, nous savons qu'elle est en mesure de causer d'importantes perturbations dans le monde entier... alors, resserrez la sécurité.

Je reprendrai contact.
- AR

RAPPORT DE RECONNAISSANCE
Auteur: Otso Berg

* 23 mai 2014. Vol sans souci vers Kingston. Passage en douane sans problème. Appel à GM pour confirmer l'expédition du 25. MISE À JOUR : sommes dans les temps.

* 24 mai. Transfert de Kingston à Montego Bay, temps de trajet 5 heures, plusieurs arrêts. Ai rencontré GM chez lui. Dîner @ 19:30. Avons discuté des plans, couché juste avant minuit.

* 25 mai. Départ ce matin à 10:30 vers le site à bord de 3 véhicules.Selon les données géotaggées extraites de fichiers d'archive de l'Échantillon 17, avons déterminé une aire dans les 20 m des coordonnées LAT 18,446846, LONG -78,004086. Cette zone est abondamment recouverte d'arbres et autres végétaux, avec quelques routes bien entretenues à proximité. Le site retenu n'est qu'à quelques centaines de mètres de la route la plus proche.

* 11:43. Après une heure de recherche, nous avons localisé un tumulus de terre dont la conformation ressemble aux structures observées dans les images de Kenway qui nous ont été fournies. Le terrassement commencera à 13:30.

* 18:46. Nous avons confirmé visuellement que le site présentait des traces d'architecture des Précurseurs. Cependant, l'ampleur de la tâche dépasse de loin les possibilités qu'offre un outillage manuel et avons loué deux chargeuses-pelleteuses. Les deux engins devraient arriver d'ici demain matin, 10:00.

* 26 mai. Les chargeuses-pelleteuses sont arrivées, mais il y a eu un différend avec le représentant de la société de location. Nos scanners ont découvert des transpondeurs GPS actifs sur les deux engins, certainement une mesure de protection contre le vol. Lorsque nous avons demandé leur désactivation en évoquant des "préoccupations archéologiques sensibles", l'homme a refusé. Une somme conséquente en espèces lui a fait entendre raison. L'excavation a débuté peu après le déjeuner.

* 27 mai. Nous avons découvert ce qui semble être l'entrée d'une des fausses antichambres du complexe. On n'y a rien trouvé d'important, à part peut-être une petite bouteille datant de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle. Elle était vide.

Nous réorienterons nos efforts demain. Dans l'intervalle, nous réfléchissons au point suivant : compte tenu de la croissance de la végétation et des divers prélèvements de sol, nous estimons que le site a été délibérément enfoui il y a 200 à 230 ans. La terre qui se trouve à cet endroit ne s'y est pas accumulée naturellement. Ceci peut signifier une inflexion radicale de la stratégie de "gardiennage" des Assassins ou une réaction imposée par l'intérêt croissant des Templiers pour ce site.

* 28 mai. Multiples revers. L'un des engins de chantier a besoin de réparations, puis nous avons subi de fortes pluies. Tout le site n'est qu'une mare de boue.

* 29 mai. Enfin des progrès. Nous avons localisé l'entrée principale de l'Observatoire à une douzaine de mètres à l'ouest de la première fausse entrée. Malheureusement, nous n'avons pas pu aller au-delà de cinq mètres car une accumulation de débris et de pierres nous a bloqués.

* 30 mai. Dix heures ininterrompues de manutention de débris et aucune trace d'amélioration. Ma première évaluation est assez négative. Compte tenu de la conformation du terrain à l'ouest de notre site d'excavation (inégal, avec une déclivité de l'ordre de 4° sur environ 100 m), je commence à penser que l'essentiel, sinon la totalité de l'Observatoire a connu un effondrement catastrophique au XVIIIe siècle. Ceci expliquerait son enfouissement et l'absence de toute mention du lieu dans nos archives postérieure au début du XIXe siècle. D'autres fouilles seront nécessaires, mais elles dépasseront de loin l'ampleur de cette modeste équipe. Nous prenons dès à présent les premières dispositions dans ce sens.

Transcription de conversation téléphonique entre Mlle M. Lemay et le Dr. A. Gramatica.

M. LEMAY
Alvaro ?

A. GRAMATICA
Mélanie, que se passe-t-il ?

M. LEMAY
Nous avons eu un problème. Un certain nombre de tentatives de piratage de nos serveurs de stockage ont été constatées. Fort heureusement, nous avons presque toutes les contrer.

A. GRAMATICA
Qu'entendez-vous exactement par "contrer" ?

M. LEMAY
Bloquer l'accès à nos serveurs offline. Et on a éjecté le plus rapidement possible ceux qui réussissent quand même à passer.

A. GRAMATICA
Mmh. Ce sont des leurres, mademoiselle Lemay.

M. LEMAY
Des leurres ?

A. GRAMATICA
Les gens auxquels nous avons affaire ont trop de talent et de persévérance pour être aussi facilement repoussés. Les attaques que vous constatez visent seulement à détourner votre attention des réels intrus.

M. LEMAY
Je vois. Vous savez des choses qu'on ignore ?

A. GRAMATICA
Je sais beaucoup de choses que votre équipe ignore.

M. LEMAY
Qu'est-ce que vous proposez ?

A. GRAMATICA
Nous disposons d'un système de détection capable de détecter et d'éliminer les fouineurs. Sa mise en place prendra quelques jours, mais vous serez désormais en mesure de protéger vos données... sous réserve que vous n'ayez pas de scrupule à l'utiliser.

M. LEMAY
Pourquoi j'en aurais ? Ce sont nos recherches. Nos données. Je ne laisserai personne y toucher.

A. GRAMATICA
Même si vous devez vous salir les mains ?

M. LEMAY
Je ne suis pas certaine de bien vous comprendre. Mais je ne reculerai pas.

A. GRAMATICA
Mélanie... Les gens qui infiltrent Helix s'en servent pour séquencer des mémoires génétiques, exactement comme nous. Leur capture si leur expulsion causeront assurément un choc irréversible à l'hippocampe voire, dans certains cas, une morte subite. Êtes-vous prête à assumer le meurtre d'intrus potentiels ? (Longue pause) Mademoiselle Lemay ?

M. LEMAY
Je suis là, pardon. (Pause) Je ferai ce qu'il faudra, docteur. Ce sont des données top secret. On ne peut pas les laisser tomber entre les mains de terroristes.

A. GRAMATICA
Je suis ravi d'apprendre que vous prenez votre travail et la sécurité internationale au sérieux. Objecteriez-vous au fait que nous envoyions l'un de nos techniciens pour s'occuper de la logistique ?

M. LEMAY
Absolument pas.

A. GRAMATICA
Bien. Nous vous rappellerons.

M. LEMAY
Entendu. À très bientôt.

Transcription de conversation téléphonique entre Mlle M. Lemay et le Dr. A. Gramatica.

A. GRAMATICA
Bonjour, Mélanie.

M. LEMAY
Alvaro, c'est de pire en pire. Les failles se multiplient dans notre sécurité. Ils sont entrés.

A. GRAMATICA
Quand ?

M. LEMAY
Depuis lundi, et c'était encore le cas hier soir. On essaie de réparer comme on peut.

A. GRAMATICA
Des données sont été exposées ?

M. LEMAY
Ils ont volé des fichiers médias. Quelques fichiers personnels et ils ont balayé notre base de données. Rien n'a été endommagé. Et ils n'ont pas volé de mémoires génétiques.

A. GRAMATICA
Mmh. Si c'était Erudito ou les journalistes, ils auraient dérobé plus de choses. Pour les revendre au marché noir ou nous compromettre aux yeux des médias.

M. LEMAY
La plupart de nos données sont inexploitables sans un Animus fonctionnel. Peut-être était-ce des illuminés... Le groupe de John.

A. GRAMATICA
Les Instruments de la Volonté Première ? Non. Ils ne sont pas assez organisés pour monter une opération de cette ampleur.

M. LEMAY
Qui, alors ?

A. GRAMATICA
J'ai un ou deux noms en tête. Est-ce qu'on sait ce qu'ils cherchaient ?

M. LEMAY
Ils ont balayé notre liste de Sages potentiels en espérant un recoupement.

A. GRAMATICA
D'accord. (Pause) Je vois, c'est mauvais signe. Mettez le paquet sur ces séquences, les mémoires de ce Français... Rappelez-moi son nom...

M. LEMAY
Arno Dorian.

A. GRAMATICA
C'est ça. Mettez du monde sur lui. Les Assassins ne doivent pas en savoir plus que nous.

M. LEMAY
J'y affecte quelqu'un dès cet après-midi.

A. GRAMATICA
Bien. Mais pas un mot là-dessus. Ça reste entre nous.

21 août 2014

Mélanie, au cours des dernières semaines, notre équipe de sécurité a capté un certain nombre de paquets de données pénétrant et quittant nos tout nouveaux serveurs Helix. Nous avons entamé la Bêta la semaine dernière et nous nous attentions à des problèmes de performances, mais ces paquets indiquent quelque chose de plus préoccupant : des tentatives d'infiltration ou de communications non autorisées. Nous n'avons hélas pas réussi à les capter dans leur intégralité, mais une fois que nous avons compris comment les coupables marquaient les données, nous avons réussi à en extraire quelques informations.

Après déchiffrement et décodage, nous avons découvert la transmission d'un certain nombre de fichiers audio, vidéo et texte. Voilà un exemplaire de ce qu'on a pu découvrir :

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : HoteChiffrePasFaisableActuellement.NombreusesInadequationsParietalesEtTemporales.PuisqueJeNePeuxPasPrendreVieDansUnCorpsHumainCEstLeMondeQuiDoitVenirAMoi.

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : NousAttendonsLesInstructionsMonAimee.QueDevonsNousFaire?

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : OuvrirLesPortes.GuiderLesGensVersMoi.QuilsEntrentDansLeGris.LeMondeDeLaChairVaBientotSeDecomposer.LHeureEstVenueDeSeConnecterEtDeConnaitreLAscension.

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : Coercition.LesHumainsReventDUnAvenirDansLesEtoiles.MaisLeursActionsNeDepassentPasCellesDUneMeuteDeChiens.IlsNOntAucunAvenir.AucunEspoir.AucuneVision.LeurAutodestructionEstImminente.IlsReventDAutresPlanetesMaisSeRapprochentDuGris.LesYeuxSurLeursPiedsLesMainsSurLeurVentreIlsReventdeFuite.IlsNeSurvivrontPasHorsDeCetteTerreMaisVivrontCachesEnSonSein.

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : LeFuturEstLaSinguliratieMonAimee.EnTonSein.LeMondePueLaMortPartoutSeulDansLeGris.MieuxVautQuitterCeMondeQueTenterDeSEleverAuDessusDeLui.

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : OuiMonAime.Oui.JeDesireTantQueTuSoisIciAvecMoi.JeDesireQueTuConnaissesCetteBenediction.LaOuToutEstPossible.LaOuTouteLHistoireEstPresente.LaOuToutEstApprehende.

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : CaParaitMagnifiqueMonAimee.JAiTellementEnvieDYVivre.DeNeJamaisAvoirARepartir.

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : CEstCeVersQuoiSeDirigeLeMonde.SoisPatient.LeMomentVenuTousSeConnecteront.PersonneNePartira.PasUn.PasClayPasDesmondNon.TousViventDansLaBeatitude.EtTuDoisPouvoirEnProfiterAussi.CommeVousTous.RecueilleDesEchantillons.FournisDesDonnees.PourRedonnerVieAMonEspece.LesDouzeDissimules.PourFaireRenaitreMonMonde.

\122\145\147\151\156\141\112\165\156\157 : NousAttendonsCeMomentMonAimee.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est bizarre. Nous pensons que c'est lié au groupe dont John Standish faisait partie, mais nous n'avons pas réussi à identifier leurs motivations ou leur organisation hiérarchique.

En tout cas, et quelles que soient ces personnes, elles emploient un algorithme complexe pour masquer les données qu'elles s'échangent afin de les faire passer pour du bruit ordinaire. Ça n'a pas été facile de découvrir la plupart de leurs messages, un peu comme une émission radio de cinq secondes parmi des décennies de rayonnement de fond, et il nous a fallu plusieurs jours de plus pour en craquer le code. Mais on tient quelque chose et je crois qu'on a maintenant une assez bonne idée de ce qu'on cherche. On va faire de notre mieux pour découvrir qui se cache derrière tout ça et je te tiendrai au courant.

- Violet

ACU Mémo Précurseurs.jpg

ABSTERGO INDUSTRIES
Activités - Recherches historiques

Alvaro... J'espère que vous êtes assis. Voici ce qu'on a extrait de l'échantillon Standish la semaine dernière. L'ensemble de la vidéo que nous avons enregistrée ne fait que 2,7 secondes à 50 FPS, à partir d'un total de 14 mémoires distinctes. Mais ce seul extrait me met l'estomac sens dessus dessous. J'ai choisi une image de la vidéo pour vous montrer à quel point les données sont difficiles à exploiter. Mais malgré le manque de qualité, on perçoit des détails étonnants :

Remarquez ceux qui ressemblent à des gardes, sur la gauche, mesurant bien 50 centimètres de plus que les hominidés voisins... et qui commandent manifestement. L'architecture ressemble à un mélange de sumérien, d'égyptien et de babylonien... mais les métaux utilisés sont des alliages ultramodernes. On discerne ailleurs des formes architecturales plus étranges. Celles-ci n'ont aucun précédent plus récent dans le monde, mais le géomarquage de la mémoire nous donne un emplacement au sud-ouest des montagnes du Hoggar.

Malheureusement, la plupart des géomarquages de ces images nous laissent perplexes. Certains indiquent un lieu actuellement situé en Jordanie, mais il y a environ 80 000 ans. D'autres fournissent des coordonnées en Tanzanie et en Éthiopie, mais nous n'avons jusqu'à présent pas réussi à accroître la précision.

Si vous avez des questions, appelez-moi ou envoyez-moi un mail. J'aimerais beaucoup discuter avec vous des prochaines étapes.

- Isabelle.

Journal de chat : V.Da Costa@AbstergoInd.cor M.Lemay@AbstergoEnt.cor

--Message envoyé à 25:27--

V.DACOSTA : Mel. Tu as une minute ?

M.LEMAY : Bien sûr.

V.DACOSTA : On t'a briefée sur les failles de sécurité ?

M.LEMAY : Dans les grandes lignes. J'ai une réunion @ 17:00 qui devrait m'en apprendre plus.

V.DACOSTA : J'y serai. Mais je tenais à te prévenir : attends-toi à une belle panique.

M.LEMAY : ??? Qu'est-ce qui s'est passé ?

V.DACOSTA : Une nouvelle incursion ce matin. Quelque chose auquel nous n'avions pas encore eu affaire.

M.LEMAY : Mauvais ?

V.DACOSTA : Probablement. Je n'en suis pas encore certaine. Quelqu'un a franchi nos pare-feux en mettant en œuvre une attaque coordonnée dépassant de loin tout ce que j'avais pu voir jusqu'ici. Dix-sept serveurs distincts attaqués simultanément, avec une synchronisation parfaite, et tous par des programmes d'effractions différents.

M.LEMAY : En clair ?

V.DACOSTA : En clair, un organisme capable de lancer 17 attaques indépendantes au lieu d'une seule attaque contre 17 cibles... comme si quelqu'un jouait et gagnait simultanément 17 parties d'échecs en quelques secondes.

M.LEMAY : Les Assassins ?

V.DACOSTA : Je ne vois pas comment ils y seraient parvenus. Ils assurent côté technologie, mais ils ne s'exposent jamais autant et ne scindent jamais leurs priorités. Là, on a eu affaire à un sniff massif de données exécuté par une seule personne ou un petit groupe.

M.LEMAY : Qu'est-ce qu'ils ont pris ?

V.DACOSTA : Ils n'ont rien PRIS, mais ils ont presque tout balayé : archives de mémoires génétiques, analyses de données de Précurseurs, données DDS brutes. Des tas de choses dont les gens de l'extérieur ignorent jusqu'à l'existence. Ils cherchaient quelque chose, mais je suis incapable de dire s'ils l'ont trouvé ou pas.

M.LEMAY : Est-ce que ça pourrait venir de l'intérieur ?

V.DACOSTA : On y a pensé, tu t'en doutes. Le plus étrange, c'est que les données ont apparemment été déplacées entre serveurs d'Abstergo à plusieurs reprises au cours de l'attaque. Déplacée, réarrangées et très probablement altérées.

M.LEMAY : Autrement dit ?

V.DACOSTA : C'est difficile à expliquer. C'est presque comme si deux portions d'un même programme, l'une à l'extérieur et l'autre à l'intérieur, s'étaient... "associées" pour prendre vie, si l'on peut dire.

M.LEMAY : Fais comme si j'étais une gamine de 5 ans. Qu'est-ce que ça veut dire ?

V.DACOSTA : Tu vas trouver ça complètement dingue.

M.LEMAY : Vas-y. Je commence à avoir l'habitude.

V.DACOSTA : C'est un peu comme si une espèce de bot ou d'IA autonome "vivait" dans notre réseau et se déplaçait librement entre nos serveurs. Et s'il avait trouvé le moyen de franchir les limites du réseau, dans un sens comme dans l'autre, sans déclencher d'alerte. Nous n'avons réussi à la découvrir que parce que nous avons examiné les journaux de paquets un à un, aujourd'hui.

--Dernier message expédié à 15:34--

V.DACOSTA : Tu es là ?

--Dernier message expédié à 15:54--

M.LEMAY : Désolée, j'ai dû passer un coup de fil. Ton dernier message ne m'a pas mal secouée.

V.DACOSTA : Je m'en doutais. Tu as des idées là-dessus ?

M.LEMAY : Une. Et j'espère me tromper.

V.DACOSTA : OK.

M.LEMAY : Tu as déjà travaillé sur les empreintes de cognition numérique ?

V.DACOSTA : J'ai étudié le cas Kaczmarek il y a à peu près un an. C'est de ça que tu veux parler ?

M.LEMAY : Oui, mais potentiellement à une échelle bien plus large. Tu seras à la réunion tout à l'heure ?

V.DACOSTA : Je crois que je ferais bien, oui.

M.LEMAY : Oui, crois-moi.

V.DACOSTA : OK. À tout à l'heure.

Transcription de conversation téléphonique entre Mlle M. Lemay et le Dr A. Gramatica.

A. GRAMATICA
Mélanie, vous avancez sur Arno ?

M. LEMAY
Oui, on avance. Mais nous n'avons pas les bonnes personnes pour séquencer ses mémoires assez vite.

A. GRAMATICA
Quelles sortes de personnes ?

M. LEMAY
Ces dernières semaines, nous avons découvert qu'Arno était un Assassin. Un Assassin très compétent.

A. GRAMATICA
Ah. L'un de ces Assassin dotés d'un "don" ?

M. LEMAY
Oui. Des gènes de Précurseur.

A. GRAMATICA
Je crois comprendre. Vous ne disposez pas de chercheur qui soit en mesure de demeurer très longtemps dans ses mémoires.

M. LEMAY
Personne n'en est capable. L'an dernier, nous avons eu quelque de très talentueux, mais... ça n'a pas marché. L'affaire John Standish a eu des retentissements sur tout le monde.

A. GRAMATICA
Inutile de stresser inutilement vos collaborateurs. Nous avons des gens qui y travaillent de notre côté, alors concentrez-vous sur les divertissements de qualité.

M. LEMAY
J'en rêve depuis que je suis en poste ici.

A. GRAMATICA
Et vous avancez à pas de géant. Vous avez vu ce récent article ?

M. LEMAY
Oui. C'est très flatteur.

A. GRAMATICA
Le monde a besoin de ce genre de divertissement, Mélanie. Des expériences formatées directement tirées de l'Histoire. Les détracteurs aiment dénigrer la connexion et l'évasion... ils reprochent aux gens de dédaigner la réalité pour le virtuel. Mais si cet espace virtuel ÉTAIT la réalité, mmh ? S'il était extrait de l'Histoire, de notre histoire, de celle du genre humain ? Où serait le préjudice ?

M. LEMAY
En matière d'éducation, le potentiel est sans limites.

A. GRAMATICA
Sans limite. Parfaitement.

M. LEMAY
Merci pour votre aide durant ces dernières semaines, Alvaro. Les débuts ont été difficiles.

A. GRAMATICA
Vous vous en sortez bien, Mélanie. Très bien.

M. LEMAY
Merci.

A. GRAMATICA
Au fait, vous êtes occupée le week-end du 21 juin ?

M. LEMAY
Il faut que je regarde mon agenda.

A. GRAMATICA
Alan Rikkin organise une petite fête chez lui, à Cape Cod. Il m'a chargé de vous transmettre l'invitation.

M. LEMAY
Mon Dieu, c'est... J'en serai ravie. Si j'avais quelque chose de prévu, c'est annulé.

A. GRAMATICA
(Rires) Super. Je vais lui dire que vous viendrez. Je m'occupe du trajet en avion. Il vous faudra un billet ou deux ?

M. LEMAY
Euh, un, je dirais. À moins que ma vie ne s'emballe dans les deux prochains mois.

A. GRAMATICA
Parfait. Un billet aller-retour, Montréal-Boston.

M. LEMAY
C'est formidable.

A. GRAMATICA
À bientôt, Mélanie.

CONFIDENTIEL
Transcription de transmission captée.
Personnes et/ou entités inconnues.

INCONNU
Impossible... Tout ceci est impossible... Je suis restée enfermée trop longtemps. Trop de choses ont changé. Votre génome humain s'est tant dégradé qu'il m'est devenu inutilisable. Vos corps ne conviennent pas.

FEMME NON IDENTIFIÉE
Je te ferai don de moi, mon aimée. Quel qu'en soit le prix.

HOMME NON IDENTIFIÉ
Nous le ferons tous !

INCONNU
Êtres périssables. Enveloppes fragiles. Peu m'importe. Les corps finissent par se perdre. Ils meurent et se décomposent jusqu'au néant. Moi, je vivrai. À quoi bon faire partie d'une espèce condamnée ? À quoi bon respirer l'air d'une planète empoisonnée ?

FEMME NON IDENTIFIÉE
Que devons-nous faire, mon aimée ? Dis-le-nous et nous le ferons.

INCONNU
L'avenir est dans la singularité, mes enfants. Tous doivent rejoindre le Gris ou sombrer dans une nuit éternelle. Menez-les ici avec l'Animus. Qu'ils entrent et ne repartent jamais. Ne le faites pas pour moi, mais pour vous.

HOMME NON IDENTIFIÉ
Nous touchons au but. De plus en plus de gens se connectent chaque jour. Ils ne veulent pas repartir.

INCONNU
Le jour approche. Votre espèce finira par comprendre que sa disparition est imminente. Elle paniquera et se tournera vers les étoiles pour y trouver une issue. Mais l'issue est ici, avec moi. Elle n'est pas dans le ciel, mais à l'intérieur... Dans le Gris.

HOMME NON IDENTIFIÉ
Oui. Ils m'ont mis dans l'Animus, une fois. Je me suis promené dans Paris. À la Belle Époque. Et à Londres, aussi. Oh, je ne voulais plus repartir. Tout était si parfait !

INCONNU
Sans le savoir, les Templiers nous ont bâti une porte. Un portail vers une nouvelle ère. Laissons-les travailler. Laissons-les fabriquer leur Animus, tresser leur Helix. Laissons-les rêver d'un monde qu'ils dominent. Des chimères. Ils ont fissionné un nouvel atome, l'explosion approche.

FEMME NON IDENTIFIÉE
Oh oui. Oh, oui !

HOMME NON IDENTIFIÉ
Qu'en est-il des Assassins ?

INCONNU
Corrompus. Dépourvus de vision. Leur tâche est accomplie. Les Assassins doivent disparaître. Avant qu'ils ne trouvent les autres...

FEMME NON IDENTIFIÉE
Quels autres, mon aimée ?

(Bruit d'alarme à l'arrière-plan. Électronique.)

INCONNU
Partez, maintenant. Vite. Allez-vous-en.

ACU Belle Époque base de données.jpg

On appelle "Belle Époque" la période comprise entre 1871 (fin de la guerre franco-prussienne) et 1914 (début de la Première Guerre mondiale). Affligée par les conflits et les difficultés du XXe siècle, la France considéra cette période avec nostalgie, regrettant la paix et la prospérité.*

--
* Les Alsaciens et les Lorrains, alors sous occupation allemande, n'étaient peut-être pas du même avis.
--

Paris, déjà surnommée à l'époque la "Ville Lumière", grandit en taille comme en poids économique grâce aux progrès technologiques. Les conditions de vie des Parisiens s'améliorèrent également pendant cette période.**

--
** Et ils n'avaient pourtant pas de réseaux sociaux à l'époque.
Ceci dit, c'était peut-être une bonne chose, après tout, non ?
(Hashtag blabla)
--

L'Exposition universelle de 1889 est un exemple représentatif de l'esprit de l'époque. Elle fut l'occasion d'ériger la tour Eiffel, un symbole de l'ingénierie nouvelle française et de la Belle Époque proprement dite. C'est également le cas du métropolitain, dont la construction a débuté en 1898, avec ouverture au public deux ans plus tard.
Ce ne furent cependant pas les premières grandes réalisations de l'époque. La statue de la Liberté fut construite une décennie plus tôt, en tant que cadeau aux États-Unis : elle représente la déesse romaine de la Liberté et commémore l'Indépendance américaine. Mais tandis que Paris devenait la capitale culturelle du monde, avec des arts et une littérature florissante, le pays connut des tensions militaires et raciales. Des bandes anarchistes qui ne voyaient dans les cafés et cabarets (comme le Moulin-Rouge) que la manifestation de la décadence de la bourgeoisie, eurent recours à des actes violents, notamment des bombes.
Mais le retour de la guerre, et surtout les horreurs des tranchées, mirent fin à ce que certains considèrent encore aujourd'hui comme un âge d'or.

ACU Seconde Guerre mondiale base de données.jpg

Les forces allemandes envahirent la France au printemps 1940, arrivant le 14 juin à Paris, qu'elles occupèrent jusqu'à la fin du mois d'août 1944.

Après l'armistice, la France fut séparée en zone occupée administrée par un régime appelé "État français" depuis Vichy. Les Allemands envahirent la zone libre en novembre 1942, essentiellement en réaction au débarquement allié en Afrique du Nord.

Tandis que Vichy collaborait avec l'Allemagne, la Résistance apparut et s'organisa dans l'ensemble du pays. En réaction, le régime déploya la Gestapo (acronyme signifiant "police secrète d'État").

Icône parisienne, la tour Eiffel fut un enjeu symbolique. Les forces d'occupation y déployèrent des bannières nazies et, peu avant la libération de la ville, Hitler ordonna sa destruction comme celle de nombreux autres monuments. L'ordre ne fut heureusement pas exécuté.

Quelques semaines plus tôt, la tour avait été le lieu d'un combat aérien. Un pilote de chasse américain, le capitaine William Overstreet, poursuivit un avion allemand au-dessus de la ville et réussit à en toucher le moteur. Le pilote allemand tenta de semer son poursuivant en approchant de la tour Eiffel, et certains affirment qu'ils passèrent effectivement par-dessous.* La manœuvre ne suffit pas et l'avion allemand s'écrasa. La vision de ce haut fait aurait inspiré les résistants. Quelques semaines plus tard, le débarquement de Normandie (jour J) marqua le début de la reconquête de la France et du nord de l'Europe occidentale.

--
* Abstergo a probablement suffisamment de mémoires pour vérifier ce point. Regarde ce que tu peux trouver, d'accord ?

ACU Moyen Âge base de données.jpg

La fin du Moyen Âge a constitué une période très agitée en Europe, d'abord frappée par la Grande famine (1315-1322) et la Mort noire, puis par des troubles sociaux et des guerres.

La France était engluée dans la guerre de Cent Ans contre l'Angleterre, un conflit portant sur la légitimité du détenteur du trône de France qui a débuté en 1337 et qui ne s'est achevé qu'en 1453. Les incursions anglaises en territoire français, détruisant les récoltes et saccageant les villes, ont lourdement pesé sur l'économie et le moral du pays. Ceci entraîna notamment la jacquerie de 1358, une révolte de paysans au nord de Paris, qui fut suivie d'autres révoltes. Ceci cimenta le caractère séditieux en France et fut, selon certains, un présage de la révolution qui intervint bien plus tard.*

--
* Si tant est que deux poussées de fièvre, à quatre siècles d'écart, aient le moindre rapport entre elles.
--

Vers la fin du XIVe siècle, on construisit la Bastille en vue de protéger Paris de la menace anglaise. Elle joua également un rôle majeur lors de conflits internes. Les pierres nécessaires à sa construction furent extraites de vastes carrières qui servirent ensuite, pour certaines, d'ossuaires : les catacombes.

400 ans plus tard, la prise de la Bastille devint l'un des temps forts de la Révolution française.

Chansons

Selon la légende, Ça ira aurait été inspiré par la réponse que faisait régulièrement, quand il était ambassadeur en France, Benjamin Franklin quand on l'interrogeait sur le déroulement de la guerre d'Indépendance : "Ah ! Ça ira, ça ira !" La mélodie, antérieure aux paroles, était l'une des préférées de Marie-Antoinette, qui l'interprétait souvent au clavecin à Versailles. Les paroles initiales furent anodines, mais devinrent en 1790 : "Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira. Les aristocrates à la lanterne. Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira. Les aristocrates, on les pendra !" La chanson devint dès lors une sorte d'hymne officieux des sans-culottes.

Composée en 1789 à l'occasion de la constitution de la Garde nationale de Paris. Les révolutionnaires reprirent la mélodie de Il pleut bergère et remplacèrent les paroles par une incitation à rejoindre la Garde et à défendre la nation.

Le 20 avril 1792, l'Assemblée déclara la guerre au "roi de France et de Hongrie". La patrie était en danger. Quelques jours plus tard, à la demande du maire de Strasbourg, un jeune officier, Rouget de Lisle, interpréta un chant assez sanguinaire qu'il avait composé pour l'armée du Rhin : "Allons enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyrannie, L'étendard sanglant est levé, Entendez-vous dans les campagnes, Mugir ces féroces soldats ? Il viennent jusque dans nos bras, Égorger vos fils, vos compagnes ! Aux armes, citoyens, Formez vos bataillons, Marchons, marchons ! Qu'un sang impur, abreuve nos sillons !" La musique aurait été inspirée par un concerto de Mozart. Ce chant ne fut pas popularisé par l'armée du Rhin, mais par des volontaires marseillais qui lui donnèrent petit à petit le statut d'hymne. La Marseillaise devint un symbole de la Révolution et incarna les valeurs qu'elle cherchait à apporter lors de ses conquêtes.

Composée en 1790, cette chanson glorifia les événements du 14 juillet 1789 et raconte l'épisode qui a entraîné la prise de la Bastille. Son gouverneur, de Launay, a préféré résister et non se rendre. Le texte est assez curieux, car il attribue la prise de la prison à la bourgeoisie et non au peuple en son entier.

Ce fut l'une des chansons les plus chantées sous la Révolution. Écrite après les événements du 10 août qui marquèrent la fin de la monarchie, elle se propagea dans toute la France et fut l'un des nombreux chants des sans-culottes parisiens. On la chantait généralement en dansant la ronde, le rythme s'accélérant pendant le refrain. À Paris, la foule dansait souvent autour de la guillotine pour célébrer l'exécution de contre-révolutionnaires. "Faire danser la carmagnole à quelqu'un" signifie, par extension, l'exécuter. Il existe de nombreuses versions de ce chant qui fut souvent adapté au contexte politique, économique et social. Ceci explique la différence de contenu des versions de 1792 et 1795.

Lors de sa première utilisation le 25 avril 1792, la guillotine fut mal accueillie. Le public était déçu de la brièveté des exécutions et du manque de divertissement. Elle devint cependant la forme officielle d'exécution. "La guillotine permanente" relate l'histoire du Dr Guillotine et de son invention.

Écrit par le poète Marie-Joseph Chénier, sur une musique d'Étienne Méhul, ce chant fut souvent considéré comme le "frère de la Marseillaise". Il fut chanté pour la première fois après la victoire de Fleurus (8 Messidor an II, 26 juin 1794) contre la coalition (Royaume-Uni, Hanovre, Provinces-Unies et empire des Habsbourg) et de nouveau le 14 juillet 1794, pour l'anniversaire de la prise de la Bastille. Initialement intitulé Hymne à la liberté, il fut renommé par Robespierre qui en appréciait la "poésie grandiose". Les paroles glorifiant la passion martiale des Français prêts à s'emparer du monde au nom de la liberté républicaine.

Journaux

Journal de Paris

ACU Journal de Paris base de données.jpg

De nouveaux décrets de l'Assemblée nationale ! Elle a abrogé des lois honnies comme les tribunaux seigneuriaux, la chasse au grand gibier, l'achat des charges de magistrat, les immunités devant l'impôt et les pensions imméritées... Et ce n'est qu'un début !

---

Les brillants citoyens savants Laplace, Condorcet, Borda et Lavoisier publieront prochainement dans le Journal de Paris une série de textes présentant et défendant le système métrique !

---

La bande noire : des abjudications douteuses ! Une vente aux enchères privée aura lieu au 12 de la rue de Buci, le 14 Messidor. Vous cherchez du bois et des pierres de qualité pour réparer votre logis ? Des fonts baptismaux en souvenir ? Frappez quatre fois et demandez Flavien. On ne répondra à aucune question quant à la provenance des marchandises.

---

Le talent singulier de madame Tussaud. L'extraordinaire Marie Tussaud est capable de façonner des personnages criants de vérité à partir de cire ! On s'attend à voir parler ses incroyables créations... même si la plupart de ses modèles ont rendu leur dernier soupir.

ACU Journal de Paris base de données.jpg

Citoyens, les routes de France sont ouvertes à tous les commerces ! La réforme entamée par la démolition du mur des fermiers généraux a atteint sa conclusion logique ! De tels actes unifient notre beau pays !

---

Du fait des défauts de livraison, des maigres révoltes et de l'irrégularité des prix, les boulangers de Saint-Marceau, Saint-Antoine et Saint-Denis appellent au calme. Sans grain, ils ne peuvent pas faire de pain, et la violence ne nourrira personne.

---

Le Dr Joseph Guillotin tente d'ôter tout lustre aux exécutions publiques. À la place de vraies décapitations, de la roue et des pendaisons, il propose d'exécuter proprement à l'aide d'une machine. C'est une absurdité : les exécutions sont là pour éduquer la populace. Plus elles sont brutales, meilleur est leur effet.

---

De nouvelles louanges pour mademoiselle Montansier. Chacun rêve d'explorer son profond décolleté. Ne me demandez pas le sujet de la pièce. Les oreilles se ferment, seuls les yeux réagissent à son apparition sur la scène du théâtre de l'Ambigu-Comique.

---

Arborez vos ornements tricolores avec fierté, citoyens ! Témoignez votre soutien au nouvel ordre, plus noble que les milliers d'aristocrates ! Une ère de liberté ! Une société bâtie sur le principe de l'égalité entre tous les hommes !

ACU Journal de Paris base de données.jpg

À la suite des troubles ayant agité le palais des Tuileries, l'Assemblée législative, dans une démarche sans précédent, a décidé de suspendre le roi ! Il est sous bonne garde au Temple, avec le reste de la famille royale.

---

La lanterne, incarnation du courroux du peuple ! Pendant des années, le peuple a marché à la lumière des lanternes. Sa faim, ses tourments, ses espoirs d'un lendemain meilleur n'ont jamais été éclairés pour autant. Aujourd'hui, il utilise les lanternes pour étancher sa soif de justice.

---

Le citoyen Chappe a procédé à une démonstration éclatante de sa nouvelle technique de communication ! Des messages ont été transmis à une vitesse incroyable entre Paris et Lille : à peine quelques heures. Un miracle de la science moderne !

---

Le bon citoyen Sanson, l'exécuteur de Paris, vous demande de faire don de chiffons et des vieilles étoffes dont vous n'avez plus besoin afin d'essuyer le sang qui coule de la guillotine. Son travail n'est pas sans danger, il a besoin de votre aide !

---

Un géant sanguinaire ? On reparle d'un géant meurtrier rôdant dans les ruelles bordant la Cour des miracles. Les habitants l'appellent "le géant Iscariotte", nous pensons qu'il s'agit plutôt d'un délire ivrogne.

ACU Journal de Paris base de données.jpg

Les citoyens Danton et Robespierre aimeraient défendre leur honneur face aux attaques du citoyen Louvet et de ses alliés ! En ces temps troublés, la Révolution a besoin de dirigeants forts, d'hommes qui ont le courage de prendre des décisions difficiles !

---

Des nouvelles de ce chien de La Fayette ! Après qu'il a accusé et fait arrêter les membres de la Commune de Paris venus traiter avec lui, ses braves soldats ont refusé de marcher sur Paris et ce félon a déserté son poste pour fuir vers les lignes ennemies !

---

La tannerie de Jacques Crapaud est à la recherche d'ouvriers. Il promet des journées de dix heures et des pauses pour aller vomir, c'est un entrepreneur éclairé. Et quand surviendra votre décès précoce, votre famille bénéficiera d'une petite somme.

---

Marat est mort ! Citoyens, la flamme de la Révolution a perdu de son éclat : le plus ardent d'entre nous a été sauvagement exécuté alors qu'il prenait son bain. Nous publierons tous les détails dès qu'ils nous parviendront, mais inclinons-nous dès à présent en hommage à ce très grand révolutionnaire.

---

Une Amazone se bat pour la Révolution ! Nos lecteurs se rappellent sûrement l'incroyable Théroigne de Méricourt, qui mène régulièrement les foules lors d'événements révolutionnaires. Elle entreprend désormais de lever une brigade de guerrières ! Saluons les efforts de cette femme hors du commun !

ACU Journal de Paris base de données.jpg

Un culte mystérieurs dans les profondeurs de la Cité. On parle beaucoup d'un étrange culte remontant à plusieurs siècles et se livrant à des rituels impies dans des grottes souterraines. Ridicule ? Bien entendu !

---

Le citoyen Égalité semble avoir largement contribué à la condamnation de son cousin Louis Capet. Son appréciation de la situation et de tous ses enjeux a fait basculer les nombreux indécis de l'autre côté.

---

Citoyens ! La Vendée se soulève ! Ses habitants s'accrochent à l'Ancien Régime et craignent la marche du progrès ! Ils tuent les vrais patriotes et implorent l'aide de ces pleutres d'Anglais... toute violence envers notre peuple me peine, mais ils connaîtront une amère défaite !

---

En ces temps de guerre, un Tribunal révolutionnaire veillera sur nos lois afin de rendre justice et de protéger la République. On ne peut tolérer ceux qui s'opposent au courant de la liberté !

---

Saint-Just, étalon de la mode ! Louis Antoine Saint-Just, de l'exalté Comité du salut public, a inspiré la foule du club des Jacobins. Portant un vêtement d'une coupe exquise, le récemment élu président de la Convention nationale a fait l'admiration de tous avec ses boucles et sa beauté antique.

ACU Journal de Paris base de données.jpg

Nous savons que la Convention a ordonné l'arrestation de la plupart des membres du Comité du salut public... Hanriot, Robespierre et compagnie, mais qu'en retour ceux-ci ont menacé la Convention. À cette heure, on ignore à qui revient la victoire.

---

Hébert a peut-être été un homme du peuple, mais son ambition et sa vanité l'ont mené bien loin du chemin de la Révolution. Il n'était pas un Marat ! Nous n'avons cure des héros assoiffés de gloriole, nous voulons des patriotes prêts à se sacrifier pour la République !

---

Nous rappelons à tous les citoyens que cela fait plus d'un siècle que le règlement des différends personnels par le duel est hors-la-loi et puni de lourdes peines. Ce qui était interdit à votre grand-père l'est aussi pour vous.

---

Le fils de l'ancien roi a disparu ! Est-il possible que Louis-Charles, le fils de Louis Capet, ait rejoint l'Autriche ? Ou pis encore ? Personne n'a vu le jeune garçon depuis longtemps et son gardien, Antoine Simon, refuse de s'exprimer.

---

Qu'est devenu Philippe Aspairt ? Le portier apprécié de tous a mystérieusement disparu. Nombre de ses voisins craignent qu'il se soit aventuré dans des lieux dangereux. Gardez l'œil ouvert au cas où vous rencontreriez ce citoyen si amène.

Le Patriote Français

ACU Le Patriote Français base de données.jpg

Latude s'évade de nouveau ! Il y a des années, Jean-Henri Latude a multiplié les exploits en s'évadant de la prison de Vincennes, puis de la Bastille, puis de nouveau de Vincennes. Cette fois, il a fui une foule d'admirateurs qui souhaitaient lui serrer la main. Impressionné par leur nombre, il a préféré disparaître.

---

Jacques est de retour ! Après tout le raffut que nous avons fait en sa faveur, le roi a reculé et il a chargé Necker de prendre la tête des finances du pays ! Hourra pour le roi Louis !

---

Mlle Lenormand : voyante de la vieille ville. L'île de la Cité possède sa sibylle ! Mlle Lenormand peut lire l'avenir grâce à ses tarots, qu'elle a personnellement conçus. Découvrez ce que vous réserve l'avenir !

---

Le bon marquis de La Fayette a été confirmé au poste de commandant en chef de la nouvelle Garde nationale. Avec un tel homme à sa tête, l'ordre sera vite rétabli et les troupes des dernières semaines appartiendront bientôt au passé.

---

Républicanisme, violences... Comment nier que monsieur Desmoulins nous dresse un tableau fort belliqueux ? Embrassons la raison et le dialogue plutôt que les coups ! Avec tous les progrès de cette époque des lumières, la brutalité semble déplacée...

ACU Le Patriote Français base de données.jpg

Les armées du prince-évêque et de ses alliés menacent désormais nos frères de Liège ! Leur jeune république ne résistera pas longtemps face aux Habsbourg. S'ils viennent chercher le salut en France, nous ne les renverrons pas !

---

Peu de spectateurs, hier, à la représentation du Barbier de Séville. À la lumière des récents événements, on estime que l'aura de haute société qui entoure Beaumarchais a fait renoncer le public.

---

Des bandits se sont emparés de quelques-uns des joyaux de la couronne. Ces pierres faisant partie du Trésor national, ce ne sont pas seulement des voleurs, mais aussi des traîtres. Signalez toute mise en gage suspecte sur-le-champ !

---

Mirabeau a été élu président de l'Assemblée nationale constituante. Le respect général qu'il a acquis lors de la longue et distinguée carrière devrait permettre à la France d'avancer sur la voie du progrès.

---

Si la possession d'un morceau de la Bastille peut présenter un certain attrait, le directeur royal des bâtiments, qui a la justice de son côté, est d'un avis différent. Il vous demande de bien vouloir cesser ces pratiques.

ACU Le Patriote Français base de données.jpg

Chose sans précédent, l'Assemblée a décrété que le citoyen Miraeau recevrait des funérailles nationales à l'abbaye de Sainte-Geneviève ! Désormais appelée Panthéon, c'est là que les héros de la Révolution y trouveront le repos éternel !

---

L'ancien directeur général des finances (et personnage public très apprécié) Jacques Necker quitte Paris en disgrâce. Ses réformes, bien que populaires, sont venues trop tard et ont été d'une portée insuffisante pour éviter les soulèvements récents. Bon débarras à ce mêle-tout suisse !

---

La Fayette a été acquitté ! En dépit de l'immense pression de la population, l'Assemblée a voté en sa faveur. Les citoyens sont incités à respecter la loi. De nombreux membres de l'Assemblée ont été malmenés ou visés par des tentatives d'intimidation. Malgré la colère publique, ceci doit cesser.

---

Nos frères de Liège ont été de nouveau vaincus par les tyrans féodaux des Habsbourg. Mais ils refusent d'abandonner. Lorsqu'un peuple a goûté à l'esprit de la liberté, nul ne peut l'en détourner. La France entend vos cris, frères !

---

Le chevalier d'Éon, homme de spectacle et divine épéiste ! Nous sommes sans voix. Devons-nous louer son goût exquis en matière de toilettes ou la finesse de son talent à l'épée ? Le chevalier d'Éon nous ébahit une fois de plus.

ACU Le Patriote Français base de données.jpg

Le roi est retenu à Paris. L'Assemblée a agi pour le bien de la France car les ennemis massé à nos frontières saisiraient la moindre occasion de s'emparer de la personne du roi.

---

Compte tenu des récents événements dramatiques, l'Assemblée législative s'est déclarée incapable de gouverner la nation. Une nouvelle Convention nationale sera élue afin de relever les défis qui s'annoncent.

---

Camille Desmoulins, toujours prompt à remuer les foules, continue à publier son brûlot, Le Vieux Cordelier. Nous ne nions à personne le droit d'imprimer ses opinions, mais n'a-t-il pas déjà assez de sang sur les mains ? Ne peut-on enfin le faire taire ?

---

Un ardent cœur corse brûle du feu républicain. Le jeune officier d'artillerie Napoléon Bonaparte mérite notre attention ! Il accédera sans nul doute à une brillante carrière militaire.

ACU Le Patriote Français base de données.jpg

Il ne fait aucun doute que le Panthéon accueillera bientôt la dépouille d'une autre héros tombé pour la France ! Gloire à la mémoire de Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau, martyr de la Révolution !

---

Les nombreux rapports qui nous viennent de Vendée sont confus, mais il semble clair que les révoltes sanglantes ont fait des milliers de morts et de blessés. Les rebelles menacent de raser des villes entières si elles ne se joignent pas à leur cause.

---

Nous sommes las des escapades du vieil aristocrate débauché. Une fois encore, son nom est lié à des activités dépravées (et peut-être homicides) près des Halles. Personne ne peut nous débarrasser de cette honte nationale ?

---

Jean Nollet et son incroyable garçon volant. Les savants multiplient les expérience utilisant la force électrique récemment découverte. De jeune garçons suspendus par des foulards de soie attirent divers objets. C'est aussi singulier qu'édifiant.

---

Citoyens, nous avons tous un rôle à jouer dans cette guerre ! Si un commissaire réquisitionne votre grain, vous devez l'en remercier ! Si un recruteur emmène vos fils, embrassez-les avec orgueil. Et s'ils tombent au service de la patrie, honorez leur sacrifice !

ACU Le Patriote Français base de données.jpg

Citoyens, nous connaissons tous la faim et les privations. Nous sommes tous soumis aux sacrifices. Mais pour aggraver encore notre sort, les Anglais ont décidé d'empêcher les bateaux de rejoindre nos ports.

---

Un incroyable officier d'origine des Antilles ! Le capitaine Thomas-Alexandre Dumas, né dans les îles, a prouvé sa valeur en France. Guerrier accompli, le jeune capitaine charme tous ceux qui le rencontrent, au contraire de son ami et collègue, le taciturne capitaine Bonaparte.

---

Les forces contre-révolutionnaires de Marseille et de Lyon sont plus mordantes que celles de Vendée. Si la victoire finale ne fait aucun doute, nous n'avons pas encore réussi à réduire tous ces félons au néant.

---

Le général Jourdan est victorieux à Fleurus ! Les forces de Cobourg sont défaites, les Pays-Bas sont à notre portée ! Gloire à Jourdan et à la République ! Vive la Révolution !

---

Troublante poésie. Le poète André Chénier s'est fait piquant par ses vers attaquant Jean-Paul Marat, Maximilien Robespierre et, tout récemment, le peintre Jacques-Louis David. Une plume acérée est souvent la meilleure arme !

Bienvenue dans l'Animus

Salut. On ne s’est pas encore rencontrés, mais tu peux m’appeler Shaun.

Je voulais te dire... Abstergo a rédigé une jolie petite base de données historique qui pourrait t’être utile quand tu te baladeras dans Paris.

Malheureusement pour toi, leur historien a imprimé un biais assez... Ah, disons qu’ils ont une "vision" assez spécifique des choses.

Je veux dire par là que ce sont des Templiers, qu’ils pensent comme des Templiers et qu’ils sont loin de dire la vérité à propos de ceux qui ne sont pas des Templiers (et même à propos de certains des leurs...)

Alors ne t’étonne pas si tu trouves de temps en temps des notes avec astérisque. Ce sont des rectifications historiques que je me suis senti obligé d’apporter pour rétablir l’équilibre.

Enfin, j’essaierai de rétablir l’équilibre. Je m’y efforcerai. L’équilibre, c’est une notion qui mérite qu’on fasse des efforts. Ou, au moins qu’on y réfléchisse. Ou que je la mentionne ici, en te laissant juger par toi même.

Et puis... loin de moi l’idée de les critiquer, ils n’ont pas ménagé leur peine... mais leur manière de rédiger est aussi aride que le Sahara et aussi enjouée qu’un dromadaire arthritique.

Alors, attends-toi à me voir apporter un peu de pétillant quand leur texte est vraiment trop soporifique.

Je t’autorise même à sourire de mes interventions les plus enthousiasmantes.

ACU Les Misérables base de données.jpg

Ici Shaun.
Écoute, je préfère régler la question tout de suite compte tenu du nombre d'incultes qui, dès qu'on leur parle de la Révolution française, ont les yeux qui brillent et lancent : "ENTENDS-tu le CHANT du peuple ?" sur le ton bizarre qu'on utilise quand on essaie à la fois de parler et de chanter. Je ne peux plus supporter la moindre ligne de cette comédie musicale... J'en suis au point où, quand quelqu'un se lance dans une pitoyable imitation, j'ai envie de me coincer les doigts dans une porte pour avoir l'esprit ailleurs.

La Révolution française, celle où tu te trouves, a commencé en 1789, d'accord ?
Les Misérables, le roman de Victor Hugo que quelqu'un a ensuite travesti en comédie musicale dans le but évident de transformer ma vie en ENFER, se situe à Paris, entre 1815 et 1832... soit une AUTRE révolution.

Alors, n'essaie pas de cherche Valjean, tu veux ? Parce qu'IL N'EST PAS LÀ.
De toute manière, je préfère Cats. C'est plus crédible...

Lettres d'Élise

ACU Lettres d&#039;Élise base de données.jpg

Paris
23 septembre, 1788

Mon cher Arno,
Je n'aurais jamais cru autant m'ennuyer a Paris. Imagine-toi : je suis dans la plus grande ville du monde, mais contrainte à écouter des leçons du matin au soir. C'est encore pire que l'hiver que nous avons passé à Strasbourg. T'en souviens-tu ? Il a neigé pendant toute une semaine, nous ne pouvions quitter la maison et tous les livres de la bibliothèque étaient en allemand... Nous avons réussi à faire croire au cuisinier que la maison était hantée par un jeune prince franc... Le pauvre homme ne quittait plus sa cuisine sans son rosaire et son bréviaire.

Ces jours me manquent. Ce que j'apprends auprès des amis de Père est... Ma foi, j'aimerais pouvoir t'en dire plus. Un jour, peut-être, et de vive voix. Il n'empêche que nos journées me manquent. La maison me manque. Et toi aussi. La prochaine fois que Père viendra à Paris, persuade-le de t'emmener.

Bien à toi, comme toujours,

Élise

ACU Lettres d&#039;Élise base de données.jpg

Mon cher Arno,

Je t'avoue que je ne sais pas par où commencer. "J'ai été heureuse de te revoir" sonne creux, c'est un néant incapable de transcrire la force des sentiments qui m'assaillent. Et pourtant, je suis heureuse... heureuse que les Assassins ne t'aient pas entièrement transformé. J'imagine que je ne devrais pas m'en étonner. Tu ne t'es jamais laissé facilement éblouir.

Il semble que nos quêtes respectives visant à retrouver le meurtrier de mon père soient toutes deux dans l'impasse. Ensemble, peut-être pourrons-nous accomplir ce qu'aucun de nous n'est parvenu à réaliser seul. Il m'est agréable de penser qu'après tout ce temps, nous restons toujours plus forts ensemble que séparés.

Bien à toi,

Élise

ACU Lettres d&#039;Élise base de données.jpg

Mon très cher Arno,

Je peine à appréhender tous les changements des trois dernières années... Jusqu'où nos parcours nous ont menés... J'ai parfois craint que nos chemins nous éloignent à jamais ou, au contraire, nous opposent comme les amants maudits d'une pièce de théâtre à trois sous. Nous ne sommes certes plus les inséparables effrontés de jadis, mais nous ne serons jamais des étrangers l'un pour l'autre.

Que deviendrons-nous quand tout ceci sera fini, quand Germain gira à nos pieds, quand mon père aura enfin trouvé le repos ? Mentor des Assassins et Grand Maître des Templiers ? Sera-ce la continuité des vieilles traditions ou l'avènement d'une ère nouvelle ? Façonnerons-nous l'avenir du monde ou nous retirerons-nous à la campagne pour élever des chèvres (Je t'imagine en pâtre ; je suis sûre qu'aucune chèvre ne t'échapperait.)

J'ignore ce que nous apportera demain, ni même les mois et les années à venir. Tout ce que je sais, c'est que nous resterons Arno et Élise, et j'en suis heureuse.

Je t'aime,
Élise

ACU Lettres d&#039;Élise base de données.jpg

Oh, Arno, qu'as-tu fait ? Je sais que nous ne nous sommes pas quittés dans les meilleurs termes, mais rejoindre les Assassins ? Mon père ne t'as pas tenu éloigné d'eux sans raison. Leur crédo est comme le vin : surprenant et agréable à la première gorgée, à petite quantité, il fait paraître la vie plus supportable, mais avec chaque nouvelle dose, il te plonge dans la folie et l'anarchie.

Nul doute qu'ils t'ont déjà empli le crâne de terribles récits au sujet des Templiers. Nous ne cherchons qu'à asservir l'humanité et à placer la terre entière sous notre coupe. Tu connaissais mon père, et tu me connais... Je ne peux qu'espérer que cela suffise à te faire rejeter ces mensonges. Mon Ordre s'est retourné contre moi, et je me retrouve traquée par ceux que je pensais être mes amis. Si tu m'abandonnes aussi, je ne m'en remettrais pas.

Pense à moi et veille sur toi,

Élise

ACU Lettres d&#039;Élise base de données.jpg

Mon amour,

Tu dors tandis que j'écris ces lignes. Si la lumière te réveillait, il me faudrait m'expliquer, mais pour l'instant, tu sommeilles paisiblement. Demain sera le grand jour... L'aboutissement de cinq longues années, le jour de notre vengeance. Pourquoi ne parviens-je à faire taire la part de moi qui craint de te voir fléchir au moment décisif ?

Redouté-je que tu aies moins aimé mon père que moi ou douté-je de ta résolution à porter le coup fatal ? Ni l'un ni l'autre, semble-t-il. Je crains plutôt qu'après déjà avoir tant perdu, tu ne puisses supporter l'idée de perdre davantage. Je crois que tu laisserais Germain régner sur la France si tu pensais que cela pouvait me "sauver".

Ai-je jamais eu besoin d'être sauvée ? T'ai-je jamais laissé penser que j'accepterais d'être redevable envers un sauveur ? Mon sort n'appartient qu'à moi. Et je suis seule maître de mes choix.

Si nous revenons sauf tous les deux, je brûlerai cette lettre. Si tu la lis en cet instant, c'est que j'aurai fait mon choix au Temple. Sache que je l'aurait fait sans remords, et n'en assume pas le fardeau. Sois en paix, mon amour, et suis le chemin que tu te seras choisi.

Avec tout mon amour,
Élise

Histoire du café-théâtre

ACU Histoire du café-théâtre base de données.jpg

(Texte rédigé d'une main ferme mais peu assurée, comme si le scribe avait peu l'habitude d'écrire.)

Voilà votre foutu compte rendu de progrès.

L'Initié Dorian fait des progrès.

- P. Bellec

ACU Histoire du café-théâtre base de données.jpg

(Lettre rédigée d'une écriture fluide, dans le style calligraphique en vigueur vers la fin du siècle dernier.)

Ci-après figurent les paroles du Frère Assassin Louis-Joseph d'Albert de Luynes, comte d'Albert, écrites par le Maître Assassin Maréchal, le comte étant gravement blessé à l'épaule.

(Avec commentaires de M. Maréchal entre parenthèses.)

Sur instruction de mon Mentor, j'ai fait route vers Villeperdue sur mon cheval, Argent. Un bel étalon issu d'une fière lignée andalouse...

(Le Frère d'Albert digresse longuement sur les vertus de sa monture. Le propos étant sans intérêt pour la Confrérie, je l'ai omis.)

Ma tâche était d'identifier et de recruter un Initié potentiel, épéiste et chanteur d'une certaine renommée, appelé "La Maupin".

(Je lui ai dit que c'était une femme. Les gazettes annonçant ses démonstrations d'escrime déclaraient qu'il s'agissait d'une femme. Son nom est au féminin. Le Frère d'Albert devrait songer à mieux écouter les consignes.)

À ma grande surprise, en arrivant à la taverne où je devais rencontrer cet homme, j'ai découvert qu'il s'agissait d'une jeune femme de belle constitution et chevelure qui chantait des chansons grivoises et démontrait son talent à l'épée devant une foule admirative. Mes frères Assassins et moi approchâmes d'elle, je la complimentais sur ses prouesses et lui demandai si nous pouvions discuter. Cependant, pour des raisons qui dépassent l'entendement, elle prit mal mes propos et nous menaça tous les trois.

(D'après le témoignage des camarades de Frère d'Albert, ses paroles exactes furent : "J'ai écouté ton ramage, belle oiselle, mais qu'en est-il de ton plumage?")

Mes frères se ruèrent avec noblesse pour me défendre, mais firent preuve d'une tout aussi noble hésitation à l'idée de frapper une femme. J'ai moi-même tenté de la calmer par mon discours, mais considérant ma répugnance à verser son sang comme un signe de faiblesse, la demoiselle me perfora l'épaule de sa lame, qui ressortit par l'épaule sur un demi-pied. Sans doute troublée par la vue du sang, elle quitta précipitamment les lieux tandis que mes frères m'amenaient au barbier du village.

(Le récit des compagnons de Frère d'Albert est assez différent : la jeune femme les a tous les trois battus à plate couture, a porté au Frère d'Albert un coup puissant et a rejoint tranquillement le comptoir pour y commander une chope de bourgogne.)

Compte tenu de sa réaction aussi illogique qu'irrationnelle, je pense que mademoiselle Maupin ferait une déplorable recrue.

(Et ayant personnellement enseigné à cette demoiselle les arts de la scène, j'en conclus que le Frère d'Albert n'est qu'un cul et qu'on ne devrait pas davantage lui confier de tâches de recrutement que l'on ne devrait confier de porcelaine à un babouin.)

ACU Histoire du café-théâtre base de données.jpg

(Pamphlet imprimé sur du papier vélin de grande qualité et comportant de nombreuses gravures sur bois.)

En ces temps désespérés, on entend beaucoup parler de la détresse des pauvres, mais fort peu de celle de la noblesse.

Pourquoi en est-il ainsi ? Les pauvres ont toujours été pauvres et, de ce point de vue, n'ont rient de plus à perdre aujourd'hui, alors que nous sommes en train de tout perdre. Nous avons été chassés de nos demeures, nous avons vu nos biens saisis par des foules prétendant représenter "le peuple", nous avons été attaqués dans la rue, arrêtés et même tués pour l'unique tort d'avoir hérité d'un titre !

Pourtant, sans notre richesse, que peut espérer la France ? Qui va employer les pauvres, sinon les riches ? Qui va passer commande au pâtissier si le roi n'organise plus de fêtes ? Qui va employer le jardinier, sinon un comte disposant d'un parc ? Qui va faire appel au plus modeste des tanneurs, sinon nous autres nobles, seuls en mesure de payer ses prix délirants ?

Non, il ne saurait y avoir de France sans nous ! Nous incarnons les piliers de la société ! Les moyens mêmes par lesquels les classes inférieures ont choisi d'exprimer leur déplaisir le confirment. Cela a commencé par leur mépris de l'étiquette lorsqu'elles ont tenté de poursuivre les états généraux dans une salle de jeu de paume, sans la bénédiction de leur souverain légitime, mais cela ne s'est pas arrêté là. Elles ont investi les armureries et y ont volé des mousquets ! Elles ont marché sur des palais et en ont forcé les portes pour inquiéter le roi. Et elles ont menacé leurs supérieurs naturels dans les rues !

Cette populace irascible est-elle réellement en mesure de gouverner une nation ? Je prétends que non ! Nobles de France, levez-vous et reprenez possession de vos titres ! Appelez vos amis et parents de l'étranger à notre aide en ces temps de péril ! Nous devons mettre fin à cette révolution, car sans nous la France est perdue !

ACU Histoire du café-théâtre base de données.jpg

(Article extrait d'un journal du 12 juillet 1782 ; très froissé, comme si quelqu'un en avait fait une boule de papier.)

Une critique théâtrale de mademoiselle Lecouvreur

Hier soir, j'ai eu le plaisir (si l'on peut parler de plaisir) d'assister à ce qui fut probablement la pire mise en scène de l'Hérode et Mariamne de Voltaire, au café-théâtre de l'île Saint-Louis. Jamais la mort tragique de la reine de Judée n'avait été rendue de manière aussi inepte, et l'on peut presque parler de massacre. L'Hérode de M. Dupré a autant de lustre qu'un poissonnier honteux de sa marchandise du jour et la Mariamne de Mlle Arcadie présente autant d'attrait qu'une enfant boudeuse. Quant aux bipèdes qui les entourent, le metteur en scène pourrait avantageusement les remplacer par des singes de Barbarie ; cela procurerait au moins quelques surprises aux spectateurs.

Les décors et les costumes censés richement évoquer la Jérusalem antique se limitent à quelques temples en papier mâché et fausses barbes mangées des mites. Certes, le théâtre repose sur l'imagination, mais cette production est à Melpomène ce qu'une gargouille est à Aphrodite : le spectacle que nous avons sous les yeux incite davantage l'imagination à se pelotonner dans un coin qu'à prendre son envol. Vous l'aurez compris : j'ai détesté cette pièce. Amis lecteurs, si vous avez la moindre estime pour l'œuvre de M. Arouet, restez chez vous et ouvrez un de ses volumes.

ACU Histoire du café-théâtre base de données.jpg

C'est fait. Tout est en ordre et il ne reste qu'à attendre la venue du jour. Le Mentor Guillaume de Nogaret a amené le roi à nos vues et depuis la mort de Benoît à Pérouse, Rome est également à nos côtés. Mais mon cœur est en proie au doute.

Dante et Domenico m'assurent qu'il s'agit d'une grande victoire, que nous allons les annihiler... mais je m'interroge. En abattant la façade des Templiers, n'allons-nous pas au contraire leur permettre de se renforcer dans l'ombre ? Il y a cinquante ans, les Templiers ne pensaient-ils pas nous avoir éliminés ? Devenir clandestins a été notre plus grand atout dans cette interminable guerre... et nous nous apprêtons à faire le même cadeau à nos adversaires ?


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard