Fandom

Assassin's Creed

État de New York

4 651pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion4 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

AC3icon.pngACLicon.pngACROicon.pngNewinitiatesicon.pngFbookicon.png
Cette page concerne l'ancienne province et actuel état américain. Vous recherchez peut-être la ville de New York  ?
ACRo Albany.jpg

Albany, capitale de l'état de New York

L'État de New York est un état du nord-ouest des États-Unis, partageant ses frontières avec le New Jersey et la Pennsylvanie au sud et le Connecticut, le Massachusetts et le Vermont à l'est.

Ce fut autrefois l'une des treize colonies ayant réclamé leur indépendance de la Grande-Bretagne durant la Révolution américaine.

Sa capitale est Albany.

Histoire

L'état abrite le Grand Temple, un sanctuaire de la Première Civilisation jadis protégé par les Mohawks ayant élu domicile dans la vallée. En tant que membres des Iroquois installés le plus à l'est, ils échangeaient davantage avers les colons européens. Durant la guerre de Sept Ans, la rivière Mohawk fut une voie navigable d'une importance stratégique considérable, menant au Québec, et la région était souvent mise à sac, comme le fut le village de Kanatahséton en 1760.[1]

Le roi George III récompensa les Iroquois s'étant alliés à l'armée britannique en établissant une frontière entre eux et les colons désirant s'approprier le territoire. Cinq ans plus tard, des membres de la confédération iroquoise rencontrèrent William Johnson à Fort Stanwix afin de négocier une nouvelle délimitation. Ils représentaient en outre d'autres nations plus petites, comme les Shawnee. Le controversé Traité de Fort Stanwix laissa encore plus de terres aux Britanniques, et le Bureau du Commerce ordonna à Johnson de le renégocier, mais il refusa. Six ans plus tard, ce dernier fut assassiné au pied de Johnson Hall par l'Assassin Connor alors qu'il menaçait de mort les Iroquois espérant les obliger à lui vendre leurs terres.[1]

En 1776, New York était occupée par l'armée continentale. Le Templier Thomas Hickey tenta d'assassiner le Général George Washington, mais Connor l'en empêcha. Washington avait quitté la ville, mais dut y retourner la défendre contre les troupes de William Howe. Connor envoya ses recrues aider les Patriotes à évacuer Long Island, et à leur faire prendre conscience des moqueries des tuniques rouges, entraînant leur victoire lors de la bataille de Harlem Heights. Les Assassins coloniaux firent taire les soldats réclamant Charles Lee comme commandant en chef. Néanmoins, l'armée continentale dut battre en retraite et New York tomba aux mains des Britanniques jusqu'à la fin de la guerre.[1]

En 1777, Connor vint en aide aux sinistrés du Grand Incendie, et recruta Deborah Carter, Jamie Colley et Jacob Zenger. Ensemble, ils épaulèrent John Stark durant la bataille de Bennington en assassinant le lieutenant-colonel Friedrich Baum.[1] Connor fit ensuite la rencontre d'Aveline de Grandpré, une consœur de La Nouvelle-Orléans, alors qu'elle traquait l'officier Templier George Davidson, qu'elle localisa dans un fort de la Frontière.[2]

En 1778, Washington donna l'ordre d'attaque Kanatahséton après que Lee a convaincu les Mohawks de s'allier aux Britanniques, brisant ainsi les liens entre le Général et Connor. L'expédition Sullivan incendia quarante villages iroquois, sala leurs terres et fit brûler vifs les occupants dans leurs cabanes. Sullivan ne limita pas ses opérations aux ennemis actifs, mais attaqua aussi les Onondaga, qui étaient demeurés neutres durant cette guerre. L'expédition Sullivan ne parvint néanmoins pas à faire cesser les raids dans la région. Ils se poursuivirent pendant toute la guerre d'Indépendance, par enchaînement de représailles, et finit par ruiner le territoire kaniènkeh et les terres alentour. C'est peut-être à cause de l'expédition Sullivan que Washington gagna le surnom de "destructeur des villes" chez les Iroquois. Mais l'origine de ce sobriquet est contestée, et peut-être était-il en vigueur depuis la guerre de Sept Ans.[1]

En 1780, à contrecœur, Connor aida Washington à débusquer le traître Benedict Arnold durant la bataille de West Point.[1]

Après la guerre, la ville la plus proche du Grand Temple prit le nom de Turin. En 2012, l'équipe d'Assassins constituée de William et Desmond Miles, Shaun Hastings et Rebecca Crane s'y rendit dans l'espoir de trouver un moyen d'empêcher un cataclysme semblable à la Catastrophe de Toba, qui avait anéanti la Première Civilisation.[1]



Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard