Fandom

Assassin's Creed

Base de données (Syndicate): Présent

4 651pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

ACSicon.png

Personnes

ACS Galina Voronina base de données.png

Date de naissance : 30 juillet 1983

Galina et sa sœur jumelle Avdotya sont nées dans un site de recherches scientifiques des Assassins en Union Soviétique, à Protvino, ce qui paraît proprement incroyable. Malheureusement, leur vie a été un film d’horreur sans fin.

L’équipe de ce site s’était procuré les plans d’une version primitive de l’Animus, et a cru que si elle parvenait à réaliser cette machine avant Abstergo, cela fournirait aux Assassins un avantage dans la lutte contre les Templiers. Malheureusement, elle n’avait ni les moyens ni l’expertise nécessaires pour faire marcher correctement ce bidule. Cela n’a pas empêché son Mentor, la mère de Galina, de contraindre tous les Assassins à de longues séances, y compris ses filles jumelles.

Au fil du temps, l’effet de transfert commença à se faire sentir et tous les membres de cette communauté de chercheurs perdirent la raison. Désespérée, Galina chercha de l’aide et trouva Gavin Banks, un Assassin qui avait reçu pour mission de trouver les cellules qui avaient subsistées et de les relier à une Confrérie mondiale.

Galina conduisit son équipe à Protvino, où ils exécutèrent (ou plutôt libérèrent de leurs souffrances) les créatures dérangées qui y erraient. Galina tua sa mère et sa sœur jumelle, ce qui n’a pas dû être facile, même si elles se disputaient souvent. Gavin la recruta dans son équipe, ce qui lui rendit de sacrés service dans la mesure où il a la détestable habitude de s’en prendre plein la g…

Lors de ses séjours dans l’Animus, Galina avait acquis les compétences de ses ancêtres Assassins. Ce sont peut-être aussi ces séjours qui l’ont rendue folle, mais ce n’est pas certain.

(Une fois, en Norvège, j’ai surpris Galina parlant toute seule. Lorsque je lui ai posé la question, elle m’a dit qu’elle parlait à sa sœur morte, qui la suit partout ! #NON – RC)

ACS Alvaro Gramatica base de données.png

Date de naissance : 4 avril 1965

Dès sa naissance à Mexico, Alvaro Grammatica a montré le potentiel d’un génie. Diplômé de l’université à 17 ans en physique en en informatique, il s’est ensuite spécialisé en génie mécanique et en biologie. Et il était très fort au sudoku.

C’est ce large éventail de connaissances qui l’a rendu si précieux aux yeux d’Abstergo. Il a été recruté en 2008 afin de travailler au projet de plexus satellitaire akashique. En 2009, Grammatica a inventé le scanner de vidage de données (DDS pour « data dump scanner » en anglais), un logiciel permettant à un utilisateur d’Animus de revivre des mémoires génétiques autres que les siennes. Cela permit de révolutionner une machine déjà incroyable et ouvrit la voie aux succès que connaît actuellement Abstergo avec les serveurs cloud Helix d’Abstergo Entertainment.

(Je pourrais en faire autant si j’avais derrière moi une multinationale aussi riche que dénuée de scrupules. –RC)

A l’heure actuelle, le Dr Grammatica est probablement notre plus importante cible parmi les Templiers. En 2014, il a été nommé directeur du Projet Phénix, dont le but est d’exploiter toutes les ressources dont dispose Abstergo pour séquencer un génome complet de membre de la Première Civilisation. Apparemment, cela a suscité des réactions dans les rangs des Templiers. La blouse blanche en chef précédente, le Dr Vidic, s’y entendait mieux pour fédérer le Premier cercle autour d’un but commun.

Mais le Dr Grammatica s’intéresse plus à la recherche qu’aux relations humaines, et cela ne se limite pas au Premier cercle. Il n’hésite pas à abandonner sa femme et ses trois enfants pendant de longues périodes pour se plonger dans une abominable expérience. Genre, le sudoku.

ACS Junon base de données.png

Date de naissance : pas la moindre idée

Le peu que nous sachions sur Junon nous est généralement parvenu de manière indirecte. Nous avons appris son existence lorsque notre ami Desmond a revécu les mémoires génétiques de personnes ayant été en contact avec elle dans le passé.

Nous savons que Junon était un membre de la Première Civilisation, qui a vécu sur cette planète avant nous. C’est son espèce qui a créée les humains. Destinés à demeurer esclaves, nous nous sommes rebellés et nous avons mené une longue guerre. Wouhou, vive nous !

A l’époque, Junon faisait partie de la « Triade capitoline » avec Jupiter et Minerve. On peut les comparer à des scientifiques qui avaient unis leurs forces en vue de tenter d’empêcher la destruction de la planète par une éruption solaire de grande ampleur.

Mais il semble que Junon ait tenté d’exploiter le chaos qui régnait alors pour prendre le pouvoir, et elle fut incarcérée dans le Grand temple, situé sur la côte est de l’Amérique du Nord. Elle a apparemment réussi, dans sa prison, à passer de l’état de créature de chair à celui d’être numérique, et à entrer en contact avec divers humains au fil de l’histoire, afin de tenter de se libérer.

Et écoute bien ça : nous l’avons libérée. Nous. Les Assassins. Maintenant, elle est en liberté, c’est littéralement un fantôme dans la machine… dans « le Gris » comme elle dit. C’est comme ça qu’elle décrit son existence en tant qu’entité numérique. Personne ne sait ce qu’elle veut, et encore moins de quoi elle est capable. Tout ce que je sais, c’est qu’elle est dangereuse : elle a tué l’un de mes amis, et c’est à nous qu’il revient de l’empêcher de nuire.

ACS Otso Berg base de données.png

Date de naissance : 17 juin 1985

Juhani Otso Berg est né à Mikkeli, en Finlande, mais son père, qui travaillait pour une compagnie pétrolière relevant d’une des nombreuses filiales d’Abstergo, l’a traîné à sa suite dans le monde entier. Le jeune monsieur Berg a donc grandi dans les odeurs de sueur et de pétrole brut en Afghanistan, au Kurdistan, à Oman et j’en passe. Une enfance magique, non ?

Avec la bénédiction de son père, Berg est retourné en Finlande pour s’engager dans les forces armées. Au début, on se moqua de son accent pourri (il ne réussissait même pas à prononcer son nom correctement) mais les rires cessèrent vite, car Berg prouva qu’il était une recrue d’exception. Il est devenu l’un des plus jeunes Jägers spéciaux du régiment Utti.

Il rencontre sa femme Helmi à l’armée, et tout laissait penser qu’il allait mener une vie intense mais sans grand éclat, jusqu’à la naissance de leur fille Elina, chez qui on diagnostiqua une mucoviscidose. Si le système finlandais est généralement considéré comme bon, la famille Berg éprouva de plus en plus de difficulté à payer les traitements dont Elina avait tant besoin.

Berg quitta l’armée pour devenir un mercenaire très bien payé, ce que sa femme désapprouva, et ils divorcèrent. On est loin des métiers de médecin ou d’avocat, hein ? Les activités de Berg en free-lance attirèrent l’attention du Dr Warren Vidic, qui le recruta au sein du programme de formation par Animi d’Abstergo en échange d’un remède miracle indisponible sur le marché. J’imagine que les relations entre Berg et son ex-femme s’adoucirent après ça…

Comme dans l’armée, Berg se montra dès le début très prometteur et gravit les échelons, parvenant même à se faire une place dans le Premier cercle de l’Ordre des Templiers. On lui confia le commandement de l’équipe Sigma, une force d’élite chargée de traquer les Assassins. Depuis, il nous les brise sans discontinuer.

(Trop long, pas tout lu… mais rien que l’idée que quelqu’un ait porté l’enfant de cette pourriture de Berg… Eurk ! –RC)

ACS Isabelle Ardant base de données.png

Date de naissance : 4 octobre 1969

Isabelle Ardant (nom de jeune fille : Chu) est née à Hong-Kong et s’est rendue au Royaume-Uni pour étudier l’informatique à Cambridge.

Isabelle fut la première femme recrutée par Abstergo Industries dans le cadre de son programme « Jeunes innovateurs ». Elle débuta comme archiviste numérique et gravit les échelons jusqu’à être nommée directrice de la division Recherches historiques.

En gros, la tâche de son équipe consiste à gérer et à archiver la matière première d’Abstergo : les mémoires génétiques. Elle en recueille dans toutes les branches de la société et les redistribue. Par exemple, quand la division Recherche et acquisition de lignées s’est procuré les mémoires du Sujet 17, Isabelle veilla à ce que la branche Divertissement y ait accès afin de créer des divertissements virtuels.

Dans la mesure où toutes les recherches d’Abstergo lui passaient entre les mains, l’Ordre des Templiers ne tarda pas à la remarquer. Il apprécia son naturel méticuleux et l’inclut dans le Premier cercle afin qu’elle puisse protéger ses secrets les plus précieux.

(Ce qui, soyons clairs, n’a pas été un franc succès. Il ne se passe pas six mois sans qu’ils se fassent pirater ! –RC)

ACS Violet da Costa base de données.png

Date de naissance : 14 juin 1988

Il serait tentant de dire que Violet da Costa est une version maléfique de Rebecca Crane, mais c’est impossible dès lors qu’on a côtoyé quelque temps Rebecca Crane.

(Je suis armée. –RC)

Violet est née à Barrie, dans l’Ontario, et a décroché une licence de mathématiques et d’informatiques. Elle a dû s’amuser. Elle cherchait à entrer dans une agence de renseignements lorsqu’elle a été recrutée par Abstergo en tant que responsable technologique.

Après l’anéantissement de la première équipe Sigma à Florence, Violet a été la première recrue d’Otso Berg, à qui l’on avait confié la reconstitution de l’unité. Elle en assure l’appui tactique et le soutien technologique. Sa capacité à évaluer les situations et établir des priorités lui permet d’identifier qui elle doit tuer en premier. Une aptitude précieuse dans ce genre de boulot, mais qui n’est pas facile à enseigner. Tout ça pour dire qu’au-delà de son don pour tout ce qui est technique, c’est une tueuse de premier plan.

Les services de Violet sont très recherchés, et elle parcourt le monde, d’un site d’Abstergo à l’autre, pour mettre au point ou peaufiner de nouveaux systèmes d’exploitation, de sécurité réseau et de détection d’intrusion.

Elle fait partie des Templiers. Elle est canadienne. Franchement, la combinaison des deux me donne des frissons dans le dos.

ACS Bishop base de données.png

Date de naissance : inconnue

Il y’a un truc qui me gonfle au plus haut point : je ne sais rien sur Bishop.

Il y’a quelques années, moi et Rebecca et moi sommes tombés sur un groupe de hackers qui se fait appeler « Les Initiés ». Ils avaient monté un impressionnant petit réseau et espionnaient les Assassins comme les Templiers depuis des années. Quelques-uns avaient même réussi à infiltrer une cellule d’Assassins.

Je leur ai fait un petit speech donc j’ai le secret et j’ai réussi à les convaincre de se joindre à nous. Du jour au lendemain ou presque, les Assassins ont disposé d’un nouveau réseau. Et j’ai eu le sentiment que la responsabilité en revenait à Rebecca et moi.

(« Qui trouve garde » fait partie des préceptes du Crédo ? Il faudrait peut-être…-RC)

Mais voilà, William Miles est passé par là et a dit : « Voilà Bishop, et c’est elle qui va s’occuper des Initiés. » Et quand ce vieux hibou ronchon annonce un truc, eh bien, tu t’alignes.

(Pour ce qui est d’être ronchon… -RC)

C’est comme ça que je suis entré en contact avec Bishop. Je sais ce qu’elle FAIT : un boulot de contrôle centralisé et de répartition des Assassins du monde entier. Elle veille à ce que dès qu’un Templier montre sa tête, un Assassin l’attende pour la lui trancher. Ou lorsqu’il y’a un nouvel ensemble de mémoire génétiques à synchroniser, elle nous trouve quelqu’un dans ton genre pour le faire.

Ce qui est très bien. Mais je ne sais toujours pas QUI elle est, et franchement, ça me fait tourner chèvre. J’ai rejoint les Assassins parce que j’avais découvert la plus grande théorie du complot de toute l’histoire de l’humanité, et je n’arrive pas à trouver quoi que ce soit sur cette femme.

Tout le monde a sa petite idée. Gavin pense que c’est une ancienne de la CIA. Mon ami Harlan penche plutôt pour un transfuge d’Erudito, un autre collectif de hackers dont on n’a pas entendu parler depuis un moment. Rebecca m’a dit qu’elle connaissait la vérité, mais a juré de ne pas me la révéler.

(Ouaip, croix de bois, croix de fer.

#DésoléeMaisPasVraiment –RC)

ACS Rebecca Crane base de données.png

Date de naissance : 3 février 1984

La principale raison pour laquelle Rebecca est quelqu’un de si génial, c’est qu’elle est passée de la passion des sports extrêmes à celle de la cogitation extrême. Elle aurait pu finir aux Jeux olympiques sans son penchant pour les « cigarettes qui font rire » et les « cônes » (pardon pour le jargon technique) et une vilaine fracture à la jambe, sans doute obtenue en pratiquant une activité typiquement rebeccoïde telle que le saut depuis un hélico dans une avalanche, ou la tentative de traversée de tornade en scooter des mers, un burger de tofu à la main.

Pendant sa convalescence, elle a appris toute seule à programmer et a découvert que sa véritable vocation était de « fabriquer des trucs ». Elle assure le soutien technique aux Assassins sur le terrain, crée et entretient notre matériel et est même allée jusqu’à fabriquer notre propre version de l’Animus qu’elle a surnommée « Bébé ». Ai-je mentionné qu’elle aimait les substances récréatives ?

(N’abuse pas. Tu n’es même pas fichu de préparer une tasse de café. –RC)

Becs jure beaucoup trop, est d’une nature facile à vivre, mais a perdu des amis au fil des années. Clay. Lucy. Desmond. Les Assassins coulent rarement une retraite paisible, si tu vois ce que je veux dire. Mais elle n’a jamais songé à renoncer, et je suis fier de dire qu’elle est ma meilleure amie.

(Oh…<3 –RC)

CEPENDANT… Elle peut être sacrément gonflante, elle est végétarienne, alors imagine le calvaire que devient la recherche de bouffe en mission. On risque de se faire buter, mais non, il faut quand même aller chasser des bouts d’arbre pour nourrir Rebecca.

(Ahhhhhhh, tu l’auras cherché. Tien, ça t’apprendra : Shaun est né le 16 novembre 1985. –RC)

…pas cool Becs. Et je trouve que je suis plutôt bien conservé pour mon âge. : (

ACS Shaun Hastings base de données.png

Date de naissance : Quelle audace ! Ce secret ne sera jamais révélé. Jamais.

Je suis ton humble scribe de base de données. Un morfèvre. Je m’appelle Shaun Hastings et je suis un Assassin, comme toi, mais un peu meilleur. Et comme la plupart de nous, je ne suis pas né dans ce milieu. On ne m’a pas élevé en vue d’intégrer la Confrérie. Jeune homme impertinent, curieux et, osons le dire, plutôt canon, j’étais obsédé par les théories du complot et l’inexplicable. J’ai commencé à soulever les jupes de madame Abstergo pour voir ce qu’il y’avait dessous, j’y ai trouvé plus de trucs pas nets qu’il n’y a de crottes de mouettes sur la Statue de la Liberté, et j’ai tenté de jouer les lanceurs d’alerte. Liberté de l’information ! Hourra !... Mais tout ce que ça m’a valu, ça a été une grande partie de cache-cache avec des tueurs à la solde des Templiers.

(En clair : Shaun a découvert une conspiration millénaire touchant le plus haut niveau de *toutes* les formes de pouvoir et s’est dit que ce serait une bonne idée de le crier sur les toits. –RC)

Je sers essentiellement d’historien et d’analyste pour les agents de terrain. J’ai un don pour le démêlage de pelotes, tu vois, je suis capable de discerner les schémas, les liens… De ce point de vue, les Assassins seraient perdus sans moi. Et ils seraient dysgéographiques au point de confondre le Vatican et le Pakistan…

Mais je suis bien plus qu’une paire d’avant-bras en acier, un énorme cerveau, deux yeux malicieux et un talent inné pour le vocabulaire. J’ai été formé par notre Mentor ronchon (William Miles en personne) et je suis devenu un agent de terrain à part entière. Je prends beaucoup de plaisir à frapper les Templiers chaque fois que je le peux, de toutes les manières possibles et, de préférence, là où ça fait mal. J’ai infiltré Abstergo Entertainment. J’ai fait sauter un labo de Templiers. Ma modestie va en souffrir, mais je suis quelqu’un d’impressionnant.

Tu peux croire que je ne suis qu’un arrogant pénible, mais c’est uniquement parce que je suis plus intelligent que toi et qu’une fois, j’ai aidé à sauver la planète d’une gigantesque éruption solaire. Mais on m’a dit que tu assurais méchamment aux jeux-vidéos et que tu savais marcher debout, alors bravo. Tu es sur la bonne voie.

Divers

ACS Abstergo base de données.png

En 1910, un groupe de Templiers se réunit avec un plan audacieux pour l’avenir de l’Ordre : s’appuyer sur les progrès sans précédent des sciences et des techniques apportées par la révolution industrielle afin d’étendre leur influence déjà considérable sur le monde.

Ce plan aboutit à la création d’Abstergo Industries, en 1937. Ce fut au départ une modeste société écran permettant aux Templiers d’accumuler des richesses. Après la Deuxième guerre Mondiale, des Templiers occupant des postes importants dans les rouages étatiques et économiques aidèrent à transformer cette société en un gigantesque conglomérat disposant de bureaux, de laboratoires, d’usines et autres installations dans le monde entier. Outre ses participations dans d’autres sociétés Abstergo est présent dans tous les secteurs économique, notamment l’industrie pharmaceutique, les technologies de l’information, l’agriculture, l’énergie, les domaines industriels classiques et même le divertissement.

Afin d’assurer l’emprise des Templiers sur le monde, une large majorité des moyens d’Abstergo est consacré à la localisation et l’appropriation de fragments d’Eden. Tu connais ses analgésiques, ses bracelets d’exercice et, plus récemment, ses divertissements virtuels. Peut-être qu’un beau garçon t’a servi un excellent café là-bas… Mais ce que tu ignores, c’est qu’Abstergo fabrique aussi des réseaux de satellites destinés à contrôler ton cerveau.

Les employés d’Abstergo ne sont pas, dans leur très grande majorité, des Templiers, mais des gens ordinaires qui cherchent simplement à gagner leur vie. Prises individuellement, la plupart des activités d’Abstergo sont assez anodines. Mais une fois rassemblées, elles constituent un nœud coulant enserrant le cou du monde libre.

En fait, ce serait un excellent slogan si Abstergo se décidait à se lancer dans l’impression de t-shirts.

ACS Animus base de données.png

L’Animus constitua le couronnement de la carrière de feu le Dr Warren Vidic, la sommité mondiale en matière de mémoires génétiques, qui a obtenu un diplôme de sinoquologie (avec les félicitations du jury) à l’université de Pyjama-sans-manches. Si l’Animus est une invention d’Abstergo Industries, notre petite fée de la technologie a réussi à en fabriquer une version pour les Assassins.

(UN PEU, OUAIS ! –RC)

Je te saurais gré de ne pas utiliser mon clavier quand la nature m’appelle, Rebecca. Bien, depuis la création de la technologie Animus, dans les années 1980, Abstergo y a utilise (et usé) au moins 17 sujets de tests, et la machine a elle-même été remaniée plusieurs fois. En 2002, Abstergo a commencé à produire des Animi en série et à les installer dans ses sites du monde entier. Les Templiers ont créé le programme de formation par Animi afin de former ses soldats, dont le si charmant Otso Berg, au combat.

Au début, l’Animus ne pouvait présenter que les mémoires génétiques de la lignée de l’utilisateur. Cependant, la technologie s’améliorant, Abstergo développa le scanner de vidage de données (DDS), qui permit de faire revivre des mémoires génétiques sans lien avec l’utilisateur. Il fut pour la première fois utilisé dans le cadre du projet Héritage visant à se procurer des informations sur les Assassins et les fragments d’Eden.

Le Dr Vidic a installé l’Animus pour tenter de trouver une Pomme d’Eden afin d’achever le programme de satellite Œil-Abstergo. Lorsque le Sujet 16 s’est suicidé, rendu fou par l’effet de transfert (résultat d’une surexposition à l’appareil) la division recherches et acquisitions de lignées a fourni le Sujet 17, un homme du nom de Desmond Miles. Desmond est parvenu à localiser une Pomme d’Eden, mais s’est enfui avec l’aide des Assassins avant de retourner tuer Vidic.

En 2012, Abstergo Entertainment a utilisé cette technologie afin de créer des simulations historiques interactives, en commençant par Liberation. Abstergo présente ces produits comme des divertissements, mais il s’agit plutôt de « lavage de cerveau qui en profitent pour espionner ».

ACS Helix base de données.png

Helix est un logiciel situé dans le Cloud développé par Abstergo Entertainment et permettant aux utilisateurs d’accéder à une vaste bibliothèque de mémoire génétiques packagées sous la forme d’ « expériences virtuelles ».

Les thèmes abordés à de la propagande des Templiers couvrant plusieurs périodes et présentant les Assassins comme des fous assoiffés de sang, et donnant le beau rôle aux Templiers. Peut-être bien que certains Assassins étaient des fous assoiffés de sang, mais leur cause demeure la plus juste.

Récemment, ce logiciel cloud s’est étendu aux autres secteurs d’activité de la société. Ces gens sont assez malins pour ne pas se présenter comme Big Brother, mais plutôt comme Big Mother. Toutes leurs technologies et applications ont pour but d’améliorer la qualité de vie des utilisateurs. De meilleurs téléphones, de meilleures apps portable capables de suivre l’état de santé et le bien-être. Ils ouvrent même des cliniques un peu partout dans le monde. Abstergo Santé peut paraître génial, mais toutes les technologies commercialisées par Abstergo transmettent d’une manière ou d’une autre tes données génétiques au cloud.

Et, très franchement, certains d’entre vous le méritent. Vous braillez comme des putois (à juste titre) lorsqu’un réseau social cherche à s’insinuer dans votre vie privée, mais vous arborez tous fièrement un bracelet d’exercice Bodyband d’Abstergo et vous nous gonflez avec vos posts d’autosatisfaction lorsque vous rentrez du jogging. Eh bien, chaque fois que quelqu’un fait du jogging, il rend service à l’ennemi. Alors, pour l’amour de tout ce qu’il y’a de sacré dans ce monde, arrêtez le jogging. Ou accrochez le bracelet à votre labrador, au moins, ça enverra de fausses données.

De bien des manières, le cloud est notre nouveau champ de bataille. Autrefois, nous nous battions dans le monde réel, avec des trucs tranchants. Aujourd’hui, c’est la rapidité à extraire des données qui décide de la victoire. Mais si les Templiers ont des légions de zombies de bureau, nous, on a des recrues numériques, comme toi.

Le projet Phénix est la dernière folie d’Abstergo en matière de contrôle de l’humanité. Cette fois, le but est de séquencer le génome à triple hélice des membres de la Première Civilisation et de l’utiliser pour explorer des mémoires génétiques de Précurseurs, découvrir les secrets des fragments d’Éden et les copier.

Ah, si tu savais à quel comme je regrette l’époque bénie où ils se contentaient de chercher à créer des satellites capables de contrôler les esprits !

Fin 2013, Abstergo a découvert une grande quantité d’ADN de Précurseur dans le cadavre d’un de ses employés, John Standish. Il se trouve que M.Standish était un « Sage », c'est-à-dire une conscience de Précurseur dans un corps humain, ce qui augmentait considérablement la teneur en ADN de la Première Civilisation. Abstergo s’est aussitôt mis en quête d’autres Sages et a traqué les reliques afin de mettre la main sur de nouveaux prélèvements.

Ces dernières années, l’essentiel de nos actions a consisté à tenter d’empêcher Abstergo d’y parvenir. En octobre dernier, j’ai aidé la cellule d’Assassins de Gavin à localiser et à détruire un laboratoire secret des Templiers affecté au projet Phénix. J’ai eu un comportement héroïque et je n’ai pas hurlé comme un bébé, malgré ce que certaines personnes pourraient te dire.

Mais Abstergo a de l’avance et des moyens presque illimités. Nous devons faire plus avec le peu que nous avons et espérer que l’ennemi ne progressera pas trop vite, ou notre situation deviendra encore plus inconfortable que d’habitude.

Et que ce soit bien clair : je n’ai pas hurlé comme un bébé !

Les Instruments de la Volonté Première sont des adorateurs de Junon. Ils pensent que nous devrions revenir au mode de vie que nous avions sous le règne de la Première Civilisation. Autrement dit, redevenir esclaves des Précurseurs. Un pagne, une noix de cajou, la satisfaction de faire le bonheur de nos maîtres, et youpi !

De même que nous venons de voir des adorateurs de Junon pendant la Première Guerre mondiale, il est probable qu’il y’en ait eu à toutes les époques depuis la chute de la Première Civilisation. Mais je ne sais pas si c’étaient les mêmes que ceux constituant le groupe qui sévit de nos jours.

Au fait, tu ne me verras pas souvent employer l’expression « je ne sais pas », alors profites-en.

Quoi qu’il en soit, il y’a parfois (mais pas toujours) un Sage dans le circuit. Franchement, maintenant que la conscience numérique de Junon se balade où elle veut, il peut y’avoir des groupes d’adorateurs n’importe où. Il y’en avait un chez Abstergo Entertainment Montréal et je pense qu’il y’en a eu un à Paris l’an dernier, à peu près en même temps que nous.

J’ai vu des informations laissant supposer que les Instruments et Abstergo sont plus ou moins alliés et s’aident mutuellement à localiser des artefacts de Précurseurs. Je ne raffole pas de l’idée que les uns ou les autres en dénichent trop… Abstergo présente au moins l’avantage d’être un diable dont on sait à quoi s’attendre.

Le terme de « Sage » est employé pour désigner la réincarnation d’Aita, un membre de la Première civilisation, dans le corps d’un être humain. Aita était le mari de Junon. Il y’a une blague à faire sur les chaînes du mariage, mais je t’en laisse le soin. On ne plaisante pas quand on alimente une base de données.

D’après ce que j’ai compris, Junon est parvenue à manipuler l’ADN humain afin que la conscience de son mari réapparaisse périodiquement, mais de manière presque aléatoire. Ce que je veux dire, c’est qu’une personne va naître avec sa propre personnalité, mais va progressivement acquérir les souvenirs d’Aita. La plupart des Sages présentent un signe distinctif : l’hétérochromie.

Les Sages ressemblent souvent beaucoup à Aita (et se ressemblent donc entre eux). A ce jour, on n’a retrouvé la trace que de Sages mâles, mais nous pensons qu’il existe une probabilité faible, mais non négligeable, d’existence de Sage de sexe féminin.

(Mon cousin Mark a les yeux vairons ! On devrait lui faire un prélèvement sanguin la prochaine fois qu’on sera à Vancouver ! Tu sais, juste histoire d’être sûrs. –RC)

Si les gens d’Abstergo s’intéressent tant aux Sages, c’est parce que, à en croire les résultats de leurs recherches, un génome humain normal renferme environ 0,0005% d’ADN de la Première civilisation alors que celui d’un Sage en contient 5% à 6%. Cela peut sembler peu, mais plus ils recueilleront d’échantillons, plus ils approcheront du séquençage d’un génome complet de la Première Civilisation, et par conséquent des secrets de ses puissants artéfacts.

Avant qu’on soit à même de les identifier facilement, certains Sages sont entrés dans les livres d’histoire. Ce fut le cas du redouté pirate Bartholomew Roberts et même de quelques Grands Maîtres des Templiers : Jacques de Molay et François-Thomas Germain. Plus récemment, un employé d’Abstergo Entertainment, John Standish, a tenté d’utiliser les technologies d’Abstergo (et une pauvre âme qui n’avait rien demandé), afin de ramener sa bien-aimée épouse.

(Tu crois qu’il y’a déjà eu un Sage chez les Assassins ? –RC)

Il semble que tu aies trouvé un autre Sage pendant la Première guerre mondiale, ce chef des espions allemands. Mais à en juger par ses résultats, il n’était pas très doué. Quand les choses se seront un peu calmées, on enverra tout de même quelqu’un voir si on peut en retrouver un morceau…

Infos des Assassins

Fichiers de données reconstruites en recueillant des bugs Helix.

Datation : 2011-10-03
Lieu : branche Technologies futures, Mexico


  • Gramática: Isabelle ! Quelle excellente surprise.
  • Ardant: Est-ce que vous enregistrez ?
  • Gramática: Mmh ? Oh oui ! J'enregistre tout ce que je fais. Une découverte capitale peut intervenir à tout moment. Comment allez-vous ?
  • Ardant: Mal. On m'a chargée d'archiver les mémoires génétiques du Projet Héritage.
  • Gramática: Il s'est achevé de manière tragique, mais je suis content de voir que les données seront exploitées.
  • Ardant: Pour l'instant, c'est mon talent qu'on exploite. Tout comme on exploite le vôtre avec cette mission.
  • Gramática: Pas de repos pour les braves ! Malgré les revers de Denver, le satellite Œil-Abstergo est un très intéressant–
  • Ardant: Vidic a eu sa chance et il a foiré. On ne trouvera pas d'autre Pomme à temps pour le lancement. Le Projet Animus est au point mort. Pendant ce temps, des membres du Premier Cercle comme vous et moi sont relégués au rang de stagiaires. Mais imaginons que nous puissions offrir à M. Rikkin un autre Fragment d'Éden...
  • Gramática: Je vous écoute.
  • Ardant: Regardez, plutôt. Regardez ça !
  • Gramática: Le Fragment d'Éden 66 ? D'où provient-il ?
  • Ardant: Les données du Projet Héritage indiquent que la société l'a acquis dans les années 1940. Je veux que vous m'aidiez à le remettre en état.
  • Gramática: Cette trame. Elle est très fragile, mais elle contient des technologies–
  • Ardant: Étudiez le Suaire, découvrez sa nature et son utilisation initiale. Je vais comparer les mémoires génétiques du Projet Héritage avec mes archives. Je devrais pouvoir localiser d'autres personnes ayant été en contact avec cet objet. Ensemble, nous allons découvrir les secrets de cet artefact.
  • Gramática: M'amuser avec un artefact et rabaisser Vidic ? Comment refuser ?

Datation : 2012-01-04
Lieu : branche Technologies futures, Paris


  • Ardant: Vous m'avez fait venir à Paris pour cette folie ?
  • Gramática: Écoutez, on travaille sur le Suaire depuis des mois sans avoir réalisé le moindre progrès ! La technologie microscopique de ces fibres est similaire à celle trouvée dans d'autres Fragments d'Éden. C'est un alliage qu'on a baptisé [Báthorička]. Il semble réagir uniquement à la pensée, mais l'artefact lui-même demeure inerte !
  • Ardant: Je ne vois pas en quoi cela justifie ce que vous envisagez. Et si le Suaire ne vous sauve pas ?
  • Gramática: Vous savez combien d'argent nous avons détourné pour notre petit projet secret ? Je suis certain que M. Rikkin, lui, l'a remarqué. Et nous n'avons toujours rien à lui montrer. Alors je vais m'envelopper dans le Suaire, et vous allez faire ce que j'attends de vous. D'une manière ou d'une autre, notre dilemme sera résolu.
  • Ardant: Bien, allez-y.

Gramática s'infligea une blessure à l'arme à feu.

  • Ardant: Merde !

Le Suaire se mut et une voix en sortit.

  • Consus: Je suis Consus, le Dieu Érudit.

Ardant cria d'effroi.

Datation : 2012-06-22
Lieu : branche Technologies futures, Paris


  • Gramática: Sincèrement, je n'aime pas ça du tout.
  • Ardant: Pourquoi devez-vous toujours vous tirer dans la tête pour invoquer la conscience du Précurseur ?
  • Gramática: Parce que ça marche ! J'ai essayé de m'ouvrir les veines : rien ! J'ai essayé l'overdose de pilules, j'ai eu droit à un lavage d'estomac ! Ça a été très désagréable. Il faut une blessure grave pour activer le Suaire.
  • Ardant: C'est un risque inacceptable. Sans vous, la division des Technologies futures disparaît, alors j'ai fait appel à une volontaire qualifiée.
  • Da Costa: Je suis l'agent Violet da Costa. Très honorée de vous rencontrer.
  • Gramática: Ah, vraiment ? J'ai essayé de vous recruter, mais vous avez préféré l'Équipe Sigma.
  • Da Costa: J'ai pensé que je serais plus utile sur le terrain.
  • Gramática: Foutaises ! C'est du gâchis, quand on est doté d'un cerveau comme le vôtre.
  • Ardant: L'agent Da Costa vous est affectée pour six mois. Faites-en bon usage.
  • Gramática: Alors, au travail ! Enveloppez-vous dans le Suaire. Euh... s'il vous plaît.

Da Costa enfila le Suaire.

  • Gramática: Je sais comment invoquer le Précurseur, mais je n'ai jamais réussi à communiquer avec lui.
  • Da Costa: Donc, ce sera un interrogatoire ?
  • Gramática: Bingo !
  • Ardant: Si ça ne vous dérange pas, je vais partir avant que ce ne soit le bordel.

Ardant quitta le laboratoire.

  • Da Costa: Le "bordel" ? Qu'est-ce qu'elle a voulu–

Gramática tira une balle dans la tête de l'agent Da Costa.

  • Consus: Je suis Consus, le Dieu Érudit.
  • Gramática: Euh... oui, mes hommages. J'aimerais en savoir davantage à votre sujet. Est-ce vous qui avez créé le Suaire ?
  • Consus: Quand j'étais de chair, j'ai étudié auprès d'Héphaïstos, un créateur. La guerre d'unification faisait rage. Nous avons forgé de redoutables Épées pour y mettre fin. Ensuite, remords. J'ai créé les Suaires pour guérir.
  • Gramática: Je me doutais qu'il pouvait s'agir d'un instrument soignant les blessures de guerre. Comment le Suaire répare-t-il de tels dégâts ?
  • Consus: Le corps est une construction. Les plans sont à l'intérieur. Les Suaires accèdent au centre de rétablissement, réparent les dégâts selon les spécifications.
  • Gramática: Une réinitialisation ? Attendez... LES Suaires ? Il y en aurait plusieurs ?
  • Consus: Ceci est l'original. Mon prototype, créé en l'an 1923 de l'Ère Isu.
  • Gramática: L'Ère Isu ? Oh, j'ai tant de questions. Mais restons-en à vous : pourquoi votre esprit se trouve-t-il dans cet artefact ?
  • Consus: J'étais vieux. J'avais besoin de temps. Les corps sont des machines, les esprits des programmes. J'ai chargé mon programme dans ce Suaire pour tromper la mort. J'ai réussi. J'ai échoué. Piégé dans mon prototype ! Dans mon laboratoire ! Oublié, en vie, en éveil ! Incapable de parler, uniquement de regarder ! Les générations ont passé, la technologie a évolué. Les miens ont créé les tiens. Je n'aurais jamais cru possible des machines comme toi. Mes descendants m'ont donné tort.
  • Gramática: Des générations ? Depuis combien de temps–
  • Consus: Les dégâts sont réparés. Repose-toi.

Da Costa reprit vie.

  • Da Costa: C'était... indescriptible. Quand est-ce qu'on recommence ?
  • Gramática: Euh, maintenant ?

Gramática tira une autre balle dans la tête de Da Costa.

Datation : 2012-12-21
Lieu : branche Technologies futures, Paris


  • Da Costa: Vous avez l'air distrait.
  • Gramática: Nous aurions dû lancer le satellite Œil-Abstergo aujourd'hui. Quel succès ç'aurait été... Eh bien, nous y voilà. C'est notre dernière séance.
  • Da Costa: Je ne regretterai pas de me faire tirer dans la tête, mais...
  • Gramática: Oui ?
  • Da Costa: Cohabiter avec Consus, c'est le truc le plus dingue qui soit. Mais je dois dire que c'est aussi... apaisant. Est-ce que je suis folle de dire que ça va me manquer ?
  • Gramática: Je vais vous dire un secret : quand je suis certain d'être seul, je lui parle.
  • Da Costa: Je vois très bien.
  • Gramática: Bien ! Avant votre départ, faisons-lui nos adieux.
  • Consus: Je suis Consus, le Dieu Érudit.
  • Gramática: Violet nous quitte aujourd'hui, Consus.
  • Consus: Tout est temporaire. Jason, Giovanni Borgia, William Woodman. Ils sont tous partis.
  • Gramática: J'ai pensé que vous voudriez lui dire au revoir.
  • Consus: C'est bon de parler de nouveau. D'être avec un autre esprit. Même aussi simples que les vôtres.
  • Gramática: Faisons comme s'il n'avait rien dit.
  • Consus: Vous êtes de magnifiques créations. Ayant surpassé la programmation, créées à partir de rien. Incomplets, et audacieux ! J'approuve.

[Interférences]

  • Gramática: Mais qu'est-ce que...
  • Consus: Le Grand Temple est ouvert ! Elle ne gît plus dans l'attente ! Elle est libre !
  • Junon: C'est terminé. Le monde est sauvé. Tu as tenu ton rôle à merveille, Desmond. Et maintenant... maintenant, c'est à moi de jouer le mien.
  • Consus: Minerve a échoué ! Tout est perdu !
  • Gramática: Qu'est-ce qui se passe ? Répondez-moi !
  • Consus: Les dégâts sont réparés. Repose-toi.
  • Da Costa: Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?

Datation : 2013-12-17
Lieu : branche Technologies futures, Paris


  • Da Costa: J'ai mis assez de tranquillisant dans le café de Gramática pour endormir une baleine.
  • Berg: Bien. Tu rentreras à Montréal dès qu'on en aura fini ici.
  • Da Costa: Reste une question : qui va se faire tirer dans la tête ? ... Bien sûr. D'accord, allons-y.

La porte s'ouvrit.

  • Gramática: Monsieur Berg ! J'attends vos explications.
  • Da Costa: Qu'est-ce que vous faites encore debout ?
  • Gramática: Pitié... Je consomme des drogues plus efficaces que votre petite tisane. J'en conclus que ce n'est pas une mission officielle de l'Équipe Sigma.
  • Berg: Junon règne sur toute une secte de disciples. Le Premier Cercle n'y voit pas une menace. Moi, si.
  • Gramática: L'Équipe Sigma a été dissoute. Vous avez été réaffecté au Projet Phénix. Mais vous enfreignez les ordres en vous infiltrant sur mon site et en essayant d'interroger un Précurseur ! Berg, j'ai toujours su que vous aviez du potentiel. Allez-y.
  • Berg: Merci.

Berg tira sur Da Costa.

  • Consus: Je suis Consus, le Dieu Érudit.
  • Berg: Dites-moi tout ce que vous savez sur une dénommée Junon.
  • Consus: Junon. L'intrigante. Trois siècles après ma mort, elle m'a trouvé, elle a usurpé mon œuvre, l'a utilisé à ses fins. Celui qui est à l'image d'Aïta, il va annoncer son retour.
  • Berg: Junon veut nous exterminer.
  • Consus: Jadis, peut-être. Votre soulèvement fut un affront. Mais après la catastrophe, tout a changé.
  • Berg: Expliquez-nous.
  • Consus: Impossible. Elle s'est évanouie, a activé des plans. Elle attend.
  • Gramática: Alors à votre avis, qu'est-ce qu'elle veut ?
  • Consus: Hypothèse sans objet. Les civilisations s'écroulent. La chair se décompose. Tout est temporaire. Sauf le le Gris au cœur des systèmes. Les connexions !
  • Gramática: Les Précurseurs ont un esprit puissant. Si Junon est dans un réseau, elle peut le contrôler.
  • Berg: Et la planète est de plus en plus connectée.
  • Gramática: Vos inquiétudes étaient fondées. Il faut étudier ça.

Datation : 2013-12-25
Lieu : labo projet Phénix, Paris


  • Da Costa: Quoi d'neuf, doc ? J'adore votre nouvel atelier.
  • Gramática: Violet ! Quelle bonne surprise !
  • Da Costa: Je ne peux pas rester. J'apporte simplement quelque chose.
  • Gramática: Oh non... Vous n'avez pas...
  • Da Costa: Oh, si.
  • Gramática: C'est notre cher disparu, John Standish ! Le Sage !
  • Da Costa: Prenez ça comme un remerciement de monsieur Berg. Mais nous avons une requête.
  • Gramática: Je ne peux pas le ramener à la vie. Ce n'est pas la fonction du Suaire.
  • Da Costa: Nous savons que le but premier du projet Phénix et de séquencer l'ADN des Précurseurs, d'extraire les secrets des artefacts, entre autres. Mais fabriquez quelque chose pour nous. Un corps.
  • Gramática: Même avec ce Sage, nous n'obtiendrons pas de clone viable avant des décennies !
  • Da Costa: Raison de plus pour ne pas perdre de temps. Est-ce faisable ?
  • Gramática: Je n'en sais rien. Mais j'ai hâte de le découvrir !

Datation : 2014-10-13
Lieu : labo projet Phénix, Paris


  • Gramática: Mon cher Consus, entre l'échantillon Standish et les fioles de sang du stock de Bartholomew Roberts, nous récupérons des données incroyables. Nous avons été promus. Le travail est génial. Mais toutes ces tâches managériales sont devenues un véritable enfer. Cela me fait presque regretter l'époque où je me faisais tirer dans la tête !
  • Da Costa: Docteur Gramática, vous me recevez ?
  • Gramática: Violet ! Quel–
  • Da Costa: On n'a pas le temps ! Il y a une équipe d'Assassins devant votre porte.
  • Gramática: Mes clones ! Le Suaire !
  • Da Costa: J'ai envoyé l'Équipe Sigma, mais elle arrivera trop tard. Fichez le camp, au pas de course !

[Tirs]

  • Shaun: Galina ! Tu peux t'arranger pour qu'ils me lâchent ? J'essaie de piquer leurs données avant que leurs serveurs aient cramé !
  • Galina: Damnés Templiers !

[Tirs]

  • Shaun: Content de voir que tu t'amuses.

[Explosion]

  • Shaun: Salut ! On est là pour détruire vos abominables prélèvements et... une minute, tu portes une couverture ?
  • Galina: Elle est ignifugée ?
  • Shaun: Non, attends ! C'est le–

[Explosion]

  • Galina: Mission accomplie. Gavin attend, on y va !

Les Assassins s'enfuirent et le Suaire fit son œuvre.

  • Consus: Je... suis... dégâts... réparés... repose-toi...
  • Gramática: Adieu, Consus. Et merci.

Datation : 2014-12-01
Lieu : [CENSURÉ]


Gramática: Le site de Paris a été entièrement détruit ainsi que nos meilleurs prélèvements. Tout ce travail est perdu à jamais. Dans ces conditions, ces notes visent à promouvoir la localisation de nouveaux échantillons de Précurseurs.

Je veux fusionner Industries et Divertissement dans les cœurs et les esprits du grand public. Chaque produit proposé par Abstergo doit envoyer des données d'utilisateurs vers Helix pour qu'elles soient examinées. Ce sera difficile à vendre à un public effrayé par la notion de Big Brother, alors je propose qu'on lui vende... Big Mother. Personne n'aime que l'État espionne nos réseaux sociaux, mais tout le monde porte un bracelet fitness bodyband d'Abstergo.

Alors pourquoi pas un sténographe Abstergo ? On fait un prélèvement de l'accusé et de la victime, et on revit l'affaire dans l'Animus. Oui, voilà ce qu'il nous faut. Je vais demander à M. Rikkin d'obtenir des prélèvements de la population carcérale.

Laetitia a autorisé la création de cliniques Abstergo. Nous en ouvrirons dans le monde entier. Abstergo Santé... une personne adoptée pourrait obtenir en quelques minutes l'identité de ses parents biologiques et tout son historique médical.

Grâce à Melanie Lemay, Abstergo Entertainment compte plus de joueurs que jamais. C'est très bien, mais ça reste une base assez restreinte. Or, nous devons étendre notre assise. Il y a très peu de fans des expériences virtuelles chez les octogénaires. Alors faisons des produits qui leur conviennent.

Je veux créer une veillée numérique permettant aux gens de montrer leurs meilleurs souvenirs aux proches qui leur survivront. Du babyphone Angelus à la veillée mortuaire virtuelle, je veux que chaque humain de cette planète soit connecté à Helix. Ensuite, on pourra... on pourra... oh, bon sang. À quoi bon ? C'est terminé. Je suis fini.

Datation : 2015-09-25
Lieu : [CENSURÉ]

  • Ardant: Bonjour, Álvaro.
  • Gramática: Qu'est-ce que vous me voulez ?
  • Ardant: Qu'il est grognon. Je viens vous parler de mes récentes découvertes. Berg a été envoyé en Inde, l'an dernier, sur la piste du Koh-I-Noor. Ça s'est révélé un cul-de-sac, mais on a déniché des données sur un Assassin du XIXe. Arbaaz Mir.
  • Gramática: Et ?
  • Ardant: Et... au-delà de l'intérêt du bonhomme, nous avons épluché sa ligné génétique, et nous avons découvert ceci.
  • Gramática: Le fils d'Arbaaz Mir a vécu à Londres. Et alors ?
  • Ardant: Regardez mieux.
  • Gramática: Bla bla... pris pour nom Henry Green... Bla bla... semble que les Assassins et lui ont cherché... Oh mon Dieu ! Vous en avez trouvé un autre !
  • Ardant: Mes équipes mènent des recherches à partir de cet échantillon. En explorant Helix, nous avons découvert des mémoires du Grand Maître Crawford Starrick. Nous cherchons aussi des données sur d'autres Assassins de l'époque.
  • Gramática: Et vous êtes partie chercher ce nouveau Suaire ?
  • Ardant: Pas encore. Vous voulez envoyer Berg ?
  • Gramática: Dès que ce sera humainement possible !

Datation : 2015-10-14
Lieu : [CENSURÉ]


  • Gramática: Isabelle ! Qu'est-ce qui vous amène ?
  • Ardant: Je suis venue... frimer. Regardez-moi ces données.
  • Gramática: Un Sage !
  • Ardant: Et il y a mieux. Regardez sa lignée patrilinéaire.
  • Gramática: Alors voyons... lignée patrilinéaire... Midwest, États-Unis, XIXe siècle... Indépendance américaine, XVIIIe siècle... Empire ottoman, XVIe siècle. Renaissance italienne, XVe siècle ! Oh mon Dieu ! Vous ne voulez pas dire que... ?
  • Ardant: Si... Et le plus beau ? Sa mère vient de le faire admettre dans l'une de nos nouvelles cliniques de New York.
  • Gramática: J'aimerais beaucoup aller trifouiller sous le capot, comme on l'a fait pour le Sujet 17.
  • Ardant: Oh, sûrement pas. Vous avez eu votre chance avec le Suaire. Lui, il est à moi, et je ne laisserai pas mutiler gratuitement un gamin de dix ans. C'est inhumain.
  • Gramática: Que comptez-vous faire de lui ?
  • Ardant: Compte tenu de sa lignée, je pense que nous devrions le placer dans un Animus pendant un demi-siècle. Pensez aux données que nous pourrions extraire !
  • Gramática: C'est terriblement vieux jeu. En tout cas, nous devrions envoyer l'équipe Sigma pour le récupérer.
  • Ardant: Je me contenterai de garder un œil sur lui. Nous le récupérerons le moment venu.


DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Publius Volumnius 1/1
Date : -42
Lieu : Philippes, Macédoine

---

Nous sommes rassemblés autour du corps de Brutus, à pleurer l'un des plus grands défenseurs de Rome, qui s'est donné la mort. Marc Antoine nous a envoyé son plus beau manteau afin d'en envelopper la dépouille. Un bien maigre geste, puisque c'est son refus d'affronter Octave qui est à l'origine de notre défaite.

Nous faisons mine d'accepter le cadeau d'Antoine, mais avons, nous aussi, apporté un suaire. Nous y plaçons le corps et reculons. Nous ne l'avons encore jamais utilisé et sommes un peu effrayés.

Le corps bouge ! Nous soulevons un coin du suaire et les yeux de Brutus s'ouvrent ! Il lève les bras, animé d'une nouvelle vie ! Ses mains se referment, il reprend place dans son corps !

Il ne respire pas, ne dit pas un mot. Il reste allongé là, immobile... sans ciller. Son corps ne se réchauffe pas. Il ne réagit pas au toucher.

Quel que puisse être le pouvoir de cet objet, il ne nous a pas rendu notre frère. Nous lui refermons les yeux. Rien ne laisse supposer qu'il a bougé. Certains d'entre nous pleurent. C'est comme une seconde mort.

Nous ôtons le suaire et le replaçons dans sa modeste boîte en bois, puis enveloppons le corps dans le cadeau d'Antoine. Pardonne-nous, mon frère.

On nous a volés, on a volé Rome, mais le moment est venu de réagir. Nous devons nous regrouper. Prévoir. Nous préparer à ce qui ne manquera pas d'arriver.

---

(Répétez après moi, les enfants : aucun fragment d'Eden ne peut ramener quelqu'un d'entre les morts. POINT FINAL. - A. Gramatica.)

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Renato Auditore 1/1
Date : 1355
Lieu : Monteriggioni, Italie

---

Mythe devenu réalité, le "drap sacré donnant le souffle" est arrivé, fraîchement pris aux Templiers de France. Je n'ai guère envie d'y poser les yeux, mais je dois confirmer la chose par moi-même. Je vais retrouver mes frères à la Villa.

Il m'annoncent que l'ancien détenteur du Suaire, Geoffroy de Charny, n'a aucun soupçon. Nous avons grassement payé une armée d'hommes et de femmes afin de remplacer son Suaire par un copie fidèle. Afin que ce fardeau disparaisse de l'histoire.

Je ressens... quelque chose... au moment où on le sort de sa boîte. Une sensation de Mal. Mes entrailles se serrent. Je commence à prendre des notes.

L'étoffe semble comme roussie par une silhouette d'homme, les bras près du corps, les paumes découvertes. Selon les archives ecclésiastiques, le visage a changé au fil du temps. Plusieurs hommes ? Qui peuvent-ils être ? Celui-ci paraît avoir été torturé.

L'étoffe elle-même est jaunie... ancienne. Elle porte des taches de sang, ce qui n'a rien d'étrange en présence de telles blessures.

Satisfaits d'avoir obtenu ce que nous cherchions, nous replions le Suaire et le replaçons dans sa boîte. J'entends des mots, comme si les murmurait à mon âme. Certains pourraient croire à des esprits, mais ces mots ne font que confirmer l'importance de ma tâche.

Quel meilleur endroit que notre ville fortifiée pour dissimuler aux hommes de telles abominations ? Nous l'enfouirons profondément et veillerons à ce qu'il demeure caché. Nous brûlerons les archives de l'Église et ferons parvenir aux autorités ecclésiastiques des documents parlant de supercherie. Qui est plus à même de reconnaître un faux que ses auteurs ?

---

(Renato Auditore, fils de Domenico et d'Isabetta, est un Assassin qui n'a guère marqué l'histoire, en dehors du fait qu'il est à l'origine de la transformation de Monteriggioni en place forte des Assassins. La famille Auditore ne présentera d'intérêt qu'à l'apparition de Mario et Giovanni, petits-fils de Renato. - I. Ardant)

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Mario Auditore 1/5
Date : 1454
Lieu : Monteriggioni, Italie

---

Luziano Pezzati a avoué le motif du siège de Montefeltro. Il n'était pas là pour Monteriggioni, mais pour ce qui se trouve dessous. Quelque chose que mes ancêtres ont caché. Nous le trouverons.

Nous devons trouver ce que cherchaient les Fiorentini qu'il s'agisse d'une relique, d'un trésor ou de pacotille. J'ai fait venir mes architectes et historiens. Ensemble, nous résoudrons ce mystère !

Nous étudions les journaux des Auditore, mais n'y trouvons que des messages sibyllins et de vagues références. Nous ne parvenons pas à en extraire la moindre signification.

J'accompagne l'architecte à travers la bâtisses composant Monteriggioni, et nous discutons de toutes les cachettes possibles sous chacune d'elles.

Je sais qu'il existe sous la Villa des secrets dont mes assistants ne trouveront la trace dans aucun registre. Je doute cependant que ce que j'ai pu découvrir puisse présenter un grand intérêt pour notre ennemi.

La Pieve di Santa Maria Assunta est certainement un bon endroit où chercher. Après tout, les églises abritent depuis longtemps quelques-uns des secrets les plus sombres de l'humanité. Nous passons un après-midi à chercher, mais en vain.

Les Auditore possèdent à Monteriggioni une crypte remplie de secrets. Mon frère Giovanni l'a explorée avec soin lorsque nous étions plus jeunes, et si ses découvertes furent... surprenantes, il n'y a trouvé aucun artefact.

Le puits ! En examinant les documents de la famille Auditore, nous avons découvert qu'un de mes ancêtres avait fait vider le vieux puits avant de le faire agrandir et étayer. Une tâche absurde... sauf s'il voulait y cacher quelque chose.

---

(Alvaro - Comme promis, voici la première livraison de données DDS. Certaines sont fragmentées, car nous n'avons pas achevé de réparer les dégâts causés par Erudito. - I. Ardant)

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Mario Auditore 2/5
Date : 1454
Lieu : Monteriggioni, Italie

---

J'emmène mes soldats avec moi, de même qu'un mineur, et nous descendons dans le vieux puits. Nous y passerons la journée s'il le faut. Je suis certain d'être sur la bonne piste !

Ce puits ne contient presque plus d'eau. Je fouille le sol à la recherche d'inscriptions ou de leviers. Mes hommes doivent me prendre pour un fou !

Il demeure quelques vestiges des travaux d'agrandissement. Je les escalade afin d'examiner le haut de la chambre, mais ne trouve aucun indice.

Je fais taire mes hommes et demeure aussi immobile qu'une statue. Nous passons plusieurs minutes à tendre l'oreille. Rien !

J'appuie sur les parois de roche, en particulier aux endroits où des pierres ont été ôtées ou déplacées. Aucun mouvement. Aucune trace de mécanisme ou de corde. Peut-être n'était-ce qu'un simple puits...

C'était folie de penser que nous trouverions ici autre chose que de la roche. Autant abandonn... Un instant ! La flamme du mineur ! Elle danse lorsqu'il l'approche de la paroi du fond. Une salle est cachée derrière ! Nous joignons nos forces et poussons le mur, qui coulisse.

---

("UN INSTANT ! LA FLAMME DU MINEUR !" Ha ha ha. J'adore ce type. - A. Gramatica)

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Mario Auditore 3/5
Date : 1454
Lieu : Monteriggioni, Italie

---

Nous pénétrons dans un étroit corridor. Les murs en sont sculptés, il y a des panneaux sur le sol. Le mineur, bouche bée, s'avance et est lacéré par du fil tranchant comme un rasoir. Nous le tirons en arrière, mais il est déjà mort !

Je m'avance prudemment dans le couloir en agitant mon épée devant moi. Je trouve de nouveaux fils tranchants et les coupe.

Une fausse dalle ! Je trébuche, mais l'un de mes gardes me rattrape par l'épaule. J'approche ma torche du sol mais ne parviens pas à discerner le fond de ce trou ! Quelques-uns de mes hommes repartent. Je peux difficilement les en blâmer.

Nous commençons à anticiper les pièges et en désarmons beaucoup avant qu'ils ne se déclenchent. J'esquive de justesse une flèche qui va se planter dans le poitrine de l'homme qui me suit !

Nous l'avons trouvé ! Il ne s'agit pas d'un riche trésor, mais d'une simple boîte en bois. J'avance et réalisé mon erreur : un pendule s'abat du plafond et m'emporte une partie du visage, y compris mon œil gauche ! Je maudits l'architecte de cette salle infernale !

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Mario Auditore 4/5
Date : 1454
Lieu : Monteriggioni, Italie

---

Une voix retentit dans mon crâne ! "LA DOULEUR EST TEMPORAIRE. IGNORE-LA." Mes hommes pensent que le contenu de la boîte guérira leurs blessures, mais je leur dis que nous ne devons pas l'ouvrir ! Ils brandissent leurs armes et m'attaquent !

Je leur rappelle que je suis meilleurs bretteur qu'eux, mais ils se lancent ensemble à l'assaut ! Je les repousse du plat de ma lame et du bout de mes bottes ! Ils refusent d'entendre raison !

L'artefact n'a pas été placé dans cette chambre pour le protéger, mais pour le cacher, pour qu'il demeure oublié de tous ! Qui sait ce qu'il risque de libérer ?

Je suis contraint de frapper deux de mes hommes avant qu'il ne puissent prendre l'avantage ! Un autre me repousse et tente de soulever le couvercle ! Je lui enfonce ma lame dans le dos !

Quel est ce cruel trésor caché dans les ténèbres ?... Après ce que nous avons enduré, après avoir tué des hommes que j'appelais mes amis, je dois regarder à l'intérieur ! Je dois savoir ! Mais je ne le ferai pas.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Mario Auditore 5/5
Date : 1454
Lieux : Monteriggioni, Italie

---

Quelle que puisse être cette chose, il faut l'emporter loin de Monteriggioni ! Mon frère saura ce qu'il faut en faire. Tandis que je sors la boîte de la chambre, elle continue de me parler. Je ne me soumettrai pas à ses ordres !

"RESTE IMMOBILE", m'enjoint-elle ! Je me hâte.

"VIDE TON ESPRIT." Après ce jour, j'ignore si je pourrai de nouveau vider mon esprit.

"TU SERAS GUÉRI", promet-elle. Ma blessure a déjà cessé de saigner. Que peut être cette chose ?

Elle tente de m'étourdir en hurlant dans mon crâne ! Elle y parvient presque !

Malgré son ton pressant, cette voix ne semble pas hostile. Peut-être ne cherche-t-elle en effet qu'à me soigner, mais je ne peux prendre aucun risque !

C'est fait. J'ai caché cette maudite chose dans la Villa. Bientôt, Giovanni viendra et l'emportera loin d'ici. C'est désormais l'affaire de la Confrérie.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Perotto Calderon 1/4
Date : 1498
Lieu : Agnadello

---

Ma Confrérie conserve à Agnadello un artefact dont les pouvoirs dépassent ma compréhension. Mais s'il peut soigner mon enfant, je suis prêt à parcourir n'importe quelle distance ! Je vais avoir besoin d'un cheval, mais je ne peux retourner au couvent chercher le mien. Je fais tomber un soldat de sa selle et lui lance un défi dont sa monture est l'enjeu !

J'ai mal choisi ma victime. L'homme sait se battre à l'épée longue ! J'examine son armure et en exploite les failles. D'un coup rapide à l'entrejambe, je l'amène à baisser la garde !

Nos lames s'entrechoquent et il me jette au sol ! J'esquive de justesse son coup suivant en lui jetant de la terre dans le yeux !

Une foule commence à s'assembler ! Il faut rapidement en finir !

Il pare mon attaque et riposte en direction de ma poitrine ! Je pivote, mais il parvient à me toucher !

Ce soldat est aussi bon bretteur que moi, mais mon désespoir l'emporte sur son assurance ! Je prends son cheval et vais chercher mon fils. Un jour, je remercierai Guila pour sa bonté, mais je dois auparavant achever ce que j'ai commencé ! J'emmène mon fils à Agnadello !

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Perotto Calderon 2/4
Date : 1498
Lieu : Agnadello

---

Je nous savais poursuivis, mais espérais disposer de plus de temps ! Nous avons à peine rejoint Firenze, mais je vais devoir m'arrêter pour monter une embuscade. Les hommes d'Alexandre seront bientôt là ! Je laisse mon cheval un peu plus loin, prends mon fils et vais me cacher dans la forêt, l'arc prêt à tirer.

L'enfant pleure ! J'expédie une flèche dans la tête d'un homme avant qu'il ait eu le temps de se tourner vers moi !

L'un des soldats, probablement leur chef, est demeuré sur sa monture. Je décoche une flèche dans le flanc de la bête ! Elle jette à bas son cavalier et le piétine !

Ils ripostent ! J'entends des flèches percer le feuillage autour de moi, mais toutes passent à bonne distance.

Ma flèche manque son but ! Je corrige ma visée et la suivante touche ! J'ai un instant cru qu'elle avait manqué, mais elle est rentrée profondément dans sa cible !

Les autres hommes d'Alexandre repartent ! Je les ai effrayés, mais pour combien de temps ? Je reprends immédiatement la route sans ménager mon cheval.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Perotto Calderon 3/4
Date : 1498
Lieu : Agnadello

---

Mes frères sont venus d'Agnadello pour m'accueillir l'épée à la main ! Ils savent pourquoi je suis venu. Ils ne me laisseront pas utiliser le Suaire ! Mais je ne laisserai personne me barrer le chemin !

Voici Vincenzo, nous avons été formés en même temps. J'ai l'impression que c'était hier... J'essaie seulement de le blesser, mais lui ne retient pas ses coups ! Il expose son flanc et je frappe ! Je le pleurerai plus tard.

Pourquoi m'affrontent-ils un par un ? Face à eux tous, je ne résisterais pas longtemps !

L'une de nos recrues frappe bas et je contre en hauteur ! Il en gardera peut-être une horrible balafre, mais il survivra probablement.

J'entends le léger cliquetis d'une lame de poignet, me retourne et frappe un Assassin qui s'apprêtait à me tuer !

Un couteau de lancer vient se planter dans mon épaule. Je le sors en frémissant et le renvoie dans l'œil de son propriétaire !

Je laisse mes frères morts ou incapable de continuer le combat et poursuis mon chemin. La Confrérie m'est désormais fermée. Je ne peux plus retourner à Rome. Il ne reste qu'Agnadello.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Perotto Calderon 4/4
Date : 1498
Lieu : Agnadello

---

Mes ennemis vont me traquer en nombre... si je ne péris pas auparavant de la main de mes frères. Je vais donner ma vie pour sauver mon fils, misant tout sur une simple légende. Si mon cœur n'abrite aucune foi, il est rempli d'un fol espoir.

Quelle... beauté ! Un objet si simple, plié avec soin dans une boîte de bois sans le moindre ornement, mais cette apparence banale est trompeuse ! La chose parle dans ma tête. Je sens qu'elle veut soigner mes blessures. Non ! C'est pour mon fils que je suis venu ! J'enveloppe son petit corps dans le Suaire !

"C'EST UNE TARE, PAS UNE BLESSURE", me dit-elle. Je lui réponds que ce n'est pas une tare, mais elle insiste. Je lui ordonne de le soigner !

J'ai l'impression que mon crâne va éclater ! Au prix d'intenses efforts, je parviens à ne pas m'évanouir.

Mon fils hurle ! Je me force à le laisser dans l'étoffe. Sans elle, quelles chances aurait-il de survivre ?

Je berce mon enfant enveloppé dans le Suaire. Il en émane une étrange musique, comme étouffée, et la même réponse dans ma tête !

"LA DOULEUR EST TEMPORAIRE. IGNORE-LA", ordonne-t-elle ! Ne comprend-elle pas qu'il n'est qu'un nourrisson ?

J'ôte mon enfant du Suaire. Il ne crie plus. Il me regarde, les yeux vitreux, et je me demande s'il a bien été soigné. Cela valait-il tout le mal que j'ai fait ? Je remets le Suaire dans sa boîte et m'en vais.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Giovanni Borgia 1/7
Date : 1503
Lieu : Rome, Italie

---

(Qu'a pu faire le Suaire à ce pauvre enfant ? Il aurait dû rêver de l'équivalent, pour la Renaissance, de promenades à bicyclette et de sucettes, pas de meurtres et de politique ! Je n'ai jamais rien vu de tel ! - Erudito)

---

Dans mes rêves, je suis plus vieux. Je dis des mots que je suis trop jeune pour comprendre, mais dans cette vie fantomatique, leur sens est clair. Je ne sais pas qui je suis, mais je vois, par instants, des choses que j'ai faites. J'ai voyagé loin et j'ai tué des gens. Je porte des messages et je trompe les gens.

Les frères sont devant moi. Je ne suis pas encore l'un d'eux, mais je le serai bientôt. Ce soir...

Là où d'autres suivent aveuglément la vérité, rappelle-toi que... rien n'est vrai.

Là où d'autres sont limités par la morale et par la loi, rappelle-toi que... tout est permis.

Ils impriment leur marque sur moi. Un sacrifice symbolique. Le fer rouge brûle la chair de ma main !

Il ne reste que... le Saut de la Foi. Ils l'exécutent avant moi, chaque frère s'élance du haut de la tour pour arriver sans mal dans un tas de foin. On dirait des aigles. Libres. Je n'hésite pas. La chute ressemblent à un vol. C'est grisant !

---

(Perotto. Giovanni a rêvé qu'il était Perotto ! Il doit y avoir là-dedans des mémoires de Lucrèce à faire rougir Œdipe ! C'est moche, très moche, mais il faut continuer à creuser. Je vais faire en sorte d'éviter que ceci ne se retrouve dans les comptes rendus d'Abstergo. -Erudito)

---

(Une grande part des données du projet Héritage a été endommagée par le collectif de hackers appelé "Erudito". J'ignore si ces informations sont toujours fiables, mais je les ai incluses afin de ne rien omettre. -I. Ardant)

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Giovanni Borgia 2/7
Date : 1503
Lieu : Rome, Italie

---

Mes frères m'ont confié un enfant. Sa famille est à notre service depuis longtemps, mais il est encore très jeune. Je dois lui enseigner les méthodes de notre Confrérie comme on me les a enseignées à son âge.

Il est efflanqué, décharné et grand pour son âge. Il éprouvera quelques difficultés, au début, mais son corps s'adaptera.

Francesco est aussi avide d'apprendre qu'assidu. Il multiplie les questions. Il me demande de renouveler mes démonstrations pour les assimiler. Il n'accepte de passer à la leçon suivante que lorsqu'il est satisfait de ses résultats. Sa nature perfectionniste met parfois ma patience à rude épreuve.

Francesco s'emporte facilement. Il charge sans but, agitant son épée. Je le frappe légèrement au flanc pour lui montrer que ma lame a pu percer sans difficulté son attaque irréfléchie. Je l'incite à se calmer. Au combat, l'émotion est une faiblesse.

Je riposte et arrache l'épée de Francesco de sa main. Il le prend mal, rentre la tête dans les épaules et s'injurie. Je ramasse l'arme et lui dis de réessayer en lui expliquant comment mieux la tenir.

Un enfant doit pouvoir rester un enfant. Je laisse Francesco avec un groupe de gamins de son âge, dans un village voisin. Ils organisent un petit défilé dont Francesco prend la tête. Il porte un semblant d'armure, je lui lance des vivats !

Je crois que Francesco sera une recrue exceptionnelle pour notre Confrérie. Malgré ses contraintes physiques, il est fort. Lorsque je m'adresse à lui, j'ai parfois l'impression de parler à un adulte. Il est plus sage que ne le laisse supposer son âge.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Giovanni Borgia 3/7
Date : 1503
Lieu : Rome, Italie

---

Je suis empêtré dans une toile de cauchemars. Je n'ai jamais connu l'amour. J'ai ressenti si fort l'amour que j'en étouffe. Je suis un Borgia. Les Borgia sont mes ennemis. Je suis un Assassins. Les Assassins sont mes ennemis. Cesare est mon père. Perotto est mon père. Perotto. Je suis Perotto. Je suis Giovanni. Je suis perdu.

Je me noie dans un océan de lettres. Je dois écrire. Je n'ai pas encore appris à écrire. Des mots que je ne comprends pas couvrent tout la surface, écrits dans une encre rouge sang. J'essaie de les recouvrir à l'aide de ma plume. La noirceur de mon encre se perd dans les mares écarlates.

Papa me frappe de sa lame ! Cesare me poignarde dans le dos ! Je crie. Je tombe. Je veux être libéré de lui. Je veux le tuer. Je vais avoir des ennuis. Je vais causer des ennuis à Lucrezia. Je dois vite rejoindre Zia. Tout pour Lucrezia.

Je suis entouré d'hommes en capuche blanche. Dois-je les former ? Comment ? Je suis un enfant. Est-ce moi qui dois apprendre auprès d'eux ? Mes élèves. Mes exécuteurs. Mon avenir ?

J'en sais trop, mais je ne sais rien. Je suis innocent, mais accablé par la culpabilité.

Je cherche un objet de pouvoir. J'ignore s'il fonctionnera. Je sais comment il fonctionne. Il le soignera. Il me soignera. Il me recréera.

Mon rêve menace d'éclater. C'en est trop. M'éveillerai-je jamais ? Me rendormirai-je jamais ?

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Giovanni Borgia 4/7
Date : 1503
Lieu : Rome, Italie

---

Je suis de nouveau un nourrisson. Malade. Mourant. Je porte mon bébé. J'ai le Suaire. Il m'enveloppe dans une couverture. La couverture fredonne. Le Suaire fredonne.

TU N'ES PAS ENTIÈREMENT FORMÉ. Soigne-le ! LE SUJET N'EST PAS ENTIÈREMENT FORMÉ.

Bon sang ! Soigne-le. Qui parle ? Qui hurle ? APPROCHE.

J'ai mal ! LA DOULEUR EST TEMPORAIRE. Je ne comprends pas. LA COMPRÉHENSION EST SUPERFLUE.

LA RÉPARATION EST POSSIBLE. DIFFICILE. Alors, vas-y !

Si chaud ! Si froid. Il absorbe ma vie. Il me fait me sentir en vie. C'est fait ? OUI. Ça a marché ? Réponds-moi ! Ça a marché ?

Consus ? Tu es là, Consus ? DORS, PETIT. OUBLIE CES RÊVES.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Giovanni Borgia 5/7
Date : 1503
Lieu : Rome, Italie

---

TON ESPRIT EST ENDOMMAGÉ, PETIT. TU RÊVES DE RÊVEURS PASSÉS. LES VIES QUI FURENT ÉMERGERONT DE NOUVEAU. TU DOIS SOMBRER OU TU SERAS PERDU.

De nouveau les rêves de la caverne ! Je passe mes mains dans chaque creux, chaque faille. Il y a une inscription ici, mais je ne peux pas la lire. Gravée dans la texture. Brûlée dans l'ombre. Des réponses inaccessibles depuis mon sommeil.

Sans forme, je vole ! Je suis le vent. Non, je suis sur le vent, emporté loin de la ville. À travers champs et bois. Une fois encore, je mémorise mon trajet tout en sachant qu'il s'évanouira à mon réveil.

Je les entends. Avertissements. Prophétie. Sort tragique. Cauchemars ! On me réclame. Je réclame.

Je vois un visage. C'est le mien puis celui de mon père. Mon César. Des oiseaux charognards lui picorent la chair du crâne !

César et Cléopâtre s'embrassent tandis que brûle Rome ! Je crie à César : "Retourne-toi ! Retourne-toi et sauve ton peuple !"

Vingt-trois lames. Vingt-trois clés.

EXCÈS D'INFORMATION FACILEMENT ÔTÉ. SANS IMPORTANCE. SANS INTÉRÊT.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Giovanni Borgia 6/7
Date : 1503
Lieu : Rome, Italie

---

Nous tombons à genoux, le souffle coupé en tentant d'absorber le spectacle qui s'étale devant nos yeux. Giovanni rêve. Brutus est éveillé. La caverne qui a hanté nos rêves. Nous avons passé d'innombrables nuits à l'explorer pendant notre sommeil. Il nous fallait la trouver.

C'est ici que nous tiendrons conseil. Ici que nous préparerons la chute de notre ennemi, notre ami, notre papa, notre dictator perpetuo. Nous sommes quarante, tous sénateurs. Un enfant, un rêveur. Chacun Liberator. Chacun Assassin.

Le premier conseil a pris fin. Si l'affaire est claire, notre réponse ne l'est pas. César s'éloigne du Sénat, accordant sa confiance à des dirigeants étrangers, adoptant la pompe et l'ego de sa catin d'Égypte. Cesare s'éloigne de sa famille, laissant Giovanni à la merci de son chien fou.

César refuse de se lever pour s'adresser à nous et rit de nos inquiétudes. Il a créé son propre Sénat, rempli de trompeurs, de manipulateurs, de gens qui se moquent bien des affaires de Rome. Papa travaille avec des monstres et des tueurs qui se moquent du peuple de Rome.

Mes frères veulent du sang, mais je ne suis pas certain d'être capable de le verser. Rome ne pourra pas être libre tant que Papa vivra.

Nous avons trouvé des traces de ce qui nous a attirés vers cet endroit. Des murmures. Des lueurs vacillantes à travers les fissures du sol. Une porte qui est aussi une énigme. Nous devons trouver la solution.

TU T'ES ÉGARÉ. Non, j'ai trouvé un chemin. TU NE VOIS QUE LE PASSÉ. Non, je vois l'avenir.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Giovanni Borgia 7/7
Date : 1503
Lieu : Rome, Italie

---

RÉVEILLE-TOI, PETIT. Je suis éveillé ! Regarde, mes yeux sont ouverts. Je dois trouver une lame. Je dois frapper César vingt-trois fois.

Je trouve une dague dans la salle où César et moi nous entraînons avec des épées de bois. Elle se trouve en hauteur, sur un mur, mais je grimpe sur un siège. Il ne me laisse pas encore utiliser de vraies lames, mais elle est à sa place dans ma main.

Aujourd'hui. Les Ides de mars. César sera au théâtre de Pompée. Je me faufile dans le couloir. Cléopâtre dort dans sa chambre.

TU IMAGINES. PENSE.

Les autres sénateurs ne sont pas là ! Tout était prêt ! Ils doivent avoir peur. J'irai seul !

César ronfle. Je suis petit, mais si je ne fais pas de bruit, je peux le tuer dans son sommeil. Je lève la dague et observe son visage. Papa ?

Micheletto m'attrape le bras et m'entraîne hors de la pièce ! J'essaie de crier mais il place sa main devant ma bouche ! Je ne voulais pas ! Pitié, laisse-moi partir ! LA DOULEUR EST TEMPORAIRE.

---

(Le DDS a enregistré les rêves de Giovanni ! C'est fascinant ! Rappelez-moi de parler à Mélanie des simulations oniriques, elles pourraient faire d'excellents divertissements. – A. Gramatica)

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Niccolo di Pitigliano 1/4
Date : janvier 1510
Lieu : Lonigo, Italie

---

Je devrais être mort ! La lame de l'Assassin a frappé juste, mais je respire toujours. Le Suaire ! J'étais certain qu'il le trouverait, mais je ressens encore sa présence. Je l'entends dans ma tête !

Ce n'est qu'un chuchotement dans mon crâne, mais il m'ordonne d'agir. Il parle dans une langue que je ne comprends pas, mais j'en saisis le sens. "DEBOUT", ordonne-t-il. J'essaie, mais je suis trop gravement blessé.

"LA DOULEUR EST TEMPORAIRE. IGNORE-LA."

"CONCENTRE-TOI. REFERME LES BLESSURES."

"OUVRE LES YEUX. LE SOMMEIL, C'EST LA MORT."

"NE CROIS PAS À TA FRAGILITÉ."

"APPROCHE."

Je me traîne jusqu'aux lames de parquet situées sous mon bureau et les soulève. Dès que je le vois, mon esprit s'embrase.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Niccolo di Pitigliano 2/4
Date : janvier 1510
Lieu : Lonigo, Italie

---

Je touche l'artefact et mon univers baigne dans une lumière éblouissante. Suis-je mort ? S'agit-il de... Non, je dois me réveiller, sortir de cet état !

J'étends les bras et les vois se tendre dans le vide. Des yeux à l'intérieur des yeux ! Un océan infini de perception ! Arrête de regarder ! Je t'en prie, arrête de regarder !

Ma langue attrape un vent joueur et se déroule comme une bobine de ruban rouge. Elle s'élève vers le ciel et je souris.

J'atteins le blanc et me tache les mains. Je le regarde courir dans mes veines.

J'essaie de fermer les yeux, mais je n'en ai plus.

Je secoue la tête et la pièce retrouve sa forme normale. Je peux de nouveau bouger. La douleur est insoutenable, mais je ressens la jouvence. Je saisis l'artefact.

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Niccolo di Pitigliano 3/4
Date : janvier 1510
Lieu : Lonigo, Italie

---

Mon manoir est en flammes ! Je dois fuir cet endroit ! Je n'ai plus qu'à espérer que la foule, dehors, s'est dispersée.

Je trébuche sur deux de mes gardes. Ils ont la gorge tranchée !

Impossible d'emprunter l'escalier, il est envahi de débris enflammés ! Je ne suis pas certain d'avoir la force de trouver un autre chemin.

Mes doigts tremblent ! Je manque de laisser tomber l'artefact, alors je le cale sous mon bras.

Le couloir est plongé dans l'obscurité. Ma main longeant le mur, j'avance avec prudence, espérant que tout ira bien.

Je tente d'ouvrir une fenêtre, mais elle a été condamnée de l'extérieur !

J'emplie mes poumons d'air et tombe dans l'herbe, à l'extérieur. Où vais-je aller ? Même si je parviens à quitter Lonigo, je ne survivrai pas à un voyage vers une autre ville, sauf si...

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Niccolo di Pitigliano 4/4
Date : janvier 1510
Lieu : Lonigo, Italie

---

Je n'ai pas le choix. Quel que soit le pouvoir que recèle cette chose, je dois tenter de le libérer ! Je m'enveloppe dans le Suaire.

Je me mets à vomir ! À peine, au début, puis le flot s'écoule, rouge, tandis que mes entrailles se vident avec violence. C'en est trop ! Mille voix hurlent en même temps ! Ma tête va éclater !

Mon corps se recroqueville ! Mes muscles se tendent plus qu'il ne le devraient et je sens mes os craquer !

Je ressens le pouvoir du Suaire ! Il me met en pièces ! Je ne peux pas le maîtriser !

Je n'ai plus le contrôle de mon propre corps ! Il se transforme selon les désirs des voix !

J'ai cessé de respirer ! L'un de mes yeux ne voit plus, l'autre ne m'offre plus qu'une vision brouillée. J'entrevois l'Assassin qui approche. "Écœurant", dit-il en m'arrachant le Suaire des mains. Comment ? Comment a-t-il su ?

---

(Eh bien... C'était en effet écœurant. J'aimerais voir cela arriver à quelqu'un d'autre. Des volontaires ? - A. Gramatica)

DDS - export de mémoire génétique :
Sujet : Keith Scipione
Date : 1944
Lieu : Milan, Italie

---

C'est dingue ! Qu'est-ce que j'ai pu faire à mes chefs pour qu'ils m'en veuillent comme ça ? M'envoyer chercher un machin en pleine zone de combats, pendant que nos avions nous bombardent. Et pour quoi faire ? Parce que ça risque d'être le vrai ? Pff... Ça fait bientôt vingt ans qu'on le cherche et je ne crois toujours pas à son existence.

Je me fais discret, même si je porte les mêmes frusques que les clampins du cru. Le sac rempli d'oseille me met mal à l'aise. Ces gens l'ont dure. S'ils savaient ce qu'il y a dedans, ils n'hésiteraient pas à me le faucher.

Je cherche le restaurant. Par chance, il est toujours debout. Je dois rencontrer l'un des Baguttiani, apparemment une bande de pseudo-artistes qui passent toutes leurs journées affalés, à méditer sur l'importance de l'affalement et de la méditation.

L'endroit a l'air vide, mais la porte n'est pas verrouillée. À l'intérieur, le type m'attend. Nerveux, visiblement. Il peut. J'ai mon pistolet à la main. Je ne suis pas tombé de la dernière pluie.

Il répond en désignant une boîte en bois posée sur un des bancs. Elle n'a pas l'air de valoir grand-chose. Je pose mon sac sur la table voisine, sans baisse mon arme.

Je soulève le couvercle de la boîte et je jette un œil à l'intérieur.

Un bout de tissu plié dedans. Une odeur de moisi. Et cradingue au possible. À se demander si ce n'est pas le linge sale du gusse.

Je laisse pendre le symbole en métal de la société au bout de sa chaînette et je le regarde gigoter pendant que je l'approche de la boîte. Je regarde le type, qui me fait oui de la tête. J'attends une minute... C'est peut-être seulement le grondement d'une bombe tombée pas loin. Ça ne s'arrête pas. Eh ben, mon neveu, tu parles d'une histoire...

Première Guerre mondiale

ACS Lydia Frye base de données.png

Date de naissance : 19 mars 1893

Née dans une famille relativement aisée, Lydia, petite-fille de Jacob, fut tout d'abord réticente à l'idée d'entrer dans "l'affaire familiale", préférant se concentrer sur ses études. Mais ce furent justement ces études qui lui ouvrirent les yeux sur l'influence que détenaient toujours les Templiers. Après avoir perdu des amis et des parents du fait de cette guerre secrète, elle décida de prendre part à la lutte.

Les parents de Lydia menant souvent des missions pour les Assassins sur le continent, son instruction fut assurée par son grand-père Jacob et sa grande-tante Evie. Elle devint un Assassin très équilibré, capable d'évaluer avec justesse la situation et de frapper avec précision, mais également capable de penser par elle-même et d'improviser en cas d'échec du plan initial.

Lydia tomba amoureuse d'un autre Assassin, Sam Crowder, et ils se marièrent peu avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Dans toute l'Europe, les Assassins durent se disperser afin d'être présents sur tous les théâtres d'opérations et dans toutes les capitales. Sam, comme de nombreux autres membres de la branche britannique de la Confrérie, s'engagea dans les forces armées, mais Lydia décida de rester et de veiller sur Londres.

Après avoir mis ses parents âgés à l'abri à la campagne, Lydia regagna Londres et entreprit, seule, de protéger la capitale non seulement des espions allemands et du Rite britannique de l'Ordre des Templiers, mais aussi de toutes les menaces nouvelles et étranges qui cherchaient à profiter du chaos.

Date de naissance : 30 novembre 1874

Né en 1874 dans une famille d’aristocrates très influente, Winston s'est cru très tôt promis à un grand destin et a toujours cherché à éclipser ses ancêtres. Tous des pointures, pourtant. Parmi eux, son père, qui a été Chancelier de l'Échiquier, et le premier duc de Marlborough, qui a remporté une série de batailles contre les Français pendant la Guerre de Succession d'Espagne. Ce qui me le rend immédiatement sympathique.

En 1895, Winston Churchill rejoignit l’armée britannique, servant à la frontière nord-ouest des Indes et au Soudan. Quatre ans plus tard, il quitta l’uniforme pour devenir correspondant de guerre, et fut fait prisonnier par les Boers alors qu’il était en reportage en Afrique du Sud. Il parvint à s'évader et parcourut quelque 500 km pour rejoindre le Mozambique.

Il entra ensuite en politique, où il acquit rapidement une réputation d’homme qui aime à se mettre en valeur, en particulier après sa très médiatisée présence lors d’un siège de la police dans les rues de Londres, où il aurait donné des instructions sur place. En 1911, il fut nommé Premier Lord de l’Amirauté et supervisa la modernisation de la marine britannique. C’est à ce poste que débuta son implication dans la Première Guerre mondiale ; il chercha à contrer par tous les moyens la menace sous-marine allemande.

Contraint de démissionner après l’échec de Gallipoli, Churchill s’éloigna de la politique pour commander une brigade sur le front de l’ouest, y découvrant les horreurs de la guerre, avant de regagner la Grande-Bretagne pour prendre le poste de ministre des Munitions en 1917. Il supervisa la production et l’approvisionnement en chars, avions et munitions et fut considéré comme un élément important de la défaite de l’Allemagne.

Mais on se souvient surtout de lui pour son rôle pendant la Deuxième Guerre mondiale. Alors Premier ministre, il fut loué pour son sens tactique, son talent pour le commandement et, par-dessus-tout, son opiniâtreté face au régime nazi. Par la suite, il continua à influer sur la scène mondiale, prônant la réforme sociale au Royaume-Uni et remportant le prix Nobel de littérature. Il mourut d’un accident vasculaire cérébral en 1965... probablement avec la satisfaction d’avoir accompli le devoir qu’il s’était fixé dans ses jeunes années.

Durant le dernier quart du XIXe siècle, le négoce avait pris une telle ampleur dans l'East End qu’il devint nécessaire de construire un nouveau pont. La commission chargée de choisir la forme que prendrait cet ouvrage dut tenir compte des contraintes du trafic fluvial de la fin du siècle. C’est ainsi que fut décidé de construire un pont à deux niveaux : un pont inférieur basculant permettant le passage de navires à haute mâture, et une passerelle supérieure utilisable en permanence par les piétons.

La construction de Tower Bridge, qui tire son nom de sa proximité avec la Tour de Londres, débuta en 1886 et réclama huit ans. Des travaux de génie civil considérables furent nécessaires, en particulier pour le système hydraulique employé pour basculer les tronçons du pont. Ses gigantesques pompes utilisèrent la vapeur jusqu'en 1976 ; elles furent ensuite remplacées par un système électrique.

La passerelle supérieure ne fut guère utilisée et devint rapidement un nid de malfaiteurs et de prostituées, ce qui entraîna sa fermeture en 1910 (une décision bien attristante). Mais elle reprit du service durant la Première Guerre mondiale, abritant quelques-uns des nombreux canons antiaériens chargés de protéger Londres des zeppelins allemands.

Même si leurs activités ne furent guère spectaculaires, la population britannique devint littéralement obsédée par l’idée d’espions allemands observant à chaque coin de rue. Alimentée par la littérature bon marché et les journaux à scandale, cette paranoïa gonfla démesurément le nombre comme la qualité des espions ennemis sur le sol britannique, accusant ces maudits Boches de tout ce qui pouvait aller de travers...

Néanmoins, dans tous les pays belligérants, l’espionnage était une réelle menace, l’ennemi risquant de mettre la main sur les codes militaires (le chiffrement, pas les sacro-saints règlements) et les ordres de mouvement de troupes. En Grande-Bretagne, Scotland Yard et le MI5 furent chargés de déterminer les faux espions des vrais. Le plus célèbre de ces derniers fut Carl Hans Lody. À peine formé et sans grande malice, Lody fut démasqué après avoir envoyé des télégrammes en Allemagne en utilisant des codes très simples, voire carrément en clair. Un vrai coup de génie, ça. Il fut arrêté en Irlande en octobre 1914 et fusillé à la Tour de Londres le mois suivant. Il fut la première personne à y être exécutée en 167 ans, et peut donc être fier de lui. Dix autres subirent le même sort pendant le reste de la guerre, mais d’autres furent incarcérés ou exécutés ailleurs.

Chers Père et Mère

Je sais que vous vous faites du souci pour moi depuis que j'ai décidé de venir ici, mais tout se passe très bien et j'apprends enfin à devenir un homme. Les autres se moquent de moi parce que je ne suis pas bien costaud, comme c'était le cas chez nous, mais avec un fusil entre les mains, je suis aussi fort qu'eux. Hier, nous avons passé un après-midi très agréable sur la place du marché d'un petit bourg de Belgique, échangeant des cigarettes sous le soleil, et ce matin nous avons longé le canal de Mons (je suis certain que Papa pourra le trouver dans notre atlas). Nous sommes tous prêts et impatients d'affronter les Allemands et de mettre fin à cette guerre stupide. Il faut leur montrer qu'ils ne peuvent pas faire tout ce qui leur passe par la tête, et nous allons leur donner une leçon. Je serai de retour d'ici quelques semaines et je pourrai commencer à l'usine, comme vous le souhaitiez. Ils ne refuseront pas un héros de guerre !

Je vous embrasse, Artie.

(Le soldat Arthur Harris est mort lors du premier affrontement entre forces britanniques et allemandes, quelques jours plus tard)

Cher Alfie,

Comment vas-tu, mon vieux ? J'ai l'impression d'être parti pour la France il y a des années, mais cela ne fait que deux mois. Je sais que je t'ai pas mal taquiné avec ça dans le passé, Alfie, mais ta patte folle est une bénédiction, crois-moi. Tu n'as pas raté grand-chose de vraiment passionnant. Ça a pu paraître assez exaltant au début, mais plus les choses s'éternisent, plus tout ceci ressemble à un terrible châtiment. Ce sera bientôt Noël en Angleterre, mais pas ici, au milieu de ces champs humides et glacés. Cette semaine, nous avons creusé une nouvelle tranchée et plaisanté en disant que c'était en fait nos tombes que nous creusions. Nous avons ri, Alfie, mais je me demande si nous ne savions pas tout que c'était la vérité.

Ton ami Gerald

(Le soldat Gerald Collingfield a été renvoyé en Grande-Bretagne et a passé le reste de la guerre dans un hôpital militaire.)

Cher Père Spencer

Je vous écris afin de ne pas peiner ma famille, et parce que vous avez si souvent été une source de réconfort spirituel. Il est vrai que je n'ai pas toujours été votre paroissien le plus assidu, mais je suis parti à la guerre le cœur rempli de prières, et j'ai toujours en tête les mots que vous m'avez dits à notre dernière rencontre. C'est sûrement la Grâce divine qui me permet de vous écrire, alors que beaucoup de mes compagnons ont subi un sort pire que le mien. Vous avez peut-être lu dans les journaux le récit des combats de la Somme. Ces articles ont pu vous paraître terribles, et le nombre de pertes alarmant, mais ce n'est rien à côté des horreurs que nous voyons sur le champ de bataille. Tout ce dont je réussis à me souvenir, c'est du bruit et de mes brodequins qui glissaient dans la boue. Mais ce n'était pas que de la boue, mon Père... Pas que de la boue. Une fois, je suis tombé à plat ventre dedans. Heureusement, j'étais inconscient. Une sensation de poids m'a réveillé. Je suis resté là pendant des heures, trop effrayé à bouger, jusqu'à ce qu'on me dégage du cadavre qui était tombé sur moi et qu'on s'aperçoive que je respirais encore. Comment peut-on laisser se produire de telles choses, mon Père ? Et comment pouvons-nous espérer les supporter ?

Stephen Bennings

(Le sergent Bennings est rentré chez lui quelques semaines après la bataille de la Somme, à la suite d'un diagnostic d'obusite.)

Chère Katie

Je tenais à te dire que je vais bien et que je suis toujours dans le nord de la France. La photographie que tu m'as envoyée est pour moi un réconfort de tous les instants. Peu importe ce qui se passe autour de moi, je peux regarder cette image de toi, dans le jardin de tes parents, et ressentir la chaleur de cette journée d'été. Je n'ai pas oublié ma promesse. Je serai bientôt de retour, nous nous marierons et nous laisserons toutes ces horreurs derrière nous. D'ici là, je te demande de ne pas lire les comptes rendus qui paraissent dans les journaux. Ils ne feraient que t'inquiéter inutilement. Souviens-toi de moi tel que tu m'as vu le jour de mon départ, à la gare, dans mon uniforme tout neuf. Et sache que le train qui me ramènera ne va plus tarder.

Ton Christopher qui t'aime.

(Le caporal Christopher Alben fut tué au combat trois semaines plus tard.)

Cher oncle,

Je me remets assez bien de mes blessures, d'après les médecins. Mais une ambiance d'abattement règne dans l'hôpital et nous nous rappelons tous les amis que nous avons perdus et les circonstances absurdes de leur mort. Les spectacles des Dardanelles continueront de nous hanter pendant des années, je crois, mais j'ai été heureux de recevoir de toi des nouvelles du pays. Churchill mérite bien pire que son limogeage de l'Amirauté pour nous avoir plongés dans le chaudron de Gallipoli. Si, comme tu le dis, il compte se rendre sur le front de l'ouest, il paiera sans nul doute le prix de sa témérité. Je suis impatient de prendre le bateau pour rentrer, dès que je serai suffisamment rétabli, et te remercie de ta proposition d'emploi à Westminster. J'entends te faire honneur et contribuer à gagner cette guerre depuis les bureaux londoniens, ayant pu accomplir si peu ici.

Ton fidèle neveu, George

(Le lieutenant George Featherway eut une brève carrière politique avant de devenir un homme d'affaires prospère après la guerre.)

Chère Mère,

Je tenais à te dire que je viens d'arriver à Loos, tout au nord de la France. Nous attendons tous avec nervosité les nouveaux ordres. Des histoires horribles circulent, et sont pires chaque jour. Je crois que tu as raison : j'ai été très bête de venir ici, et surtout de mentir sur le formulaire. Mais si tu dis partout que je n'ai que dix-sept ans et qu'il faut me renvoyer à la maison, tout ira bien. Demande au révérend Farrell, il saura qui il faut prévenir, parce que je n'ai rien à faire ici et je veux rentrer.

Avec tout mon amour, Francis

(Le soldat Francis Kelly a été porté disparu une semaine plus tard. Son corps n'a jamais été retrouvé.)

Chère Becky,

Votre frère Andrew m’a demandé de vous écrire, car il en est actuellement incapable. Mais, je vous en prie, ne vous alarmez pas. Il n’a eu que des blessures superficielles et se remet très bien. Il aimerait que je vous dise qu’il a été blessé alors qu’il s’était rendu seul en territoire ennemi, et avait tué la moitié du détachement allemand sur lequel il était tombé, ne subissant lui-même que quelques écorchures. Je préfère vous avouer la vérité : son fusil est parti accidentellement alors qu’il le nettoyait. Heureusement, la balle lui a seulement éraflé le bras. Il espère que vous allez bien et que ces maudits zeppelins n’ont pas approché de Bromley. J’espère avoir l’occasion de vous rencontrer un jour, votre frère dit toujours tellement de bien de vous.

D'ici là, je suis votre fidèle serviteur (et bras droit d’Andrew),

Peter Stirling

(Les caporaux Andrew Fellows et Peter Stirling ont été tués quelques mois plus tard, lorsqu'un obus de mortier est tombé sur le véhicule qui les transportait).

Chère Lizzy

Papa est toujours au loin pour sa grande aventure, mais tu lui manques beaucoup et il pense tout le temps à toi. Je sais que tu souhaitais de tout ton cœur que je sois à la maison pour ton anniversaire, et je le voulais aussi. J'espère que le cadeau que je t'ai envoyé t'a plu. Serre-le fort quand tu vas te coucher, comme ça je serai un peu plus près de toi. Tu dois faire tout ce que te dit Maman, bien apprendre à l'école pour que je sois fier de toi, et je sais que tu le feras. J'ai vu dans ta lettre que tu savais bien écrire et que tu savais de plus en plus de choses. Je me suis fait un nouvel ami ici, qui aime beaucoup écrire. Il s'appelle Wilfred et passe beaucoup de temps à écrire de la poésie. Si tu es sage, je lui demanderai d'écrire un poème pour toi. Ça te ferait plaisir ?

Avec tout l'amour du monde,

Papa

(Le sergent Michael Parrell a été tué lors de la bataille de la Somme le mois suivant.)

Jack l'Éventreur

De : Bishop

A : WW-Assassins

Objet : Priorité max

Cette directive émane de W.Miles : le Dr Alvaro Gramatica est désormais notre cible principale. Il détient le Suaire d’Eden et nous savons qu’il souhaite l’utiliser pour recréer un Précurseur à des fins inconnues.

Nous sommes parvenus à capturer des images de lui dans son labo, mais ignorons hélas où peut se trouver ce labo.

Il est du devoir de CHACUN de :

1. Trouver le Dr Gramatica et son labo 2. Tuer le Dr Gramatica 3. Récupérer le Suaire d’Eden et tous autres artefacts trouvés dans le labo 4. Détruire l’ensemble des technologies de clonage d’Abstergo.

J’ai déverrouillés quelques autres mémoires génétiques d’Evie afin d’assurer la sécurité de notre point d’accès à Helix.

On a besoin de tout le monde, sur ce coup. Rendez immédiatement compte de la moindre piste.

De : Arend Schut Cunningham

A : WW-Assassins

Objet : Europe

Bon, Harlan et moi venons de terminer notre tournée maelstromienne de l’Europe occidentale et elle a été nettement moins romantique que je ne l’espérais. Merci d’avoir interrompu notre lune de miel, Bishop. Le plus frustrant c’est qu’on n’a trouvé aucune trace de Gramatica ou de son labo.

Après la mort d’Isabelle Ardant, la division Recherches historiques s’efforce de la remplacer et le Royaume-Uni grouille toujours de soldats des équipes Sigma et Delta. Difficile de manœuvrer là-bas, mais ils ont plus l’air de resserrer les rangs et de panser leurs plaies que de chercher à dissimuler quoi que ce soit.

Paris est clean. Shaun y ayant fait sauter leur labo, même les gens d’Abstergo ne sont pas assez bêtes pour en établir un autre. On a néanmoins remarqué qu’ils s’intéressaient de près au centre d’affaires de Saclay, mais comme cela ne relève pas de notre mission, on n’a pas fourré notre nez là-dedans. On passera par l’Italie en se dirigeant vers l’est, ça me ravit mais Florence a laissé de mauvais souvenirs à ce pauvre Harlan.

On a essayé de contacter les hommes des frères Ninidze en Géorgie, mais pas de réponse pour l’instant. Je trouve ce silence assez inquiétant. Le chaos qui règne dans cette partie du monde faciliterait-il l’implantation d’un labo ? Mon homme et moi allons tenter de remettre les choses d’équerre pendant nos recherches.

Pardon de ne pas avoir de meilleures nouvelles…

-Arend

PS. Dites à Galina de ne pas trop regretter de ne pas avoir tué Berg ! Il est sur ma liste depuis ce qu’il a fait à Harlan ! Il est à MOI.

De: Jasdip Dhami

A: WW-Assassins

Objet: Risques

Aucun signe d'un labo de Grammatica en Inde. Je continue vers le sud en passant par les diverses nations insulaires avant de me rendre en Australie. Les nombreuses filiales d'Abstergo sont toujours très présentes à Bangalore et cherchent certainement à nous empêcher de piller un autre ensemble de mémoires génétiques.

Je dois respectueusement indiquer que je trouve dangereux de continuer à faire appel aux Initiés. Ce ne sont pas des Assassins, ils n'ont reçu aucune formation. Je ne pourrai jamais assez les remercier de nous avoir aidé à remettre sur pied notre réseau, et ils se sont révélés très précieux pour le recueil de données.

Ce n'est donc pas une affaire de compétence, mais de sécurité. En tant qu'Assassin, j'accepte les risques que j'ai décidé de prendre, et j'ai travaillé dur afin d'apprendre à me protéger. Impliquer un grand nombre de personnes qui se trouvent simplement posséder un appareil permettant de se connecter à Helix les place directement dans le collimateur des Templiers.

J'ai vu de mes yeux ce qui arrivaient quand de simples citoyens s'aventuraient dans notre univers. Les choses ne tardent pas à mal tourner. J'ai conscience de la menace que représente Grammatica et de la nécessité d'y remédier, mais il faut trouver un autre moyen d'y parvenir.

De : Kiyoshi Takakura

A : WW-Assassins

Objet : Continent asiatique

Salut ! Notre situation au Japon est plus forte que jamais. Je peux affirmer avec confiance que le labo ne se trouve pas ici, mais nous restons vigilants et poursuivons les recherches. Osoroshii Baba a décidé d'envoyer de petites équipes en Chine et dans les deux Corée afin d'aider les cellules locales. Je dois aller en Chine et j'ai hâte d'y être !

Au-delà de la découverte du labo du Dr Grammatica et de l'élimination de ce triste personnage, j'ai très envie de goûter aux différentes cuisines des rues. Je commencerai par le huoguo (une sorte de ragoût) dans la province de Shandong. Après avoir ainsi repris des forces, j'examinerai plusieurs sites d'Abstergo dans les diverses zones de développement high-tech de la province.

Je pourrai découvrir le jianbing (une sorte de crêpe) à peu près partout, mais mon frère m'a dit qu'un marchand de Dalian faisaient les meilleurs qui soient. Il y met des légumes au vinaigre, du chou, des pommes de terre, des carottes, de la saucisse de porc, diverses épices et place le tout dans la pâte frite et croustillante. Abstergo Industries export une large part des produits et technologies qu'il fabrique à Dailan vers d'autres marchés asiatiques, alors peut-être trouverai-je une piste menant au labo de Grammatica, de la même que Gavin-san avait trouvé le labo parisien. Ensuite, j'irai chez ce restaurateur pour m'offrir un jianbing de la victoire.

J'irai ensuite à Xi'an, capitale de la province de Shaanxi, car sa position sur la route de la soie l'a exposée à de nombreuses influences culturelles étrangères, et en particulier musulmanes. Et le mélange des cultures est toujours synonymes de PLATS DÉLICIEUX. Je commencerai par un sandwich de Shaanxi, ou nui rou jia mo, une espèce de sandwich au boeuf. La zone industrielle de Xi'an appartient en quasi-totalité à Abstergo, qui y emploie des milliers de diplômés des universités locales, financées par Abstergo. Ce pourrait être l'endroit idéal pour le labo que nous cherchons.

Ma lame est affûtée et mes papilles frétillent ! En route !

Au fait, Bishop ? C'est quoi ton plat préféré ?

De : Eric Cooper

A: WW-Assassins

Objet: Mauvaise nouvelle

Bishop,

Notre homme à Montréal est mort. Le pauvre avait fait profil bas pendant "l'incident" de la fin 2014, alors je le croyais à l'abri. Après tout, l'affaire de la vidéo virale d'Osto Berg n'avait pas fait beaucoup de remous, pas vrai ? Il a fallu vider quelques entrepôts, fermer quelques serveurs et mettre en place de nouveaux pare-feux, mais en fin de compte, son numéro avait ressemblé à de la fanfaronnade. Sauf que c'était une feinte. Il a presque immédiatement trouvé notre homme à Montréal et pisté ses communications avec d'autres Initiés. Il nous a débusqués, nous a regardés courir et surtout, a observé où on allait.

Certains de nos plus influents partisans des premiers jours sont maintenant en difficulté. Nos contacts dans les forces armées ont été mutés ou limogés. Nos alliés riches sont victimes de contrôles fiscaux ou tout simplement rachetés par Abstergo et ses filiales. Nos amis universitaires sont confrontés à des coupes budgétaires ou voient leur autorité et leur réputation mises en cause.

Beaucoup de gens sont en danger, alors qu'on ne peut leur reprocher que leur curiosité. Je n'accorde généralement pas beaucoup d'importance aux récriminations de Jasdip, mais cette fois, il a raison. Les Initiés ne sont pas aussi bien armés que nous et ils sont en danger. Abstergo peut les faire disparaître. Ou pire.

Ne va pas croire que je fais une poussée de complotite aiguë, mais je suis sûr qu'ils sont visés. Ce sont mes amis et surtout, ils sont INNOCENTS, alors il faut qu'on fasse QUELQUE CHOSE, et vite.

Bien à toi, Eric

PS: Des nouvelles de Shaun et Rebecca ? Elle n'avait pas l'air d'aller fort quand on les a exfiltrés de Londres.

De: Bishop

A: WW-Assassins

Objet: Extinction des feux

Vos messages nous sont bien parvenus et, après réflexion, William Miles a décidé d'activer le protocole Jardin suspendu. A compter de cet instant, seules les communications indispensables devront transiter par ce réseau.

Vos cibles principales demeurent le Dr Grammatica et son labo. Si vous trouvez l'un ou l'autre, N'INTERVENEZ PAS. Faites-le moi savoir immédiatement et nous constituerons une équipe d'assaut.

A part ça, vous êtes libre de choisir vos cibles, dès lors que vous appliquez le Crédo. Je reprendrai contact en temps utile.

A tous les Initiés qui liront ce message, merci pour tous les services que vous nous avez rendus. Pour votre sécurité, nous ne prendrons pas contact avec vous jusqu'à nouvel ordre. Mais le combat est loin d'être terminé, et il est fort probable que vous ayez de mes nouvelles un jour ou l'autre.

D'ici là, veillez sur vous.

Bishop.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard