Fandom

Assassin's Creed

Accapareurs

4 642pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

ACUicon.png


Accapareurs est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique d'Arno Dorian, revécue par un Initié à travers Helix.

Description

Arno retrouva Élise non loin du palais du Luxembourg, où il comptait assassiner Marie Lévesque.

Dialogue

  • Arno: Tu avais raison. Des hommes de Marie Lévesque ont déchargé les bateaux et emporté le grain au palais du Luxembourg.
  • Élise: Si le peuple croit que la famille royale accapare des réserves de grain en temps de famine...
  • Arno: Ce sera l'émeute. C'est exactement ce que Germain souhaite.
  • Élise: Je te laisse madame Lévesque. Je vais retrouver le grain volé et le faire sortir de là avant qu'on ne le découvre.
  • Arno: Fais attention à toi.

Élise regarda Arno, d'un air surpris.

  • Arno: Ne te fais pas prendre.

Du haut d'un bâtiment, Arno étudia son environnement. Il vit un marchand chargeant sa charrette de feux d'artifices entourés de brigands.

  • Marchand: Au secours ! À l'aide ! À moi !
  • Brigand 1: Donne-nous la poudre !

Il aperçut une femme en train de parler à son époux à travers les barreaux de sa cellule.

  • Femme: Qu'est-ce que nous allons faire, Michel ?
  • Michel: Si seulement je pouvais mettre la mains sur ce garde...

Arno vit un serviteur s'adresser à Marie Lévesque.

  • Serviteur: Une très belle fête. Vous vous êtes surpassée, ma chère.
  • Lévesque: Merci. Veuillez m'excuser, je dois aller trouver mon mari.

Arno infiltra les lieux.

  • Marchand: Reculez, gredins !
    Venez m'aider !
  • Brigand 1: Va-t'en et oublie ça !
    Tu tiens vraiment à souffrir ?
    Ne nous pousse pas à te frapper !
    Donne-nous cette poudre ou on te taille en pièces !
  • Brigand 2: Donne-nous la poudre !
    Prenons-la !
    Allez, donne !
    Allez, vieillard !
  • Marchand: Gardes !
    Gardes ! Gardes !
  • Brigand 1: Fais pas d'histoires et donne-nous cette poudre !
    Ne nous oblige pas à te faire du mal, vieillard !
  • Brigand 2: On n'a pas de temps à perdre !

Arno élimina les brigands et s'approcha du marchand.

  • Marchand: Merci, Monsieur.
  • Arno: Tout va bien ?
  • Marchand: Oui. Si vous acceptez de me conduire en sûreté, je vous promets le spectacle de votre vie !
  • Arno: Je m'en voudrais beaucoup d'abandonner un artiste dans le besoin.

Arno escorta le marchand.

  • Marchand: Nous y sommes presque !
    On approche !
    Attention !
    Prenez garde !
    En voilà d'autres !
    Encore des brigands !
    Ils s'acharnent, n'est-ce pas ?
    Attention, là !
    C'était les derniers !

Arno s'en retourna auprès du marchand.

  • Marchand: Merci, mon ami. J'aimerais pouvoir vous remercier comme il se doit.
  • Arno: C'est inutile. La diversion suffira largement.
  • Marchand: Qu'entendez-vous par là ?
  • Arno: Rien.

Arno s'approcha de Michel et de son épouse.

  • Femme: Qu'allons-nous devenir, Michel ? On va t'envoyer aux galères ! Pour une simple miche de pain !
  • Michel: Tous ceux qui sont ici sont accusés de la même chose.
  • Femme: Et c'est ça qu'ils appellent la "justice" ?
  • Michel: Si je le pouvais, j'arracherais les barreaux de cette prison et je me battrais pour gagner ma liberté. Tous ceux qui sont ici en feraient autant. Mais... j'ai peur qu'un autre sort nous attende.
  • Femme: Oh, Michel. Je t'aime.
  • Michel: Moi aussi.
  • Garde 1: Tout est bien verrouillé ici ?
  • Garde 2: Oui, Monsieur.
  • Garde 1: Laisse-moi regarder cette serrure. Bien. Ça m'a l'air fermé. Vérifie que cette cellule est fermée à double tour. J'aime pas leurs têtes.
  • Garde 2: Oui, Monsieur.
  • Garde 1: Les cellules semblent en bon ordre.
  • Garde 2: Oui.
  • Prisonniers: Aide-nous ! Par pitié !
    Je t'en supplie ! J'ai une famille !
    Qu'avons-nous fait pour mériter ça ?
    Tu veux de l'argent ?J'en ai ! Fais-moi sortir et il est à toi !
    Je te donnerai tout ce que tu voudras !
    Trouve la clé !
    Fais-nous sortir d'ici !
    Vite ! Fais-nous sortir de là !
    Libère-nous !

Arno crocheta les portes des cellules, et les prisonniers s'en prirent immédiatement aux gardes.

  • Prisonniers: Misère ! C'est une évasion !
    Allez ! Allez !
    Libre !
    Rattrapez ces chiens !

Arno entendit Thomas Lévesque derrière une porte verrouillée du palais.

  • Thomas: Laissez-moi sortir !
    Au secours !
    Aidez-moi !
    Vous devez m'écouter !
    Ouvrez cette porte !

Arno trouva un moyen d'entre dans la pièce.

  • Thomas: Il faut que vous m'aidiez ! Ma femme ! C'est elle qui m'a enfermé ici ! Vous devez me laisser sortir. Je dois l'arrêter !
  • Arno: Je sais quelles relations entretient votre femme. Je crois que vous n'êtes pas de taille à lutter.
  • Thomas: De grâce, je vous en supplie ! Vous ne savez pas de quoi elle est capable !

Arno déverrouilla la porte et rendit à Thomas sa liberté.

  • Thomas: Merci, Monsieur !
  • Garde 5: Bon sang ! Il s'est échappé !
  • Garde 6: Attrapons-le !

Lévesque tint un discours à ses invités.

  • Lévesque: Mesdames et Messieurs ! Je tiens à vous remercier de votre venue. Ce soir, nous fêtons une nouvelle étape sur la voie de la liberté. À nous !
  • Invités: À nous !

Lévesque discuta avec quelques invités.

  • Lévesque: Claudette ! Tu es très en beauté, ce soir !
    Des soucis ?
  • Serviteur: Non, Madame.
  • Lévesque: Et mon mari ?
  • Serviteur: Sous bonne clé, Madame.
  • Lévesque: Bien.
    Est-ce un nouvel habit ? Très seyant.
    Tout va bien ? Désirez-vous un peu plus de vin ?
    Je suis si contente de vous voir.
    J'espère que vous ne songez pas à nous quitter. La soirée ne fait que commencer.
    Ah, ravie que vous ayez pu venir !
    Faites en sorte qu'il se rendent dans les caves à vin. Je veux que tout le monde soit présent quand on trouvera le grain.
  • Invité 1: Une belle fête, non ?
  • Invitée 2: Je la trouve plutôt déplaisante.
  • Invité 1: Pourquoi ?
  • Invitée 2: Inaugurer une prison alors que le peuple crie famine dans les rues ? N'est-ce pas précisément ce contre quoi nous nous sommes soulevés ?
  • Invité 1: C'est plutôt le symbole du triomphe de la justice révolutionnaire sur la tyrannie de la monarchie.
  • Invitée 2: Mmpf.
  • Invitée 3: Il paraît qu'ils vont bientôt débattre de l'éventualité de juger le roi.
  • Invité 4: Un procès ? Pah. C'est un tyran, un ennemi de la nation. On devrait l'exécuter sans jugement.
  • Invitée 3: Voilà ce qui se passe quand on laisse une assemblée de juristes diriger un pays. Une suite de procès et de dépositions.
  • Invitée 5: Êtes-vous au courant pour monsieur Vidal ?
  • Invité 6: Non ! Que s'est-il passé ?
  • Invitée 5: Quelqu'un est entré dans sa boulangerie. Et lui a volé toute sa farine.
  • Invité 6: C'est affreux !
  • Invitée 5: Certes. Il se retrouve sans le sou.
  • Invité 7: Il était temps que le gouvernement s'empare de cet endroit. Les prisons sont toutes pleines à craquer.
  • Invité 8: Très juste. Je pense que d'ici peu nous allons devoir convertir tous les palais de France en geôles.
  • Invité 7: Ne serait-ce pas un bien meilleur usage ?
  • Invité 9: Des coffres secrets, des correspondances discrètes, des scandales royaux ? On se croirait dans un roman d'aventures de Sandras.
  • Invitée 10: Sauf que le cardinal Mazarin n'a pas fini sur la guillotine.

Lévesque remarqua Arno parmi les invités.

  • Lévesque: Gardes ! Un Assassin !
    Attrapez-le !
    Nous touchions au but...
    Maudits Assassins ! Comment ont-ils su...
    C'est trop tôt ! Bien trop tôt !
    Mais d'où sort-il donc ?
    Damnation !

Arno assassina Lévesque. Dans ses souvenirs, il la vit enfant en compagnie de sa mère.

ACU Accapareurs 6.png

Une jeune Marie Lévesque auprès de sa mère

  • Mère: Rappelle-toi ce que je t'ai appris, Marie.
  • Lévesque: Oui, maman.

Sa mère lui remit une épingle de Templier. Arno assista ensuite à l'exil de Germain.

  • De la Serre: François Thomas Germain. Tu es banni au titre de tes crimes que tu as commis contre l'Ordre des Templiers. Tout homme qui lui portera secours connaîtra le même sort.

Les gardes de François de la Serre s'emparèrent de Germain.

  • Germain: Pauvre fou ! De Molay me parle ! Je connais ses pensées ! De la Serre ! DE LA SERRE !

Lévesque se tourna vers son serviteur.

  • Serviteur: Madame. Un visiteur.

Germain arriva.

  • Germain: J'ai besoin de ton aide, Marie.

Lévesque acquiesça. La vision toucha sa fin lors de la réunion templière à l'hôtel de Beauvais.

ACU Accapareurs 12.png

Marie Lévesque à la réunion des Templiers

  • Rouille: Vous aviez raison. Le roi Louis entretenait toutes sortes de relations répréhensibles. Il complotait contre la Révolution d'une main tout en jurant soutenir la Constitution de l'autre.
  • Germain: Bien. Vous saurez confier ces informations aux bonnes personnes, monsieur Le Peletier ?
  • Le Peletier: Bien entendu, Grand Maître. Grâce aux preuves réunies, la condamnation du roi est acquise.

La vision prit fin, et Arno fut poursuivi par les gardes.

  • Invités: Au meurtre !
    Que se passe-t-il ?
    Fuyez !
    Mon Dieu, elle est morte !
    Alerte !
    Donnez l'alerte !
    Gardes !
    Gardes ! Gardes !
    Il nous faut des renforts !

Arno s'échappa du palais.

Conséquences

Arno assassina Marie Lévesque. À travers ses souvenirs, il mit au jour un complot Templier entrepris par Louis-Michel Le Peletier visant à exécuter le roi Louis XVI.

Galerie


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard