Fandom

Assassin's Creed

Agaté

4 647pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Assassins.pngACLicon.png
"C'était notre responsabilité à tous les deux de le savoir, Agaté. Je n'étais qu'une enfant quand tu m'as accueillie dans la Confrérie pour faire de moi une Assassin. Tu disais me protéger, éradiquer l'ennemi, et pendant tout ce temps, Madeleine, ma propre belle-mère, était l'agent de la Compagnie."
– Aveline à propos de la position de Mentor d'Agaté, 1777[src]

Agaté (vers 1722 – 1777) était le Mentor de la Confrérie des Assassins de Louisiane. Il instruisit personnellement l'Assassine Aveline de Grandpré, avec laquelle il entretenait une relation orageuse, désapprouvant son impétuosité, et son comportement rebelle.

Réduit en esclavage dès sa tendre enfance, Agaté entra en contact avec le chef révolutionnaire François Mackandal, qui lui enseigna les voies des Assassins. Après la mort de son Mentor en 1758, Agaté, marqué à vie, se rendit en Louisiane, où il vécut reclus.

Il établit alors une Confrérie locale, et enrôla en son sein Aveline de Grandpré et Gérald Blanc, qu'il entraîna afin qu'ils deviennent ses agents au cœur de La Nouvelle-Orléans. Quand la présence des Ordre des Templiers se fit de plus en plus forte, en 1766, Agaté se cacha encore plus qu'à l'accoutumée, se réfugiant dans une hutte qu'il construisit au cœur du bayou louisianais.

Si Agaté se souciait beaucoup du sort de ses disciples, il rechignait parfois à coopérer avec eux. À cause du caractère impulsif et de la propension d'Aveline à désobéir à ses ordres, Agaté se disputa très fréquemment avec elle, et en vint à douter de sa loyauté envers les Assassins. Au fil des années, leur méfiance mutuelle les amena à rester distants l'un de l'autre.

Quand Aveline confronta Agaté en 1777 pour lui annoncer que, depuis tout ce temps, le Grand Maître de l'Ordre des Templiers de La Nouvelle-Orléans n'était autre que sa propre belle-mère, Agaté attaqua Aveline, croyant qu'elle avait trahi la Confrérie. Son disciple s'avéra victorieuse et, surpassé par la honte, Agaté se suicida en se jetant du haut de sa hutte.

Biographie

Jeunesse

"Il se fait appeler François Mackandal, le nom de mon mentor... le meneur, le prêtre, le Frère, celui à qui j'ai dévoué ma vie. Il est mort sur le bûcher. Je n'ai pas pu le sauver."
– Agaté mentionnant Mackandal, 1766


Agaté naquit sur la côte ouest de l'Afrique vers 1722. En 1729, il fut capturé par des marchands d'esclaves et fut embarqué aux Amériques, où il accosta à Saint-Domingue. A son arrivée, il rencontra une esclave, Jeanne, et en tomba éperduement amoureux. En 1732, Agaté et Jeanne, puis un autre esclave du nom de Baptiste, furent enrôlés par l'Assassin François Mackandal, qui leur apprit à lire et à écrire. Il enseigna également l'art du poison et du combat à Baptiste et Agaté.

En 1738, Agaté et Baptiste rejoignirent la Confrérie des Assassins et s'échappèrent de la plantation de Saint-Domingue avec Mackandal, mais ils abandonnèrent Jeanne derrière eux. Toutefois, ils continuèrent à entretenir leur relation, bien que Jeanne refusa de devenir elle-même une Assassin.

En conséquence, Agaté choisit de briser ses liens d'amitié avec Jeanne au profit de la Confrérie. Il se battit aux côtés de Baptiste et de Mackandal pendant de nombreuses années jusqu'à ce qu'un empoisonnement raté de colons blancs de Saint-Domingue provoqua l'exécution de Mackandal. Agaté s'enfuit pour la Louisiane et se réfugia dans le bayou. Il chercha Jeanne dans La Nouvelle-Orléans, mais il découvrit qu'elle avait été affranchie et avait quitté la ville.

Mentor d'Aveline et de Gérald

Agaté: Dis-moi, qu'est-ce qu'un Assassin sans discipline ? Tu regretteras ton insubordination.
Aveline: J'en prends le risque.
–Agaté et Aveline lors d'une dispute.

À son arrivée dans la ville, Agaté apprit que Jeanne avait déjà quitté la Louisiane pour un endroit inconnu. Sur le point de partir, il découvrit que Jeanne avait eu une fille, Aveline, et décida de rester à la Nouvelle-Orléans pour veiller sur elle. En 1759, Aveline décida de sauver un esclave, mais fut prise sur le fait, obligeant Agaté à intervenir promptement.

Impressionné par sa soif de justice et de liberté, il prit la jeune femme sous son aile et, après plusieurs mois d'un entraînement intense, il l'intronisa dans la Confrérie. La même année, il recruta également Gérald Blanc, un ami d'enfance d'Aveline, qu'il entraîna pour qu'il devienne ses yeux et ses oreilles à la Nouvelle-Orléans. En les entraînant tous les deux, Agaté devint plus une figure de Mentor qu'un guerrier, et il devint une cible pour les Templiers, qui commençaient à accumuler de l'influence dans la région.

Par conséquent, Agaté se cacha dans le bayou de Louisiane pour sa sécurité, établissant un réseau d'espions, et se servant d'Aveline et Gérald comme agents de terrain. Quand un culte se propagea jusqu'au bayou, en mars 1766, Agaté, soupçonnant une machination orchestrée par les Templiers, se retira encore plus profond dans le bayou, et se construisit une hutte dans laquelle il se cacha. Quand il apprit que le chef de ses fanatiques se faisait appeler "François Mackandal", Agaté demanda à Aveline de venir le voir.

ACL Le faux Mackandal 2.png

Agaté offrant la sarbacane à Aveline

Dès l'arrivée de son élève, Agaté lui fit part de la situation, et la chargea de découvrir la véritable identité du faux Mackandal, ainsi que les forces derrière ce culte. Avant qu'elle ne parte, il lui confia une sarbacane ayant autrefois appartenu à Mackandal. Il lui recommanda ensuite de trouver une contrebandière du nom d'Élise Lafleur, qui serait en mesure de l'aider à trouver sa cible.

Quelques temps plus tard, Aveline était de retour, porteuse de la nouvelle de la mort de l'imposteur, qui travaillait en collaboration avec un homme du nom de Rafael Joaquín de Ferrer. Quand son Mentor voulut en savoir davantage, Aveline répondit laconiquement ; ayant en réalité découvert que l'imposteur, Baptiste, avait été un ami d'Agaté et de sa mère. Le fait que le Mentor avait préféré cacher cette information tendit leur relation, et, frustrée par ce manque de confiance, Aveline le visita de moins en moins.

En 1768, Agaté enquêta sur une série de disparitions suspectes à la Nouvelle-Orléans. Tout comme son agent Gérald Blanc, il pensait que le gouverneur Templier Antonio de Ulloa était derrière cette vague, et il envoya une lettre à Aveline, lui demandant de le retrouver au Cimetière St. Pierre, son dernier endroit sûr en ville. Il lui demanda alors de tuer Ulloa pour prouver sa loyauté à la Confrérie, la foi d'Agaté envers son élève s'étant étiolée.

ACL La fin du gouverneur 8.png

Aveline montrant la lentille à Agaté

Tandis qu'Agaté attendait son retour, Aveline accomplit sa mission, mais contrairement à l'ordre d'Agaté, elle décida d'épargner le gouverneur, afin qu'il lui donne plus d'informations sur le trafic d'esclaves qu'il menait.

Agaté, préférant ignorer le fait qu'Aveline lui rapporta une lentille ayant appartenu aux Templiers, il perdit toute foi en elle, puisqu'elle avait désobéi aux ordres directs. Quand elle lui annonça son intention de partir jusqu'à Chichen Itza pour chasser les Templiers à la source, Agaté l'interdit d'y aller. Mais Aveline lui désobéit une nouvelle fois. Ainsi, ils s'éloignèrent l'un de l'autre.

Pendant l'absence d'Aveline, des soldats espagnols indisciplinés commirent des exactions dans le bayou, cherchant à le contrôler. Pour les faire fuir, Agaté marqua les arbres de plusieurs signes vaudous. En 1771, Aveline était de retour, cherchant à faire amende honorable, Agaté préféra l'ignorer, se mettant en une grande colère quand elle lui présenta un artefact de la Première Civilisation connu sous le nom de Disques de la Prophétie.

ACL La puissance du vaudou 4.png

Agaté expliquant son plan à Aveline

Il la sermonna, lui expliquant qu'elle n'aurait jamais dû déterré cet objet, et lui ordonna de le retirer de sa vue. Alors qu'elle éloignait l'objet, Aveline essaya d'avertir son Mentor que les troupes espagnoles avaient été soudoyées par le Templier Diego Vázquez. Agaté le savait déjà, et avait déjà préparé un plan pour les contrer.

Aveline lui offrit alors son aide pour bouter les soldats hors du bayou, ce qu'Agaté accepta à contrecœur, lui demandant d'empoisonner discrètement les hommes lorsqu'ils passaient devant les signes vaudous, afin de leur faire croire à une malédiction. Une fois la mission accomplie, les deux ne se croisèrent plus pendant des années.

Mort

"Tu me condamnes à une mort lente et vaine, digne d'un lâche ? Je ne suis pas Ulloa. Je ne saurais vivre avec la honte. Je..."
– Les dernières paroles d'Agaté.

Après avoir découvert l'identité de l'Agent de la Compagnie lors d'une mission à New York, Aveline retourna au bayou pour consulter son Mentor, mais seulement pour découvrir qu'il pensait qu'elle s'était ralliée aux Templiers. Elle tenta de le convaincre de sa loyauté, mais il refusa d'écouter.

Après avoir vaincu ses sbires, sous l'influence d'un poison hallucinogène, Aveline le confronta en personne en haut de sa cabane. Cependant, Aveline décida de l'épargner. Agaté, ne pouvant vivre dans le déshonneur, se laissa tomber dans le vide, se suicidant sous les yeux de son apprentie.

Galerie



Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard