Fandom

Assassin's Creed

Base de données (Rogue): Personnages

4 642pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

ACROicon.png


Naissance : 1710

Décès : 1781

De parents caribéen et britannique, Achilles est né dans les Caraïbes. Vers le milieu des années 1730, il rejoignit la Confrérie. Ce fut d'ailleurs le dernier Assassin que recruta le légendaire Mentor Ah Tabai. Son entraînement achevé, Achilles fut envoyé au nord pour fonder une Confrérie dans les colonies américaines.

Achilles convola avec une certaine Abigail et de leur union naquit un fils, Connor. Achilles établit un domaine où sa Confrérie pourrait s'installer avant de s’étendre dans la frontière. Il enrôla dans la Confrérie plusieurs colons prometteurs, dont Liam O'Brien, le Chevalier Louis-Jospeh Gaultier de la Vérendrye, Kesegowaase, Hope Jensen et, enfin, Shay Cormac. Achilles consolida les liens entre la Confrérie et les nations de la Confédération iroquoise, notamment les Kanien'keha:ka.

La tragédie le rattrapa en 1755 lorsque sa femme et son fils moururent de la fièvre typhoïde. Achilles reporta alors son attention pleine et entière sur la Confrérie et expédia Shay Cormac en mission à Lisbonne.

Achilles fut stupéfait de découvrir que le site des Précurseurs n’abritait pas de Pomme d'Éden, mais il n’était pas au bout de ses surprises... Shay se retourna contre lui et, après une féroce bataille, fut laissé pour mort. La Confrérie passa l'incident par pertes et profits ; quant à Achilles, il se persuada que le manuscrit des Précurseurs avait été détruit, jusqu'au jour où il apprit que George Monro était à sa recherche.

Achilles lança Kesegowaase et Liam aux trousses de Monro. Kesegowaase lui révéla que Shay était encore vivant et qu'il avait sauvé Monro. Pour faire payer à Shay sa trahison, Achilles fit de lui une cible de la Confrérie. Shay élimina Kesegowaase, mais Liam réussit à tuer Monro et à récupérer le manuscrit.

Par la suite, Hope Jensen réussit à reproduire l'une des expériences de Benjamin Franklin pour dévoiler l'emplacement d'un autre site des Précurseurs. Achilles et Liam s'en allèrent dans l'Arctique pour le trouver. Sur place, Achilles comprit qu'il s’était trompé : les sites ne recelaient pas de Pommes d'Éden, mais Achilles jugeait qu'ils étaient de toute première importance et qu'ils assuraient la cohésion du monde.

Achilles et Liam se retrouvèrent nez à nez avec Shay. Liam et lui s'affrontèrent, et leur combat déchaîna un nouveau séisme. Achilles tenta de quitter le site mais Haytham Kenway, le nouveau grand maître, lui coupa la route.

Achilles fut vaincu par Haytham, mais Shay persuada le grand maître de l'épargner. Haytham y consentit, non sans avoir logé une balle dans la jambe d'Achilles, le mutilant à vie.

Piteusement vaincu, Achilles se réfugia dans son domaine pour y couler le restant de ses jours dans la plus misérable solitude.

Naissance : 1692

Décès : 1758

Né à Trinidad de parents esclaves, Adewalé fut vendu au propriétaire d'une plantation prospère avant même son adolescence. Il prit la fuite en compagnie d'un groupe de boucaniers qui avaient attaqué la plantation.

Adewalé voyagea avec eux quelques années durant, affûtant au passage ses talents de marin. En 1715, il fut capturé par les autorités espagnoles, qui décidèrent de l'envoyer en Espagne. Il fut embarqué à bord d'un des galions de la Flotte au trésor. Profitant d'une tempête et du concours d'un jeune pirate gallois nommé Edward Kenway, Adewalé réussit à s'échapper. Après avoir délivré d'autres compagnons d'infortune, Edward et lui s'emparèrent d'un brigatin et firent voile à point nommé pour échapper au plus gros de la tempête. Adewalé était à nouveau un homme libre.

Adewalé devint le quartier-maître du Jackdaw, le navire du capitaine Kenway. Un temps, ils sévirent au large de Nassau où ils empochèrent assez de butin pour vivre la vie dont ils avaient toujours rêvé. Mais Adewalé chérissait les idéaux démocratiques de la République des Pirates bien davantage que les richesses matérielles ; et à mesure qu'Edward Kenway sombrait dans la cupidité et courtisait une vaine gloire, il s'interrogeait... n'y avait-il pas de cause plus noble et plus conforme à ses idéaux ?

En 1716, Adewalé rencontra les Assassins pour la première fois, à Tulum. Il y retourna en 1719 ; il put alors s’entretenir avec leur Mentor, Ah Tabai et lui posa d'innombrables questions sur leur Confrérie. Les réponses qu'on lui donna le réjouirent, et Adewalé rejoignit leurs rangs. Pendant les quinze années qui suivirent, Adewalé servit loyalement les Assassins. Mais, au fil du temps, ses souvenirs torturés revinrent le hanter.

En 1735, le navire d’Adewalé fut pris dans une tempête et s’échoua non loin de Port-au-Prince. C’est là qu'il rencontra Bastienne Josèphe et Augustin Dieufort, dont la passion l’incita à embrasser la cause des esclaves marrons. Les années suivantes, il employa ses talents à la reformation de la résistance marron à Port-au-Prince. En 1737, il quitta Saint-Domingue sans demander son reste, après avoir tué le gouverneur, Pierre, Marquis de Fayet, et s'en retourna auprès des Assassins.

Lorsqu'Adewalé apprit qu'un terrible séisme avait frappé Saint-Domingue, il s'empressa d'y retourner pour venir en aide aux amis qu'il y avait laissés plusieurs années auparavant. Confronté à l'ampleur du désastre et à ses milliers de victimes, Adewalé n'était pas au bout de ses surprises : non seulement il était le père de Babatunde Josèphe, le fils de Bastienne, mais un chef marron au tempérament imprévisible, François Mackandal, avait créé une Confrérie des Assassins dans la région.

Les Templiers profitèrent du chaos pour dérober deux reliques à Mackandal avant de fuir vers l'ouest. Adewalé se lança à leur poursuite, non sans jurer qu'il reviendrait aider à reconstruire Port-au-Prince, sa Confrérie et sa nouvelle famille.

Naissance : 1706

Décès : 1790

Benjamin Franklin est né à Boston, dixième fils d'un fabricant de savon. Alors en apprentissage auprès de son frère, un imprimeur, il acquit une certaine notoriété d'écrivain sous le pseudonyme de "Mrs Silence Dogood". En 1723, Franklin déménagea à Philadelphie pour y poursuivre sa carrière d'imprimeur et d’écrivain, entre autres occupations ponctuelles.

À son retour dans les colonies, il devint un véritable polymathe, un esprit universel. Il fonda la "Junte", un groupe de discussion à vocation philanthropique qui inspira nombre de sociétés intellectuelles. En 1732, il créa l’une des premières bibliothèques à souscription des colonies ; l'année d’après, il publia son célèbre "Almanach du Bonhomme Richard". Plus de dix ans plus tard, il mena ses premières expériences en matière d'électricité. C'est ainsi qu'il créa et améliora divers dispositifs comme le condensateur et la bouteille de Leyde.

Ses traités politiques commencèrent à faire parler d’eux et, en 1754, Franklin assista au Congrès d'Albany pour débattre du conflit avec les colonies françaises, ainsi que des tensions avec la nation iroquoise. Il avança l'idée d'un gouvernement unifié pour organiser les colonies et créa le "Join or Die", une caricature politique prônant l'Union. Bien qu'approuvée par les délégués de la conférence, l'unification fut rejetée par la Chambre de commerce britannique.

Franklin se rendit à plusieurs reprises en Angleterre pour représenter les intérêts coloniaux. Bien qu'il ait d'abord défendu les droits des coloniaux en tant que citoyens britanniques, il finit par conclure que l'indépendance était la meilleure issue possible. Franklin contribua à la rédaction de la Déclaration d’Indépendance et assista à sa signature, le 4 juillet 1776.

Par la suite, tout le temps que dura la Révolution américaine, il vécut à Paris comme ambassadeur américain en France.

Naissance : 1706

Décès : inconnu

Hormis qu'il est né à Baltimore, on ne sait rien de la jeunesse de Christopher Gist. Il n'a guère reçu d'éducation à proprement parler, si ce n'est qu'une formation à l'arpentage, un savoir-faire qu'il a employé avec brio à la Frontière.

Dans les années qui précédèrent la guerre de Sept Ans, Gist s'établit en Caroline du Nord, dans le voisinage du célèbre pionnier Daniel Boone.

En 1751, il rejoignit l'Ordre des Templiers, qui le chargea d'explorer le pays et de nouer le contact avec les peuplades indigènes en vue de futurs alliances et accords commerciaux.

En 1753, Gist accompagna George Washington pour remettre une missive aux Français et les sommer de quitter l’Ohio. C’est suite à cet épisode qu’éclata la Guerre de la Conquête. Gist resta ensuite aux côtés de Washington.

(Pour l'anecdote : Gist a pris part à l’expédition Braddock, que vous pouvez suivre de près dans les mémoires génétiques d’Haytham ! –V)

Naissance : 1700

Décès : 1757

George Monro est né à Confin, dans le comté irlandais de Longford. Son père était un Écossais militaire de carrière : le colonel George Monro d’Auchinbowie, rendu célèbre pour sa victoire à la bataille de Dunkeld, en 1689.

(Pour l'anecdote : il y a une plaque commémorative quelque part, et son nom est écrit "Munro". Vive le correcteur orthographique d'aujourd'hui ! –V)

En 1718, Monro s'enrôla dans régiment d'Otway, le 35e Régiment d’infanterie, avec le grade de lieutenant. En 1750, il était promu lieutenant-colonel. Sept ans plus tard, on lui confia le commandement de Fort William Henry, fort d’une garnison de 1 500 hommes.

Le 3 août 1757, Montcalm et 8 000 soldats français, sans compter leurs alliés indigènes, mirent le siège devant Fort William Henry. Le 9 août, Monro négocia la reddition et obtint le sauf-conduit pour ses troupes jusqu'à Fort Edward ; les soldats britanniques purent conserver leur mousquet, ainsi qu’un canon, mais pas la moindre munition. Néanmoins, les indigènes bafouèrent les conditions de la reddition et s’en prirent aux prisonniers.

(La Confrérie dans toute sa splendeur. On fixe les règles, eux les enfreignent. Et après, ils s'étonnent qu’on veuille en finit avec eux ? –V)

Monro mourut à Albany le 3 novembre 1757.

Naissance : 1732

Décès : 1799

George Washington est né en Virginie d'une famille de planteurs de tabac relativement prospère. Lorsque son père mourut, son demi-frère Lawrence, plus âgé, devint son modèle.

Lawrence épousa Anne Fairfax dont le père, le colonel William Fairfax, exerça une grande influence sur George Washington. La famille Fairfax recommanda George Washington pour le métier d'arpenteur.

En 1751, George se rendit à la Barbade en compagnie de Lawrence, qui souffrait de tuberculose. George contracta une forme bénigne de variole dont il conserva les cicatrices toute sa vie, mais qui lui épargna plus tard une infection plus grave. Lawrence s'en retourna des tropiques pour revenir s'installer en Virginie, où il mourut. George hérita alors de la plantation familiale.

Héritant aussi de la charge d'officier de son demi-frère, il devint major dans l'armée. En 1754, les miliciens sous son commandement prirent en embuscade une patrouille française qui s'était aventurée en territoire britannique ; ce fut la la première escarmouche de la Guerre de la Conquête. La même année, Washington se rendit aux Français, à la bataille de Fort Necessity mais contresigna par erreur un document déclarant que le commandant français avait été "assassiné".

(Pour l'anecdote : ce sont les alliés de Washington qui ont tiré les premiers, sans provocation. Ce type était maudit depuis le tout début. –V)

Naissance : 1725

Décès : 1781

Haytham est né à Londres. Son père, Edward Kenway, était un ancien pirate qui l'a entraîné dans un but mystérieux. La veille de son dixième anniversaire, sa maison fut incendiée, sa demi-sœur Jenny enlevée et son père assassiné. Reginald Birch, un ami de la famille, offrit son aide à Haytham et lui confia qu'il était un Templier, notion toutefois nébuleuse pour un enfant de son âge. Haytham fut alors présenté à Edward Braddock alias le Bulldog, soldat de la Royal Army et confrère Templier. Ces deux-là se vouèrent aussitôt de l'antipathie.

Les années passèrent, pendant lesquelles Haytham rechercha vainement sa sœur. Avec Birch, il finit par s'installer dans la ville française de Troyes. Haytham devint tueur à la solde des Templiers, aussi efficace qu'impitoyable. Alors qu'il était aux trousses du meurtrier de son père, il rencontra Braddock en Allemagne et servit dans son régiment de Coldstreams pendant la Guerre de succession autrichienne.

En 1754, à Londres, Haytham exécuta un Assassin du nom de Miko afin de lui soutirer l'amulette qui devait permettre de localiser un sanctuaire construit par la Première Civilisation. Birch l'expédia ensuite dans les Colonies pour y établir une présence templière permanente et rechercher le site des Précurseurs. Il s'adjugea l'aide des indigènes Kanien'keha:ka en libérant des prisonniers, dont une jeune femme appelée Ziio, avec qui il eut une aventure aussi passionnée que tourmentée.

En 1755, Haytham fut informé par ses contacts en Europe qu'on avait retrouvé la trace de Jenny quelque part dans l'Empire ottoman. Il quitta les colonies pour sauver sa demi-sœur. C'est alors qu'elle lui fit une révélation stupéfiante : les commanditaires de l'attaque sur leur maison n'étaient autres que les Templiers et Birch lui-même. Leur père était un Assassin, et Birch l'avait fait exécuter pour qu'il taise ses secrets à jamais. Ensemble, ils se rendirent à Troyes où ils assassinèrent Birch. Haytham retourna dans les colonies en 1758.

(Pour l'anecdote : Haytham tenait un journal ! Je me demande pourquoi il n'a jamais rien écrit sur Shay. –V)

Naissance : 1732

Décès : 1759

Hope est née à New York d'une famille modeste avant d’être placée à l'orphelinat à la mort de ses parents. Elle fut adoptée par un couple d'Allemands qui aspiraient à une vie nouvelle dans les colonies. C'est cet espoir qui motiva leur choix de prénom : Hope.

(Ben voyons. –V)

Des années durant, le père de Hope ne ménagea pas sa peine pour réussir et ses efforts finirent par payer ; ses projets commerciaux l'enrichirent et les Jensen se mêlèrent à la bonne société new-yorkaise. Hélas, malgré leur fortune et les trésors de bonne volonté déployés pour s'intégrer, ils ne furent jamais vraiment acceptés par la fine fleur de New York.

Hope reçut une excellente éducation auprès de précepteurs. Au fil du temps, elle comprit à quel point le monde était injuste. En 1742, le père adoptif de Hope disparut dans des circonstances mystérieuses, pour ne plus jamais reparaître. La même année, les anciens associés de M. Jensen s’approprièrent l'affaire familiale, laissant Hope et sa mère sans le moindre sou. Elles furent dépouillées de tout et jetées à la rue.

La mère de Hope mourut d’une longue et douloureuse maladie, malgré tous les efforts de sa fille pour lui trouver de la nourriture et des médicaments. Hope se jura de ne plus jamais dépendre de qui que ce soit.

(Trop dure la vie ! N’empêche, elle a du cran, cette gamine. –V)

En 1746, Hope rencontra Achilles, qui fut passablement impressionné par sa farouche volonté de survivre et ses talents d’escamoteuse. Elle fut intronisée dans la Confrérie un an plus tard. Achilles lui ordonna de monter un réseau à New York, et elle eut tôt fait de contrôler l’essentiel du crime organisé new-yorkais.

Hope fut l’un des instructeurs de Shay, bien qu'elle le jugeât souvent médiocre élève. Le duo travailla de concert avec Benjamin Franklin pour tenter de percer les mystères des reliques des Précurseurs. Après la défection de Shay, elle poursuivit seule sa collaboration avec Franklin.

Hope mourut des mains de Shay, dans son manoir.

Naissance : 1723

Décès : inconnu

Jack Weeks est né à Albany d'anciens esclaves échappés de Virginie. Ses parents lui apprirent à se prendre en main et à profiter de toutes les occasions qui s’offraient à lui pour devenir meilleur. À l’âge de dix ans, Weeks était voleur et pickpocket sur les marchés.

Quand Weeks tenta de faire les poches de Christopher Gist, explorateur et Templier de son état, celui-ci le prit sur le fait ; mais l’insolence du jeune garçon lui fit si forte impression qu'il l'engagea comme garçon de courses. Gist l'emmena dans ses voyages et lui enseigna les ficelles du commerce ainsi que l’art de songer les individus de tous rangs et origines.

En 1750, Gist fut envoyé explorer les territoires à l'ouest des colonies. C’est ainsi qu'il présenta Weeks à George Monro, à qui il suggéra de prendre le jeune homme sous son aile. Monro, impressionné par son ingéniosité et ses facilités d'adaptation, lui révéla la nature et les objectifs des Templiers. Weeks admirait la vive intelligence de Monro et adhéra à la philosophie de manipulation des masses prônée par les Templiers.

Lorsque Gist devint membre de l'Ordre en 1751, Monro accepta d’introniser Jack par la même occasion.

Après avoir échappé de peu à la mort aux mains de Shay, Weeks ne quitta plus George Monro d’une semelle. Lorsque Monro fut tué par des Assassins, il dut se résoudre à collaborer avec un ancien ennemi, puisque Shay combattait désormais la Confrérie aux côtés des Templiers.

L'un de ses descendants, James Weeks, fonda le quartier de Weeksville à New York.

Naissance : 1728

Décès : 1779

James Cook est né à Marton dans le comté anglais du Yorkshire, deuxième d'une fratrie de huit enfants. En 1745, il fut placé en apprentissage à Staithes, un village de pêche, où il entendit pour la première fois l’appel de la mer. Il servit ensuite dans la marine marchande, sans négliger d'étudier l'algèbre, la géométrie, la navigation et l'astronomie ; toutes disciplines qui lui furent particulièrement profitables au fil de sa vie.

(Les livres n'intéressent plus personne, t'es au courant ? –V)

Cook gravit rapidement les échelons de la marine marchande avant de s’enrôler dans la Royal Navy pour prendre une part active à la guerre de Sept Ans.

Devenu commandant du HMS Pembroke, il participa à la capture de la forteresse de Louisbourg, au siège de Québec, ainsi qu'à la bataille des Plaines d'Abraham.

(Pour l'anecdote : les Américains parlent de Guerre franco-indienne, les Français du Canada de Guerre de la Conquête, mais la palme revient aux Suédois : la Guerre de Poméranie. Une guerre de loulous, quoi. Je donnerais cher pour voir ça. –V)

(Remettez-vous au travail, Agent da Costa. –O.B)

(Otso préfère les chats. –V)

Cook mit à profit ses voyages dans l'Atlantique pour affûter ses talents de cartographe. C'est lui qui établit les premières cartes de la côte de Terre-Neuve ; un travail d’une telle précision qu'il ne manqua pas d'attirer l'attention de l'amirauté ainsi que de la Royal Society, qui lança sa carrière d’explorateur.

Naissance : 1705

Décès : 1754

James Wardrop est né dans les colonies américaines d'une famille de Templiers. Il suivit l’exemple de son père et fut intronisé dans l'Ordre en 1720.

Il appartenait à James Wardrop d'accumuler richesses et territoires pour le compte des Templiers. Bien que l'Ordre ne fût pas encore établi officiellement dans les colonies américaines, Wardrop et ses semblables préparaient le terrain, lentement mais sûrement.

En 1744, il commença à tisser un réseau commercial qui devait s’étendre des colonies jusqu'aux Caraïbes. En 1750, il collaborait avec Christopher Gist pour s'approprier des terres. Wardrop œuvra pour que les fragiles colonies américaines restent dans le giron britannique, non sans profiter de sa situation pour s'enrichir.

C'est à Wardrop que Lawrence Washington confia le manuscrit. Shay le fila jusqu'au Congrès d’Albany et l'exécuta.

Naissance : 1730

Décès : 1757

Kesegowaase est né en territoire Wolastoqiyik, dans ce qu’on appelle aujourd'hui le Nouveau-Brunswick. Jusqu'à son adolescence, il vécut dans un village fortifié, cerné de terres arables où il s'exerça à la chasse, à la pêche, ainsi qu'à diverses techniques de survie.

Lorsque les hostilités entre nations européennes enflèrent, Kesegowaase et quelques autres rallièrent l'armée française en qualité de mercenaires. En 1746, il rencontra Achilles et Liam O'Brien, qui officiaient auprès des Français pour le compte des Assassins. Impressionnés par la fougue et l'ardeur de Kesegowaase, ils l'invitèrent à rejoindre la Confrérie.

En 1749, il rencontra Shay Cormac et devint l'un de ses instructeurs.

En 1757, Kesegowaase mena des troupes à l'assaut des Anglais à Fort William Henry. Vaincues, les troupes britanniques avaient obtenu le droit de se retirer sous la protection d'un détachement français, mais Kesegowaase et ses hommes bafouèrent les termes de la capitulation et massacrèrent les prisonniers. Liam toléra cette effusion de violence, jugeant qu'elle servirait les desseins des Assassins.

(Hé Mélanie ! Cette histoire pourrait faire un sacré bon film. –V)

(Déjà fait ! –M.L)

(Hein ? Quand ça ? –V)

(En 1912, 1920, 1932, 1936, 1947, 1963 et 1992. –M.L)

(On pourrait toujours en faire un remake, pas vrai ? –V)

Kesegowaase fut tué par Shay à Albany.

Naissance : 1718

Décès : 1752

Né en Virginie, Lawrence Washington prit en charge l’éducation de son demi-frère, le célèbre George Washington. Lawrence grandit en Angleterre, où il fut convié dans l'Ordre des Templiers par le grand maître, Reginald Birch. Il retourna en Virginie dès 1738 pour diriger la plantation de son père, adossée au fleuve Potomac, et rechercher les reliques des Précurseurs.

En 1739, le Parlement britannique leva une compagnie d'infanterie dans ses colonies américaines, qu'il expédia ensuite aux Caraïbes pour livrer sa guerre contre l'Espagne. Lawrence Washington débarqua en Jamaïque en 1741 et prit une part active aux expéditions contre Carthagène, la Nouvelle-Grenade, Cuba et Panama. Dans cette guerre, la plupart des victimes furent imputables au scorbut plutôt qu'à des faits d'armes. Arrivé précocement dans les Tropiques, il survécut à des fièvres qui furent fatales à d'innombrables colons américains. À son retour dans les colonies, il s'enrôla dans la milice avec le grade de major.

Washington épousa Anne Fairfax en 1743. En 1747, son beau-père et lui, entre autres éminents hommes d'affaires, s'accordèrent pour ouvrir le commerce vers l’arrière-pays américain.

Atteint de tuberculose, Lawrence embarqua pour la Barbade en compagnie de son frère cadet dans l'espoir de s'y soigner. George y contracta une forme bénigne de variole et Lawrence profita de l'occasion pour se rendre à Port-au-Prince au nom des Templiers. Lawrence s'en retourna chez lui, à Mount Vernon, où il finit par succomber à la maladie. Son jeune frère hérita de ses responsabilités et de la plantation familiale.

Naissance : 1726

Décès : 1760

Rejeton d’une famille d'immigrés irlandais, Liam O'Brien est né à Plymouth, dans le Massachusetts. Après des années passées à survivre laborieusement dans une ferme, sa famille déménagea à New York où son père trouva à s'employer comme simple portefaix auprès d’un riche marchand. Liam finit par le rejoindre et c'est là qu’il rencontra Shay Cormac, un jeune garçon qui rendait alors visite à son père, employé dans la marine marchande. Liam se prit d’affection pour son cadet, qui vivait dans un quartier difficile et justifiait d’un talent certain pour s'attirer les pires ennuis.

Plus tard, Liam fut consterné d'apprendre que son employeur, malgré tous les profits qu’il engrangeait, persistait à sous-payer et maltraiter ses employés. Les tensions s'avivèrent entre les deux parties. En 1736, Liam persuada une poignée de ses jeunes pairs de dépouiller leur employeur. Hélas, il fut pris sur le fait et forcé de tuer son vis-à-vis pour se défendre. Pour protéger Liam, son père endossa la responsabilité du meurtre et fut exécuté par les autorités.

Déboussolé, Liam erra d'un emploi à l’autre et se coupa de tout son entourage, dont son jeune ami Shay. Il continua de dévaliser les plus riches citoyens de New York pour envoyer de l'argent à sa mère, trop honteux qu'il était pour lui parler face à face.

En 1738, il fit la connaissance d’Achilles, qui commença à lui confier des tâches bénignes comme porter des messages à un certain Kesegowaase, un indigène Wolastoqiyik qui vivait à la Frontière. Liam éprouvait de l'admiration pour Achilles, et cet homme qu'il honorait plus que quiconque lui apprit les notions du Bien et du Mal, pour enfin lui parler des Assassins et de leur Crédo.

En 1743, Liam devint le premier disciple d’Achilles, et il apprit vite. Liam aida son Mentor à recruter les autres membres de sa Confrérie coloniale : le Chevalier de la Vérendrye, Kesegowaase et Hope.

En 1748, Liam retrouva son ami d'enfance, Shay Cormac, dont la vie s'était brisée après que son père eut péri en mer. Liam l'aida à se remettre debout et les deux amis devinrent inséparables. La même année, Liam présenta Shay à Achilles et son jeune ami eut tôt fait de rejoindre les Assassins. Liam fut chargé de garder l'œil sur la dernière recrue en date.

Liam et Shay étaient des amis très proches, jusqu'à ce que Shay conteste l’utilisation des reliques des Précurseurs par les Assassins et se détourne d'eux. Liam joua un rôle prépondérant dans la recherche de relique pour le compte des Assassins, recherche pendant laquelle il fut d'ailleurs amené à tuer George Monro, un Templier de haut rang.

Plus tard, Shay tua Liam pour lui reprendre le manuscrit.

Naissance : 1717

Décès : 1760

Louis-Joseph Gaultier, Chevalier de la Vérendrye, est né d'une famille d'explorateurs de l'Île aux Vaches, en Nouvelle-France. En 1735, accompagné de son père, il entreprit sa première expédition à Fort Saint-Charles, au bord du Lac des Bois. Un an plus tard, il œuvra à la reconstruction de Fort Maurepas, ce qui lui valut d’hériter de son père le titre de "Chevalier" en lieu et place de son frère aîné. Il consacra les quatre années suivantes à explorer le Dakota du Nord et le Manitoba.

En 1744, le gouvernement français confia à de la Vérendrye le commandement d"un poste-frontière. C'est à cette époque qu'il eut affaire à Achilles et Liam O'Brien pour la première fois, en les aidant à remplir une mission d'assassinat. En 1746, Achilles invita de la Vérendrye à le rejoindre, une offre que le Chevalier accepta de grand cœur.

De la Vérendrye perdit son père en 1749, tandis que les missions d'exploration vers l'ouest étaient contrariées par de sombres considérations politiques. Plus tard cette année là, il rencontra Shay Cormac qui lui inspira aussitôt de l’aversion.

En 1752, de la Vérendrye renoua avec le commerce des fourrures, hélas sans succès.

En 1761, il envisagea de se rendre en France, mais son navire disparut corps et biens au large de Cap-Breton.

(Ça, c'est la version officielle, mais on sait tous comment ça s'est vraiment terminé, pas vrai cobaye ? –V)

Naissance : inconnu

Décès : inconnu

On ne sait rien ou presque de la vie de Samuel Smith. Il serait né en Virginie où il aurait montré certaines dispositions pour le métier de matelot. Il officia comme trésorier auprès de Lawrence Washington et, par extension, des Templiers. À la mort de Washington, il fut placé sous l'autorité de James Wardrop.

(Un inconnu au bataillon... Je me demande si ce n’est pas précisément pour cette raison qu'il a été embauché. Il était quantité négligeable. –V)

(Agent da Costa. Vous êtes TOUS quantité négligeable, je vous signale. –O.B)

Naissance : 1731

Décès : inconnu

Shay est né à New York, d'une famille d'immigrés irlandais originaires de Dublin. Sa mère était morte en couches et son père servait dans la marine marchande. Alors qu'un jour, il rendait visite à son père sur les quais, il fit la connaissance d’un jeune garçon plus âgé : Liam O'Brien. Les deux jeunes gens se lièrent d’amitié aussitôt. Shay, élevé par sa tante dans un quartier aussi pauvre que dangereux, apprit auprès de Liam à se prendre en main.

À l’âge de huit ans, Shay avait déjà la réputation d'être un bagarreur, et son père résolut de l'emmener avec lui à bord de son navire. Avide d'aventures, Shay s'empressa d’accepter, bien qu'il regrettât d'être séparé de son ami Liam. Il apprit à manier l'épée et le pistolet pour défendre le navire contre les pirates. C'est ainsi qu'il affronta en duel un capitaine pirate qu'il abattit, sauvant ainsi son navire.

En 1747, le navire et son équipage furent happés par une tempête et nombre de matelots périrent, dont le propre père de Shay. Celui-ci retourna vivre à New York passant ses journées à écumer les tavernes et à se battre.

En 1748, le hasard voulut qu'il retrouvât Liam O'Brien, qui l'aida à se remettre d'aplomb. Dès lors, les deux hommes devinrent inséparables. Shay fut présenté à Achilles, qui lui révéla la nature des Assassins et de leur Crédo. Il rejoignit la Confrérie un an plus tard et son instruction revint à Liam, ainsi qu'aux autres recrues : Hope Jensen, le Chevalier de la Vérendrye et Kesegowaase.

(Le coup de la camaraderie virile... -V)

Au fil des années, Shay devint toujours plus circonspect à l'égard des Assassins. Il entreprenait Liam sur la moralité de leurs actes et sur les contraintes que le Mentor leur imposait.

Shay continua d'obéir jusqu'au jour où Achilles l'envoya en Europe pour qu'il s’emparât d'une relique des Précurseurs. Le Mentor pensait qu'il s’agirait d'une Pomme d'Éden mais Shay découvrit, hélas trop tard, que la relique en question faisait partie intégrante d'un système conçu pour stabiliser le monde. Par mégarde, Shay déclencha un séisme qui dévasta Lisbonne.

(Pour l'anecdote : ça fait des siècles qu'on étudie ces temples et on n'a toujours aucune idée de ce qu'ils font ni des raisons qui ont poussé les Précurseurs à les construire. Est-ce que c'étaient des genres d'armes dans leur guerre contre les hommes, ou bien un recours désespéré pour empêcher la catastrophe qui les a tués ? –V)

Quand il retourna auprès d'Achilles pour lui rapporter ce qu'il avait découvert, le Mentor refusa d'écouter. Shay tenta d'arrêter les Assassins... il fut alors déclaré traître à la cause, pourchassé et laissé pour mort.

Shay échappa aux Assassins et retourna panser ses plaies à New York.

(Hé, vous deux, quand vous aurez fini de fureter dans les mémoires génétiques de ce type, je pourrai les utiliser ? L’histoire de Shay ferait un super prog ! –M.L)

Naissance : 1715

Décès : 1774

William Johnson est né en Irlande mais, de confession catholique, ses horizons dans l'Empire britannique étaient bien étroits. En 1738, il se convertit au protestantisme et se rendit dans les colonies pour travailler à la solde de son oncle.

Bientôt, Johnson monta sa propre affaire et s'investit tout particulièrement dans le commerce avec les indigènes, et notamment les Kanien'keha:ka. Il apprit la langue et les coutumes des Iroquois, gagnant ainsi leur repect. Johnson fut ainsi nommé délégué de New York auprès des Iroquois. On lui confia la mission de fournir du matériel aux populations coloniale et indigène en vue d’une campagne contre les Français.

Johnson fut intronisé dans l’Ordre des Templiers par Lawrence Washington. Les deux hommes s’attelèrent ensemble à poser les fondations de leur Ordre dans les colonies.



Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard