Fandom

Assassin's Creed

Assassinat (Sibrand)

4 647pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

AC1icon.png


Assassinat est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique d'Altaïr Ibn-La'Ahad, revécue en 2012 par Desmond Miles à travers l'Animus.

Description

Altaïr se rendit au port d'Acre, où il assista à une énième manifestation de la paranoïa de Sibrand, qui avait abattu un érudit pris pour un Assassin. Altaïr se fraya alors un chemin vers le navire personnel de Sibrand et l'assassina.

Dialogue

Altaïr passa par la porte Saint-Jean menant au port, avant d'apercevoir Sibrand en train de malmener un érudit.

  • Érudit: Vous vous méprenez, Maître Sibrand. Je ne risque pas de prôner la violence contre qui que ce soit et certainement pas vous !
  • Sibrand: Que vous dites ! Et pourtant, personne ici ne répond de vous ! Alors, que dois-je en penser ?
  • Érudit: J-Je mène une vie simple, monseigneur. Comme tous les hommes d'église. Je ne fais rien qui pourrait attirer l'attention.
  • Sibrand: Peut-être. Ou peut-être n'êtes-vous pas connu car vous n'êtes pas un homme de Dieu, mais un Assassin !

Sibrand poussa le pauvre homme à terre.

  • Érudit: C'est faux !
  • Sibrand: Vous portez la même tenue !
  • Érudit: Les Assassins s'habillent comme nous pour semer le doute et la peur; ne vous y laissez pas prendre !
  • Sibrand: Vous insinuez que je suis naïf ?! Vous défiez mon autorité ?! Peut-être même, espérez-vous retourner mes chevaliers contre moi ?!
  • Érudit: Non, non, non ! Non ! J-Je ne comprends pas votre attitude envers moi ! Je n'ai rien fait de mal !

Sibrand éclata de rire.

  • Sibrand: Étrange, cette manière de réagir, alors que je ne me rappelle pas vous avoir accusé de quoi que ce soit. Ressentiriez-vous le besoin de vous confesser ?!

Sibrand brutalisa à nouveau l'érudit.

Sibrand érudit.png

Sibrand harcelant un érudit

  • Érudit: Confesser ? Mais... Mais quoi donc ?
  • Sibrand: Vous m'aurez provoqué jusqu'au bout.
  • Érudit: Que voulez-vous dire ?
  • Sibrand: Guillaume et Garnier étaient trop confiants, et ils ont payé cette confiance de leurs vies. Je ne ferai pas la même erreur ! Si vous êtez vraiment un homme de Dieu, alors le Créateur ne vous laissera pas en reste ! Voyons s'il retient mon bras !
  • Érudit: Vous êtes devenu fou ! Personne n'a donc l'intention d'intervenir ? Ne voyez-vous pas que cet homme est aveuglé par la peur ? Il voit des ennemis là où il n'y en a pas !

Sibrand dégaina son épée.

  • Sibrand: Apparemment, le peuple partage mes soupçons. Ce que je fais, je le fais pour le bien d'Acre !

Sibrand frappa l'érudit d'un grand coup d'épée.

  • Sibrand: Restez vigilants, soldats. Signalez toutes les activités suspectes à la garde. Je suis sûr qu'il reste encore des Assassins. Ils ont la vie dure ! Le spectacle est terminé !

Sibrand regagna son navire à bord d'une chaloupe, tout en criant.

  • Sibrand: Très bien ! Puisque personne ne daigne faire un geste pour défendre son Maître, je m'occuperai moi-même de ce barbare !

Distrait, Sibrand décocha ses flèches sans réfléchir ni viser quoique soit. Altaïr en profita pour l'assassiner.

  • Sibrand: Pitié, ne fais pas ça.
  • Altaïr: Aurais-tu peur ?
  • Sibrand: Évidemment que j'ai peur !
  • Altaïr: Tu seras bientôt en sécurité. Entre les mains de ton Dieu.
  • Sibrand: Mes Frères ne t'ont rien appris ? Je sais ce qui m'attend, ce qui nous attend tous.
  • Altaïr: Si ce n'est pas Dieu, qu'est-ce alors ?
  • Sibrand: Rien. Il n'y a rien après. C'est bien cela qui m'effraie.
  • Altaïr: Tu n'es donc pas croyant.
  • Sibrand: Mais comment pourrais-je l'être après tout ce que j'ai vu ? Notre trésor en est la preuve !
  • Altaïr: La preuve de quoi ?
  • Sibrand: Que nous n'avons qu'une vie !
  • Altaïr: Prolonge-la quelques instants en me disant quel était ton rôle.
  • Sibrand: Établir un blocus par la mer, pour empêcher ces stupides rois et reines d'envoyer des renforts. Une fois... une fois...
  • Altaïr: La Terre Sainte conquise ?
  • Sibrand: Libérée, imbécile ! De la tyrannie de la foi.
  • Altaïr: Libérée ?! Vous avez renversé des cités, asservi des hommes, assassiné tous ceux qui sont contre vous !
  • Sibrand: J'ai exécuté des ordres, pour défendre une cause. Tout comme toi.
Sibrand Assassinat 6.png

Altaïr montrant la plume ensanglantée à Jabal

Altaïr prit la fuite et regagna le Bureau.

  • Jabal: Altaïr ! Toute la ville est en émoi.
  • Altaïr: J'ai fait ce qu'on m'a demandé. J'ai pris la vie de Sibrand.
  • Jabal: Oui, en effet, c'est ce qu'on dit. Tu devrais faire route vers Masyaf et en informer Al Mualim.
  • Altaïr: Oui... Je devrais aller lui parler... De cela et d'autres choses.
  • Jabal: Est-ce que tout va bien, mon ami ? Je te trouve... distant.
  • Altaïr: Ce n'est rien, Rafiq. J'ai juste l'esprit occupé.
  • Jabal: Confie-toi à moi. Je peux t'aider.
  • Altaïr: C'est à moi de remettre de l'ordre dans mes pensées. Mais merci quand même.
  • Jabal: Tous ces hommes que tu supprimes. Tu as... mauvaise conscience.
  • Altaïr: Comment ça ?
  • Jabal: Ah, mon ami, tu n'es pas censé prendre plaisir à tout cela. Le regret, le doute, la sympathie sont des sentiments naturels.
  • Altaïr: Et ne devrais-je pas les craindre ?
  • Jabal: Mais non, au contraire ! Ils font ton humanité.
  • Altaïr: Et si j'avais tort ? Et si ces hommes ne devaient pas mourir ? Qu'ils soient mal avisés, je le concède, mais leurs intentions étaient peut-être louables.
  • Jabal: Je ne suis qu'un Rafiq, et ces questions qui te hantent me dépassent. Peut-être Al Mualim t'aidera-t-il à y répondre.
  • Altaïr: Oui, peut-être. Merci, Rafiq.
  • Jabal: Servir aux côtés de quelqu'un d'aussi compétent est un plaisir.

Altaïr quitta le Bureau et chevaucha pour Masyaf.

  • Al Mualim: Sois le bienvenu. Quelles sont les nouvelles ?
  • Altaïr: Ça y est. Ma lame a fait une nouvelle victime.
  • Al Mualim: Alors la mission qui t'a été confiée touche à sa fin, et ton honneur te sera rendu.
  • Altaïr: Une question, Maître. Puis-je ?
  • Al Mualim: Parle, je t'écoute.
  • Altaïr: Pourquoi ces hommes ? Jubaïr et Sibrand.
  • Al Mualim: Ne vois-tu pas ? Ils ouvrent la voie au changement. Ils ne faut jamais attendre que la menace se précise pour intervenir.
  • Altaïr: Les affaiblir revient à affaiblir notre ennemi. J'y vois plus clair à présent.
  • Al Mualim: Si ces hommes poursuivent leur mission, c'est la nôtre qui s'en trouvera compromise.
  • Altaïr: Est-ce possible ? Nous leur avons causé beaucoup de pertes.
  • Al Mualim: Il ne suffit pas de frapper. Imagine que tu affrontes une hydre. Chaque tête qui tombe est aussitôt remplacée.
  • Altaïr: Il nous faut donc trancher la tête immortelle pour en finir.
  • Al Mualim: Mais le moment n'est pas encore venu. Il ne reste plus qu'un seul homme qui se dresse entre nous et notre but.
  • Altaïr: Je me remets au travail. Plus vite nous l'aurons éliminé, plus vite je pourrai affronter notre véritable ennemi.
Sibrand Assassinat 7.png

Altaïr parlant à son Maître

  • Al Mualim: Avant que tu ne partes, moi aussi j'ai une question à te poser.
  • Altaïr: Allez-y.
  • Al Mualim: Quelle est-elle, cette vérité ?
  • Altaïr: Nous n'avons foi qu'en nous-même. Nous percevons le monde tel qu'il est. Nous prions pour qu'un jour, l'humanité fasse de même.
  • Al Mualim: Et qu'est-ce que le monde ?
  • Altaïr: Une illusion. Nous pouvons nous y soumettre, comme beaucoup, ou la transcender.
  • Al Mualim: Pourquoi la transcender ?
  • Altaïr: Pour admettre que rien n'est vrai et que tout est permis. Les lois n'émanent pas du divin, mais de la raison. Je réalise maintenant que notre Credo ne nous ordonne pas d'être libres. Il nous ordonne d'être sages.
  • Al Mualim: Comprends-tu maintenant pourquoi les Templiers sont une menace ?
  • Altaïr: Nous voulons dissiper cette illusion. Eux, s'en servir pour régner.
  • Al Mualim: Exactement. Façonner le monde comme ils l'entendent. C'est pourquoi tu t'es emparé de leur trésor, et que j'ai mis celui-ci sous clé. C'est pour cela que tu dois les tuer. Si un seul d'entre eux survit, survivra aussi leur désir de créer un Nouvel ordre mondial. Prends ton équipement. Trouve le dernier homme. Quand il sera mort, Robert de Sablé sera enfin vulnérable.
  • Altaïr: Ce sera fait.
  • Al Mualim: Que la Paix soit avec toi, Altaïr.

Conséquences

Altaïr assassina Sibrand et en informa Al Mualim une fois de retour à Masyaf.

Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard