Fandom

Assassin's Creed

Base de données (ACII): Documents

4 647pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

AC2icon.png

Pages du Codex

Cela fait plusieurs jours que je suis en possession de cette relique. Peut-être même des semaines. Ou bien des mois? Je ne suis plus sûr de rien...

Parfois, les autres me rendent visite. Ils m'apportent de la nourriture et une distraction. Selon eux, je ne devrais pas autant m'investir... Malik m'a même suggéré de renoncer. Mais il n'en est pas question. Je dois percer le mystère de la Pomme d'Éden. Il le faut...

S'agit-il d'une arme ? D'un registre ? Est-elle un peu des deux ? "Car avec beaucoup de sagesse, on a beaucoup de chagrin..." La philosophie d'un tel postulat m'est familière... mais elle émane d'une société qui a livré des guerres en brandissant des idées plutôt que des épées. Alors est-ce la vérité - celle à laquelle je dois me fier?

Sa fonction est simple. Élémentaire, dirais-je. La domination. Le contrôle. Son fonctionnement, en revanche... ce sont les méthodes et les moyens pour y parvenir qui sont FASCINANTS. Quiconque succombe à sa lumière voit ses désire exaucés. Elle ne demande qu'une choses en retour: une obéissance aveugle et sans conditions. Comment résister? Cette relique est la tentation incarnée.

Je me rappelle mes moments de faiblesse, ma confiance ébranlée par les mots d'Al Mualim. Lui qui avait été comme un père pour moi, s'était finalement révélé être mon pire ennemi. Il aura suffi que le doute s'insinue en moi, ne serais-ce qu'un instant, pour qu'il contrôle mon esprit avec cette relique. Mais j'ai triomphé du mal, retrouvé ma confiance... et envoyé Al Mualim dans l'autre monde. Je me suis libéré de mes chaînes. Et maintenant, je m'interroge... suis-je vraiment libre ? Je suis là, tentant désespérément de comprendre les rouages d'un objet que j'ai juré de détruire.

La raison est simple: La Pomme a des choses à dire. Je ressens un léger frémissement - il annonce quelque chose d'important, et de dangereux. Nous sommes tous en danger. Il est de mon devoir d'y remédier. Je ne peux pas renoncer avant d'avoir découvert la vérité. Il n'en est pas question.

Codex page2.jpg

Codex page 3.jpg

Ce qui suit est une énumérations des grands paradoxes de l'ordre des Assassins : (1) Nous aspirons à la paix, mais nous tentons d'y parvenir par le crime. (2) Nous aspirons à libérer l'esprit des hommes, mais nous obéissons nous-mêmes à un maître et nous nous soumettons à un ensemble de règles. (3) Nous aspirons à dénoncer les dangers d'une foi aveugle, mais nous suivons nos propres préceptes les yeux fermés. Je n'ai aucune explication satisfaisante à apporter, je puis seulement m'interroger... Transgressons-nous nos principes pour servir une cause plus noble ? Et si tel est le cas, qu'est-ce que cela fait de nous ? Des menteurs ? Des imposteurs ? Des faibles ? Nous passons chaque seconde de notre vie à nous débattre avec ces contradictions, et en dépit de toutes ces années passées à méditer sur la question, je n'ai toujours aucune réponse acceptable à formuler... si tant est qu'une telle réponse existe.

"Rien est vrai. Tout est permis". Et si la réponse était dans notre credo ? Une vérité et son contraire peuvent-elles coexister ? Après tout, pourquoi pas ? n'en suis-je pas la preuve vivante ? Nos intentions sont nobles, mais nous recourons à des moyens barbares. Nous célébrons le caractère sacré de la vie, mais nous prenons celle de nos ennemis.

Qui sont Ceux-qui-était-là-avant ? Qu'est-ce qui les a amenés ici ? Et quand sont-il arrivés ? Il y a cent ans ? Mille ans ? Peut-être plus ? Il ne reste pratiquement aucune trace de leur passage. Que sont ces reliques ? Des bouteilles jetées à la mer ? Des instruments destinés à nous aider et nous guider ? Ou bien sommes-nous en train de nous battre pour le contrôle de quelques objets sans importance qu'ils auraient laissés derrière eux ?

Robert de Sablé est peut-être mort, mais sa Confrérie a survécu. Plus discrète en apparence, je crains toutefois qu'elle ne représente toujours une menace. Autrefois, ses membres déambulaient fièrement dans les rues — ce qui faisait des cibles faciles — mais aujourd'hui, ils agissent dans l'ombre et il devient de plus en plus difficile de les traquer. Quel complot pernicieux fomentent-ils dans le plus grand secret ? Notre tâche s'en trouve d'autant plus ardue. Déjà les rumeurs d'une expédition à Chypre se précisent. Je dois en savoir plus...
Ce constat m'a fait réaliser que nos tactiques doivent elles aussi évoluer. Il n'est plus question de nous retrancher dans nos forteresses. Ni d'assassiner nos cibles sous les yeux de tous. Nous devons tisser notre toile à l'abri des regards. Et cesser d'agir dans la continuité du passé.

Si j'attend de nos frères qu'ils renoncent à leurs rituels, en revanche, je ne leur demande pas de renoncer à notre credo. C'est LUI qui fait de nous des Assassins. Pas le doigt qu'on nous sectionne. Pas les vaines promesses d'une vie meilleure après la mort. Ni même l'interdiction d'utiliser du poison. Nous agissons dans l'intérêt du peuple, pas pour préserver nos coutumes. Si la prudence est de mise, nous nous montrerons discrets. S'il nous faut recourir à quelque poison, nous n'hésiterons plus. Si nous pouvons utiliser notre lame secrète sans qu'il soit besoin de nous sectionner le doigt, alors soit. Nous ne manipulerons plus nos disciples par le mensonge et la ruse. Nous nous exprimerons clairement et honnêtement. Ce sera en quelque sorte notre renaissance...

J'avais cru qu'Adha serait celle qui apaiserait mon âme, que grâce à elle, je pourrais déposer les armes et mener une vie normale. Je sais aujourd'hui que les rêves ne sont pas fait pour être vécus... Son visage. J'essaie de le chasser de mon esprit. Je me vois encore à bord de mon bateau, pourchassant les Templiers qui l'avaient capturée, naviguant sans relâche jour et nuit. J'ai presque failli les rattraper. Presque. Si seulement j'avais été plus rapide... J'ai tenu son corps sans vie dans mes bras_ je n'oublierai jamais son regard éteint et horrifié...

J'ai traqué tous les responsables de sa mort — les uns après les autres — jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un seul dans ce monde. Mais je n'en ai retiré aucun plaisir. Aucune satisfaction. Aucun soulagement. Leur mort ne ma l'a pas ramenée. La vengeance n'a pas cicatrisé mes blessures. Après cela, j'ai cru que plus jamais je ne pourrais ressentir la même chose pour une autre femme.
Par chance, j'avais tort.

Pourquoi notre instinct nous incite-t-il à la violence ? J'ai observé les interactions entre les différentes espèces. C'est à croire que notre besoin inné de survivre passe nécessairement pas l'élimination d’autrui. Pourquoi ne pas affronter ensemble l'adversité ? Nombreux sont ceux qui pensent que le monde a été créé par des forces divines - mais seul un fou peut en être à l'origine, un fou qui ne jure que par la mort, là destruction et la désolation. Nos origines semblent chaotiques, fortuites. Notre finalité, nous ne la comprenons qu'avec le temps qui passe. C'est la nature qui la dicte et - plus tard seulement - les hommes.

Il suffit de répéter une phrase assez souvent et assez fort pour qu'elle devienne une vérité. Du moins, si elle survit à ses détracteurs. Mais, si on parvient à les réduire au silence, alors ce qui reste est, par défaut, considéré comme vrai. De façon objective, peut-on considérer qu'il s'agit de la vérité ? Non. D'ailleurs, est-il vraiment possible d'exprimer un point de vue objectif ? Là aussi, la réponse est non. C'est littéralement et physiquement impossible. Il y a trop de variables. Trop de données et de formules à prendre en compte. Bien sûr, on peut essayer. On peut se rapprocher petit à petit de la révélation. Mais l'atteindre, jamais...

Je suis convaincu que tant que les Templiers existerons, ils tenteront de déformer la réalité pour mieux l'adapter à leur ambitions. Ils sont conscients que la vérité absolue n'existe pas. Du moins, ils savent que, quand bien même elle existerait, nous n'aurions pas le bagage nécessaire pour l'interpréter. Il cherchent donc à imposer leur propre version. Voila sur quoi repose leur prétendu "Nouvel ordre mondial". Ce qu'ils veulent, c'est remodeler notre existence à leur image. Les reliques n'ont rien à voir la-dedans. Les hommes non plus. Ce ne sont que des outils. Ce sont les concepts qui importent. C'est très rusé de leur part. En effet, comment déclarer la guerre à un concept?

C'est l'arme parfaite. Elle n'a pas pris forme physique, mais elle peut altérer notre environnement de bien des façons - violentes, pour la plupart. On ne peut pas tuer une croyance. Même si on tue ceux qui l'adoptent, même si on détruit les textes qui l'entretiennent, on ne gagne qu'un court répit. Un jour, quelqu'un s'y intéressera de nouveau, la réinventera. Ma conviction est que nous, les Assassins, avons simplement redécouvert un Ordre qui existait bien avant l'arrivée du Vieil Homme...

Codex 10.jpg

Attis. Dionysos. Horus. Krisha. Mithra. Jésus. Leurs existences présentent tant de similitudes. Étrange coïncidences. Une naissance divine, des persécutions, des disciples, des miracles, et enfin la résurrection... Comment est-ce possible?

Et s'il s'agissait de la même histoire qui aurait traversé les siècles? Une sorte d'emprunt, simplement remit au goût du jour, qui aurait évolué, tout comme nos outils et notre langue... Le récit de leur vie est-il basé sur des faits ou a-t-il été inventé? Un peu des deux, peut-être... Ces personnages pourrait-ils être qu'une seule et même personne, dont l'existence aurait été prolongée et transformée par un Fragment d'Éden ? Aux yeux d'Al Mualim, Jésus était un homme comme les autres, un simple mortel qui excellait dans l'art de la manipulation. Avait-il raison? Et si ces hommes sont réels - s'ils ont déjà vécu parmi nous à plusieurs reprises - cela signifie-t-il qu'ils reviendrons ? Peut-être sont-ils déjà là ? Des questions... chaque jour de nouvelles questions...

Codex 12.jpg

La lame secrète nous a accompagnés, toutes ces années. Certains disent même qu'elle nous caractérise. Ils n'ont pas entièrement tort. Nous lui devons nombre de nos succès. Pourtant, cette arme semble avoir fait son temps. J'ai effectué des recherches dans le but de l'améliorer, mais aussi pour éviter à ceux qui l'utilise d'avoir à se couper un doigt.

J'ai commencé par ajouter une plaque pour repousser les attaques. Les autres Assassins pensent qu'elle est faite d'un nouveau métal, dont ils me croient l'inventeur (la formule est précisée sur cette page). Mieux vaut qu'ils ne sachent pas la vérité. Grâce à la collaboration de Malik, j'ai également décrit de nouvelles méthodes d'assassinat : depuis des zones en hauteur, suspendu à une corniche, ou depuis une cachette. Des techniques simples, mais qui peuvent s'avérer décisives. Enfin, la dernière amélioration - la plus simple - concerne l'ajout d'une seconde lame en tous point identique à la première. Si un Assassin doit se débarrasser de deux cibles à la fois, il lui suffit de bien préparer son attaque et il a toutes les chances de parvenir à ses fins. Ces lames n'existent qu'en nombre limité, le métal qui nous sert à les forger étant très difficile à trouver. Tout le monde ne sera donc pas autorisé à les utiliser...

Codex 13.jpg

L'homme cherche à dominer ce qui l'entoure. Je suppose qu'il est dans notre nature de vouloir exercer une emprise sur notre environnement, mais cela ne devrait pas s'étendre aux autres êtres humains... Pourtant, chaque jour, certains son contraints - par la force ou par la ruse - de servir un maître. D'autres, qui jouissent encore de leur liberté, sont amenés à croire que leur vie n'a aucune valeur. J'ai vu comment les hommes persécutent les femmes. J'ai entendu les mots cruels adressés à ceux qui arrivent de pays étrangers. J'ai vu comment on traite ceux qui ne partagent pas la même foi. Et ceux qui se comportent différemment...

Nous abordons souvent ces sujets quand nous montons la garde sur les hauteurs de Masyaf. Que peut-on faire pour y remédier ? Doit-on encourager la tolérance et l'égalité ? Parfois, nous parlons d'éducation, et nous croyons que la connaissance nous protégera contre l'immoralité. Mais quand je marche dans les rues et que je vois des esclaves sur le point d'être vendus, mon cœur saigne. Quand je vois un mari insulter et lapider sa femme en lui expliquant qu'elle n'est là que pour le servir, je serre les points. Et quand je vois des enfants, arrachés à leur parents, être exploités avant de mourir sous le soleil du désert...

Aujourd'hui, je ne pense pas que le dialogue serve à quoi que se soit. Aujourd'hui, tout ce qui m'importe, c'est de punir les auteurs de ces crimes.

Codex 15.jpg

La Pomme est une sorte de catalogue de ce qui nous a précédé. Et dans ses entrailles tortueuses et aveuglantes, j'ai entrevu l'avenir. Une telle chose ne devrait pas être possible. D'ailleurs, il ne s'agit peut-être que d'une illusion. Comment le savoir? Comment en être sûr? Je songe aux répercussions de ces visions: ces images évoquent-elles ce que sera notre avenir, ou simplement ce qu'il pourrait être? Pouvons-nous le changer? Devons-nous essayer? Et, dès lors, comment être sûr que ce que nous avons vu se réalisera? Je suis - comme toujours - tiraillé entre action et inaction. J'ignore comment changer le cours des choses, si tant est que ce soit possible. D'ailleurs, suis-je là pour çà? Je continue de rédiger ce journal. N'est-ce pas là une tentative de changer - ou du moins d'avérer - ce que j'ai vu?

De toutes les choses que j'ai vues, ce sont les images des flammes qui m'ont le plus impressionné... Des piliers si hauts qu'ils semblaient toucher le ciel. Le sol qui grondait, qui vibrait. Les montagnes qui se fissuraient, se déchiraient. Les grandes tours de métal brisées en éclats, leurs entrailles répandues à même le sol. Et partout des cris. Un chœur si terrifiant qu'aujourd'hui encore j'entend son écho.
Quelle est cette folie dont j'ai été témoin? Sont-ils derrière tout ça? "Ceux-qui-était-là-avant"... Est-ce ainsi qu'ils ont disparu? Dans le feu? Dans la poussière? C'est peut-être après ce pouvoir destructeur que courent les Templiers. Avec une telle puissance, notre dévotion leur serait acquise. Quel espoir resterait-il alors? Avec cette abomination entre les mains, ils pourraient plonger le monde dans les ténèbres.

Nous sommes contraints de nous cacher. De demeurer silencieux. De façonner l'histoire en secret. Certains de nos frères ont exprimé leur désaccord. Ils sont en colère. Pour eux, rester dans l'ombre est erreur. Cela ralentit notre travail. Mais ils ne connaissent pas les risques. S'exposer serait beaucoup trop dangereux. On nous prendrait pour des illuminés, on nous attaquerait. C'est ainsi. Ça l'a toujours été. S'il y a une chose que j'ai apprise, c'est que, quand on parle aux hommes, ils ne comprennent pas. Il faut leur montrer. Il faut qu'ils puissent eux-même établir des relations. Si je disais à un homme: "sois dévoué, sois tolérant, ouvre ton esprit...", il oublierait mes paroles et aucun changement ne se produirait. Ce serait peine perdue. Voilà pourquoi nous devons maintenir le cap.

Une légende mentionne la Toison d'or. Pourrait-il y avoir un lien entre les deux? J'ai continué d'affiner le processus de transformation du métal, et je suis parvenu à fabriquer une armure d'une qualité encore inégalée. Sa solidité est exceptionnelle, et pourtant elle reste très légère et ne gêne pas les mouvements. Je suis à la fois émerveillé et terrifié. Nous avons créé une armure qui pourrait changer toutes les guerres à venir, en rendant ceux qui la portent pratiquement invincibles. J'ai peut-être fait une erreur en fabriquant ces pièces de protection. Mieux détruire toutes ces formules. Que se passerait-il si elles tombaient entre les mains de nos ennemis? C'est beaucoup trop risqué.

Codex 19.jpg

J'ai étudié les anciennes croyances païennes, celles qui existaient avant qui l'Humanité ne soit obsédée par un Créateur unique et divin. Elles semblaient s'intéresser plus aux forces fondamentales qui gouvernent le monde qui nous entoure qu'à des principes moraux arbitraires... Le soleil se lève le matin et se couche le soir. La marée monte et descend. L'herbe pousse, se flétrit, meurt, avant de repousser. L'air se réchauffe et se refroidi. Une force inconnue nous retient au sol et nous empêche de le quitter. Auparavant, chacun de ces phénomènes était représenté par une divinité. Chacune avait un visage, était identifiée comme une force distincte et d'une grande puissance. Ces forces individuelles n'étaient pas moins liées entre elles - elles formaient un panthéon d'esprits. Ainsi, une main invisible veillait au développement du monde. Ensuite, l'humanité a tenté d'établir des catégories, d'étudier, d'expliquer et de comprendre ces mécanismes - certes de façon imparfaite. Cette époque est révolue. Aujourd'hui, on nous demande de nous satisfaire d'une explication beaucoup plus simple. Quelle naïveté de penser qu'il existe une réponse unique à chaque question, à chaque mystère. Qu'une lumière divine gouverne tout. On nous dit que cette lumière apporte la vérité et l'amour. Moi, je dis qu'elle nous aveugle est nous maintient dans l'ignorance. Si seulement, un jour, l'homme pouvait se détacher de ces monstres invisibles et adopter de nouveau une conception plus rationnelle du monde. Ces nouvelles religions sont si aisées à pratiquer, et ceux qui les rejettent sont promis à des tourments si terribles. La peur pourrait nous forcer à croire en ce qui est assurément le plus grand mensonge de tous les temps.

On peut se servir d'extraits de plantes qu'on trouve dans la région. Il est également possible de se procurer des espèces plus rares auprès de marchands et de voyageurs, mais leurs propriétés sont moins bien connues; un examen plus approfondi est donc nécessaire. Un matériel d'alchimie classique peut être utilisé pour distiller le poison. Il convient de prendre certaines précautions, car certains poisons sont directement absorbés par la peau. Nombreux sont ceux qui ont été victimes de leur imprudence.
La lame doit être évidée, en respectant les indications précisées ici. Toute déviation peut créer des fissures dans le métal susceptible d'affaiblir la lame ou même de provoquer sa rupture.

Codex 21.jpg

Que faire de cette carte? C'est le monde entier qu'elle semble représenter. Il n'est pas plat, comme on le prétend, mais rond, comme une sphère. Comme la Pomme. Comment une telle chose peut-elle être possible? Les terres qui y figurent sont encore plus étranges. De vastes étendues inconnues, inexplorées. Tant de contrées encore à découvrir...
Sont-elle habitées? Ces peuples nous ressemblent-ils? Si ce n'est pas le cas, en quoi différent-il de nous? J'aimerais connaître ces réponses. Plus tard, peut-être, j'aurai l'occasion de voyager, d'organiser une expédition et d'explorer ces contrées lointaines...

Codex 22.jpg

Codex 23.jpg

Certains jours, ma famille me manque... ma famille, ou plutôt le souvenir que j'en ai. Je n'ai pas vraiment connus mes parents, même si nous vivions tous ici. C'était ainsi. Cela les a peut-être affectés, même s'ils ne l'ont jamais montré. Nous n'avions pas le droit de vivre ensemble. J'ai passé la plus grande partie de mon enfance à m'entraîner, j'ai donc rarement eu le temps de réfléchir à cette séparation. J'ai fini par oublier mes parents, par les considérer comme des étrangers. Al Mualim était devenu un père pour moi. Si l'amour qu'il me portait était fragile et perfide, cela semblait me suffire. C'était peut-être mieux ainsi. C'est du moins ce que je pensais.

Un jour, je serai père. Ainsi le veut notre Ordre. Mais je ne ferai pas la même erreur. Et j'espère que les autres Assassins m'imiteront. Nous devons avoir le droit d'aimer nos enfants et d'être aimés en retour. Al Mualim croyait que de tels liens ne pouvaient que nous affaiblir, nous feraient chanceler quand nos vies seraient en danger. Mais si nous nous battons pour ce qui est juste, pour ceux que nous aimons, cela ne suffit-il pas à justifier notre sacrifice?

Codex 25.jpg

Maintenant, je connais la réponse. Je connais la vérité. Plus jamais je ne toucherai ce maudit objet. Et personne ne devrait s'en approcher à l'avenir. J'ai essayé - enfin! - de le détruire, mais on ne peut ni le déformer, ni le briser, ni le faire fondre. Comble de l'ironie, je suis sûr que si je lui demandais comment faire, la Pomme me le dirait. Mais cette perspective ne me rassure pas non plus. Elle a toujours quelque chose à offrir. Je ne dois pas céder. La Pomme doit être placée en lieu sûr. Nous allons la cacher sur l'île - celle qui leur appartenait, et qui est à nous désormais. Il y a un trésor là-bas - à l'abri des regards. Cela devrait suffire. Certains risquent de découvrir que je me suis séparé de la relique... Mais il serait encore plus risqué de la conserver. Elle finira par me tenter. Je suis faible. Nous le sommes tous. Comment ne pas succomber? Oh, les choses que j'ai vues... Tout est décrit ici - dans le texte. Pas entre les lignes, mais derrière elles. Là où nos yeux s'efforcent de voir la vérité. Découvrez-le par vous-même. Tentez de réussir là où j'ai échoué, comme bien d'autres. Le monde évolue, le progrès amène de nouvelle découvertes. Un jour, enfin, la porte pourra être ouverte et le message délivré. Alors, ils auront leur Prophète.

Nous sommes de plus en plus nombreux. Chaque jour, des hommes et des femmes affluent vers notre forteresses. Jeunes ou vieux. Ils viennent de partout et ne pratiquent pas la même religion, mais tous sont là pour la même raison. La première partie de notre credo leur a été révélé: rien n'est vrai.
Trop souvent, pourtant, cette révélation les conduit à leur perte. Ils perdent leur probité, leurs certitudes, leur bien-être. Certains deviennent fous. Nous devons les guider, les aider à guérir. Leurs esprits ne doivent pas être troublés par de nouvelles chimères, mais éclairés par la connaissance. Donnons-leur les réponses, même si ces réponses sont complexes et peu limpides. À l'image de la vie.

Nous avons réussi! Nous avons trouvé un moyen de modifier la structure de la lame secrète. Elle peut maintenant lancer de petit projectiles capable de causer de sérieux dommages, même de loin. Je l'avoue, j'ai dû prendre certains risque pour parvenir à cette découverte... c'est le moins qu'on puisse dire. Mais je sais maintenant que la Pomme, utilisée avec parcimonie et assurance, n'a pas que des effets néfastes. Du moins, je l'espère. La science des projectiles ne nous est pas inconnue. Nous avons déjà observées les applications chez nos voisins d'Orient. Cependant, leur armement, beaucoup trop volumineux, ne répond pas à nos besoins. J'ai trouvé un moyen de les miniaturiser et de créer une arme tout aussi dangereuse, mais pouvant être portée autour du poignet.
Nous avons aussi amélioré la formule de la poudre qui provoque la combustion. On peut maintenant la fabriquer à partir d'ingrédients usuels. Cette science n'est pas sans dangers. Seuls nos alliés les plus proches doivent avoir connaissance de tout ceci...

Codex 28.jpg

Une énorme vague menace de déferler d'Orient, une armée si puissante que tout le pays s'inquiète de son avancée. Son chef est un homme appelé Temüdjin, qui a pris le titre de Gengis Khan. Il ravage nos contrées, obligeant tous ceux qu'il rencontre à se soumettre. Quelles que soient ses motivations, il faut l'arrêter. Si j'étais plus jeune, je me lancerais dans l'aventure moi-même, en secret - tout cela pourrait être lié à un Fragment d'Eden. Mais ce n'est plus à moi d'agir. Je dois passer le flambeau. Il est temps pour elle et moi de parler à nos fils. Nous nous rendrons là-bas ensemble pour vérifier qu'ils sont dignes de me succéder. Ensuite, ils éradiqueront cette menace.

Bientôt mon heure viendra et je quitterai ce monde. Cette pensée et la peur qui m'inspire, envahit tous les instants de ma vie. Je sais que mon corps retournera à la terre. Mais qu'adviendra-t-il de mon âme ? De mon identité ? Qu'adviendra-t-il de Moi ? Je suppose qu'il n'en restera rien, qu'il n'y a pas d'autre monde, ni de retour possible dans celui-ci. Je disparaîtrai. À jamais.
Nos vies sont si brèves et si insignifiantes. Dans le cosmos, nous ne représentons rien. Peu importe ce que nous y avons fait. Peu importe si nous avons choisi le mal plutôt que le bien, si j'ai choisi de cacher la Pomme plutôt que de l'utiliser. Rien de tout cela n'a d'importance. Personne ne nous demandera de rendre des comptes. Il n'y a pas de jugement dernier. Juste le silence. Et les ténèbres. Profondes et absolues... Alors, j'ai commencé à me poser la question: n'y aurait-il pas un moyen d'échapper à la mort, ou de la retarder?Ceux-qui-était-là-avant étaient probablement moins faibles que nous. J'ai juré d'en finir avec cette relique, j'ai juré de ne pas poser mes yeux sur son cœur. Pourtant, maintenant que je sais que ma fin est proche, je me dis qu'il n'y a pas de mal à la contempler une dernière fois...

Lettres

Al Magnifico Lorenzo de' Medici, mon protecteur et ami,

Comme on me l'avait demandé, j'ai diligenté une enquête sur l'incident qui s'est produit à Milan. Je peux vous confirmer que cela va bien au-delà d'une manifestation de mécontentement envers le duc Galeazzo Sforza. Je suis convaincu que de tierces parties, désireuses de retirer de tout ceci des profits considérables, se sont livrées à des manipulations pour atteindre leurs buts, tout en restant dans l'ombre.

Lampugnani, Olgiati et Visconti sont, à n'en pas douter, coupables de ce crime. Leur châtiment a été à la hauteur de leur trahison. Cependant, d'autres familles de nobles sont impliquées, comme celle de Francesco de' Pazzi.

Leurs motivations réelles me sont encore étrangères, mais, d'après mes premières conclusions, elles ont ourdi un plan dont l'ampleur ne manquera pas de vous inquiéter. Mieux vaut poursuivre cette conversation de vive voix, car j'hésite à coucher mes soupçons sur papier. Précisez-moi où et quand nous pouvons nous rencontrer. J'ai également ordonné que Francesco soit placé sous l'autorité du Gonfaloniere jusqu'à ce que cette affaire soit éclaircie.

Votre très dévoué,

Giovanni

Giovanni a apposé son sceau sur cette lettre. Mieux vaut ne pas l'ouvrir.

Giovanni a apposé son sceau sur cette lettre. Mieux vaut ne pas l'ouvrir.

Je vais noter dans ce document tout ce que j'ai appris ces dernières semaines, dans l'éventualité où je serais réduit au silence et incapable de communiquer ces informations moi-même. Tout d'abord, je dois préciser que le meurtre du duc de Milan n'était pas une simple manœuvre politique. Il s'agit de l'une des étapes d'un complot qui dépasse largement le cadre de Florence. On trouve d'autres conjurés à Rome, à Venise et à Forlì, pour ne citer que ces quelques villes.

Une liste, ou plutôt une ébauche de liste, est jointe à ce document. Elle contient les noms de ceux dont la culpabilité est avérée. Il manque encore certains noms, mais je compte remédier à cela très bientôt. Je peux néanmoins affirmer avec certitude que la famille Pazzi est impliquée.

'Nous devons rapidement interroger Francesco, avant qu'il n'achète sa liberté. C'est le meilleur moyen d'ajouter des noms à la liste. Je soupçonne déjà certaines personnes, car leurs actes portent la marque d'un vieil ennemi. Je crains qu'ils ne--

(La lettre se termine ici. Giovanni a semble-t-il été interrompu et a dû cacher ce document quand les gardes sont venus l'arrêter.)

Mon amour,

J'ai couché sur papier ces pensées, en espérant trouver plus tard le courage de les partager avec toi. À l'évidence, tu apprendras un jour que j'ai trahi Giovanni en le faisant passer pour un traître, et que je l'ai condamné à mort.

L'histoire retiendra probablement que cet acte a été motivé par l'ambition et l'avidité. Ce n'est pourtant pas la haine qui m'a poussé à agir, mais la peur. Oui, quand les Medici nous ont volé tout ce que nous possédions, j'ai eu peur. Pour toi. Pour notre enfant. Pour notre avenir. Il n'y a plus d'espoir en ce monde pour un homme privé de tout.

On m'a offert de l'argent, des terres et un titre en échange de ma coopération. Voilà ce qui m'a poussé à trahir mon meilleur ami. Cet acte, je ne trouve inqualifiable, et pourtant il m'a semblé nécessaire. Même aujourd'hui, je persiste à croire que c'était la seule issue...

Messer Francesco,

J'ai agi selon vos ordres, et je me suis entretenu avec votre fils. Vous aviez raison sur l'essentiel, mais permettez-moi néanmoins d'émettre quelques réserves. Je vous l'accorde, Vieri est impétueux et souvent malavisé. De plus, il a pris la fâcheuse habitude de traiter nos mercenaires comme s'il s'agissait de vulgaires jouets. On m'a informé qu'au moins trois hommes en avaient subi les conséquences, et qu'ils avaient tous été défigurés. Mais contrairement à ce que vous laissez entendre, je suis intimement convaincu qu'il peut encore changer. En fait, il existe une façon très simple de remédier à cette situation.

Il veut s'attirer nos faveurs. Avoir votre attention. Ses accès de colère sont avant tout motivés par son sentiment d'impuissance. Il n'a ne cesse de parler de vous, d'exprimer son envie de se rapprocher de vous. S'il se montre violent, cruel et coléreux, c'est uniquement pour attirer l'attention sur lui. Il a besoin de reconnaissance.

Comportez-vous avec lui en prenant tout ceci en compte. Par ailleurs, je pense que nous devrions cesser toute correspondance. S'il découvrait la nature de nos échanges épistolaires, ma propre vie serait menacée.

Votre très dévoué,

Fra Giocondo

Frère,

Vous le savez certainement, il nous pourchasse, motivé par sa soif de vengeance. Nous n'aurions jamais dû conspirer. Mais ce qui est fait est fait. J'ai organisé une rencontre avec le Maestro, qui se tiendra exactement dans trois nuits. Il doit à tout prix nous accorder l'asile - à Venise ou auprès de lui, à Rome.

Nous nous retrouverons à l'église de San Gimignano, puis nous nous réunirons à l'endroit et à l'heure convenus. Je vous exhorte à être des nôtres. Rester ici serait du suicide. L'Assassin ne lâchera pas prise. Nos chances de l'arrêter nous-mêmes sont minces. Avec l'aide du Maestro, qui sait, nous pourrions gagner du temps et trouver la solution adéquate.

Restez sur vos gardes. Nous avons peut-être perdu Florence, mais nous n'avons pas dit notre dernier mot.

Puisse le Père de la Sagesse vous guider.

Votre frère, Jacopo.

Maestro,

C'est le cœur rempli de crainte que je vous écris cette lettre. Le prophète est parmi nous, j'en ai l'intime conviction. Le comportement des oiseaux est étrange... Je les vois tournoyer dans le ciel, depuis ma tour. Vous l'avez compris, je ne pourrai pas être des vôtres. Je ne puis courir ce risque, ou le démon me trouverait. Pardonnez-moi, mais la prudence est de mise.

Puisse le Père de la Sagesse vous guider.

Et me guider.

Frère A.

Mon amour,

Je me demande si un jour tu comprendras le sens de ces mots. Je regrette ce que j'ai fait. Je regrette ce que nous sommes devenus. Je savais que nous ne pouvions plus vivre ensemble, mais te savoir près de moi suffisait à me rendre heureuse. Maintenant qu'il est mort, je me dis que toi et moi, nous mourrions être à nouveau réunis.

Mais te souviens-tu seulement de moi ? Ou les blessures que tu as subies sont-elles trop profondes ? S'ils ne réveillent pas ta mémoire, mes mots réveillent-ils au moins ton cœur ? Peu importe ce qu'on m'a raconté à ton propos - je sais que tu es là, quelque part.

Je trouverai un moyen, mon amour. Pour que tu n'oublies jamais. Pour te retrouver.

À toi, pour toujours.

Carlotta

Ma bien-aimée,

Je ne peux pas vivre sans toi. Impossible de travailler, je ne suis bon qu'à paresser ou à rêver de ton visage. De savoir que ton père te retient prisonnière derrière ces murs glacés me révulse. Toi, une jeune femme qui s'éveille à la vie, on t'empêche de sentir mes tendres baisers, légers comme une brise, caresser tes doux pétales.

C'est vendredi, enfin. Le jour où il se rend au marché. Un jour heureux, et une nuit qui le sera plus encore. Quand les étoiles scintilleront dans le ciel, viens me retrouver, te réfugier dans mes bras. Dès la nuit tombée, je t'attendrai là où tu sais.

À toi pour toujours

Raffaello

Cher père,

Cela fait près d'une semaine que j'ai abandonné mes études. Je ne m'attends pas à ce que vous compreniez ce que j'ai fait - j'ai du mal à me l'expliquer moi-même. Je sens le monde évoluer autour de moi et je ne veux pas être pris de vitesse, je veux peser sur le cours des événements. Je ne suis pas un orateur, j'ai les chiffres en horreur, mais je peux tout façonner avec mes mains, reproduire tout ce qui m'entoure, exprimer toutes les humeurs.

Vous ne vous attendiez certainement pas à ce que je devienne artiste. Mais, même si je déçois vos attentes, pensez à mon avenir et acceptez ma décision. Comme vous le savez, j'ai toujours été plus intéressé par la sculpture et la peinture que par les études. Le peintre Domenico Ghirlandaio a proposé de me prendre comme apprenti. Il rentre tout juste de Rome, où il a réalisé certaines des fresques magistrales qui ornent les murs de la chapelle Sixtine. Si je travaille dur, je serai peut-être invité au Vatican pour y voir ces peintures.

J'espère que vous donnerez votre bénédiction à ce projet. Je vous promets que vous n'aurez pas à le regretter, et vous assure qu'un jour vous serez fier de moi.

Votre fils,

Michelangelo

La politique, encore et toujours la politique. Tu me dis que tu as trop de travail au palais pour rendre visite à ton fils, mais je sais bien que c'est faux. La vérité est que tu ne veux pas être vu avec lui. Combien d'héritiers ta femme légitime, Bella, t'a-t-elle donnés ? Aucun, je peux te l'assurer. Tu penses que je ne suis pas assez bien pour toi ? C'est peut-être vrai... mais au moins j'ai eu le courage d'élever ton fils plutôt que de l'envoyer gagner sa vie dans la rue - ce n'est pourtant pas l'envie qui m'a manqué, parfois. Au lieu de cela, j'en ai fait un jeune homme honnête. Il s'occupe de la maison pendant que je travaille à la boutique.

Aujourd'hui, c'est un adulte, et c'est aussi ton héritier. Et toi, que te reste-t-il ? Une femme de bonne famille, qui s'approprie tout ton argent, porte une perruque et se pavane comme un paon, malgré le fait qu'elle soit aussi stérile qu'un mulet. Je t'envie ton argent et ta force, Vincente, mais certainement pas ta femme.

Que tu rendes ou non visite à ton fils importe peu... Il sera bientôt à la tête de ta fortune. Puisse Dieu te réconforter pendant l'hiver sans fin de ta fertilité.

Ciao,

Diana

Cher Vincente,

Les preuves dont je dispose confirment nos pires craintes : votre fille va épouser un imposteur. Leone dit qu'il est guelfe alors qu'il est, en fait, florentin. Tout semble indiquer que ces escrocs tentent d'infiltrer le gouvernement et de nous priver du peu d'indépendance qui nous reste. Je ne doute pas qu'après avoir lu ceci, vous serez aussi exaspéré que moi. Je suggère dont de le jeter du haut de la Torre Grossa. Cela montrera à Florence que nous sommes déterminés.

Bien à vous,

Ramondo

PS : Une fois que nous serons débarrassés de ce gêneur, nous pourrons penser à l'avenir. Comme vous le savez, mon fils est en âge de se marier. Il pourrait faire un bon époux pour votre fille.

Messer,

Je vous informe que vous devrez vous présenter au Palazzo Comunale d'ici la fin du mois. Plusieurs de vos voisins m'ont écrit pour me signaler que vous les avez attaqués au moyen d'une épée, et que vous êtes allé jusqu'à mutiler une jeune fille qui se trouvait dans votre ferme.

Cette terre nous appartient, vous êtes donc dans votre droit. Cependant, les mêmes personnes affirment également que vous avez commis des crimes envers Dieu et la nature, une accusation que nous ne prenons pas à la légère. De tels actes sont interdis à Forlì. Pour mieux comprendre de quelles accusations il s'agit, nous vous invitons à vous reporter au Lévitique 18:23.

Veuillez vous présenter devant nous, ou nous enverrons des gardes pour vous arrêter.

Cordialement,

Andrea Allegro

Cher Luca,

J'ai bien tenté de trouver un compagnon à ta fille, mais la plupart des hommes de San Gimignano sont soit des idiots, soit des incapables, et ceux qui pourraient convenir sont effrayés par la volonté d'indépendance qu'elle affiche. Un soupirant potentiel a été choqué de voir qu'elle voulait sortir sans se couvrir la tête, un autre a été déçu de constater qu'elle avait elle-même planifié ses activités de la journée. Si elle veut que je lui trouve un mari, elle doit changer d'attitude.

S'il le faut, prends un bâton et donne-lui une bonne correction. Dans tous les cas, assure-toi qu'elle sera tout à fait docile lorsque je lui présenterai un nouveau prétendant. Si tu ne parviens pas à lui faire entendre raison, le couvent me semble être la meilleure solution.

Bien cordialement,

Rigarda

Gorgio,

Tout se passe comme prévu. Mon mari ne se doute de rien. Il m'empêchait de sortir, mais j'ai tenu bon et j'ai fini par te trouver, mon sauveur ! Si j'en juge par les mots passionnés que tu m'as chuchotés à l'oreille, je suis sûre que tu tiendras ta promesse et que tu m'emmèneras loin de mon mari.

Tu sais ce que tu dois faire. Arme-toi de courage et ne faiblis pas. Mon mari sera à la maison ce soir. Il se couche après que l'horloge de la tour a sonné dix heures. Entre par la fenêtre et n'oublie pas de prendre un poignard à la caserne. Nous devons agir en silence.

J'ai demandé à mon mari de te remettre cette lettre. Pour lui, tu n'es qu'un garde parmi tant d'autres ; cet idiot ne se doute même pas qu'il va faciliter notre plan. Une fois débarrassés de ce vieil incapable, nous connaîtrons enfin le bonheur, ensemble.

Avec tout mon amour,

Lucia


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard