Fandom

Assassin's Creed

Aquila

4 636pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Shipicon.pngAssassins.pngAC3icon.pngACROicon.pngFbookicon.png
Faulkner: "Il est toujours le plus rapide de l'Atlantique... Bon, il a besoin de soins... de petites choses, mais avec un peu d'affection, il reprendra son envol."
Connor: "De qui il parle ?"
Faulkner: "Comment ça ? Mais de l'Aquila, mon garçon ! Le fantôme des Mers du Nord !"
Robert Faulkner présentant l'Aquila à Connor, 1770.

L'Aquila était un brick léger à deux mâts affilié à la Confrérie coloniale des Assassins et  rangé du côté de la marine Continentale lors de la Révolution américaine.

Il fut commandé par le capitaine et Assassin Ratonhnhaké:ton, surnommé Connor.[1]

Histoire

Conception

En 1748, Achilles Davenport, le Mentor des Assassins coloniaux, demanda à la Confrérie suédoise, sous couverture de la Compagnie suédoise du Levant depuis 1738, de construire un navire pour sa nouvelle Confrérie. Cependant, le roi George II d'Angleterre se proposait alors de contribuer à financer la flotte du roi Frédéric Ier de Suède, en cours de construction dans leurs chantiers navals. Ainsi, face à la menace d'activités templières dans les chantiers navals, sans oublier les limitations de leurs ressources, les Assassins suédois furent au regret de ne pas pouvoir aider Achilles à construire un navire, mais lui conseillèrent de contacter le Conseil des Assassins français.[2]

La même année, Achilles écrivit à Gaspar Velasquez, un constructeur naval espagnol allié aux Assassins, lui réclamant un navire. Bien que Velasquez eut élaboré les premières ébauches d'un navire pour sa flotte d'Assassins, il n'aurait pas été en mesure de le construire en Espagne, constatant avec inquiétude une recrudescence d'activités britanniques dans les parages qui, sous des dehors de démonstration de force impérialiste, pourrait en fait être due à l'Ordre des Templiers. Velasquez envoya alors ses ébauches aux Assassins français,[3] qui construisirent l’Aquila à Brest en 1749.[1]

Vers 1750, Achilles, devenu capitaine de l’Aquila, sauva la vie de Robert Faulkner et de l'équipage de son Vaillant. En signe de reconnaissance, Faulkner lui proposa ses services et ceux du Chevalier de la Vérendrye, espérant aménager une route commerciale entre les colonies et l'Europe.[4] En 1753, Faulkner rejoignit la Confrérie coloniale et fut nommé second de l’Aquila.[1]

Le navire était d'une conception innovante. Il était léger, rapide et pouvait embarquer un nombre étonnant de pièces d'artillerie pour sa taille. Il s'écoula plusieurs décennies avant qu'apparaissent des schooners capables de rivaliser en vitesse avec l’Aquila. L’inconvénient d'un tel navire était sa grande vivacité, donc difficile à manier et exigeait un équipage expérimenté.[1]

Premières années au sein de la Confrérie

En 1754, l’Aquila suivit un navire des Templiers, le Providence, dans une tempête et disparut corps et bien ; du moins était-ce ce que les Assassins voulaient faire croire aux Templiers.[1]

En réalité, le navire n'avait subi que des dégâts mineurs. Il fut réparé et devint l'arme secrète des Assassins, évitant les ports fréquentés, exploitant sa vitesse et l'élément de surprise pour harceler les navires employés par les Templiers.[1]

L’Aquila atteignit bientôt un statut mythique. C'est sans doute le fait qu'elle évitait tout port important sur son chemin et qu'elle était entre les mains d'un talentueux capitaine, Robert Faulkner, qui lui valut le surnom de "Fantôme des Mers du Nord". Les Templiers finirent par comprendre le fin mot de l'histoire, mais il leur fallut une décennie.[1]

Épave aquila.png

L'épave de l’Aquila dans le port du Domaine de Davenport

En 1768, l’Aquila tomba dans une embuscade tendue par trois frégates britanniques. Très endommagé, il parvint à en réchapper, mais s'échoua. Les Anglais le considérèrent comme perdu. Robert Faulkner, qui avait survécu à la bataille, fit remorquer le navire jusqu'à une anse privée près de Boston, où l’Aquila comme Faulkner continuèrent à se détériorer progressivement.

Seconde jeunesse

C'est avec l'aide des bûcherons Terry et Godfrey, fraîchement arrivés au Domaine, qu'il parvint à rénover le navire après six mois de réparations. Connor et Faulkner eurent rapidement trouvé un nouvel équipage pour l’Aquila et naviguèrent vers Martha's Vineyard dans le but de recruter des officiers et des canonniers. Faulkner recruta David et Richard Clutterbuck, deux anciens camarades de bord. Sur le chemin du retour, Connor apprit l'art de la navigation. Après s'être entraîné au tir sur de vieilles épaves, l’Aquila connu son premier combat depuis des années contre une patrouille de canonnières britanniques et une frégate.

Connor faulkner sur deck.png

Connor et Faulkner sur le pont

Après cette bataille, Connor utilisa l’Aquila pour défendre les routes commerciales le long du littoral des Colonies et des Caraïbes. On fit appel à l’Aquila pour défendre un certain nombre de navires de commerce, comme le Henderson et l’Independence.

Des corsaires et des frégates anglaises terrorisaient la côte et les navires patriotes choisirent l’Aquila en première position afin d'éliminer ces menaces. Les canonnières et les frégates étaient préférées des corsaires, mais il arrivait aussi qu'il y ait quelques navires plus conséquents comme le Dartmoor, le Saint James et le Prospector.

Le navire eut aussi un rôle de moyen de transport pour son capitaine lorsque Connor cherchait le trésor caché du Capitaine William Kidd et lorsqu'il partait à la poursuite des Templiers. L’Aquila restait donc au large alors que Connor et son second Faulkner mettaient pied à terre à l'aide d'un canot pour explorer les cartes données par Jambe-de-Bois en échange de babioles.

Connor et haytham poursuivant ke welcome.png

Connor et Haytham poursuivant le Welcome

Ces emplacements étaient très variés, allant des plages ensoleillées à la banquise. Toutefois, l’Aquila pouvait être directement utilisé dans la traque d'un Templier. Haytham Kenway et son fils Connor, lors de leur brève période de coopération, prirent le large pour neutraliser Benjamin Church et le Welcome dans les Caraïbes. Cette chasse à l'homme se termina par un abordage et la récupération de la cargaison des Patriotes de Valley Forge et bien entendu, la mort de Church[1].

Traque de l'USS Randolph

Aquila contre man-of-war.png

L’Aquila se battant avec le Man-of-War sous le commandement de Biddle

Le Welcome n'était pas la seule proie des Assassins. En effet, Nicholas Biddle attaqua Martha's Vineyard depuis l’USS Randolph. Connor prit connaissance de cette menace quand des frégates corsaires menaçaient des navires marchands près du Vineyard, mais l’Aquila réussit à trouver et anéantir leur quartier général. 

Dès qu'un navire marchand était attaqué, l’USS Randolph n'était jamais loin, en train de guider ses complices, mais il fut contraint de fuir en fonçant vers la tempête. Entre 1776 et 1778, le Randolph fut pris en chasse par Connor et son navire, pensant qu'il était responsable des attaques sur le Vineyard et ses visiteurs.

Malheureusement, la poursuite fut reportée, car le Belladonna, vaisseau utile au conflit, eut besoin d'aide. Néanmoins, en 1778, Connor parvint à piéger le Randolph et à tuer son capitaine. Avec sa mort, la route marchande fut de nouveau sécurisée[1].

Bataille de la baie de Chesapeake

ACIII La bataille de la Chesapeake 16.png

L’Aquila durant la bataille de la baie de Chesapeake

Avant la bataille de la baie de Chesapeake, le marquis de Lafayette avait demandé à Connor que l’Aquila puisse prêter appui dans la bataille qui s'annonçait. L'Amiral français François Joseph Paul de Grasse croyait qu'il recevrait une grande flotte et des capitaines expérimentés, mais au lieu de cela il reçut seulement l’Aquila et son capitaine qu'il pensait trop jeune et sans qualités de commandement.

Bien que réticent, de Grasse plaça deux frégates sous le commandement de Connor ; le Marseillois et le Saint Esprit et leur demanda d'engager le combat contre la flotte britannique.

Pendant la bataille, le trio de bateaux réussit a couler plusieurs canonnières et au moins quatre frégates anglaises, avant que le Marseillois n'ait été détruit par un navire anglais au milieu de la bataille.

Une fois toutes les frégates anglaises détruites, un énième navire de guerre réussit à prendre par surprise, le désormais duo de navire et coula le Saint Esprit, avant de mettre hors de service les canons de l’Aquila. En manque de solution Connor se résolu à abordé le navire ennemi. Une fois à bord Connor parvient à décimer l'équipage ennemi et tira dans la réserve de poudre avant de s'enfuir du navire.

La bataille s'acheva sur ce dernier coup d'éclat de Connor et les français sortirent vainqueurs de la bataille.

À noter que Connor laissait l’Aquila à ses Apprentis Assassins pour remplir des contrats dans les colonies. Ainsi l’Aquila était présent lors de la bataille de Gloucester en 1775 ou a été appelé par Caesar Rodney pour assurer le contrôle du Delaware.[1]

Réalité alternative

Fuite vers New York 10.png

l’Aquila arrivant à New York

Dans un univers alternatif créé de toutes pièces par une Pomme d'Éden, l’Aquila et Faulkner se trouvaient à Boston. Lorsque George Washington s'autoproclama Roi des États-Unis, Benjamin Franklin fit confisquer le navire. 

Cependant, Ratonhnhaké:ton libéra Franklin de l'influence de Washington, et songea à prendre la barre de l’Aquila pour se rendre au palais de Washington à New York. Franklin et l'Assassin conclurent alors un pacte avec Faulkner, lui fournissant l'équipage pendant que Ratonhnhaké:ton largua les amarres et assassina les tireurs d'élite qui la gardaient. L'équipage de Faulkner prirent les quais d'assaut et nagèrent jusqu'à l’Aquila, qui partait à la dérive. Ratonhnhaké:ton repoussa les gardes avant de monter à bord aux côtés de Kanen'tó:kon en direction de New York.[5]

Eaux Troubles 8.png

l’Aquila éperonnant un Man O'War

Au cours du voyage, l’Aquila fut attaquée par la flotte de Washington. Ratonhnhaké:ton prit la barre et coula les assayants avant de récupérer leurs pavillons afin de traverser la baie en toute discrétion. l’Aquila esquiva les quelques mines dispersées puis lança une offensive surprise sur les navires restants.

Toutefois, le navire vint bientôt à court de munitions, et d'autres ennemis arrivèrent en renforts. Ratonhnhaké:ton donna l'ordre à tout l'équipage de sauter par-dessus bord alors qu'il la fit éperonner sur le Man-of-War à l'embouchure de la baie, faisant ainsi diversion, mais détruisant définitivement l’Aquila.[6]

Armement et améliorations

  • Renforcement coque de bois – £13 000
  • Renforcement coque de fer – £25 000
  • Canon supplémentaire – £2 500
  • Boulet rouge – £19 000
  • Mitraille – £17 000
  • Gouvernail amélioré – £11 000
  • Boulet perforant – £9 000
  • Éperonnage – £8 000

Notes

  • Aquila signifie Aigle en latin.
    • Sa poupe est ornée d'un aigle sculpté.

Galerie


  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6, 1,7, 1,8 et 1,9 Assassin's Creed III
  2. Assassin's Creed: RogueLettres de guerre : "La Compagnie suédoise du Levant"
  3. Assassin's Creed: Rogue – Lettres de guerre : "Défense méditerranéenne"
  4. Assassin's Creed: Rogue – Lettres de guerre : "Le Vaillant"
  5. La Tyrannie du Roi Washington: Trahison
  6. La Tyrannie du Roi Washington: Rédemption

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard